Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

C’est arrivé un 20 septembre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 20 septembre 1159 : élection du pape Alexandre III.
  • le 20 septembre 1378 : début du Grand Schisme d'Occident.

Sous la pression des Romains, un pape italien est élu sous le nom d'Urbain VI le 7 avril. Il succède alors à Grégoire XI, qui avait décidé, un an plus tôt, de rétablir la papauté à Rome. Mais le nouveau souverain pontife, dont l'élection est due à un peuple en armes et dont le caractère brutal choque de plus en plus, déplaît fortement aux cardinaux français, qui, en septembre, élisent un nouveau pape.

Un conclave réuni à Fondi élit Robert de Genève, antipape d'Avignon. Celui-ci prend le nom de Clément VII et s'installe à Avignon. Cet épisode marque le début du Grand Schisme d'Occident, l'Eglise ayant désormais deux papes et se voit alors divisée entre les partisans de chacun des deux pontifes, Clément VII et Urbain VI. Ce dernier mène une politique autoritaire, si bien qu'il perd peu à peu tous ses alliés. Le pontificat de Clément dure jusqu'à sa mort, le 16 septembre 1394 à Avignon (voir la chronique du jour). Il sera remplacé par Benoit XIII. Leurs morts donnent lieu à l'élection de deux nouveaux papes, qui entrent immédiatement en conflit l'un contre l'autre. Voir les chroniques du 17 janvier, du 8 avril, du 15 octobre.

  • le 20 septembre 1695 : naissance de Claude de Saint-Simon, religieux français, 80e abbé de Jumièges, puis évêque.
  • le 20-21 septembre 1697 : signature du Traité de Ryswick.

La signature du Traité de Ryswick, réalisée dans la petite ville de Rijswijk, située dans faubourgs de La Haye, met fin à la Guerre de la Ligue d'Augsbourg qui oppose Louis XIV et la Grande Alliance. Louis XIV accepte de reconnaître Guillaume d'Orange-Nassau comme roi d'Angleterre sous le nom de Guillaume III et de rendre la plus grande partie des Pays-Bas espagnols à Charles II d'Espagne. En échange, il permet à la France d'être reconnue comme la propriétaire de la Baie d'Hudson au Canada. De plus, elle récupère à nouveau Terre-Neuve mais ne garde, en contrepartie qu'un bout de l'Acadie. L'île d'Haïti est partagée entre la France et l'Espagne. Les Français finissent par obtenir le côté occidental de Saint-Domingue. Cf. la chronique du 17 mai.


  • le 20 septembre 1703 : les Camisards massacrent des habitants catholiques de Saturargues, près de Lunel.
  • le 20 septembre 1792 : « victoire » française sur les Prussiens à Valmy.

L'armée française emmenée par les généraux Dumouriez et Kellermann l'emporte face aux Prussiens du duc de Brunswick. Cette victoire surprise donne un coup d'arrêt à l'invasion de la France révolutionnaire par les puissances monarchistes. Depuis l'emprisonnement de Louis XVI, en août 1792, les Prussiens avaient envahi l'Est de la France sans difficultés. Valmy est appelée « la première victoire militaire de la république ». Ce que la république oublie de dire c'est qu'au début de la bataille, les soldats français se battaient pour le Roi. La nouvelle de la fin de la monarchie leur parvenant qu'après.

La bataille de Jemappes, du 6 novembre suivant, est la première victoire de la république ; elle est surtout due à l'écrasante supériorité numérique des Français : 40 000 Français contre à peine 13000 Autrichiens.

  • le 20 septembre 1792 (toujours): les registres de l'Etat Civil passent à un officier public.

Par décret du jour, naissance, mariage et décès sont dépouillés de tout caractère religieux et devient des actes purement administratifs. Le mariage devient le contrat civil. En fait, depuis le XIV siècle l'administration française s'appuyait sur le travail des curés, qui pour leur paroisse tenaient un registre paroissial. Cette habitude vient de Bretagne, plus précisément du diocèse de Nantes vers 1406. Il est rapidement suivi par les autres évêques bretons puis par tous les diocèses de France. C'est François 1er, avec son ordonnance de Villers-Cotterêts, qui rend la tenue de ces registres obligatoire. Les paroisses ont huit jours pour transmettre aux officiers publics tous les registres dont elles disposent.

  • le 20 septembre 1792 (encore) : vote d'une loi autorisant pour la première fois le divorce en France.

L'Assemblée législative vote le divorce. La nouvelle loi a un impact très fort sur la population. A partir de l'an VII (fin 1798 et début 1799), un mariage sur trois est dissout à Paris. Le but est de transformer le mariage, sacrement indissoluble qui relève de l'église, en simple contrat notarial. La nouvelle loi est abolie en 1816 sous Louis XVIII, puis rétablie en 1884.

  • le 20 septembre 1804 : décès de Pierre Méchain, astronome français.
  • le 20 septembre 1854 : bataille de l'Alma.

Cette bataille à lieu pendant la guerre de Crimée. C'est en souvenir de cette bataille et pour saluer leur courage et leur action décisive qu'est réalisé le Zouave du pont de l'Alma à Paris par le sculpteur Georges Diebolt.

  • le 20 septembre 1870 : entrée des troupes italiennes dans Rome.

Ayant retiré ses troupes de Rome entre le 4 et 6 aout, Napoléon III trahit le Saint Père et laisse les Italiens s'emparer par la force de la ville éternelle. Le pape se considère prisonnier et ne sort plus du Vatican. Cette controverse, appelée « Question romaine » durera jusqu'en 1929 avec les accords du Latran.

  • le 20 septembre 1900 : le pape Léon XIII dissout officiellement les États pontificaux.
  • le 20 septembre 1949 : dévaluation du franc français.

Le franc est dévalué de 22%.

  • le 20 septembre 1989 : déclaration du chef des Druzes au Liban.

Oualid Joumblatt, chef des Druzes, déclare : «que Dieu maudisse la France, si elle s'en prend à l'Islam. »

Cité par François Marie Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et des mœurs (Editions de Chiré page 359)

  • le 20 septembre 1992 : référendum en France sur le traité de Maastricht

Il aboutit à une courte victoire du « oui »: 51%.

  • le 20 septembre 1996 : premier voyage d'un pape, en l'occurrence, Jean-Paul II en Bretagne (à Sainte-Anne-D'Auray).

Dans le cadre de la célébration du 1500ème anniversaire du baptême de Clovis et de ses guerriers, donc du baptême de la France, le pape vient prier aux pieds de la statue du Comte de Chambord offrant la couronne de France à Sainte Anne.

Extrait de l'homélie du Saint Père, prononcée devant plus de 150 000 personnes :

« Cette foi, qui est votre héritage commun, est affrontée à de nombreux défis. Certes, les causes d'inquiétude sont multiples. Ainsi, on voit se développer un climat d'indifférence et d'individualisme; certains ne savent pas accepter l'autre dans sa différence; certains désespèrent devant le mal du monde. Trop souvent la mémoire chrétienne s'affaiblit, notamment dans les jeunes générations, qui ont bien du mal à s'approprier leur héritage religieux. Mais on perçoit aussi chez vous de nombreux signes de vitalité. L'Esprit Saint est à l'œuvre dans les cœurs et suscite d'admirables conversions intérieures, des vocations inattendues, un renouveau du sens de la vie conjugale; des laïcs de plus en plus nombreux s'engagent dans l'animation de la communauté chrétienne et dans les structures de la vie publique et sociale. Aujourd'hui, je suis venu vous inviter à faire grandir l'espérance en vous et autour de vous. Comme vos pères dans la foi, soyez des bâtisseurs de l'Église dans les générations nouvelles!

Vivez l'espérance, mettez votre confiance en ce Dieu qui a fait alliance avec les hommes dans la personne de son Fils Jésus! Une représentation traditionnelle de sainte Anne nous la montre faisant lire la Bible à sa fille Marie. C'est une invitation à accueillir la parole de Dieu, à s'en imprégner pour en témoigner dans les réalités humaines. Ouvrez vos cœurs au Christ sa parole vous indique le chemin pour aller vers son Père! Dans l'humble fidélité aux appels adressés par Dieu dans la vie quotidienne, chacun donne sa propre réponse de foi à la Parole. C'est ce que firent tant de familles de votre région. »

L'intégralité se trouve ici :

http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/homilies/1996/documents/hf_jp-ii_hom_19960920_fedeli-bretagna_fr.html

La statue du Comte de Chambord a été réalisée par le sculpteur Caravaniez. Elle représente le Prince en prière, revêtu du manteau du sacre, agenouillé face à Sainte-Anne, avec à ses pieds la couronne de France posée sur un coussin. Autour du piédestal se dressent quatre statues : sainte Jeanne d'Arc, sainte Geneviève, Duguesclin et Bayard.

Partager cet article

5 commentaires

  1. Le contrat civil (dénommé “mariage civil”) devrait être repris, et carrément détaché de toute pratique religieuse: que les conjoints puissent avoir le choix
    -de se marier religieusement sans être mariés civilement (non ingérence de l’état dans la pratique religieuse)
    ou
    -de contracter civilement avant de se marier religieusement.
    Le PACS a été créé, mais n’a toujours pas la même valeur quant à la possibilité de recevoir le sacrement de mariage: mais de quoi se mêle l’état!
    Il faudrait aussi expliciter l’intérêt pour la nation de savoir si les gens ont des relations de cohabitation (et plus si affinité … comme on dit). N’y a-t-il pas là un voyeurisme surprenant? Acte de naissance et de décès, ça se comprend, acte de “contrat civil de cohabitation familiale”, en quoi l’état est-il concerné?

  2. Ces cardinaux français qui commencèrent par déposer Urbain VI puis élurent Clément VII, sainte Catherine de Sienne les appelait des ‘démons incarnés’. Ils furent soutenus par le roi de France Charles V, dit le sage, et principal auteur du schisme.

  3. On écrit : ‘Sainte-Anne d’Auray’. Attention aux majuscules abusives.

  4. C’est avec les canons de Crimée, donnés par Napoléon III, qu’a été réalisée la statue gigantesque de Notre-Dame de France, au Puy.

  5. Valmy : Ce que la république a oublié de dire, c’est que el franc maçon Brunswick ne s’est pas battu, car il était acheté par le franc mac Dumouriez. Ce que la république oublie de dire c’est que si Brunswick avait daigné se battre, il aurait foutu une pile aux va-nu-pieds français qui n’étaient que des amateurs et avinés en plus : Il n’y a jamais eu de bataille de Valmy, Brunswick s’est retiré avant la rencontre, c’est tout.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services