Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

C’est arrivé un 2 avril…

« Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir… » (Maréchal Foch)

« Les peuples cessent de vivre quand ils cessent de se souvenir."» (Maréchal Foch)

Alors rappelons-nous :

  • le 2 avril 742 : naissance de Charlemagne

La naissance et l'enfance de Charlemagne sont peu connues. A la mort de Pépin le bref, son père, il se partage le Royaume avec son avec son jeune frère Carloman ; puis à la mort de ce dernier en 771, il règne seul. Son armée étant dédiée à la défense de l'Eglise et de la foi est consacrée à la Vierge (cf.la chronique du 11 février) Le 25 décembre 800 il est couronné empereur à Rome (cf. la chronique du jour).

  • le 2 avril 774 : Charlemagne se rend à Rome, pour rencontrer le pape Adrien Ier.

Le pape lui demande d'intervenir en Italie, contre le roi des Lombards, Didier, qui occupe depuis l'année précédente des villes de l'État pontifical.

  • le 9 avril 999 : Gerbert d'Aurillac devient pape sous le nom de Sylvestre II.

Otton III a fait élire pape son protégé et ami Gerbert d'Aurillac, qui a été son précepteur, qui prend le nom de Sylvestre II. C'est le premier pape français. Durant son pontificat, il attribue le titre de roi aux souverains chrétiens de Pologne et de Hongrie. Il est connu aujourd'hui dans le monde scientifique pour avoir introduit en Europe le système de numération décimale.

  • le 2 avril 1104: le pape Pascal II convoque un concile à Troyes.

Contraint de se réfugier en France suite à sa querelle avec l'empereur Henri V, le pape se trouve alors à Paris où il vient de rencontrer le Roi de France Philippe 1er.

  • le 2 avril 1285 : Giacomo Savelli est élu pape sous le nom de Honorius IV.

Cf. chronique du 3 avril.

  • le 2 avril 1305 : Roi de Navarre et héritier de la couronne de France.

À la mort de sa mère Jeanne Ière de Navarre, reine de Navarre depuis 1274, Louis le Hutin, héritier de la couronne de France, devient roi de Navarre sous le nom de Louis Ier de Navarre. Louis est sacré roi de Navarre à Pampelune en 1307 et devient Roi de France à la mort de son père Philippe le Bel le 29 novembre 1314.

 

  • le 2 avril 1559 : signature du traité franco-anglais du Cateau-Cambrésis, qui attribue Calais à la France.

Cf. la chronique du 3 avril.

  • le 2 avril 1586 : la reine Louise fait une Fondation pieuse en faveur des prisons du Châtelet et de la Conciergerie.

Ayant épousé Henri III le 15 février 1575, et malgré une fausse couche en 1576, le couple royal est frappé par une stérilité qui se confirme avec les années. En dépit des infidélités du Roi qui diminuent avec le temps est un modèle et d'amour et d'union conjugale.

  • le 2 avril 1767 : expulsion des jésuites d'Espagne.

Faussement accusé d'avoir fomenté l'émeute du 23 mars 1766, par le chef du gouvernement espagnol le franc-maçon d'Aranda, les Jésuites sont condamnés par une procédure secrète, sans débats contradictoires, sans confrontations de témoins, sans le secours d'une défense juridique quelconque, sans une sentence rédigée et motivée, par des commissaires triés sur le volet par leur ennemi déclaré, d'Aranda. Ce dernier joue en Espagne le rôle que joue Choiseul pour la France.

Un pli cacheté, signé par le roi et contresigné par d'Aranda, est envoyé, à la fin mars, à tous les dépositaires de l'autorité royale, pour n'être ouvert que le 2 avril, sous peine de forfaiture.

« Je vous revêts de toute mon autorité et de toute ma puissance royale pour, sur-le-champ, vous transporter avec main-forte à la maison des Jésuites. Vous ferez saisir tous les religieux et vous les ferez conduire comme prisonniers au port indiqué, dans les vingt-quatre heures. Là, ils seront embarqués sur des vaisseaux à ce destinés.

Au moment même de l'exécution, vous ferez apposer les scellés sur les archives de la maison et sur les papiers des individus, sans permettre à aucun d'emporter autre chose que ses livres de prières et le linge strictement nécessaire pour la traversée. Si, après l'embarquement, il existait encore un seul Jésuite, même malade ou moribond, dans votre département, vous serez puni de mort.».

Moi, Le Roi (*)            

(*)Jean Guiraud Histoire partiale- Histoire vraie, Tome 4, chapitre 8, page 161 à 168

  • le 2 avril 1721 : André Mollandin établit le comptoir de Mahé.

Mollandin et le râja Vazhunnavar de Badagara concluent un accord permettant aux Français d'établir un comptoir, en fait un entrepôt, à l'embouchure du fleuve. En 1724, un fort est construit. Les Anglais vont très vite arriver attiré par l'appât du gain.

  • le 2 avril 1796 : l'Armée Catholique et Royale s'empare de Sancerre.

Début 1796, une rébellion royaliste éclate dans le Sancerrois, avec à sa tête un jeune officier d'artillerie, Louis Edmond Le Picard de Phélippeaux. Sa troupe qui appartient à l' «  Armée Catholique et Royale du Sancerrois » compte environ 1500 hommes, dont 900 du pays ; les autres étaient venus en renfort de l'Orléanais et de Vendée. En face, le général « bleu » Desenfans, commande 2500 soldats.

Les "Amis de La Vendée Sancerroise" feront ériger à la sortie de Sancerre, en direction de Bourges, une croix dont le socle porte l'inscription suivante, surmontée d'une fleur de lys :

2 avril 1796, l'adjudant général LE PICARD de PHELIPPEAUX,

chef de l'armée catholique et royale, s'empare de Sancerre.

Le 12 avril Combat de Sens-Beaujeu

L'abbé Buchet, curé de Jalognes, aumônier volontaire des troupes royales,

en secourant des adversaires, meurt en martyr.

En 1966

En mémoire de sa fidélité et de celle de ses compagnons,

ce monument a été élevé par le « Souvenir Sancerrois »,

héritier de la même volonté, de la même foi et des mêmes espérances.
 

  • le 2 avril 1810 : Napoléon 1er épouse Marie-Louise d'Autriche.

Suite au divorce d'avec Joséphine de Beauharnais, qui ne pouvait pas lui donner d'héritier, Napoléon Ier cherche d'abord du côté de la Russie, laquelle refuse l'offre; il accepte celle de l'empereur d'Autriche, qu'il a contraint à la paix après la difficile victoire de Wagram. «J'épouse un ventre ! », dit-il.

Le mariage religieux a lieu dans le salon carré du palais du Louvre. Bonaparte jubile en devenant l'époux d'une princesse d'Europe issue de la famille des Habsbourg, il semble réussir la synthèse entre les trois dynasties monarchiques et la révolution. Autant le choix de Marie Antoinette fut judicieux autant Marie Louise s'avère une personne égoïste et peu fidèle et peu fiable. Episode peu connu, le bal tourne au drame car une bougie met le feu aux tentures. Dans la panique qui suit meurent plusieurs dizaines des 1500 invités.

Bal en l'honneur des nouveaux mariés.

Moins d'un an plus tard, le 20 mars 1811, naît l'héritier tant attendu : Napoléon II.

  • le 2 avril 1814 : déchéance de Napoléon.

Les sénateurs, présidés par Barthélemy, prononcent la déchéance de Napoléon.

  • le 2 avril 1861 : le cercueil de Napoléon Ier est placé dans le sarcophage définitif, dans la crypte sous le dôme des Invalides et en présence de Napoléon III.
  • le 2 avril 1871 : les Versaillais lancent leur première offensive sur Courbevoie.

La reconquête de Paris commence par le Mont Valérien ; cela va durer deux mois, deux mois de guerre civile.

 

  • le 2 avril 1974: mort de Georges Pompidou.

 Président sincèrement regretté des Français. Il faut toutefois rappeler que c’est sous sa mandature que la France a vraiment perdu un pan capital de sa souveraineté : son indépendance financière avec : la monétisation de sa dette. En d’autres termes, par l’article 25 de la loi n°73-7 du 3 janvier 1973 sur la Banque de France, le Trésor public ne peut plus présenter ses propres obligations à la Banque de France et doit s’adresser directement aux marchés financiers. Le financement de l’Etat et de ses politiques est alors soumis à intérêts. Ce que de Gaulle avait catégoriquement refusé en disant :

 « La politique de la France ne se fait pas à la Corbeille ».

 La suite de la Vème république n’est que l’histoire d’abandons successifs de la souveraineté du pays, par une classe politique se contentant d’un rôle de gestionnaire et n’ayant aucune vision prospective autre que la dissolution de la nation dans un grand « machin ».

  •  le 2 avril 2005 : mort de Jean-Paul II.

Le pape Jean-Paul II s'éteint à 84 ans, après 26 ans de pontificat. Plus de 60 000 personnes se sont rassemblées place Saint-Pierre à Rome à l'annonce de son décès. Son pontificat est le 3ème plus long de l'histoire ; il est impossible à résumer : de nombreux pèlerinages avec plus de 104 pays visités ; la lutte contre le communisme qui s'écroule ; l'évangélisation et l'annonce de la Civilisation de l'Amour ; les JMJ, journées mondiales de la jeunesse, son attachement aux valeurs traditionnelles ; son adresse à l'âme de la France lors de son premier voyage dans son sermon du Bourget le 1er juin 1980 :

« Alors permettez-moi, pour conclure, de vous interroger: France, Fille aînée de l'Eglise, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême? Permettez-moi de vous demander: France, Fille de l'Eglise et éducatrice des peuples, es-tu fidèle, pour le bien de l'homme, à l'alliance avec la sagesse éternelle?

Pardonnez-moi cette question. Je l'ai posée comme le fait le ministre au moment du baptême. Je l'ai posée par sollicitude pour l'Eglise dont je suis le premier prêtre et le premier serviteur, et par amour pour l'homme dont la grandeur définitive est en Dieu, Père Fils et Saint-Esprit. »

Partager cet article

5 commentaires

  1. Bonjour,
    Je ne crois pas avoir lu, dans la rubrique “c’est arrivé un 2 avril”, l’anniversaire de la mort de ce grand Président qu’était Georges Pompidou, le 2 avril 1974, il y a 40 ans. Merci de l’ajouter… Cordialement, T.Auzou

  2. A la mort de Philippe le Bel, Louis le Hutin devient Louis X de France. C’est pourquoi les rois, depuis lui et jusqu’à Louis XVI, seront appelés rois de France et de Navarre.

  3. Gerbert d’Aurillac a introduit la numération décimale dans le monde chrétien mais en oubliant le zéro, ce qui la rendait inopérante. Ce qui fait que les chiffres romains se sont maintenus jusqu’au temps de Louis XIV

  4. Le 2 avril 1974 décédait le président français Georges Pompidou. Plus tard la crise pétrolière allait sonner le glas de ce que nous appelons encore “les trente glorieuses”

  5. Plusieurs commentateurs le rappellent déjà : il y a 40 ans mourait Georges Pompidou.
    Ce grand président, même si l’on n’est pas obligé de partager ses goûts artistiques et architecturaux, a fait dans l’intérêt de la France des choix décisifs, en particulier, alors qu’il était très malade, celui de notre indépendance dans le domaine énergétique.
    Quand on voit ce qui se passe aujourd’hui, il est beaucoup de choses qu’il n’aurait certainement pas tolérées, en particulier qu’un ministricule juge dégueulasse un repas servi à l’Élysée avec foie gras et château d’Yquem .
    Il avait porté haut, mais toujours avec simplicité, le prestige de sa fonction et celui de la France.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.