Bannière Salon Beige

Partager cet article

C'est arrivé un...

C’est arrivé un 23 mai…

C’est arrivé un 23 mai…

A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines.” Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 23 mai : saints du jour français ou en France.
    • St Didier, évêque de Langres et martyr († 407)

Près de Langres, en 407, la passion de saint Didier, évêque et martyr. Témoin des maux que les Vandales faisaient souffrir à son peuple, il alla, dit-on, trouver leur roi pour tâcher de l’adoucir; celui-ci ordonna de l’égorger sur le champ et l’évêque présenta volontiers sa tête pour le troupeau confié à ses soins.

  • St Syagre, évêque à Nice († 787)

À Nice, en 787, saint Syagre, évêque, qui fit construire un monastère sur la tombe de saint Pons.

  • le 23 mai 1052 : naissance de Philippe 1er, futur Roi de France.
  • le 23 mai 1059 : le jeune Philippe 1er est sacré à Reims à l’âge de 7 ans.

Couronné à Reims le 23 mai 1059, du vivant de son père, car c’est encore la tradition à l’époque et car son père Henri 1er est malade, Philippe Ier ne règne seul qu’à partir de 1066. Auparavant son oncle, le comte de Flandre Baudouin V, assisté de l’archevêque de Reims Gervais de Belleme et d’Anne de Kiev, sa mère la reine, exerce la régence à la mort d’Henri Ier de 1060 à 1066.

Au printemps 1092, Philippe s’entiche de Bertrade de Montfort, l’épouse de Foulque IV le Réchin. Il répudie alors sa femme Berthe de Hollande et se remarie avec Bertrade de Montfort. Le 16 octobre 1094, le concile d’Autun, avec trente-deux évêques présents, prononce l’excommunication du Roi. Le pape Urbain II vient prêcher la première croisade au concile de Clermont le 27 novembre 1095. Le Roi, toujours excommunié, n’y participe pas.

Philippe 1er se réconcilie avec la papauté et est absous en 1104. En 1107, le pape Pascal II se rend en France, où il rencontre Philippe et le futur Louis VI à Saint-Denis. L’alliance entre le royaume de France et la papauté contre l’Empire est alors définitivement scellée pour un siècle. Philippe Ier meurt au château royal de Melun, le 29 juillet 1108, après quarante-huit ans de règne. C’est le troisième plus long règne de l’histoire de France après ceux de Louis XIV et de Louis XV, qui ont tous les deux régné plus de cinquante ans. Ne voulant pas, en raison de ses fautes, être enterré à côté de ses ancêtres en la basilique Saint-Denis, il a demandé à être inhumé dans l’abbaye de Fleury à Saint-Benoît-sur-Loire.

  • le 23 mai·1200 : mariage de Louis de France, futur Louis VIII et de Blanche de Castille.

Le mariage suit le traité du Goulet conclu entre Jean sans Terre, oncle de la mariée, et le Roi de France (cf. la chronique du 22 mai). Louis de France, futur Louis VIII, fils du Roi Philippe-Auguste et d’Isabelle de Hainaut, a 13 ans ; Blanche de Castille, fille d’Alphonse VIII de Castille et petite-fille d’Aliénor d’Aquitaine a 12 ans. Le mariage ne peut avoir lieu sur le domaine du Roi de France le pape Innocent III a en effet lancé l’interdit sur le royaume, à cause des démêlés matrimoniaux de Philippe Auguste. Il est donc célébré en Normandie, alors sous domination anglaise, en l’église de Port-Mort. Blanche met au monde 12 enfants et devient reine de France en 1223.

A la mort de Louis VIII (1226), la reine gouverne avec sagesse en attendant la majorité (en 1234) de son fils Louis, le futur Saint-Louis, qu’elle éduque et prépare à son rôle de Roi. Elle met au pas les grands féodaux, poursuit la guerre contre les Albigeois. La lutte se termine par le Traité de Paris (voir la chronique du 12 avril 1229) où Blanche se fait céder la moitié du comté de Toulouse, le reste revenant à la France par le mariage de son second fils avec la fille unique de Raymond VII de Toulouse. La reine redevient régente lorsque Saint Louis part pour la 7ème croisade, en 1248. (cf. les chroniques du 4 mars et du 27 novembre).

Couronnement de Louis de France et de Blanche de Castille

  • le 23 mai 1430 : Sainte Jeanne d’Arc est capturée à Compiègne.

C’est un mercenaire au service du Duc de Bourgogne, Jean de Luxembourg, qui la capture lors d’une sortie aux portes de Compiègne. Dans l’église Saint Jacques, une plaque en marbre rappelle que sainte Jeanne d’Arc y a suivi sa derrière messe de femme libre, le 23 mai 1429 au matin.

Elle essaye de s’échapper par deux fois, mais échoue. Elle se blesse même sérieusement en sautant par une fenêtre. Elle est rachetée par les Anglais pour 10 000 livres et confiée à Pierre Cauchon, évêque de Beauvais et allié des Anglais. Ce dernier la condamne à être brulée vive lors d’un procès inique en 1431. Son procès est l’un des plus importants de l’Histoire. Dans toutes ses paroles on sent une intimité étroite avec le monde surnaturel. Sur les anges, par exemple :

“Ils viennent beaucoup de fois entre les chrétiens, et je les ai beaucoup de fois vus entre les chrétiens.”

Lorsqu’on lui demande si elle est en état de grâce pour la perdre, elle répond :

“Si je n’y suis, Dieu m’y mette; si j’y suis, Dieu m’y garde.”

Elle suit ainsi son Sauveur jusqu’à l’offrande totale d’elle-même, le 30 mai 1431 à Rouen où elle est brûlée vive à l’âge de 19 ans. Ses dernières paroles sont :

“Saint Michel ! Sainte Marguerite ! Sainte Catherine ! Mes voix ne m’ont pas menti ! Ma mission était de Dieu ! Jésus, Jésus…

Elle est réhabilitée en 1456.

  • le 23 mai 1547: François Ier est inhumé à St-Denis.

Les cercueils de François Ier et de ses 2 enfants sont acheminés de Notre-Dame-Des-Champs à St-Denis la veille.

 
Mausolée de François Ier et de Claude de France à Saint Denis

  • le 23 mai 1555 : élection de Paul IV, 223ème pape.

Gian Pietro Carafa est né le 28 juin 1476, en Italie; il est élu pape, sous le nom de Paul IV. Son pontificat dure quatre ans, jusqu’en 1559. Il est issu d’une noble famille de Naples, dont il a été l’archevêque. Paul IV fait alliance avec les Français afin de chasser les Habsbourg de Naples. Il s’oppose à la paix religieuse d’Augsbourg du 25 septembre 1555. Celle-ci permet à chaque souverain de déterminer la confession de ses sujets.

  • le 23 mai 1648 : mort de Louis Le Nain, peintre français.

Louis Le Nain est né à Laon vers 1593. Louis a deux frères, Antoine et Matthieu, également tous deux peintres et qui se sont installés avec lui dans un atelier commun à Paris dès 1630. Il n’est pas toujours facile de distinguer ses tableaux de ceux de ses frères. Non seulement ils signent tous du même patronyme, mais en plus ils peignent souvent ensemble une même toile. Leur atelier devient vite réputé à Paris. En 1648, ils deviennent membres de l’Académie royale de peinture et de sculpture.

Louis Le Nain, des trois le plus importants, se spécialise, tout comme ses frères, dans la peinture d’œuvres dédiées à la vie paysanne, à des portraits de familles paysannes dans divers environnements et dans une atmosphère grise, tout en tendant vers le réalisme. Il peint notamment : L’heureuse famille, La Forge, La famille de la laitière et Le repas des paysans. Il s’essaie aussi à la peinture religieuse avec Le repos de la Sainte Famille.

La Visite à la grand-mère (fin des années 1640), musée de l’Ermitage.

La charrette

  • le 23 mai 1706 : bataille de Ramillies.

Cette bataille a lieu au cours de la guerre de succession d’Espagne (1701-1714). Elle oppose l’Espagne, le Royaume de France et la Bavière à l’Angleterre, le Danemark, la Norvège, les Provinces Unies et le Saint Empire. L’armée franco-bavaroise dirigée par Villeroy perd en quatre heures le tiers de ses 60 000 hommes (morts, blessés ou prisonniers). La bataille de Ramillies figure, avec la bataille de Turin, parmi les plus grandes défaites de Louis XIV. Marlborough parvient ainsi à chasser l’armée française des Pays-Bas espagnols. L’année 1706 est alors appelée “annus mirabilis” par les Coalisés.

  • le 23 mai 1796 : Pie VI et les révolutionnaires français en Italie.

Ce jour là, le Pape Pie VI, qui considère que la Révolution française est dirigée contre l’Eglise catholique, incite les prêtres piémontais et lombards à soulever la population contre les Français.

  • le 23 mai 1808 : lutte entre le pape et Napoléon.

Le 2 février 1808, Rome est occupée par les troupes françaises; le 17 mai Napoléon a annexé les Etats pontificaux à l’empire. Le 23 mai, Pie VII commence à ne plus accorder l’investiture canonique aux candidats de Napoléon pour divers évêchés. Il interdit aux Italiens de prêter serment de fidélité au gouvernement français envahisseur. (Cf. la chronique du 17 mai).

  • le 23 mai 1842 : conquête de l’Algérie.

30 soldats français et leurs officiers, attirés dans une embuscade aux environ de Maison-carrée, sont massacrés impitoyablement, ayant préféré mourir qu’abjurer leur foi chrétienne. Un an plus tard le duc d’Aumale s’empare de la Smala d’Abd-el-kader le 16 mai 1843. (*)

(*) Histoire de la volonté de perversion de l’intelligence et des mœurs de François Maris Algoud, (Ed de Chiré, page 103)

  • le 23 mai 1940 : le corps expéditionnaire anglais désobéit aux ordres du général Weygand.

La veille les ordres donnés aux troupes alliées sont très clairs. Il s’agit d’attaquer pour créer une tête de pont dans la région de Sensée avant de mener une offensive sur un front de 25 km. Au lieu de cela les Britanniques se replient vers le nord et l’Amirauté prépare le rembarquement des troupes anglaises.

Le 24 mai Weygand déclare au gouvernement : « la situation est très grave, les Anglais se retournent vers les ports au lieu d’attaquer. »

L’armée belge est mise en difficulté ; l’armée française ne peut plus refermer la brèche. Les Belges, dont les flancs ne sont plus protégés par les Anglais, cessent les combats le 27 mai.

Dans Histoire élémentaire de Vichy, (Nouvelles éditions latines, page 24 et 25) l’amiral Paul Auphan écrit à ce propos : « Par réflexe insulaire et sans trop se soucier des ses alliés continentaux, le commandement britannique pensa surtout à s’abriter derrière le fossé antichar de la Manche que tenait la Royal Navy, à conserver son aviation pour défendre le ciel de son pays et à rapatrier son corps expéditionnaire, la seule armée de terre qu’il eut, quitte à détruire sur place son beau matériel tout neuf. C’était, au fons, assez naturel. Mais ce qui n’était pas naturel du tout était de procéder à ce rembarquement sans en prévenir le commandement français responsable de l’ensemble des opérations sur le front métropolitain.

Les historiens britanniques assurent que Churchill informa Reynaud le 26 mai […] Je suis bien placé pour affirmer le contraire, puisque le 27 mai j’ai été envoyé à Douvres par le haut commandement français pour organiser sur place, en liaison avec les marins britanniques et avec les moyens que nous étions en train de rassembler, le ravitaillement par mer de la tête de pont de Dunkerque en vivres et en munitions. […] C’est en arrivant sur place que j’ai constaté le début du rembarquement britannique, préparé en cachette depuis une semaine et qui rendait toute résistance commune impossible.

Il ajoute en commentaire qu’à son retour à l’Amirauté française, son compte rendu fait à l’amiral Darlan, ce dernier le conduisit immédiatement chez le général Weygand ; lequel alla aussitôt rendre compte au président du Conseil. Ce sont les Anglais qui trahirent les premiers leurs alliés. Difficile de critiquer la volonté française de demande quinze jours plus tard un armistice !

  • le 23 mai 1948 : Pie XII affirme :

«C’est surtout par les péchés d’impureté que les forces des ténèbres assujettissent les âmes. »

Vous souhaitez que votre patrimoine serve à défendre vos convictions, plutôt qu'être dilapidé par un Etat prédateur et dispendieux ?

Savez-vous que le Salon beige est habilité à recevoir des legs ?

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services