Bannière Salon Beige

Partager cet article

C'est arrivé un...

C’est arrivé un 2 décembre…

C’est arrivé un 2 décembre…

“A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines.” Léon XIII, Rerum Novarum

Rappelons-nous:

  • le 02 décembre 1355: États généraux votent un impôt pour la guerre contre les Anglais.

Les États généraux, réunis à Paris, vote une subvention exceptionnelle à la demande du Roi Jean II le Bon pour la guerre contre les Anglais.

  • le 02 décembre 1615 : Louis III de Guise, archevêque de Reims et pair de France, est nommé cardinal par le pape Paul V.
  • le 02 décembre 1694: mort du peintre Pierre Puget.

Pierre Puget est à la fois peintre, dessinateur, sculpteur, architecte. Né à Marseille, il se fait connaître en réalisant le balcon de l’hôtel de ville de Toulon. Fouquet lui demande de réaliser les sculptures du Château de Vaux-le-Vicomte Il meurt à Marseille le 2 décembre 1694.

  • le 02 décembre 1804 : sacre de Napoléon 1er.

Napoléon Bonaparte se sacre empereur des Français. Quoiqu’on ait pu écrire sur la foi chrétienne de Bonaparte, la cérémonie est tellement sacrilège que le Pape Pie VII se retire avant la fin et n’assiste pas au serment de l’empereur, de préserver tous les acquis de la révolution, serment dont les côtés “petit bourgeois” et matérialistes sont très surprenants :

«Je jure de maintenir l’intégrité du territoire de la République, de respecter et de faire respecter l’égalité des droits, la liberté politique et civile, l’irrévocabilité des ventes de biens nationaux, de ne lever aucun impôt, de n’établir aucune taxe qu’en vertu de la loi, de maintenir l’institution de la Légion d’honneur, de gouverner dans la seule vue de l’intérêt, du bonheur et de la gloire du peuple français».

Napoléon se considérait comme l´héritier et le sauveur de la révolution. Il est à noter que ce sacre suit de peu l’ignoble et inutile assassinat du duc d’Enghien; gage donné par Bonaparte à la Maçonnerie. Le Pacte de Reims est officiellement rompu. Mais il a fallu 10 ans de Terreur pour imposer cela au peuple français.

  • le 02 décembre 1805 : Napoléon triomphe grâce au soleil d’Austerlitz.

Un an jour pour jour après son avènement sur le trône de France, Napoléon remporte une bataille décisive lors de la campagne contre la troisième coalition près du village d’Austerlitz. Feignant un repli, il parvient à tromper les troupes de François II d’Autriche et d’Alexandre Ier, Tsar de toutes les Russies. Les forces austro-russes composées de 90 000 hommes, perdent 30 000 soldats. La France quant à elle ne dénombre que 7000 pertes sur 73 000 hommes. Avec la paix de Presbourg signée entre les trois empereurs (France, Autriche et Russie), la France se verra céder la Vénétie et la Bavière par François II.

  • le 02 décembre 1807 : Pie VII rejette le traité négocié à Fontainebleau par les cardinaux Bayane, Caprara et Fesch avec Champagny.

Il refuse de se soumettre temporellement aux exigences de la lutte contre l’Angleterre, ainsi que d’accepter l’extension du Concordat italien à Venise et la négociation d’un autre concordat pour l’Allemagne.

  • le 02 décembre 1810 : Napoléon reçoit une bulle du pape Pie VII déclarant nulle la nomination de Maury à l’archevêché de Paris.
  • le 02 décembre 1851 : coup d’Etat de Louis Napoléon Bonaparte.

Le 2 décembre 1851, anniversaire du sacre de Napoléon 1er et de la bataille d’Austerlitz, Louis-Napoléon Bonaparte conduit le coup d’État qui lui permettra de passer du statut de Prince-Président à celui d’Empereur des Français… le 2 décembre 1852. Les murs de Paris sont placardés d’affiches annonçant la dissolution de l’Assemblée et du Conseil. Les nouvelles dispositions prises par le prince-président, prévoient aussi de consulter le peuple par voie de référendum sur l’instauration d’une nouvelle Constitution. Le neveu de Napoléon Ier choisit d’agir le 2 décembre en souvenir du sacre de son oncle et de sa grandeur militaire le jour de la bataille. Tout comme son aïeul, il devient empereur sous le nom de Napoléon III. Ce coup d’Etat fait environ 400 morts, dont la moitié à Paris.

  • le 02 décembre 1870 : Sonis et ses zouaves pontificaux arrêtent les prussiens à Loigny.

La bataille de Loigny, tableau de Charles Castellani.

Voir le livre sur Sous la bannière du Sacré Cœur, le général de Sonis de Gérard Bedel aux Editions DEL.

  • le 02 décembre 1887 : le scandale des décorations fait démissionner Grévy.

L’affaire des décorations dure depuis deux mois ; le président Jules Grévy (4ème président français) est contraint de démissionner. Son gendre Daniel Wilson, député de gauche d’Indre-et-Loire, est au cœur d’un trafic de décorations géré par le Général Caffarel. Wilson est d’ailleurs le seul à ne pas être inquiété par cette affaire et continue à siéger. La multiplication des « affaires », alimentée par les tensions dues au colonialisme et à l’attitude à adopter face à l’Allemagne, mène  à la crise boulangiste. La tradition de malversation de la gauche française est aussi ancienne que la république.

  • le 02 décembre 1903 : le nouveau pape, Pie X écrit à Loubet pour protester contre les persécutions sans fin dont sont victimes les catholiques français.

«Durant ces derniers mois, Nous avons dû assister, avec une profonde douleur, aux événements qui se déroulèrent en France, le pays classique de la liberté et de la générosité. Des milliers de religieux et de religieuses ont été chassés de leurs pacifiques demeures et réduits souvent à la plus dure misère ; et puisque leur propre patrie leur enlevait le droit, que les lois garantissent à tous les citoyens, de se choisir le genre de vie à leur convenance, ils se sont vus contraints à chercher un asile en des terres étrangères. […] On prépare maintenant d’autres mesures tendant à priver du droit d’enseignement tout membre d’une congrégation religieuse même autorisée. […] Nous laissons à tout homme éclairé et impartial de juger si d’enlever un droit commun, sanctionné par les lois, à toute une classe de citoyens soumis à toutes les charges —uniquement parce qu’ils sont religieux—, ce n’est pas en même temps une offense à la religion, une injustice au détriment de ces citoyens et une violation de ces principes de liberté et d’égalité qui sont à la base des constitutions modernes. »

Cette lettre restera sans réponse. »

Tiré de Quand les catholiques étaient hors la loi de Jean Sévillia (éditions Perrin page 89)

Voir les chroniques du 28 mars, du 14 juin, du 4 septembre, du 4 octobre, des 5, 6 et 7 novembre.

  • le 02 décembre 1959 : catastrophe du barrage de Malpasset

Le soir du 2 décembre 1959, un barrage se rompt à Malpasset, en amont de Fréjus, sur la côte méditerranéenne. La ville est inondée et détruite par une vague de 40 mètres de haut, sortie du Reyran (50 millions de mètres cubes d’eau). La catastrophe fait 423 morts et des milliers de sans-abri. Des blocs de pierre de 600 tonnes dévalent la colline et détruisent le quartier de Malpasset. Les pluies diluviennes qui tombent sur la Côte-d’Azur depuis quelques jours seraient à l’origine de la rupture du barrage-voûte vieux de 10 ans à peine.

Dans un émouvant élan de solidarité, la France entière se mobilise aussitôt au secours des victimes. Des quêtes et des collectes de vêtements sont organisées à grande échelle dans les écoles. Européens et Américains se mobilisent également. Il s’agit de la première manifestation mondiale de solidarité.

Le barrage de Malpasset, destiné à l’irrigation et assis sur des roches instables, avait été conçu selon des normes moins draconiennes que les ouvrages hydroélectriques et n’aurait de ce fait pas résisté…

  • le 02 décembre 1969 : le veto français à l’entrée de la Grande-Bretagne à la CEE est levé.

 

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services

 

Pendant le confinement, le combat ne s'arrête pas.

Le Salon beige a besoin de votre aide pour défendre les principes non négociables!