Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique / Histoire du christianisme

C’est arrivé un 17 novembre…

Puisque l'Etat socialiste veut nous couper de nos racines et qu'Otto de Habsbourg a écrit :

« Celui qui ne sait pas d’où il vient ne peut savoir où il va car il ne sait pas où il est. En ce sens, le passé est la rampe de lancement vers l’avenir »

Rappelons-nous:

  • le 17 novembre 594 : l'évêque de Tours, Grégoire, y meurt.

Si saint GRÉGOIRE DE TOURS est connu actuellement, c'est grâce à son œuvre, en particulier à son « Histoire des Francs », composée de dix livres d'histoire mais aussi plus accessoirement à ses sept livres de Miracles principalement sur saint JULIEN et saint MARTIN, etc.

Cette « Histoire des Francs » (Historia Francorum) ou « Geste des Francs » (Gesta Francorum) fait de Grégoire de Tours le père d'une « histoire nationale » des Francs, le principal historien des Mérovingiens et la source majeure dont nous disposons sur leurs règnes. C'est à travers l'Histoire des Francs de Grégoire de Tours que nous est parvenue l'histoire du vase de Soissons.

Il s'agit d'une histoire universelle du monde et de l'Église, écrite dans une perspective eschatologique, de la Genèse aux règnes des rois francs, en 572, à laquelle s'ajoute un ensemble de récits de vies de saints gaulois, composés de 574 à la mort de Grégoire et réunis sous le nom de Livre(s) des miracles. St greg

Ardent défenseur de la doctrine chrétienne, GRÉGOIRE DE TOURS combattait les hérésies et l’arianisme, hérésie chrétienne répandue par ARIUS et ses disciples, qui niait la consubstantialité du Fils avec le Père et qui fut condamnée au Concile de Nicée en 325. Bâtisseur, trouvant la basilique Saint-Martin détruite dans un incendie en 559, il la fait reconstruire plus vaste et plus haute puis il la dédie à Saint-Martin, pendant la dix-septième année de son épiscopat (Guy-Marie OURY, La ville de Tours, page 24). Il fit aussi restaurer de nombreuses églises et y apporter des reliques pour en faire des lieux de pèlerinage. Il exalta la mémoire de tourangeaux dont saint MEXME, disciple de saint MARTIN, saint OURS de Loches, saint VENANT, sainte MONEGONDE, les saintes MAURE et BRITTA… Il promut bienheureux l’abbé SENOCH qui accomplit de nombreux miracles de son vivant. Il développe le culte de saint MARTIN et veut en faire une sorte de « Lourdes des temps mérovingiens ». Saint MARTIN est le protecteur de la ville de Tours qui devint capitale religieuse de la Gaule. GRÉGOIRE DE TOURS proclame que saint MARTIN est l’égal des apôtres. Il disposait d’une énorme puissance temporelle et influençait énergiquement les décisions du peuple. (Charles LELONG, Grégoire de Tours, pages 59 et 60).              

  • le 17 novembre 1667: Racine présente « Andromaque ».

Le poète Jean Racine offre à la Cour de Louis XIV la première représentation "d'Andromaque". Il enlève à Molière l'une de ses meilleures actrices, la Du Parc, pour lui offrir le rôle-titre. La pièce est caractéristique de son œuvre. Il entrera à l'Académie française en 1773.

  • le 17 novembre 1767: naissance de Nicolas Appert, père de la conserve

Nicolas Appert naît à Châlons-en-Champagne. Alors grossiste et président de la Section des Lombards, il met au point un procédé permettant la mise en conserve des aliments en 1795. Fort de sa découverte, il lance à Massy la première usine de conserves au monde. En 1809, il publie "L'Art de conserver pendant plusieurs années toutes les substances animales et végétales". En hommage à sa découverte, le procédé de mise en conserve porte le nom d'appertisation.

  • le 17 novembre 1787: Louis XVI

Louis XVI commande à Malesherbes un rapport sur la situation des Juifs de France en vue d'améliorer leur situation : "M. de Malesherbes vous vous êtes fait Protestant, moi maintenant je vous fais Juif".

  • le 17 novembre 1797: cathédrale de Strasbourg.

Le maire Monet annonce que la Cathédrale de Strasbourg servira à la célébration du culte national et portera désormais le nom de "Temple de la Raison".

Commentaire : Suivant l’adage, « on ne détruit bien que ce que l’on remplace… » Encore faut-il se fonder sur la réalité et non sur des utopies, des idéologies, ou des chimères comme l’ont fait les révolutionnaires.

  • le 17 novembre 1797: anéantissement de l’armée autrichienne à Arcole.

L'armée française est victorieuse, après deux jours de combats, et reste solidement accrochée dans le nord de la péninsule italienne. Le siège de Mantoue continue, et la campagne aboutit courant 1797 à l’éviction des Autrichiens d’Italie.

Arcole

  •  le 17 novembre 1808: Napoléon, en Espagne, se plaint des technocrates parisiens qui paralysent son armée.

Napoléon écrit à Dejean : "Mon armée manque de tout. Je suis obligé d'avoir recours à des moyens extraordinaires, ce qui produit toujours un mauvais effet. Votre bureau d'habillement est composé d'imbéciles".

Espa

  •  le 17 novembre 1811: le pape Pie VII refuse d'investir les évêques des États pontificaux annexés à l'Empire.

  Pie

  • le 17 novembre 1812: la Grande Armée de Napoléon fait sauter les murailles et quitte Smolensk vers l'ouest.

  Smoensk

  • le 17 novembre 1858: la France annexe l'atoll inhabité de Clipperton, pour sa position stratégique dans le Pacifique face à l'isthme de Panama.
  • le 17 novembre 1869: inauguration du canal de Suez

 Le 17 novembre 1869, le canal de Suez est inauguré en présence de l'impératrice Eugénie, épouse de Napoléon III, et de l'empereur d'Autriche François-Joseph.

  Au terme des travaux, le canal, d'une longueur de 162 km, sur 54 mètres de largeur et 8 mètres de profondeur, traverse l'isthme de part en part. Lessep 2

Des villes nouvelles naissent dans le désert : Port-Saïd sur la Méditerranée (ainsi nommée en l'honneur du khédive) et Suez sur la mer Rouge, ainsi qu'Ismaïla, entre les deux…

Il a fallu surmonter l'opposition du gouvernement anglais, qui craint pour sa domination sur le trafic Europe-Asie et pour son propre projet d'un chemin de fer entre la Méditerranée et l'Océan Indien. Ferdinand de Lesseps a renoncé à solliciter les banquiers, car ils réclamaient une part de la future société d'exploitation du canal en échange de leurs prêts. Il fit appel à l'épargne publique et multiplia les conférences en Angleterre et en France en vue de séduire les futurs souscripteurs.

Le khédive (vice-roi en arabe), qui gouvernait l'Égypte au nom du sultan d'Istanbul souscrivit lui-même au projet et acheta près de la moitié des actions. Il va aussi engager le crédit de l'Égypte dans la construction du canal… Ses emprunts, à des taux d'intérêt prohibitifs, vont contribuer à ruiner le pays et finalement le faire passer sous la tutelle anglaise.

En attendant, avec l'appui de la jeune impératrice des Français, Eugénie de Montijo, à laquelle sa famille est apparentée, Ferdinand de Lesseps obtint le 25 novembre 1854 une concession de 99 ans. Il fonda le 19 mai 1855 la Compagnie de Suez dont le nom est encore porté par un groupe industriel (Suez Lyonnaise des Eaux).

Ferdinand de Lesseps tentera de renouveler dix ans plus tard son exploit à Panama mais n'aboutira qu'à un désastre financier et politique…

  Lessep 1

  •  le 17 novembre 1917 : Clemenceau forme un gouvernement de choc.

Le 17 novembre 1917, Georges Clemenceau (76 ans) forme un gouvernement de choc pour poursuivre et intensifier la guerre avec l'Allemagne. Dans son discours d'investiture en qualité de nouveau président du Conseil et ministre de la Guerre, il manifeste devant la Chambre des députés sa volonté de conduire une guerre intégrale et de sortir le pays de ses errements.

Par ses visites sur le front, il redresse le moral des troupes. Sa détermination lui vaut les surnoms de « Tigre » et « Père de la Victoire ». Avec affection, les poilus qui combattent dans les tranchées l'appellent plus simplement « Le Vieux »… Il choisira les chefs parmi les gens compétents  et non en fonction des opinions politiques : Foch généralissime.

  • le 17 novembre 1942 : le « frère » Laval «  reçoit » les pleins pouvoirs.

Un quotidien proche de Pierre Laval, Le Moniteur, va titrer la une du 18 novembre 1942 les "Pleins pouvoirs", et explique :

"En raison des circonstances exceptionnelles Et pour lui permettre de faire rapidement Face aux difficultés Le Maréchal Pétain, chef de l'Etat A décidé de donner les pleins pouvoirs Au président Laval."

(Source : Le docteur Ménétrel, Ed. Perrin, 2001, p. 212-213, écrit par Bénédicte Vergez-Chaignon. Note rédigée par Paul Marion, secrétaire d'Etat à l'Information, et destinée à être publiée dans la presse).

Après l'avoir découvert, Pétain laisse éclater sa colère et va même exiger la démission de Marion. Selon Angelo Tasca (Vichy 1940-1944, archives de guerre, CNRS, 1986),

Le garde des sceaux Joseph Barthélemy s’est aussi manifesté ce 17 novembre :

"En vérité, Barthélemy, à la demande du Maréchal qui cherchait tous les moyens et prétextes pour refuser ces pouvoirs à Laval (franc-maçon), avait rédigé un mémorandum où, juridiquement, il prouvait que le maréchal Pétain ne pouvait valablement transmettre de tels pouvoirs à Laval, ce qui avait exaspéré Laval contre le Maréchal et Barthélemy dont il avait dit : “qu’il n’avait fait qu’un papier d’avocat"." (Marc Ferro, Pétain, Hachette, 2009, p. 451). 

  Laval

L'appropriation des pouvoirs de Laval va marquer un changement important dans la manière de collaborer vis-à-vis de l'Allemagne. C’en est fini de la Révolution Nationale, commencée par P. Pétain. Désormais, le Régime de Vichy ne va plus collaborer avec une volonté d'obtenir des contreparties, mais avec une volonté d'adhésion avec le Reich, qui apparaissait davantage comme une nécessité et non comme un souhait aux yeux des collaborationnistes français. Les principales victimes de ce changement vont être les pétainistes et les juifs de France.

Pour approfondir, suivre ce lien  ou encore lire ce livre l'héritage de Vichy, où l'auteur, qui ne cache pas sa malveillance à l'égard de Vichy, doit bien reconnaître la pertinence de cette centaine de mesures législative qu'il présente. Ouvrage agrémenté d'une abondante et excellente iconographie.

Si on prend en compte le fait que ces cent mesures ne représentent qu'une partie de l'oeuvre de Vichy, si l'on prend en copte les conditions dans lesquelles cela fut fait, on constate que Vichy est bien autre chose que ce qu'en raconte les médias.

  • le 17 novembre 1986 : assassinat de Georges Besse.

Le PDG de la Régie Renault, Georges Besse, est assassiné devant son immeuble du Blvd Quinet à Paris, par Action Directe au nom de la lutte contre l'impérialisme capitaliste.

  • le 17 novembre 2013 : Aujourd'hui, la 15ème Commémoration des Noyades de Nantes.
Un crime organisé, une Shoah avant l'heure, ne touchant que des catholiques ou des personnes refusant les "bienfaits" de la révolution, une organisation volontaire de la destruction de personnes telle qu'elle ne s'était jamais vue dans l'Histoire de la France !

La dénonciation de ce crime organisé ne mobilise que dix personnes ! C'est navrant !

Il est bien de dénoncer les crimes commis contre les Chrétiens de Syrie, d'Egypte, du Viêt-Nam, de Chine, etc… Mais quel système politique a donné l'exemple ?
Pour ceux qui le peuvent le SB les encourage à participer à cette journée de commémoration :

Le programme définitif est ainsi fixé:

  • 9 H 30, Messe traditionnelle en l'église Saint Clément
  • 11 H 30, Messe ordinaire en l'église Sainte Croix,
  • 12 H 30, exposé sur l'église siège du Club Vincent La Montagne et la chaire témoin de l'époque : Carrier y annonça la première Noyade et l'évêque Minée son abjuration.
  • 13 H-13 H 15 (vers), Jeté de gerbe du Pont Anne de Bretagne.
  • 13 H 30-13 H 45 (vers), Déjeuner au restaurant "La Taverne du Château" entre la gare et le château.(24€ adhérents SCB, 30 € non adhérents, 15€ pour les moins de 20 ans.
  • 15 H 30, Salle Sainte Cécile du Presbytère de Saint Clément, causerie du Professeur Thierry Piel de l'Université de Nantes, Maître de Conférence qui, en une heure, va, avec son brillant talent, nous parler des Noyades de Nantes et répondra aux questions de l'assemblée.
  • Cidre de l'amitié offert par le Souvenir Chouan de Bretagne.

Avec ceux qui le désireront, il sera possible de se rendre, ensuite, à l'ancien Entrepôt des Cafés, rue général de Lamoricière.

Pour la conférence seule une participation de 2 € est demandée (participation aux frais du conférencier et don à la paroisse pour la salle chauffée).

Partager cet article

6 commentaires

  1. Curieux que les faiseurs de moraline sont sourds et aveugles quand il s’agit du génocide vendéen ….
    C’est le racisme anti-blancs/anti-chrétiens qui justifie l’omerta sur ce génocide-là ?

  2. Encore un peu de temps et bientôt nous connaîtrons la date d’un revirement historique… vu les évènements dans le monde il ne saurait tarder, patience et fermeté!

  3. Félicitations au Salon Beige pour l’ensemble de cette rubrique “C’est arrivé un …”
    Concernant le 17 novembre 1917 : “Clemenceau forme un gouvernement de choc”, je voudrais tempérer ce qui se dit sur Clémenceau.
    Il faut rappeler que Clémenceau, avec les Anglais a refusé les accords et tentatives de paix juste, patiemment élaboré par le Pape de l’époque, Benoît XV.
    Celui a vainement essayé pour arrêter cette “horrible boucherie qui déshonore l’Europe”, ou “le suicide de l’Europe civilisée” (ce sont ses expressions,) de trouver un accord le plus équitable possible entre les belligérants, pour une paix juste.
    L’empereur D’Autriche avait accepté une proposition du Vatican, nécessitant des compromis de chacun, à partir d’août 1917.
    Clémenceau, jusqu’au boutiste, avec les Anglais, ont refusé cette possibilité de paix, espérant tirer avantage de l’entrée en guerre des Etats Unis. Ce qui s’en suivi effectivement, mais au prix de centaines de milliers de morts supplémentaires, français, anglais, allemands, américains,…, pour imposer, outre le démantèlement des empires centraux d’Europe, le néfaste et injuste traité de Versailles, qui seront les germes de la guerre suivante, encore plus meurtrière.
    L’entrée en guerre des Américains, qui aurait pu être évité, a commencé le processus de domination des USA sur l’Europe. Clémenceau porte une très grande responsabilité dans l’ensemble de cette catastrophe.

  4. D’accord avec Rémy. Clémenceau n’est pas une bonne référence.

  5. 1917 =apparition de notre Sainte Vierge Marie a Fatima,le fil entre la terre est toujours la et ne casse jamais .

  6. Un autre témoignage autorisé sur l’entrée des Américains dans la guerre:
    http://www.youtube.com/watch?v=lkv5nje4sQ4
    …..à suivre

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Aidez le Salon beige à financer son développement informatique pour agir le plus efficacement possible contre les dérives de la loi prétendument bioéthique.

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique