Bannière Salon Beige

Partager cet article

C'est arrivé un...

C’est arrivé un 22 décembre…

C’est arrivé un 22 décembre…

“A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines.” Léon XIII, Rerum Novarum

Rappelons-nous :

  • le 22 décembre 401 : élection du pape Innocent 1er.
  • le 22 décembre 1528 : François Ier déclare la guerre à son éternel rival, l’empereur Charles Quint.

Cette guerre prendra fin en 1529 avec la Paix de Cambrai dite Paix des Dames, par laquelle la France renonce à l’Italie, conserve la Bourgogne, se désiste de l’Artois et de la Flandre au profit de Charles-Quint. Traité de Cambrai est signé le 3 août 1529.

  • le 22 décembre 1552 : l’empereur Charles Quint décide de lever le siège de Metz.

La résistance des défenseurs, les intempéries, les dissensions entre les différentes troupes constituant de l’armée impériale et le coût de l’opération ont raison de la volonté de l’empereur. Voir la chronique du 8 décembre sur l’entrée d’Ambroise Paré dans Metz.

  • le 22 décembre 1596 : le pont au Change, à Paris, est emporté par une crue.

L’accident fait environ 500 morts.

  • le 22 décembre 1639 : naissance de Jean Racine, poète dramatique français. 

Jean Racine, né à La Ferté-Milon, le 22 décembre 1639 et mort à Paris le 21 avril 1699, est un poète tragique français considéré, à l’égal de son aîné Pierre Corneille, comme l’un des deux plus grands dramaturges classiques français.

Il est l’auteur de: “Andromaque” “Les Plaideurs”  “Britannicus” “Bérénice” “Bajazet” “Mithridate”  “Athalie”  “Iphigénie” “Phèdre“.

  • le 22 décembre 1641 : mort de Maximilien de Béthune, duc de Sully, surintendant français des finances. 

Maximilien de Béthune, duc de Sully, est né le 13 décembre 1559 à Rosny-sur-Seine, près de Mantes. Fils de François de Béthune et de Charlotte Dauvet, il reprend le titre de Baron de Rosny à la mort de son frère aîné, Louis de Béthune, en 1578. Compagnon du Roi Henri IV de Navarre, il le soutient dans toutes les guerres. En 1596, Henri IV l’affecte au Conseil des Finances et deux ans plus tard il le nomme surintendant des finances. En 1599, Sully se voit attribuer les fonctions de Grand maître de l’artillerie et Grand voyer de France.

Attaché aux traditions agricoles, et dédaigneux de l’industrie, Sully encourage les recherches menées par Olivier de Serres. Ce dernier est connu pour avoir publié en 1600 le premier ouvrage d’agronomie scientifique : Théâtre d’agriculture et mesnage des champs. On prête au ministre lui-même la formule :

«Labourage et pastourage sont les deux mamelles dont la France est alimentée et les vraies mines et trésors du Pérou».

Après la mort d’Henri IV en 1610, il est peu à peu mis à l’écart du pouvoir et démissionne de son poste de surintendant des finances et de gouverneur de la Bastille. Il s’éteint le 22 décembre 1641 au château de Villebon.

Au delà des querelles de religion qui se réglaient dans le sang à l’époque il faut reconnaître que Sully redressa admirablement les finances du pays en peu de temps, préparant par là les glorieux règnes de Louis XIII et Louis XIV.

Tombeau du Duc de Sully à Nogent-le-Rotrou

  • le 22 décembre 1666 : séance inaugurale de l’Académie des sciences, créée par Colbert sur le modèle de la Royal Society.

Présentation des membres de l’Académie des sciences à Louis XIV par Colbert.

Pour une fois que ce sont les Français du Grand siècle qui imitent les Anglais et non l’inverse…

  • le 22 décembre 1688 : le roi Jacques II Stuart est chassé de Londres, il se réfugie à la Cour de Louis XIV.
  • le 22 décembre 1877 : liquéfaction de l’oxygène.

Le 22 décembre 1877, l’Académie de sciences de Paris reçoit un télégramme envoyé par Raoul Pictet, indiquant sa réussite dans la liquéfaction de l’oxygène au-dessous de 320 atmosphères, par utilisation combinée d’acide sulfureux et d’acide carbonique à une température de -140 degrés Celsius. Cette annonce est pratiquement simultanée à celle de Louis Paul Cailletet qui obtient également la liquéfaction de l’oxygène par un processus différent. Les deux savants se voient attribuer conjointement les mérites de cette découverte. Pictet est décoré de la Légion d’honneur en 1878.

  • le 22 décembre 1779 : nomination de la première sage-femme exerçant à l’Hôtel-Dieu de Montmorency (Val-d’Oise).

Il s’agit d’Élisabeth Bourgeois, femme du sieur Baudrang, chirurgien de l’Hôtel-Dieu.

  • le 22 décembre 1851 : plébiscite, approuvé par les Français, accordant à Louis-Napoléon Bonaparte le pouvoir constituant et la présidence pour 10 ans.
  • le 22 décembre 1854 : la Cathédrale Notre-Dame des Doms d’Avignon, Vaucluse, est érigée en basilique mineure par le pape Pie IX.
  • le 22 décembre 1892: Clemenceau et Déroulède se battent en duel au pistolet.

Cela fait suite à la querelle qui a fait perdre son siège de député à Clémenceau. Nos hommes politiques avaient encore un certain sens de l’honneur à cette époque.

  • le 22 décembre 1894 : le capitaine Dreyfus est condamné à la déportation à vie par le conseil de guerre, à l’unanimité, pour haute-trahison.

Le capitaine Alfred Dreyfus est condamné pour espionnage au profit de l’Allemagne, au bagne à perpétuité sur l’île du Diable en Guyane. C’est dégradé qu’il arrive quelques jours plus tard dans “l’enfer vert”. La France est alors coupée en deux. Les dreyfusards et les antidreyfusards s’opposent jusqu’à ce que le commandant Picquart demande la révision du procès quatre ans plus tard. Cette condamnation devient alors ce qu’on appelle toujours l’affaire Dreyfus.

Tiré du supplément illustré Le petit journal de l’époque

  • le 22 décembre 1943 : le général Catroux signe les accords de Damas.

Il abandonne par là les prérogatives françaises aux Libanais et aux Syriens. De Gaulle parle de son côté de « libération du Liban et de la Syrie. » De qui ?

  • le 22 décembre 1944 : Võ Nguyên Giáp fonde l’Armée populaire vietnamienne.

Le 22 décembre 1944, le général Võ Nguyên Giáp crée l’armée populaire vietnamienne à partir de la brigade d’armée, sur une directive de Hô Chi Minh. Cette armée mène une guerre insurrectionnelle contre les colons français installés en Indochine depuis 1887.

  • le 22 décembre 1956 : après l’opération de Suez, les dernières forces franco-britanniques quittent Port-Saïd.

·

C’est alors la plus grande du monde.

  • le 22 décembre 1972 : l’écluse François-Ier est inaugurée au Havre par le ministre Guichard.
  • le 22 décembre 1974 : les Comores choisissent l’indépendance.

Avec 95% de “oui” les Comoriens se prononcent en faveur de l’indépendance, à l’exception de l’île de Mayotte, qui elle reste française. L’archipel des Comores faisait partie des possessions française de l’Océan Indien depuis 1841, il avait acquis le statut de Territoire d’Outre-mer (TOM) en 1958. Etre indépendant ne doit être si bien que cela !

Pourquoi y-a-t-il aujourd’hui tant de fuites vers le « paradis »  qu’est pour eux Mayotte ? Finalement malgré toutes les repentances, malgré la mauvaise conscience et la honte qu’essaient de nous inculquer et médias et «éducation nationale », l’œuvre coloniale française n’a-t-elle pas porté des fruits bien meilleurs pour les populations locales que ce que les « élites » des anciennes colonies ont fait de leur pays, avec le silence coupables des élites françaises depuis 70 ans ?

La réponse se trouve dans les deux livres de Jean Sévillia : Historiquement correct ou Historiquement incorrect.

  • le 22 décembre 1981 : le pape Jean-Paul II proclame sa solidarité avec les travailleurs polonais et déclare que des nuages obscurcissent les perspectives de paix dans son pays.
  • le 22 décembre 1998 : fin des violences urbaines à Toulouse.

Dans le quartier du Mirail en banlieue toulousaine, 10 nuits de troubles font suite à la mort d’un jeune de 17 ans, « Pipo », victime d’une “bavure policière”. En France, le Parlement vote une loi sur l’éradication des pit-bulls et autres chiens dangereux.

  • le 23 décembre 2008 : les propos de Benoît XVI, qui rappellent que Dieu a créé l’humanité hommes et femmes sont déformés par les médias occidentaux. Les homosexuels se sentent agressés !

Dans son discours traditionnel de fin d’année, le pape Benoît XVI dit que l’homosexualité menace la survie de l’humanité au même titre que les changements climatiques. Benoît XVI affirme que l’Église «doit défendre non seulement la terre, l’eau et l’air comme des dons de la création, elle doit aussi protéger l’homme contre la destruction de lui-même».

La machine LGBT se met à pousser des cris d’orfraie.

« …si l’Eglise parle de la nature de l’être humain comme homme et femme et demande que cet ordre de la création soit respecté. Ici, il s’agit de fait de la foi dans le Créateur et de l’écoute du langage de la création, dont le mépris serait une autodestruction de l’homme et donc une destruction de l’œuvre de Dieu lui-même. Ce qui est souvent exprimé et entendu par le terme “gender”, se résout en définitive dans l’auto-émancipation de l’homme par rapport à la création et au Créateur. L’homme veut se construire tout seul et décider toujours et exclusivement tout seul de ce qui le concerne. Mais de cette manière, il vit contre la vérité, il vit contre l’Esprit créateur. Les forêts tropicales méritent, en effet, notre protection, mais l’homme ne la mérite pas moins en tant que créature, dans laquelle est inscrit un message qui ne signifie pas la contradiction de notre liberté, mais sa condition. »

Lecture du texte intégral du Pape ici :

http://w2.vatican.va/content/benedict-xvi/fr/speeches/2008/december/documents/hf_ben-xvi_spe_20081222_curia-romana.html

  • le 22 décembre 2011 : l’Assemblée nationale adopte la loi pénalisant la contestation des génocides (dont celui des Arméniens en 1915).

Et le génocide Vendéen ! Quand ces pharisiens de républicains enlèveront la poutre de leurs yeux avant de s’occuper des crimes des turcs ? Quand la république fera-t-elle amende honorable de tous ses crimes avant de reprocher aux autres leurs fautes ?

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services