Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

C’est arrivé un 18 décembre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Rappelons-nous :

  • le 18 décembre 820 ou 821 : décès de saint Théodulphe, évêque d'Orléans.

Très cultivé, il est repéré en Italie par Charlemagne qui en fera l'évêque d'Orléans. Il a été canonisé par l'Église et est fêté le 1er mai.

  • le 18 décembre 942 : assassinat de Guillaume Longue Epée.

Par ses différents jeux d'alliances, Guillaume 1er de Normandie, également nommé Guillaume Longue Epée, s'est mis à dos de nombreux princes francs. Ceux-ci, avec à leur tête le comte de Flandre, voient de surcroît d'un mauvais œil le développement de la jeune Normandie. Prétextant la signature d'un traité, ceux-ci lui tendent un guet-apens et l'assassinent. Son fils lui succède alors à la tête de la Normandie sous le nom de Richard Premier.

  • le 18 décembre 1312 : le Pape Clément V publie la bulle "Licet Dudum".
  • le 18 décembre 1378 : Charles V dénonce la forfaiture de Jean IV de Bretagne et ordonne la confiscation de son duché.

Le père de Jean IV mourut en pleine lutte contre Charles de Blois lors de la guerre de succession de Bretagne, alors qu'il n'avait que six ans en. Ce fut sa mère Jeanne la Flamme qui poursuit la guerre, remportant des succès. Il commence à prendre part aux opérations militaires en 1357. En 1364, il assiège Auray et écrase, à proximité l'armée adverse et y tue son rival Charles de Blois. Il négocie avec la duchesse Jeanne de Penthièvre, veuve de Charles de Blois, le premier traité de Guérande en 1365, qui le reconnait comme seul duc de Bretagne.

La découverte fortuite du traité d'alliance secret conclu avec l'Angleterre, ainsi que l'annonce du débarquement à Saint-Malo de 4.000 mercenaires Anglais donne le signal d'un soulèvement de la population que met à profit Charles V, Roi de France. Bertrand Du Guesclin concentre ses troupes à Angers en mars 1373 et pénètre dans le duché où les villes et les châteaux n'offrent aucune résistance. Jean IV abandonné de tous doit s'embarquer pour un nouvel exil en Angleterre fin avril 1373.

L'échec des anglais devant Saint-Malo en 1378 compromet l'avenir de Jean IV. Charles V le cite devant le Parlement et la Cour de Paris, pour crime de lèse-majesté et à la suite de son refus de comparaitre, fait prononcer sa déchéance et la confiscation du duché le 18 décembre 1378 à titre de sanction contre son vassal, pour le rattacher au Domaine Royal, comme l'avait fait Philippe-Auguste à l'encontre des Plantagenêt.

  • le 18 décembre 1539 : le Roi François Ier reçoit Charles Quint à Chambord.

Il a en effet permis au souverain espagnol de traverser la France pour aller à Gand, sa ville natale, afin d'y mater une révolte.

  • le 18 décembre 1606 : Armand du Plessis de Richelieu est nommé évêque de Luçon par le Roi Henri IV.
  • le 21-22 décembre 1676 : l'escadre française du vice amiral d'Estrées reprend Cayenne aux Hollandais.

Pendant la guerre de Hollande, une petite escadre hollandaise, commandée par l'amiral Binckes s'empare de Cayenne, de l'île de Tabago et pille Marie-Galante et Saint-Domingue. L'escadre française, commandée par le comte d'Estrées après un combat acharné reconquière Cayenne et poursuit les Hollandais jusqu'à leur totale destruction à la bataille de Tabago en avril 1676.

  • le 18 décembre 1731: le Roi Louis XV crée l'Académie royale de Chirurgie de Paris.

Elle est dissoute à la révolution.

  • le 18 décembre 1783 : Pitt le Jeune devient Premier ministre.

Le 18 décembre 1783, à Londres, le roi George III appelle à la tête du gouvernement un jeune homme de 24 ans, William Pitt the Younger (le Plus Jeune), ou le Second Pitt

Comme le premier, la ligne de conduite de son gouvernement est de détruire la puissance française.

  • le 18 décembre 1784 : naissance de François Le Saulnier de Saint-Jouan, corsaire et armateur de Binic.

Il est le cousin germain de Robert Surcouf.

  • le 18 décembre 1900 : les députés votent la loi d'amnistie tant des innocents que des coupables, Dreyfus et Esterhazy, Picquart et Mercier.
  • le 18 décembre 1994 : découverte des peintures paléolithiques de Chauvet-Pont d'Arc.

Le préhistorien Henri Chauvet découvre à proximité des magnifiques gorges de l'Ardèche, une grotte couverte de représentations animales (bisons, etc…). Ces peintures de l'homme de Cro-Magnon sont les plus anciennes que l'on connaisse à ce jour. D'après la datation au carbone 14, elles remontent à 32.000 ans avant leur découverte et sont donc près de deux fois plus vieilles que celles de Lascaux !

Jean Clottes, de l'Institut de France, a étudié les figures animales de la grotte. 430 animaux sont représentés, presque autant qu'à Lascaux, répartis entre 14 espèces, y compris le hibou et l'aigle.

  • le 18 ou 19 décembre 1916 : fin de la bataille de Verdun.

Les pertes ont été considérables, pour un gain en territoires conquis nul. Après 10 mois d'atroces souffrances pour les deux camps, la bataille aura coûté 378 000 Français (62 000 tués, plus de 101 000 disparus, et plus de 215 000 blessés, souvent invalides), et 337 000 Allemands. 60 millions d'obus (une estimation parmi d'autres, aucun chiffre officiel n'existe y ont été tirés, dont un quart au moins n'ont pas explosé (obus défectueux, tombé à plat, etc.). Si l'on ramène ce chiffre à la superficie du champ de bataille, on arrive à 6 obus par m². Ainsi, la célèbre cote 304, dont le nom vient de son altitude, ne faisait plus que 297 mètres après la bataille.

Verdun est davantage une défaite allemande qu'une victoire alliée, mais son impact moral est retentissant.

 

  • le 18 décembre 1923 : une convention sur Tanger est signée entre la France, le Royaume-Uni et l'Espagne.
  • le 18 décembre 1931 : décès de Louis Billot, cardinal français, jésuite.

Prêtre jésuite et théologien français né en Lorraine, il entre dans la Compagnie de Jésus à Angers en 1869. En 1885, le pape Léon XIII l'appelle à Rome pour enseigner à l'Université grégorienne. Le pape saint Pie X le crée cardinal en 1911.

Redoutable polémiste, il combat le libéralisme, le modernisme, le Sillon. Le cardinal Billot critique sévèrement l'attitude du pape Pie XI l'Action française, qu'il condamne en 1926. Le 13 septembre 1927, Pie XI le convoque et le reçoit en audience. Le cardinal Billot avec peu de mots laisse sur le bureau du pape ses insignes et son titre de cardinal. Le pape ne rend publique cette démission que le 21 octobre suivant

Le cardinal Billot a fait primer la sainte obéissance envers le Souverain Pontife, comme il s'en explique plus tard dans une lettre :

« (…) J'ai toujours répondu, soit de vive voix, soit par écrit, à tous ceux qui me consultaient sur la ligne de conduite à tenir, qu'il leur fallait non seulement éviter avec soin tout ce qui aurait un semblant d'insoumission ou de révolte mais encore faire le sacrifice de leurs idées particulières pour se conformer aux ordres du Souverain Pontife. Pour ma part personnelle, je me suis, tout le premier, tenu à cette règle… »

Le pape Pie XII lève la condamnation de l'Action française en 1939.

  • le 18 décembre 1970 : malgré une campagne de l'Eglise catholique, la loi autorisant le divorce entre en vigueur en Italie.
    • le 18 décembre 2006 : inauguration en France du synchrotron de 3e génération : SOLEIL.

Partager cet article

2 commentaires

  1. Concernant la bataille de Verdun, on a longtemps glosé sur les raisons qui ont amenés les Allemands à déclancher une telle effusion de sang pour un objectif, la place forte de Verdun, dont la conquête n’aurait probablement même pas été décisive pour l’issue de la 1ère guerre mondiale, vu la position excentrée de la ville. Le justificatif du commandant en chef allemand Falkenhayn de « saigner à blanc » l’armée française fut en tout cas un échec complet, les pertes allemandes étant quasiment équivalentes aux pertes françaises. Une des raisons doit être recherchée du côté du symbole patriotique. En 1552, le roi Henri II avait conclu avec les princes protestants allemands un traité dirigé contre l’empereur catholique du St-Empire romain germanique confiant le protectorat sur les trois évêchés de Metz, Toul et Verdun (l’ancien Wirthen allemand), terres d’empire, à la France, le traité de Chambord. Ce fut la première remise en cause de la frontière franco-allemande remontant au partage de l’Empire de Charlemagne au Xème siècle. Un siècle plus tard le traité de Westphalie en 1648 avait confirmé à la France l’annexion de ces territoires, ce qui était une étape d’un projet français visant à étendre les frontières du Royaume jusqu’à la rive gauche du Rhin. En 1871 après la guerre franco-allemande, Bismarck s’était contenté de demander la rétrocession de l’Alsace-Moselle, en gros les territoires dont les populations parlaient encore l’Allemand (sauf Metz, devenue francophone depuis longtemps, dont il avait besoin pour des raisons de sécurité militaire). Pour Guillaume II et son gouvernement, la reconquête de Verdun et donc le rétablissement à l’Ouest des anciennes frontières du St-Empire romain germanique aurait été un symbole de victoire face à la France (au prix de plus de 700.000 morts, toutes nationalités confondues). L’un des seuls élements positifs à mon avis de l’idée européenne est d’avoir permis de rendre obsolètes ce genre de haines nationales et ces tueries:

  2. Surprenant ! Le cardinal Billot est le sosie de Jean Paul II ! Les voies du Seigneur sont impénétrables…

Publier une réponse