Bannière Salon Beige

Partager cet article

C'est arrivé un...

C’est arrivé un 1er avril…

C’est arrivé un 1er avril…

“A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines.” Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 1er avril : saints du jour français ou en France.
    • St Hugues, évêque de Grenoble († 1132)

Hugues naît à Châteauneuf-sur-Isère, près de Valence, en Dauphiné. Pendant que sa mère le portait dans son sein, elle eut un songe où il lui semblait mettre au monde un bel enfant que saint Pierre, accompagné d’autres saints, emportait dans le Ciel et présentait devant le trône de Dieu. Cette vision fut pour ses parents un présage de hautes et saintes destinées ; aussi soignèrent-ils son éducation et n’hésitèrent-ils pas à favoriser sa vocation ecclésiastique.

01Choisi, jeune encore, par l’évêque de Valence, pour être chanoine de sa cathédrale, il se vit, à vingt-sept ans, obligé d’accepter le siège épiscopal de Grenoble, devenu vacant. Il voulut recevoir l’onction épiscopale des mains de saint Grégoire VII qui, connaissant à l’avance son mérite et ses vertus, lui dévoila toute son âme et lui inspira un zèle ardent pour la liberté de l’Église et pour la sanctification du clergé.

Hugues trouva son évêché dans le plus lamentable état; tous les abus de l’époque y régnaient en maîtres. Le nouveau Pontife fit d’incroyables efforts pour raviver la foi et relever les mœurs ; ses efforts étant infructueux, il résolut de quitter sa charge et se réfugia au monastère de la Chaise-Dieu; mais bientôt le Pape, instruit de ce qui se passait, lui ordonna de retourner à son évêché et de préférer le salut des âmes à son repos personnel.

C’est dans les années suivantes que saint Bruno vint fonder dans son diocèse l’admirable institution de la Chartreuse. Hugues allait souvent dans cet ermitage et vivait avec les Chartreux comme le dernier d’entre eux ; son attrait pour la solitude était si fort, qu’il ne pouvait se décider à quitter cette austère retraite, et Bruno se voyait obligé de lui dire : « Allez à votre troupeau; il a besoin de vous ; donnez-lui ce que vous lui devez. »

Cependant Hugues, par la puissance de sa sainteté, opérait un grand bien dans les âmes ; ses prédications véhémentes remuaient les foules et touchaient les cœurs ; au confessionnal, il pleurait souvent avec ses pénitents et les excitait à une plus grande contrition. Après quelques années d’épiscopat, son diocèse avait changé de face.

Parmi ses hautes vertus, on remarqua particulièrement sa modestie et sa charité. Dur pour lui-même, il se montrait prodigue pour les pauvres et alla jusqu’à vendre pour eux son anneau et son calice. Toujours il se montra d’une énergie indomptable pour la défense des intérêts de l’Église ; il restera toujours comme l’un des beaux modèles de noble indépendance et de fier courage. Son exemple apprend aussi que si le salut des âmes est une chose inestimable, il ne s’opère souvent qu’au prix d’une longue persévérance et d’une grande abnégation.

  • Bx Hugues, abbé au monastère de Bonnevaux († 1194)

Au monastère cistercien de Bonnevaux dans le Dauphiné, en 1194, le bienheureux Hugues, abbé, neveu d’Hugues de Grenoble, qui, à force de charité et de prudence, réconcilia le pape Alexandre III et l’empereur Frédéric Ier.

  • St Valery, prêtre à Leuconay au VIIe siècle

À Leuconay près d’Amiens, au VIIe siècle, saint Valery, prêtre, qui attira un grand nombre de disciples à la vie érémitique.

  • le 1 avril 304 : mort du pape saint Marcellin.
  • le 1 avril 774 : Charlemagne se rend à Rome, pour rencontrer le pape Adrien Ier.

Le pape lui demande d’intervenir en Italie, contre le roi des Lombards, Didier, qui occupe depuis l’année précédente des villes de l’État pontifical.

  • le 1 avril 996 : mort du pape Jean XV.
  • le 1er avril 1328 : Philippe VI de Valois devient le successeur en titre du dernier des Capétiens directs.

Le cousin de Charles IV le Bel, que celui-ci avait désigné comme Régent avant sa mort ; les États généraux ont confirmé en février la non-transmission du Royaume aux femmes. Or le 1 avril, la reine Jeanne accouche d’une fille, Blanche de France : la Couronne passe donc au régent, qui devient le premier roi de la dynastie des Valois, sous le nom de Philippe VI.

C’est la fin de la lignée des Capétiens directs. (cf. les chroniques du 1er février et du 29 mai).

  • le 1er avril 1605 : Léon XI est élu pape.

Candidat d’Henri IV, Léon XI tombe malade peu de temps après son couronnement, et meurt après un pontificat de 27 jours.

  • le 1er avril 1703 : les troupes royales de Montrevel massacrent des participants à une assemblée clandestine de Camisards au Moulin de l’Agau (près de Nîmes).

Claude Louis Hector de Villars,  par  Hyacinthe Rigaud.

Le comportement des troupes de Montrevel est en grande partie dû à l’incompétence de son chef, à qui succède le Maréchal de Villars.

La guerre est déclarée entre la France, l’Espagne, le Portugal, la Bavière et la Savoie, d’une part, et l’Angleterre, la Hollande, l’Autriche et le Danemark d’autre part en mai 1702. La révolte des camisards commence presque immédiatement, financée et soutenue par les pays étrangers, qui attaquent aux frontières. Les Camisards sont donc coupables de haute trahison.

Mais en plus, ils sont coupables des pires exactions avant que le Roi n’envoie sur place ce qui lui reste de troupes disponibles. Jean Guiraud dans le tome 3 de son livre Histoire partiale- Histoire vraie, au chapitre 4, qui traite des conséquences de la Révocation de l’Edit de Nantes, rappelle les crimes des camisards :

« Six mois à peine après ses débuts, dans une lettre au ministre de la guerre du 28 décembre 1702, le Père de la Rue dressait ainsi le bilan de ses cruautés : « Quarante églises brûlées et pillées ; deux à trois cents abandonnées, le massacre de près de deux cents personnes : prêtres, gentilshommes, anciens catholiques et nouveaux zélés ; plus de cent lieues d’étendue de pays sans nul exercice de religion dans les campagnes »; le 13 mai, l’intendant Bâville mentionnait le massacre à Fraissinet de 32 anciens catholiques et de beaucoup de femmes et d’enfants, par les Camisards. Un rapport adressé, le 30 août 1703, au ministre de la guerre déclare que, vers la fin de mai 1703, dix mois après leur révolte, les Camisards ont brûlé 409 maisons et 107 églises. […]

On ne peut lire sans frémir le récit suivant des cruautés que commirent les Camisards « dans les lieux de Saint-Ceriez et de Saturargues, le 22 septembre 1703. « Au nombre de 400, ils se divisèrent en deux troupes qui allèrent piller chacune l’un de ces pays ». […] A Saturargues, « cette troupe infernale, se voyant maîtresse absolue de la vie et des biens des habitants, tua, massacra sans pitié et mit le feu dans tout le village. M. Pujol médecin arriva dans cette effrayante conjoncture […]. Il trouva d’abord 71 personnes massacrées, savoir 15 hommes, 26 femmes dont 6 allaient être mères qui furent éventrées, 30 enfants ; 15 blessés qu’on fit porter à Lunel-la-Ville pour les faire panser, dont six sont morts de leurs blessures… il vit sur le corps d’un pauvre homme un petit enfant à qui on avait déchiqueté le visage et coupé la gorge à coups de dagues ; il était encore emmailloté dans les langes ; il en aperçut six autres, depuis l’âge de trois ans jusqu’à six, à qui on avait coupé les bras et les têtes ; d’autres étaient grillés au milieu de leurs pères et de leurs mères. Il remarqua, entre autres choses, cinq femmes que ces meurtriers avaient ramassées autour d’une croix de pierre qu’ils abattirent sur elles : la terre est encore couverte du sang de ces illustres crucifiées ».

Jean Guiraud souligne que Montrevel est aussi sanguinaire ; mais aussi que si les Camisards résistent pendant trois ans c’est grâce aux subsides et aux soldats étrangers.

« Les puissances ennemies de la France, écrit Villars, n’oubliaient rien pour entretenir cette révolte et n’épargnaient aucune dépense pour la fomenter ou même pour l’accroître. Plusieurs de leurs frégates chargées de fanatiques (protestants), d’armes et d’argent, suivaient les côtes du Languedoc, quelques-unes abordèrent sur celles de Catalogne, moins exactement gardées que ne l’étaient celles du Languedoc…Outre ces tentatives pour soutenir la révolte du Languedoc, les ennemis firent passer des émissaires en Dauphiné et en Rouergue pour faire prendre les armes dans ces provinces à ce qu’ils pouvaient rassembler de fanatiques et de religionnaires qui comptaient tous que les armées navales d’Angleterre et de Hollande n’étaient entrées dans la Méditerranée que pour les soutenir.

De son côté, le comte de Beauregard écrivait au Ministre de la Guerre, le 27 mars : « Je dirai à Votre Grandeur que la révolte des huguenots de Languedoc s’est tramée dans le pays de Genève par de ces gens-là qui y étaient retirés, mais principalement par la famille d’un nommé de Fonds ; un des Cadets était un des chefs de ces scélérats qui faisaient leur demeure, depuis nombre d’années, à Vevey, petite ville des terres de Genève, de laquelle ils reçoivent des secours considérables d’argent et d’hommes, soit barbets ou soldats allemands qui passent en France par leurs terres, sous prétexte de désertion et se joignent, après cela, aux bandes de ces scélérats ». »

  • le 1er avril 1707 : les obsèques de Vauban sont organisées dans l’église St-Roch, à Paris.

Puis un carrosse conduit le corps à Bazoches.

  • le 1er avril 1716 : le cardinal de Fleury est nommé par le régent Philippe précepteur de Louis XV.


Portrait par Hyacinthe Rigaud.

C’est très certainement la meilleure décision du régent de toute la période de la Régence.

Cf. la chronique du 29 janvier.

  • le 1er avril 1753 : naissance de Joseph de Maistre, homme politique, écrivain et philosophe.

Né dans le duché de Savoie, Joseph de Maistre, est magistrat, politicien, écrivain et philosophe. C’est un des premiers écrivains à affirmer le caractère satanique de la révolution française. Sénateur en 1788. Il est l’un des premiers à se révolter contre l’annexion de la Savoie par la France en 1792. Longtemps exilé en Suisse, puis en Italie, il revient en France sous Louis XVIII.

Quelques citations :

  • « La Révolution, je dis la république, car c’est la même chose, est comme le chancre qui se détruit lui-même en se dévorant. N’attendons pas ce moment. Le temps presse. Le chancre républicain, en se dévorant, dévore la France, il faut nous hâter de la guérir, de la sauver et de la relever au nom du Roi. » cité par François Maris Algoud dans son Histoire de la volonté de perversion de l’intelligence et des mœurs (Editions de Chiré, page 130).
  • «Un des plus grand crimes qu’on puisse commettre, c’est sans doute l’attentat contre la souveraineté, nul n’ayant des suites plus terribles. […] Il faut encore faire une observation importante, c’est que tout attentat commis contre la souveraineté au nom de la nation est toujours plus ou moins un crime national…Or , ces crimes nationaux contre la souveraineté sont punis sans délai et d’une manière terrible ; c’est une loi qui n’a jamais souffert d’exception. Chaque goutte de sang de Louis XVI en coûtera des torrents à la France ! quatre millions de Français peut-être payeront de leurs têtes le grand crime national d’une insurrection antireligieuse, et antisociale, couronnée par un régicide. »Considérations sur la France chap II, page 11 à 13

Or toutes les études de Dupâquier à Renée Casin montre que non seulement de Maistre sera en deçà de la réalité mais que le déclin démographique de la France date de la révolution. En 1789, la France compte autant d’habitants que la Russie. En 1914, les populations s’élèvent respectivement à 40 millions et 160 millions !

  • « Chaque nation, comme chaque individu, a reçu une mission qu’elle doit remplir.» Considérations sur la France
  • « Il y a dans la révolution française un caractère satanique qui la distingue de tout ce qu’on a vu et peut-être de tout ce qu’on verra. » Considérations sur la France
  • « Le plus grand ridicule pour une femme, c’est d’être un homme.  »
  • « Toute nation a le gouvernement qu’elle mérite. »Considérations sur la France
  • « Le goût n’est que la conscience du beau, comme la conscience n’est que le goût du bon. »Lettre à Monsieur l’amiral Tchitchagof
  • « Ce qu’il y a de plus admirable dans l’ordre universel des choses, c’est l’action des êtres libres sous la main divine.»Considérations sur la France

 

  • Le 1er avril 1794 : la colonne infernale de l’adjudant-général Cortez et son bataillon de Saône et Loire est à Chantonnay.

La destruction systématique de la Vendée se poursuit.

  • le 1er avril 1904 : circulaire du ministre de la Justice ordonnant l’enlèvement des crucifix dans les prétoires de tous les tribunaux.
  • le 1er avril 1923 : la loi ramène le service militaire de 3 ans à 18 mois.

Gouvernement de droite qui vient de faire occuper la Ruhr le 11 janvier. Vouloir toucher les dividendes de la paix mènera à la seconde guerre mondiale. Décision contestable de Poincaré. Mais il est toujours plus facile de critiquer a posteriori. (cf. la chronique du 31 mars).

  • le 1er avril 1933 : l’armée de l’air française est créée officiellement.

«L’aéronautique militaire » est d’abord une arme appartenant à l’armée de terre comme le sont l’infanterie, la cavalerie, l’artillerie et le génie etc… Elle devient une armée tardivement. C’est toutefois la plus ancienne force aérienne du monde.

  • 1er avril 1944 : massacre d’Ascq, appelé aujourd’hui de Villeneuve d’Ascq.

Alors que la 12.SS-Panzer-Division « Hitlerjugend » rejoint le front de Normandie par convoi ferroviaire et en passant par le nord de la France, en gare -d’Ascq, près de Lille, un groupe de résistants du réseau La Voix du Nord effectue un sabotage qui ne cause cependant que des incidents mécaniques mineurs. Les SS qui considèrent les résistants comme des terroristes, tuent le chef de gare et un autre employé.

Ivre de rage, le commandant allemand, âgé de 25 ans, procède à une exécution collective et cela contre l’avis même des officiers de la Feldgendarmerie présents. Quatre-vingt-six personnes sont choisies au hasard et exécutées sans aucune forme de procès.

  • le 1er avril 1960 : la France fait exploser une 2ème bombe atomique à Reggane.

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services