Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

C’est arrivé un 14 janvier…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 13 ou 14 janvier 367 : décès de Saint Hilaire de Poitiers.

Issu d'une famille aristocratique gallo-romaine de la cité de Lemonum, il est élu évêque de la ville vers 350. Soucieux de l'instruction du peuple, il rédige un Commentaire sur l'évangile de Matthieu, qui est la première œuvre d'exégèse latine qui nous soit parvenue.

En 355, il s'oppose à l'arianisme qui s'étend en Gaule, c'est-à-dire, dans l'Empire romain du milieu du IVe siècle, à l'empereur. Aussi, lors du concile de Béziers de 356, que dominent les ariens, avec à leur tête Saturnin, l'évêque d'Arles, il est excommunié et exilé en Phrygie. L'empereur Constance II décide de réunir simultanément un concile occidental à Rimini et un concile oriental à Séleucie, afin de réconcilier l'Église divisée entre ariens, semi-ariens, et nicéens.

Saint Hilaire cherche à exposer la doctrine catholique à l'empereur dans ses deux Livres à l'empereur Constance. Il présente ses thèses au Concile de Séleucie en 359, et retrouve sa ville de Poitiers en 360-361. Le concile de Paris de janvier 361, influencé par saint Hilaire, condamne clairement l'arianisme et destitue les évêques ariens de Gaule. La principale œuvre de saint Hilaire est le De Trinitate, traité en 12 livres, composé pendant son exil. Il y défend la consubstantialité du Fils avec le Père, contre les ariens qui nient la divinité du Christ, et contre les sabelliens qui ne distinguent pas le Père et le Fils

Saint Martin de Tours le rejoint dans les années 356 et en 360, fonde l'abbaye de Ligugé à proximité de Poitiers. Hilaire est très probablement à l'origine de la construction du baptistère Saint-Jean de Poitiers, qui est l'un des plus vieux monuments chrétiens actuellement subsistant en France.

Considéré comme Père de l'Église, Saint Hilaire de Poitiers a été élevé au rang de docteur de l'Église par le pape Pie IX en 1851. Il est fêté le 13 janvier, la date présumée de sa mort.

  • le 14 janvier 1526 : Traité de Madrid, libérant François Ier, prisonnier de Charles Quint après la défaite de Pavie.

                                

François 1er                                          Charles Quint

François Ier de France signe un traité de paix avec Charles Quint, à Madrid afin d'être libéré, alors qu'il est prisonnier de l'empereur suite à la défaite de la bataille de Pavie le 24 février 1525 (voir la chronique du jour).

Selon ce traité, François Ier doit céder le duché de Bourgogne et le Charolais, renoncer à toutes revendications sur Naples, le Milanais, Gênes, Asti, les Flandres et l'Artois, et épouser Éléonore de Habsbourg, sœur de Charles.

Mais, tombé malade pendant son emprisonnement, et ayant peur de sa faiblesse, il demande le 16 août 1525 à Gilbert Bayard, notaire et secrétaire du Roi de France, de rédiger un texte selon lequel toutes les concessions faites en vue de retrouver sa liberté seraient considérées comme nulles. Ainsi, à son retour en France après sa libération, le 17 mars 1526, François rejette le traité, alors qu'il a laissé en Espagne ses deux fils en otage.

  • le 14 janvier 1703 : Vauban est nommé Maréchal de France par Louis XIV pour services rendus au royaume.

Sébastien Le Prestre de Vauban

  • le 14 janvier 1797 : début de la bataille de Rivoli.
  • le 14 janvier 1809 : l'Angleterre et l'Espagne s'allient contre Napoléon Ier.
  • le 14 janvier 1811 : Napoléon fait dire à Pie VII.

    "Puisque rien ne peut le rendre sage, il verra que Sa Majesté est assez puissante pour déposer un pape".

Il est étonnant de voir que les revers majeurs des armées françaises ont commencé quand Napoléon 1er a vraiment failli à la mission de la France de protectrice de l'Eglise. Rappelons que le pape Pie VII est enlevé par le général Radet dans la nuit du 5 au 6 juillet 1809  (voir la chronique du 5 juillet); qu'il est d'abord détenu à Savone (1809-1812), puis à Fontainebleau (1814). Napoléon envisage alors de fixer la papauté à Avignon ou à Paris.

  • le 14 janvier 1852 : adoption d'une nouvelle Constitution, inspirée de celle de l'an VIII.

La nouvelle constitution est promulguée : le président de la république est doté de pouvoirs étendus et il est désormais élu au suffrage universel pour 10 ans.

  • le 14 janvier 1858 : attentat raté d'Orsini contre Napoléon III et l'Impératrice Eugénie.

L'empereur et l'impératrice Eugénie échappent de peu à un attentat à la bombe perpétré par le révolutionnaire italien Felice Orsini. Orsini et ses complices lancent des bombes contre le cortège impérial, devant l'opéra de la rue Le Peletier, à Paris, pour punir Napoléon III d'être un "carbonaro félon". L'explosion cause la mort de 8 personnes et fait 150 blessés. Orsini est condamné à mort et guillotiné le 13 mars suivant.

  • le 14 janvier 1918 : l'ancien président du Conseil Joseph Caillaux est arrêté sur accusation de trahison.
  • le 14 janvier 1962 : une série d'attentats fait au moins 36 morts algériens et européens dans les grandes villes algériennes.
  • le 14 janvier 1962 : premiers accords sur la PAC.

Dans le cadre du traité de Rome, les six Etats membres se mettent d'accord sur l'union douanière et la mise en place plus rapide d'une Politique agricole commune (PAC). Les Six prévoient une amélioration de la productivité agricole, une "stabilisation des marchés" nationaux, la "garantie de sécurité des approvisionnements" et l'assurance "d'un niveau de vie équitable des populations agricoles". La PAC contribuera à faire de l'Europe l'un des plus grands exportateurs du monde, mais sera plusieurs fois réformée.

  • le 14 janvier 1963 : De Gaulle s'oppose à l'entrée du Royaume-Uni dans le Marché commun et refuse l'autorisation du stationnement en France des fusées Polaris américaines
  • le 14 janvier 1964 : le président de la République devient le seul à pouvoir déclencher l'arme nucléaire en France.
  • le 14 janvier 1989 : condamnation par la cour d'assises spéciale de Paris à la réclusion à perpétuité des quatre dirigeants d'Action directe pour l'assassinat de Georges Besse, PDG de Renault.

Partager cet article

1 commentaire

  1. le 14 janvier 1962 : une série d’attentats fait au moins 36 morts algériens et européens dans les grandes villes algériennes.
    A l’époque, le management du terrorisme n’était pas aussi poussé qu’aujourd’hui !
    Franklin D. Roosevelt disait « En politique rien n’arrive par hasard, si cela semble être pourtant le cas, on peut être certain que cela a été planifié ainsi. »
    La manipulation des masses est organisée par une entité qui reste toujours dans l’ombre. Ce qui lui permet d’avoir un grand pouvoir. Parmi les outils qu’ils disposent il y a les attentats. Et quand une feuille de route pour les mettre en place réussie, on l’utilise plusieurs fois. C’est ce qui explique les points communs qu’il y a entre eux.
    Pièces d’identité trouvées sur place : le 11/9/2001, le 7/7/2005 (Londres), le 7/1/2015 (Charlie Hebdo), le 13/11/2015 (Paris).
    Culpabilité des auteurs douteuses. Par exemple un témoin de Charlie Hebdo décrit les auteurs comme grands et noirs. Alors qu’une journaliste qui a survécu parle d’un criminel aux yeux bleus.
    Pour éviter ensuite le chaos (ce qui provoquerait un effet contraire à celui souhaité pour un gouvernement), on organise avant les attentats, des exercices d’intervention : 19/4/95 (Oklahoma City), 11/9/01 New York, 11/3/04 (Madrid, trains), 7/7/05 (Londres, métro), 22/7/11 (Oslo et île Utoya en Norvège), 15/4/13 (Boston, marathon), 13/11/15 (Paris), 22/7/16 (Munich). La probabilité qu’un attentat arrive autant de fois après un exercice est pourtant statistiquement de l’ordre de l’impossible !
    Les attentats permettent aux gouvernements de s’accaparer de plus de pouvoir sur les peuples. Sans eux, cela serait impossible. Comme avec le Patriot Act après le 11/9/01, le 7/7/05 à Londres permit ensuite la propagation de la vidéo-surveillance, le 11/11/05 installa un État d’Urgence à chaque fois reporté et une limitation de l’argent liquide, le 22/7/16 à Munich mit en place un plan de mobilisation intérieur et un durcissement de la législation sur les armes….
    https://www.kla.tv/9648&autoplay=true
    Il n’y a donc rien de surprenant à ce que les attentats servent l’agenda du Nouvel Ordre Mondial. Car à qui profitent-ils autrement ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services