Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

C’est arrivé un 14 décembre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Rappelons-nous :

  • le 14 décembre 557 : Constantinople touchée par un séisme.

Constantinople est frappée par un tremblement de terre, qui ne la détruit pas. Les témoignages de religieux évoquent un séisme qui les a finalement épargnés. Toutefois, si l'Eglise Sainte-Sophie, consacrée seulement vingt ans plus tôt, n'a pas été rasée, elle est sérieusement endommagée : son dôme s'effondre un an plus tard.

  • le 14 décembre 867 : élection du pape Adrien II.
  • le 14 décembre 872 : mort du pape Adrien II et élection du pape Jean VIII.
  • le 14 décembre 1515 : rencontre entre le Roi de France, François 1er et le Pape Léon X, qui aboutira au concordat de Bologne.

François 1er, vainqueur de Marignan, fait à cheval, le 11 décembre 1515, une entrée élégante et triomphale en la cité italienne de Bologne, où le pape Léon X l'attend. Le Roi de France est en position de force. Ses victoires italiennes lui ont permis d'acquérir le duché de Milan. En contrepartie de son soutien à Florence, gouvernée par les Médicis, la famille de Léon X, le Saint Siège lui a offert Parme et Plaisance. Signé quelques mois plus tôt, le 13 octobre, le traité de Viterbe a officialisé ces accords.

Au cours de l'automne, François 1er accomplit un voyage triomphal dans ses nouvelles possessions ; puis il prend la route pour Bologne où va se tenir un sommet au cours duquel doivent être réglées les relations entre le royaume de France et la papauté. Précédant le cortège papal, vingt deux cardinaux viennent à la rencontre de François 1er, vêtu de velours bleu à fleurs de lys. Le Roi est reçu par Léon X en "fils aîné de l'Eglise". Contrairement à l'usage, il ne baise pas les pieds du souverain pontife. En guise de salutations, les deux chefs d'Etat s'étreignent, puis échangent discours et maintes politesses…

Depuis 1438, la Pragmatique Sanction, promulguée à Bourges par Charles VII, empoisonne les relations entre la papauté et la monarchie. Déjà, Philippe le Bel, au début du XIVème siècle, a tenté de limiter l'autorité du Saint Siège sur l'Eglise de France. La Pragmatique Sanction a, de fait, donné un statut d'autonomie à cette dernière au travers de deux dispositions importantes. D'abord, les conciles généraux priment sur l'autorité du pape en matière de foi et de réforme. Ensuite, évêques et abbés sont élus et non plus désignés par Rome. Le plus souvent, l'élection devient un moyen déguisé de désignation par le Roi.

Le plus cher souhait de Léon X, soucieux de rétablir le pouvoir de Rome sur l'ensemble de l'Eglise, est d'obtenir la suppression de la Pragmatique Sanction. Après de longues discussions, le concordat de Bologne, qui règle les relations entre Rome et Paris jusqu'à la Révolution. Il est signé le 18 août 1516, approuvé le 19 décembre 1516 par le concile du Latran. Il remplace la Pragmatique Sanction de Bourges et, en ce qui concerne les affaires de l'Eglise de France, détermine clairement la part du Roi et celle du pape. En France, le concordat soulève une vive opposition de la part des gallicans (qui militent pour la restriction de l'autorité papale) et du Parlement qui ne l'enregistre qu'en mars 1518.

Désormais, le système d'élection aux postes ecclésiastiques (archevêques, évêques, abbés, prieurs) est rendu caduc. Le Roi de France présente ses candidats, à qui la papauté accorde l'investiture canonique, si le pape les accepte. L'approbation est soumise à des critères, en particulier d'âge et de formation.

Le concordat de Bologne est aboli unilatéralement par l'Assemblée Constituante, en août 1790.

  • le 14 décembre 1591 : mort de saint Jean de la Croix

Mort au couvent d'Úbeda en Andalousie, saint Jean de la Croix, ou Juan de Yepes naît en 1542 à Fontiveros, en Castille. Carme, poète et mystique, issu d'une famille aristocratique, il se destine à une vocation de Chartreux.

Avec sainte Thérèse d'Ávila, rencontrée en 1587, il participe à la réforme des carmels espagnols, et à la fondation de l'ordre apostolique et contemplatif des Carmes déchaussés. Il a écrit entre autre quatre traités mystiques dont : La montée du mont Carmel, La nuit obscure…). Il est béatifié en 1675 par le pape Clément X, puis canonisé par Benoît XII en 1726.

  • le 14 décembre 1670 : la tragédie "Bérénice" de Racine est jouée à la cour devant Louis XIV.
  • le 14 décembre 1791 : André Mercier, conventionnel rédige une adresse au Roi Louis XVI.

Cette adresse rédigée, au nom du Conseil général, enjoint au Roi d'obliger les prêtres réfractaires à prêter le serment. C'est ce même Mercier, adepte de la secte maçonnique qui a écrit en 1771 un livre aujourd'hui difficile à trouver : L'an 2440.

Au chapitre 1er, intitulé, « Pas si éloigné qu'on pense ! » on y lit :

« La Souveraineté absolue est abolie par les Etats Généraux. La Monarchie n'est plus. La Bastille est renversée. Les monastères sont abolis. Les moines mariés. Le divorce permis. Le pape dépossédé de ses Etats. O Rome, que je te hais ! »

Cité par le Marquis de La Franquerie dans La Vierge Marie dans l'histoire de France, ED. Résiac, page 198.

  • le 14 décembre 1804 : un rapport de police signale une anagramme circulant dans Paris.

"Napoléon, empereur des Français" y devient "Ce fol empire ne durera pas son an".

Qui fera une anagramme sur la présidence d'hollande?

  • le 14 décembre 1848 : 7 loges de la Grande Loge Centrale (le Suprême Conseil de France) créent la Grande Loge Nationale de France afin de donner à la Franc-maçonnerie un esprit républicain.

     

  • le 14 décembre 1900 : une loi supprime la messe du Saint-Esprit à la rentrée des tribunaux, en France.

116 ans plus tard, nos juges ont l'esprit tellement embrumés qu'ils absolvent les criminels voire les protègent, condamnent les victimes et les stigmatisent en les mettant à l'index sur un ignoble « mur des cons ».

Rappelons que les 7 dons du Saint Esprit sont :

– le don de Sagesse ;

– d'Intelligence ;

– de Conseil ;

– de Force ;

– de Science ;

– de Piété ;

– de Crainte de Dieu.

Tout un programme, qui résume bien ce qu'attendent les Français de leur Justice, en qui ils n'ont plus confiance. Elle est loin l'image de Saint Louis sous son chêne !

  • le 14 décembre 1914 : début de la première bataille de Champagne.

Le front Ouest s'est stabilisé et les tranchées sont creusées de part et d'autre de la mer du Nord à la Suisse. Le 14 décembre 1914, les alliés, en supériorité numérique, lancent une offensive générale sur toute la longueur du front. Mais cette guerre de tranchées est plus compliquée que prévu et il est difficile d'y progresser. Les combats s'achèvent le 24 décembre, sauf en Champagne où ils continuent tout l'hiver. Sur le reste du front, on s'observe ; chacun a compris que cette guerre ne se serait pas « fraiche et joyeuse ».

  • le 14 décembre 1965 : De Gaulle et l'Europe.

De Gaulle déclare, lors d'un entretien durant la présidentielle :

"On peut sauter sur sa chaise comme un cabri en disant l'Europe ! l'Europe ! l'Europe ! Mais cela n'aboutit à rien et cela ne signifie rien.

Partager cet article

8 commentaires

  1. C’était Lecanuet qui était visé par de Gaulle et qui répétait sans cesse à la télé, d’une façon obsessionnelle, ‘l’Europe, l’Europe’.

  2. Merci pour ce rappel tres opportun des 7 dons du Saint Esprit.

  3. C’est Louis-Sébastien (et non André) Mercier. Le livre est disponible sur le site de la BNF :
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6571684d

  4. « le 14 décembre 1791 : André Mercier, conventionnel rédige une adresse au Roi Louis XVI. »
    […]
    « C’est ce même Mercier, adepte de la secte maçonnique qui a écrit en 1771 un livre aujourd’hui difficile à trouver : L’an 2440. » ?
    S’agit-il « d’André Mercier » ou de « Louis-Sébastien Mercier » ?
    Wikipédia et Google semblent pencher pour le second.

  5. Merci pour cette rubrique culturelle.
    Juste une petite mise à jour à faire : on est
    116 ans après le 14 décembre 1900 (pas 113) !
    Mais félicitations et encouragements sincères de ma part.
    (Est-ce à dire que cette chronique a déjà 3 ans ?)!!!

  6. Bonjour,
    Il semble qu’il y ait une erreur dans votre citation du livre d’ André Mercier, le titre que vous citez: « Pas si éloigné qu’on pense ! » correspond au chapitre 17 et je n’arrive pas à retrouver la citation que vous en faite.
    De plus il n’est pas difficile à trouver (Gallica,…), parleriez-vous d’une autre version?

  7. Il en a dit des choses, De Gaulle, pas toujours compatibles avec ses actions…

  8. A défaut d’une anagramme, je propose de surnommer l’actuel Président de la République : François le condescendant. Les pauvres ne trouvent pas très intelligent une certaine expression qu’il a eue à leur égard, à ce que je me suis laissé dire.

Publier une réponse