Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

C’est arrivé un 21 février…

« Pour comprendre l'Histoire, comme pour comprendre un paysage, il faut choisir le point de vue; et il n'en est de meilleur que le sommet. » (Paul Claudel)

« Chaque Nation, comme chaque individu, a reçu une mission qu'elle doit accomplir. Celle de la France est d'exécuter la Geste de Dieu, "Gesta Dei per Francos". » (Joseph de Maistre)

Enfin Otto de Habsbourg-Lorraine affirme pour toute personne :

« Celui qui ne sait pas d'où il vient ne peut savoir où il va car il ne sait pas où il est. En ce sens, le passé est la rampe de lancement vers l'avenir »

Alors rappelons-nous :

  • le 21 février 1276 : élection du Bienheureux Innocent V.

Pierre de Tarentaise est élu 183e pape, il choisit le nom de Innocent V.

  • le 21 février 1322 : Charles IV le Bel, est sacré Roi de France à Reims et devient également Roi de Navarre.

Charles IV est sacré à Reims le 21 février 1322 par l'archevêque Robert de Courtenay. En tant qu'héritier de sa mère Jeanne de Navarre, il ajoute au titre de Roi de France celui de Roi de Navarre.

  Charles

  • le 21 février 1513 : décès du pape Jules II.

  Jul

Jules II par Raphaël

Giuliano della Rovere, né le 5 décembre 1443, fut élu pape de 1503 à 1513 sous le nom de Jules II (en latin Julius II). Il veut faire de l'État pontifical une grande puissance, ce qui lui vaut le surnom de Jules César II par ses admirateurs. Pour cela, il n’hésitera pas à utiliser les armes spirituelles contre ses ennemis du moment et à participer personnellement aux campagnes militaires de ses armées en tant que général en chef. Il rétablit son autorité sur les États de l'Église, oblige César Borgia à restituer ses forteresses, à l'Italie. Sous son pontificat, Jules II convoqua le Ve concile du Latran, créa la Garde suisse en 1505, posa la première pierre de l'actuelle basilique Saint-Pierre de Rome, que commence Bramante, fit de Raphaël son peintre favori, favorisa également Michel-Ange, qui peignit les grandes fresques de la Sixtine.

  • le 21 février 1578 : Louis II de Guise, archevêque-Duc de Reims depuis 1574, est créé cardinal par le Pape Grégoire XIII.

 

  • le 21 février 1604 : arrêt du Parlement de Paris concernant des impôts.

Le Parlement de Paris rend un arrêt au profit des habitants des villes basses et faubourgs de Bar et bourg de Longueville faisant appel d'une décision du duc de Lorraine au sujet de l'imposition de certaines taxes, qui avaient été décidées par une assemblée du clergé et de la noblesse à laquelle le tiers-état n'avait pas été convoqué.

  • le 21 février 1622 : Clérac est repris par les protestants.

Littré parle de Nérac dans son dictionnaire…

  • le 21 février 1660 : Louis XIV grimpe le Mont Verdaille jusqu’au sanctuaire de Notre Dame de Grâces à Cotignac.

A l’âge de 22 ans, en présence de sa mère Anne d’Autriche le Roi se rend sur le lieu où de l’apparition de NOTRE-DAME DE GRACES ; vocable d’une des trois neuvaines faites à la demande du Ciel pour sa venue au monde.

Cotignac, est aussi le  seul lieu au monde, où St Joseph et la Ste Vierge ont apparus à des dates différentes : apparition de Notre Dame et l’Enfant Jésus dans ses bras, qu’entourent Saint Bernard de Clairvaux, Sainte Catherine martyre, et l’Archange Saint Michel qui lui dit :

« Je suis la Vierge Marie. Allez dire au clergé et aux Consuls de Cotignac de me bâtir ici même une église, sous le vocable de NOTRE-DAME DE GRACES: et qu’on y vienne en procession pour recevoir les dons que je veux y répandre ».

Et le 10 aout 1519 à Jean de la Baume, bucheron provençal, et le 7 juin 1660, à Cotignac, sur le mont Besillon, un jeune berger assoiffé de 22 ans, Gaspard Ricard qui voit apparaître devant lui un homme d'imposante stature qui lui indique un rocher en disant :

 « Je suis Joseph; enlève-le et tu boiras ».

  • le 21 février 1717 : Jacques III, fils de Jacques II et prétendant au trône d'Angleterre, est obligé de chercher refuge en France.
  • le 21 février 1730 : décès de Benoît XIII, 243ème pape.

  Ben

Pietro Francesco Orsini née le 2 février 1649, et devient pape le 29 mai 1724, sous le nom de Benoît XIII, alors qu'il était évêque de Césène.

Pieux simple et humble, il luttera pour les bonnes mœurs du clergé, les pouvoirs du Saint-Siège et contre le jansénisme.

  • le 21 février 1793 : la Convention supprime la dignité de Maréchal de France.

Nivellement par le bas, même dans l’armée.

  • le 21 février 1795 : la liberté des cultes est restaurée en France.

Première conséquence du Traité de La Jaunay. Nous devons notre liberté religieuse, au sang et au sacrifice de nos ancêtres de l’ouest de la France, entre autre.

  • le 21 février 1916 : début de la bataille de Verdun.

Les Allemands pilonnent les positions françaises avec 1225 pièces d'artillerie.

Le lundi 21 février 1916 vers 7 heures, un obus explose dans la cour du palais épiscopal de Verdun. C’est le début d’une bataille inhumaine — opération baptisée Gericht (tribunal) par les Allemands — qui va durer dix mois. A 7h30 du matin, les fantassins allemands commandés par le chef d'état-major Erich von Falkenhayn, se lancent à l'assaut des forts et des tranchées de Verdun. Les trois divisions françaises présentes sont pilonnées par l'artillerie allemande pendant neuf heures et sur près de quinze kilomètres. La puissance de feu est telle que la colline appelée "Côte 304" perd sept mètres de hauteur. Les premières positions de la rive Sud de la Meuse sont prises par les troupes allemandes. Des déserteurs allemands avaient parlés de 100 heures de bombardement. Le 3ème bureau français (conduite des opérations) se moquera éperdument des renseignements recueillis par le 2ème bureau.

Toutefois la veille, le dimanche 20, le général de Castelnau alerté par Jacquand, son ancien subordonné, suivant sa propre logique, prenant au sérieux les renseignements reçus, et à contre-courant de tous, fait prélever dans les Vosges le 20e CA pour le faire diriger sur Bar-le-Duc et promet l’arrivée du 1er en provenance de Vitry. 

Adjoint de Joffre au GQG, il arrive en urgence à Verdun où l’état-major est en pleine débandade.  C’est lui, et non Pétain arrivé plus tard, qui donne au nom du commandant en chef les premiers ordres pour organiser la résistance à Verdun en février 1916. La riposte française sera dirigée par le général Philippe Pétain. La bataille de Verdun prendra fin 10 mois plus tard, le 15 décembre 1916. Le bilan sera un des plus lourds de la Première Guerre mondiale : 700 000 morts.

  Verd

 

  • le 21 février 1920 : décès de Jacinta Marto, à neuf ans.

 

JacinJacinta Marto, l'une des trois enfants auxquels la Vierge Marie est apparue en 1917 à Fatima, succombe à une pleurésie. Elle a été béatifiée par le pape Jean-Paul II, le 13 mai 2000. Jacinthe avait deux ans de moins que son frère François. C'était une petite fille gaie et vive, au grand cœur, mais capricieuse par moment; à tel point que Lucie disait d'elle :

"Ma cousine était susceptible, parce que la moindre contrariété suffisait pour la faire bouder dans un coin à attacher le bourricot ! Il fallait alors la laisser choisir le jeu et le partenaire avec qui elle voulait jouer".

Cependant, c'était une petite fille aimable et attirante. Une de ses qualités particulières était l'amour de la vérité.

  • le 21 février 1934 : l'armée française engage des opérations contre les Berbères du Haut Atlas, au Maroc.
  • le 21 février 1946 : la durée du travail est ramenée à 40 heures hebdomadaires, en France.
  • le 21 février 1946, encore : de Gaulle écrit une lettre à son fils.

Il tire la morale de la crise qui l'a poussé à démissionner de la présidence :

"Il faut choisir, et l'on ne peut être à la fois l'homme des grandes tempêtes et celui des basses combinaisons".

Visiblement le locataire actuel de l’Elysée a fait le choix inverse…

  • le 21 février 1995 : Jeanne Calment fête ses 120 ans et devient la doyenne du monde.

Le Salon Beige est visité chaque jour par plusieurs dizaines de milliers personnes qui veulent participer au combat contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme.

Je ne souhaite pas que le Salon Beige devienne une galerie commerciale avec des publicités voyantes, mais au contraire qu’il reste un outil de combat culturel.

Le Salon Beige est un lieu où chacun trouve les informations et les argumentaires dont il a besoin pour sa réflexion personnelle. C’est un lieu gratuit et une bibliothèque de référence vivante.

Si chaque personne lisant ce message donnait, notre levée de fonds serait achevée en une heure.

Aujourd’hui, je vous remercie de faire un don de 5€, 20€, 50€ ou de tout autre montant à votre portée, afin que le Salon Beige puisse poursuivre son combat.

Merci,

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

1 commentaire

  1. La suppression du maréchalat de France en 1793 ne relève pas vraiment d’un nivellement par le bas. Les conventionnels voulaient une société égalitaire et ont estimé que ce titre était incompatible avec l’établissement d’une république. En outre, durant tous le XVIIIe siècle, il était inaccessible aux roturiers (contrairement au XVIIe siècle). En outre, sous l’Ancien Régime, le maréchalat n’était pas qu’un titre militaire. Les maréchaux de France exerçaient diverses tâches administratives qui ne pouvaient exister que dans une monarchie absolue. Le maréchalat spécifiquement militaire tel que nous le connaissons a été créé par Napoléon en 1804. Enfin, les maréchaux de France sous Louis XV furent dans leur ensemble d’assez piètres chefs, ce qui contribua au discrédit de leur fonction.
    Je conseille aux lecteurs qui s’intéresseraient à l’histoire des maréchaux de l’Ancien Régime une étude récente et complète d’un jeune docteur en histoire, Fadi El Hage, Histoire des maréchaux de France à l’époque moderne, paru aux éditions Nouveau Monde, et qui a reçu en 2011 le prix d’Histoire militaire décerné par le ministère de la Défense.
    Pour Verdun, oui, Castelnau fut le maître d’œuvre de la défense que Pétain n’assuma qu’à partir du 25 février (2e armée). Pétain est ensuite remplacé par Nivelle à ce poste en mai 1916. Pétain est le “défenseur” de Verdun, mais pas le “vainqueur”. Ce titre revient à Nivelle, qui reprit Douaumont en décembre. Ce succès lui valut la succession de Joffre, mis sur une voie de garage et créé maréchal de France (le premier depuis la mort de Canrobert en 1895).
    Enfin, il n’y eut pas 700 000 morts à Verdun en 1916. Les Français en eurent 162 000 (disparus compris), les Allemands 140 000. Le nombre de blessés dans chaque camp tourna autour de 200 000.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services