Bannière Salon Beige

Partager cet article

C'est arrivé un...

C’est arrivé un 1er mars….

C’est arrivé un 1er mars….

“A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines.” Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 1er mars : saints du jour français ou en France.
    • St Aubin, évêque d’Angers († 549)

La vie admirable et pleine de faits merveilleux de ce saint évêque d’Angers a été écrite par saint Fortunat sur des témoignages contemporains de la plus haute valeur. Son récit est corroboré par celui de saint Grégoire de Tours et offre par conséquent les garanties de l’authenticité la plus exacte.

Albinus, – dont nous avons fait Aubin, – naquit près d’Hennebont, à Languidic, sur les bords du Blavet. Son père, d’une noblesse incontestée, était peut-être le fameux chef des Armoricains, nommé aussi Albinus, assez puissant pour s’opposer aux desseins d’Aetius. L’enfant fut, dès ses premières années, animé d’une foi vive et pratique, dont les fruits ne tardèrent pas à éclore.

Tout jeune homme, il renonça vaillamment aux avantages de la noblesse et de la fortune, il brisa même avec l’affection maternelle et vint s’enfermer dans un monastère dont le nom, défiguré sans doute par une erreur de copiste, doit très probablement être reconnu comme celui du monastère de Nantilly, près de Saumur.

Saint Benoît venait de naître. La règle suivie à Nantilly fut la sienne plus tard. Au temps où le jeune Aubin s’y présenta, c’était celle de saint Augustin, presque la seule adoptée en Occident. Les religieux qui la professaient portaient le titre de chanoines réguliers ; mais ils étaient astreints à une stricte pauvreté, à une austère pénitence. À Nantilly, toutes les vertus étaient en grand honneur.

Aubin, dès le premier moment, se signala entre tous par sa ferveur, en particulier par l’humilité sous laquelle il cachait soigneusement sa naissance. Aussi, également aimé et estimé, il fut, en 504, à l’âge de trente-cinq ans, élu à la charge d’abbé. Il s’en acquitta pour le plus grand bien de ses frères, qui, sous son gouvernement tendre et ferme, marchaient joyeusement vers la sainteté.

Il y avait vingt-cinq ans qu’il dirigeait Nantilly, lorsque l’évêque d’Angers, Adolphe, vint à mourir ; les électeurs furent unanimes pour lui donner Aubin comme successeur. Ce ne fut pas sans peine néanmoins qu’ils lui arrachèrent son consentement. Il ne céda que devant leurs instances et sur l’avis des évêques de la contrée, qui depuis longtemps appréciaient la distinction de ses talents et la hauteur de ses vertus. Saint Mélaine, évêque de Rennes, en particulier, fut ravi de ce choix ; uni depuis, longtemps au nouveau prélat par une étroite amitié, ce fut lui sans doute qui le consacra. Cette année-là même (529), en effet, on le voit à Angers en compagnie de trois autres saints évêques : saint Laud de Coutances, saint Victorius du Mans, saint Mars de Nantes.

Dès lors Aubin, se modelant sur le divin Pasteur, Jésus-Christ, se livra tout entier au soin de son troupeau. Sa charité se portait surtout sur les pauvres et les malades ; il s’abaissait pour eux aux soins les plus humiliants. Mais une autre classe de misérables excita aussi sa paternelle compassion : à cette époque, à la suite de l’invasion des barbares, beaucoup de chrétiens étaient tombés dans l’esclavage. Le bon évêque ne pourrait les voir sans larmes ; il consacra, à en racheter le plus grand nombre possible, toutes les ressources que lui fournirent les biens de son église, sa propre fortune, les aumônes qu’il sollicitait. Il fut ainsi le digne prédécesseur des Jean de Matha, des Pierre Nolasque, des Vincent de Paul.

Cette tendre charité, Dieu la montrait par des miracles continuels, combien elle était agréable à son cœur. Il semble, à lire la Vie d’Aubin, que le saint évêque les obtint particulièrement pour les aveugles! Mais il guérit aussi nombre d’autres malades, des paralytiques, des possédés ; il ressuscita même un mort, le jeune Alexandre, pour le rendre à ses parents désolés.

Pourtant la bonté de saint Aubin s’alliait très bien à une fermeté apostolique, qui ne reculait, quand le devoir était en jeu, devant aucune puissance humaine. Dans ces cas même, parfois, il recourait au don des miracles, que Dieu lui avait si libéralement accordé.

Dans le bourg de Douille vivait une jeune fille, nommée Ëtheria, dont la beauté avait séduit le Roi Childebert ; il ordonna de la saisir et de la lui amener. Aubin fut averti de cette violence infâme et aussitôt accourut au secours de sa brebis. Il pénétra sous un déguisement dans la ville où les satellites du Roi s’étaient emparés de la malheureuse enfant. En vain elle se débattait, implorant secours. En apercevant l’évêque, que son œil reconnut en son vêtement d’emprunt, elle fait effort, s’échappe avec un cri des mains de la soldatesque et vient tomber en larmes aux pieds du saint. Un tel secours n’était pas pour intimider ces barbares ; l’un d’eux s’avance insolemment et veut arracher la jeune fille à son protecteur. Mais Aubin, indigné, le traitant comme, au rite du baptême, le démon qu’on chasse du néophyte, lui souffle à la face. L’homme recule, comme frappé de la foudre, et roule mort sur le sol. Ses compagnons, épouvantés, prirent la fuite et vinrent raconter au Roi le terrible miracle. Childebert n’osa pas poursuivre son entreprise malhonnête ; mais, en digne barbare, il exigea une rançon. L’évêque, généreux, voulut encore la payer, trop heureux de sauver ainsi la vertu d’une vierge.

A cette époque grossière, elle n’était guère respectée. Les violents fils de Clovis, incapables de maîtriser leurs passions, autorisaient par leur exemple les vices de leurs courtisans et de leurs guerriers. Le concubinage, les mariages incestueux étaient la plaie gangreneuse de cette société ; et trop souvent des évêques mêmes, se sentant impuissants à la guérir, n’osaient pas employer les remèdes énergiques. Saint Aubin ne fut pas de leur nombre. Avec le zèle de saint Jean-Baptiste, à toute occasion, malgré les colères, les haines, les attentats mêmes contre sa vie, il revendiqua hautement les droits de la pureté et châtia les coupables.

Ainsi agit-il contre un des principaux seigneurs de Neustrie, qui, habitant en Anjou, y donnait le scandale d’une de ces unions criminelles. L’ayant vainement exhorté, averti plusieurs fois, il prononça enfin sur lui la sentence d’excommunication.

Ce fut un frémissement dans la France entière, et il se trouva des évêques pour taxer cette juste sévérité d’excessive rigueur.

Peut-être, pour venger sa cause, ou plutôt celle de Dieu, Aubin provoqua-t-il le troisième concile d’Orléans, en 538, qui fut présidé par l’archevêque de Lyon. Il y prononça du moins un discours également éloquent et énergique contre le désordre qui allumait son zèle. Et les Pères du concile ne purent que l’applaudir et voter un canon où était fait droit aux justes réclamations du Saint. Mais ils n’allèrent pas plus loin et, contents d’avoir donné raison en principe à leur collègue, ils l’engagèrent à user de modération et, en signe d’absolution, d’envoyer, comme ils allaient le faire eux-mêmes, au coupable qu’il avait excommunié, des eulogies, sorte de pains bénits à l’offertoire de la messe et distribués en signe d’amitié et de communion. Aubin refusa d’abord ; il céda enfin à leurs injonctions expresses. « Mais, ajouta-t-il, je suis contraint par votre ordre de bénir et d’envoyer cette eulogie ; vous refusez de défendre la cause de Dieu : il est assez puissant pour la venger lui-même. » Dieu la vengea en effet ; avant même de recevoir les eulogies, le coupable fut frappé par la mort.

Douloureusement atteint par le blâme de ses collègues, Aubin voulut savoir s’il avait outrepassé les droits de la douceur. Il se rendit, en compagnie de saint Lubin, auprès de saint Césaire d’Arles, pour le consulter à ce sujet. Saint Césaire, en effet, jouissait alors dans toute la France de la plus haute réputation de talent et de sainteté. Il n’est pas douteux, quand on sait quelle conduite il a tenu lui-même dans des circonstances pareilles, qu’il n’ait pleinement approuvé l’évêque d’Angers.

Saint Aubin allait atteindre sa quatre-vingtième année, lorsqu’un nouveau concile fut convoqué à Orléans. Mais l’âge et les infirmités l’empêchèrent d’y assister. II ne tarda pas, en effet, à expirer : c’était le 1er mars 549, ou, selon d’autres, 550.

A son tombeau se multiplièrent les miracles. Non moins grand thaumaturge que de son vivant, saint Aubin a laissé parmi son peuple un souvenir toujours entouré de reconnaissance et de vénération.

  • St Léon, évêque de Rouen et martyr (v. 856 † v. 890)

Patron de la ville de Bayonne, dont il fut l’évêque, saint Léon est également fêté aujourd’hui dans le diocèse de Coutances et Avranches : il était en effet originaire de Carentan. Sa vie mouvementée l’emmena tout d’abord en Rhénanie, où il fut page à la cour du roi Louis de Germanie. Mais il se sentait plus de goût pour l’étude et la prière que pour la vie de courtisan. Il partit donc pour Paris, où il étudia et où il fut ordonné prêtre. Et c’est après sa consécration épiscopale, qui eut lieu à Rome, qu’il fut nommé au siège de Bayonne. Son activité apostolique le conduisit à prêcher l’Évangile auprès des populations basques, en Navarre et en Biscaye. Mais il périt décapité par des pirates, un 1er mars, vers l’an 890, avec l’un de ses compagnons d’apostolat

  • St Siviard, abbé d’Anisole († v. 680)

Dans le Maine, vers 680, saint Siviard, abbé d’Anisole.

  • le 1 mars 492 : décès et fête de saint Félix III, pape.

Voir les chroniques du 25 février et du 13 mars.

  • le 1 mars 492 : élection du pape saint Gélase 1er.

49ème pape, il est d’origine berbère, un des trois papes africains ; c’est un des plus proches collaborateurs du pape saint Félix III, son prédécesseur mort le 25 février.

L’empire romain d’occident est la proie des barbares. Le pape doit lutter contre Byzance et l’empereur d’Orient à qui il rappelle par une lettre de 494 que tout pouvoir vient de Dieu, que ce pouvoir, sur terre se divise en deux avec un principe spirituel et un principe royal :

« Je vous prie Votre Piété de ne pas juger arrogance ce qui est devoir envers la vérité divine. J’espère qu’il ne sera pas dit d’un empereur romain qu’il n’a pas souffert qu’on lui rappelât la vérité. Il y a deux principes, Empereur Auguste, par qui ce monde est régi au premier chef : l’autorité sacrée des pontifes et la puissance royale, et des deux, c’est la charge des prêtres qui est la plus lourde, car devant le tribunal de Dieu ils rendront compte même pour les rois des hommes. Vous savez en effet, Fils très clément, que, bien que vous régniez sur le genre humain, vous courbez avec dévotion la tête devant ceux qui président aux choses divines, et que vous attendez d’eux les moyens de votre salut. »

Le pape Gélase réaffirme ainsi avec vigueur la doctrine traditionnelle de l’autonomie de la juridiction ecclésiastique vis-à-vis du pouvoir politique: l’empereur n’est qu’un fils de l’Église, comme tout chrétien, et non pas un prêtre. Si les empereurs peuvent apporter le soutien de leur autorité temporelle aux évêques, ils devraient rester soumis à ces derniers dans toutes les matières de foi, chacun des deux ordres demeurant ainsi compétent en son domaine propre.

Il meurt le 20 novembre 496.

  • le 1 mars 487 : Clovis, « Souviens-toi du vase de Soissons ».

La légende raconte qu’au milieu du butin arraché à Syagrius, on découvre un vase (probablement en argent) dont l’évêque de Reims demande rapidement la restitution auprès de Clovis. Toutefois les coutumes franques veulent que les parts du butin soit tirées au sort.

 

Alors qu’il passe ses troupes en revue le Roi des Francs reconnaît un soldat, qui un an auparavant l’a défié en frappant d’un coup de hache le fameux vase liturgique en argent que le Roi désirait rendre à saint Rémi. Le combattant avait apostrophé le Roi: “Tu n’auras rien ici que ce que le sort t’attribuera vraiment”. Clovis n’a pas oublié cet affront. Il reproche à l’homme sa tenue négligée et jette ses armes à terre. Le guerrier se penche pour les ramasser et Clovis en profite pour lui asséner un coup de sa propre hache sur la tête. “Ainsi as-tu fait, à Soissons, avec le vase” lui dit-il. Le cadavre gisant sur le sol restera exposé au public en guise de preuve de l’autorité royale.

 

St Rémy, évêque de Reims demandant la restitution du vase de Soissons à Clovis

  • le 1 mars 705 : élection du pape Jean VI.
  • le 1 mars 965 : le pape Léon VIII meurt à Rome.
  • le 1 mars 1382 : révolte des maillotins à Paris.

Poussé par une marchande, dont un percepteur voulait saisir la marchandise en règlement de la gabelle, les parisiens se soulèvent. Pillant le Châtelet et s’emparant des maillets entreposés à l’hôtel de ville, les insurgés, baptisés « maillotins », donnent la chasse aux collecteurs d’impôts. Les oncles du Roi Charles VI, encore mineur, répriment sévèrement la révolte.

  • le 1 mars 1555 : Michel de Notre-Dame commence à publier.

Fils d’un médecin, médecin lui même, Michel de Notre-Dame s’est fixé à Salon. Il commence à prophétiser et à publier, d’abord modestement, de petits opuscules où ses pronostics sont consignés sous forme de quatrains. Le succès l’encourage à appliquer ses prophéties à l’histoire. Ses quatrains sont regroupés par centaines. Le 1er mars paraît l’épître à César, son fils, qui est la préface des Centuries dont le premier recueil, qui regroupe sept Centuries paraît 4 jours plus tard.

  • le 1 mars 1562 : le massacre de «23» Huguenots à Wassy.

Le massacre de 80 Huguenots à Wassy, sous les ordres du duc de Guise, est un pur mensonge historique. Dater les guerres de religions de cette échauffourée en est un autre. Tous les crimes commis par les huguenots seraient la conséquence de cet « énorme crime des catholiques », et seraient ainsi « justifiés » aux yeux de l’histoire. En fait, l’histoire des guerres de religions en France, a été depuis la révolution totalement réécrite et trafiquée.

Jean Guiraud dans Histoire partiale- Histoire Vraie (Editions Beau-Chesne-Croit, tome 2 chapitre 16, page 202) écrit :

« Qui a donné le signal des guerres de religion ? Qui a lancé notre malheureux pays dans ces luttes fratricides qui l’ont déchiré et dévasté pendant plus de trente ans ? A qui devons-nous cette déplorable explosion de haine ? La sympathie qu’éprouvent pour le protestantisme les auteurs « laïques » a dicté à leurs manuels la même réponse à cette question. C’est le fanatisme catholique, écrivent-ils unanimement, qui a déchaîné les guerres de religion. Les protestants ne demandaient qu’à pratiquer en paix leur culte nouveau, lorsque le massacre de Vassy, savamment préparé par le duc de Guise, les obligea à prendre les armes pour défendre leurs croyances et leur vie. Dès lors, ce n’est point sur les huguenots qu’il faut faire retomber la responsabilité des guerres qui étaient pour eux des guerres de légitime défense, mais sur les catholiques qui les ont provoquées avec le dessein avoué d’en finir avec le protestantisme. « 

Toutefois, le vrai début des guerres de religions n’est pas celui que retient l’histoire officielle, mais le sacrilège commis à Paris en 1528, première manifestation du protestantisme à Paris qui met tout le Royaume en émoi. Rue des Rosiers, près de la petite porte Saint Antoine était vénérée depuis des lustres une statue de Notre Dame Elle est retrouvée mutilée et décapitée.

A cette nouvelle et à l’unisson des sentiments du peuple, François 1er, profondément choqué, ordonne d’en refaire une identique en argent. 12 jours plus tard, la statue terminée, le Roi convoque dans une église voisine tous les corps ecclésiastiques de Paris, huit évêques, le Parlement, la chambre des comptes, les corps de la ville, les princes de sang, les ambassadeurs étrangers et tous les grands officiers de la couronne pour assister à une messe expiatoire. Puis une procession se rend sur le lieu du sacrilège, l’évêque portant la nouvelle statue et le Roi un cierge. Arrivé sur place au chant de l’Ave regina coelorum et devant le peuple à genoux le Roi place la nouvelle statue dans son emplacement initial.

La statue mutilée se trouve aujourd’hui dans l’église de Saint Gervais et est honorée sous le vocable de Notre-Dame de Tolérance.

Ceux qui souhaitent plus de détails les trouveront dans Notre Dame de France ou Histoire du culte de la Sainte Vierge en France de Hamon (tome 1 page 119 et 120 ; éditions Henri Plon)

Pendant 40 ans, les catholiques subissent les persécutions des huguenots ; comme ni l’Eglise ni le pouvoir royale ne répriment les attentats, les sacrilèges voire les assassinats, les huguenots multiplient leur méfaits. En 1560 – 1561, tout le sud de la France est le théâtre de scènes d’affrontements très violents ( exemple du pillage de la cathédrale de Montpellier le 19 octobre 1561.

Que c’est-il passé à Wassy ? Relisons Jean Guiraud dans Histoire partiale- Histoire Vraie (Editions Beau-Chesne-Croit, tome 2 chapitre 16, page 214 et 215 :

«Le 1er mars 1562, le duc de Guise, qui se rendait de Joinville à Paris, passait par Vassy avec son escorte de gentilshommes et de serviteurs… C’était le dimanche, il s’arrêta pour entendre la messe. L’église était à une portée d’arquebuse d’une grange où les réformés de la ville et des environs célébraient leur culte. Quoique Vassy fût ville close, ils y avaient établi un temple, contrairement à l’édit de janvier (Rendu par le chancelier de l’Hôpital pour garantir les libertés des protestants). Leur communauté, qui ne comptait pas encore un an d’existence, était nombreuse et ardente. Quelques mois auparavant, l’évêque de Châlons, Jérôme Bourgeois, venu pour l’admonester de vivre catholiquement, avait été pris à partie par le ministre et forcé de se retirer au milieu des huées et des cris: « Au loup ! au renard ! »… Sagement, le duc de Guise avait résolu de ne pas séjourner dans la ville, « voulant, disait-il, fuir les occasions que quelques-uns des miens pussent s’agacer et dire mots à ceux de ladite ville et qu’ils n’entrassent les uns et les autres en dispute de religion ». Il comptait n’y rester que le temps d’ouïr la messe.

Il venait d’entrer dans l’église quand on l’avertit que les réformés, au nombre d’environ 500, étaient en train de célébrer leur prêche. Peut-être crut-il à une bravade. Il sortit pour leur remontrer l’insolence de leur conduite. Les réformés, interprétant mal cette démarche, crurent que Guise venait les attaquer et, avant d’être l’objet de la moindre violence, ils « lancèrent des pierres au duc et à ses compagnons qu’ils voyaient s’approcher. Il y eut des gentilshommes blessés et Guise lui-même reçut une contusion. Son escorte accourut à l’aide, elle riposta aux coups de pierre par des coups d’arquebuse… Quand le duc de Guise arrêta le carnage, il y avait vingt-trois morts et plus de cent blessés. Guise n’eut ni un remords, ni un scrupule, ni un doute. « De mes voisins et sujets m’ont voulu, écrivait-il à un de ses lieutenants, faire une braverie où ils m’ont blessé une douzaine de gentilshommes, de quoi ils se sont trouvés marchands ; voilà leurs belles Évangiles ! » Il s’éloigna emmenant des prisonniers qu’il se proposait de livrer aux magistrats comme perturbateurs et séditieux. Mais, si sa conscience était en repos, il appréhendait l’effet que pouvait produire cette sanglante journée. Il ne voulait pas avoir l’air d’un chercheur de querelles. Aussi se montra-t-il prudent. Il évita Vitry où, sur le bruit du massacre, cinq ou six cents religionnaires avaient pris les armes ; il campa hors de Châlons sans vouloir entrer dans cette ville, où les réformés, quoique en minorité, étaient les maîtres »

Tel est le récit de ce que l’on a appelé improprement le massacre de Vassy ; au lieu de l’écrire nous-même, nous avons mieux aimé l’emprunter à un auteur qui ne dissimule pas ses sympathies pour les protestants, M. Mariéjol, professeur à la Sorbonne. »

  • le 1 mars 1591 : le pape Grégoire XIV renouvelle l’excommunication prononcée contre le futur Roi de France Henri IV en 1585.

En raison de la loi de Catholicité un prince non catholique ne peut pas en effet accéder au trône de France. Bernard Basse, dans son livre La constitution de l’ancienne France (DMM Editions) rappelle que la loi de catholicité ou d’orthodoxie  implique que le Roi doit être catholique. Cette loi découle du principe de Droit Divin, c’est-à-dire que dans ses lois fondamentales la France reconnaît que l’origine de tout pouvoir se trouve en Dieu.

C’est la loi de catholicité qui a poussé Henri IV à abjurer sa foi protestante, pour recevoir légitimement la couronne de France. L’édit d’Union, de 1588, formule cette loi clairement et la qualifie de loi fondamentale du Royaume. Elle remonte en fait au pacte de Tolbiac et au baptême de Clovis et de ses guerriers à la Noel 496. Un pacte formel est passé là, entre la France et Dieu, l’Eglise en est le témoin officiel. Cette alliance fait du Roi et de la France, le fils et la fille Aînée de l’Eglise, qui s’engagent à défendre la chrétienté contre toutes les attaques, dont elle serait victime. Historiquement, la France n’est pas un Etat laïc, mais confessionnel. Et le Roi, lors du sacre, s’engage à favoriser le développement de la religion catholique. C’est aussi cette loi qui fait du clergé le premier des 3 ordres.

  • le 1 mars 1633 : Champlain redevient gouverneur de la Nouvelle-France

Il a fondé la ville de Québec en 1608, avec le soutien du Roi Henri IV. Champlain réussit à s’allier aux Algonquins et aux Montagnais, et les soutient face aux cinq nations iroquoises. Il essaie ensuite de trouver des emplacements pour de futures colonies et d’attirer les commerçants à Québec. Il fonde la « Compagnie de Champlain » en 1614 avec des marchands de Rouen et de Saint-Malo. Nommé lieutenant, Champlain exerce toutes les fonctions d’un gouverneur sur place ; il devient le premier gouverneur de Nouvelle France en juillet 1626, jusqu’à la prise de Québec par les Anglais. Il retrouve cette fonction le 1er mars 1633, mais n’obtient que le titre de « commandant en l’absence du ministre ». Il mourra sans avoir été nommé réellement gouverneur, le 25 décembre 1635, et sans enfant pour lui succéder.


Peinture réalisée par Théophile Hamel 1870

  • le 1 mars 1707 : Fénelon obtient un privilège pour publier ses “Réflexions saintes pour tous les jours du mois”.

Sortes d’éphémérides à vocation spirituelles…

  • le 1 mars 1793 : la Convention décrète l’annexion de la Belgique.
  • le 1 mars 1808 : Napoléon Ier crée la noblesse d’Empire et y associe quelques familles de l’Ancien Régime.
  • le 1 mars 1815 : débarquement de l’Inconstant à Golfe-Juan.

L’empereur déchu débarque en France au Golfe-Juan en compagnie de 1 100 hommes de la vieille garde et de la garde corse. Son objectif est de reconquérir le pouvoir en marchant vers Paris. Les généraux et les soldats dépêchés par Louis XVIII pour le stopper se rallient à lui, un à un. Le 7, Napoléon fait une entrée triomphale dans Grenoble. Le 20, il atteint Paris, où il forme un nouveau gouvernement. Les 100 jours commencent.

« En dépit des travaux des historiens, quasi unanimes sur ce point depuis au moins cent ans, il est un mythe qui a la vie dure : celui d’un véritable ‘appel du peuple’ ayant convaincu Napoléon d’agir. Partout en France ou presque, son retour aurait été attendu, souhaité et plus tard, fêté. L’empereur a fondé cette légende et s’en est servi […] En dehors de la route empruntée par la petite troupe de l’île d’Elbe puis l’armée ralliée, “l’agitation ou même le soutien à l’Empire ne furent que sporadiques”. »

Tiré de la Nouvelle histoire de l’Empire, de Thierry Lentz, tome 4, Les Cent-jours, p.319 et 322).

« L’attitude dominante dans le peuple – et plus encore dans les élites – fut une circonspection mêlée d’appréhension : tout le monde savait “que le principal risque d’un rétablissement de l’Empire était la reprise de la guerre, avec comme corollaire un nouvel effondrement de l’activité économique, de probables troubles politiques et sociaux, voire une nouvelle révolution ». (Th. Lentz, Ibid. p.323)

  • le 1 mars 1821 : le marquis de Rivière offre la “Vénus de Milo” à Louis XVIII qui en fait aussitôt don au musée du Louvre.
  • le 1er mars 1858 : première miraculée de Lourdes.

C’est la douzième apparition. Plus de mille cinq cents personnes sont présentes. Pour la première fois, un prêtre assiste à l’événement. Dans la nuit, Catherine Latapie, une amie lourdaise de Bernadette, se rend à la Grotte, elle trempe son bras déboîté dans l’eau de la source : son bras et sa main retrouvent leur souplesse immédiatement.

  • le 1 mars 1871 : l’Assemblée nationale, réunie à Bordeaux, ratifie les préliminaires de Versailles.
  • le 1er mars 1896 : Henri Becquerel découvre que la radioactivité a des conséquences.
  • le 1 mars 1900 : le Sénat est saisi d’un projet de loi d’amnistie concernant tous les faits relatifs à l’Affaire Dreyfus.
  • le 1 mars 1941 : Leclerc et sa colonne s’emparent de l’oasis de Koufra en Libye, tenue par les italiens.

Le 21 décembre 1940, depuis Fort Lamy au Tchad, aujourd’hui N’Djamena, la colonne Leclerc, composée de 400 hommes et de 56 véhicules, sous les ordres du colonel Philippe Leclerc, lance une opération en direction de la Libye.

La patrouille de reconnaissance légère atteint Koufra le 07 février 1941 et des observateurs informent le reste du groupe: les bombardements effectués par l’aviation française sur Koufra n’ont pas produit de résultats probants.

Le 16 février, le gros des Français arrive aux abords de l’oasis et mettent en déroutent les Italiens de la Compagnie saharienne de Koufra. Commence alors le siège du fort de Koufra.

L’unique canon de la colonne, un 75 de montagne, tire plusieurs dizaines de coups par jour, depuis diverses positions autour du fort. Non pas pour convaincre l’ennemi que plusieurs pièces sont engagées (ce dont finalement les Italiens se persuaderont), mais pour protéger le matériel d’un tir de contre-batterie. Des patrouilles testent les défenses italiennes ; des camions circulent de nuit, feux allumés, afin de faire croire à l’arrivée imminente de renforts. Harcelés par 10 jours de combat, les Italiens tentent de parlementer. Leclerc leur promet un traitement honorable en cas de reddition, mais leur impose ses conditions. Le capitaine commandant les forces italiennes finit par accepter l’offre et signe la capitulation de la place forte.

Elle comprenait environ 400 européens, 800 indigènes, quatre canons et 53 mitrailleuses. Le 1er mars, le fort de El-Tag est occupé par les troupes françaises libres. Le lendemain est prononcé le Serment de Koufra.

  • le 1 mars 1941 : le chef de l’Etat le maréchal Pétain est acclamé par la foule à St-Etienne, devant l’hôtel de ville.
  • le 1er mars 1944 : De Gaulle appelle à l’insurrection nationale.

Alors qu’Eisenhower demande qu’on calme la population, De Gaulle l’excite.

« L’insurrection nationale «inséparable de la libération nationale » est une nécessité vitale pour le Pays… L’insurrection est plus économique (sic) que l’attente de la libération par les alliés… Elle donnera à notre pays une âme nouvelle… Elle seule permettra d’imposer que le gouvernement provisoire de la République soit enfin reconnu par la Grande-Bretagne et les Etats-Unis… L’argument invoqué par Pétain et sa clique, que la passivité, en évitant des représailles sauve des vies humaines est un argument qui sert l’ennemi…

Voir les chroniques du 20 janvier, du 21 février.

Cité par l’amiral Auphan dans Histoire élémentaire de Vichy (Nouvelles Editions Latines, page 327).

  • le 1 mars 1954 : le pape Pie XII interdit l’expérience des prêtres ouvriers.
  • le 1 mars 1974 : création du Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN).

Ce groupe d’élite est spécialisé dans la réduction des forcenés, les interpellations dangereuses, les prises d’otages, la gestion des enlèvements et les extorsions de fonds, les transferts de détenus ainsi que dans l’antiterrorisme aérien ou maritime.

  • le 1 mars 1994 : entrée en vigueur du nouveau code pénal en France.

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services