Bannière Salon Beige

Partager cet article

C'est arrivé un...

C’est arrivé un 13 avril…

C’est arrivé un 13 avril…

L’histoire ne nous dira sans doute pas ce qu’il faut faire, mais elle nous aidera peut être à le trouver. « Fustel de Coulanges »

Alors rappelons-nous :

  • le 13 avril : saints du jour français ou en France.
    • St Hermenegild, fils du roi Léovigild et martyr († 586)

Leuvigild, roi des Visigoths d’Espagne, avait épousé en premières noces la reine Théodosia, tante de saint Léandre et de saint Isidore, et il en avait eu deux fils, Herménégild et Ricarède. Le roi et ses fils étaient ariens comme le peuple tout entier.

Herménégild fut uni par son père à une digne épouse, Indégonde, fille du Roi de France Sigebert. Indégonde devait être pour son mari l’instrument du salut. Par la persuasion et l’exposition de la vérité, elle conquit l’âme du jeune prince, qui reçut le baptême catholique des mains de son oncle, saint Léandre.

Dès lors, il n’y eut plus de paix dans le palais royal. Goswinde, seconde femme du roi, employa toutes les flatteries, toutes les intrigues, toutes les cruautés, pour faire adopter à Indégonde l’arianisme et pour y ramener le prince. Tout fut inutile.

Accusé par cette femme perfide d’attenter, de plus, à la vie de son père, Herménégild fut jeté dans un cachot et chargé de chaînes. La prison, dit saint Grégoire, devint pour lui le vestibule du Ciel. Comme si le poids des chaînes n’eût pas suffi à ses mains habituées à porter le sceptre, il voulut encore, prisonnier du Christ, se couvrir d’un cilice, cherchant force et courage dans la prière qu’il adressait sans cesse au Dieu tout-puissant. Son père vint le voir et lui fit tous les reproches imaginables ; il ne lui épargna pas même le nom d’ingrat, de parricide et de scélérat.

« Mon père, lui répondit Herménégild, mon seul crime, c’est ma foi ; eh bien! je proteste encore que je suis catholique romain ; je voudrais mourir cent fois pour la gloire d’un si beau nom. C’est trop peu d’une bouche pour louer Dieu ; qu’on déchire mon corps : les plaies que je recevrai seront comme autant de bouches avec lesquelles je bénirai mon Sauveur. »

Son père le quitta exaspéré ; mais un ange vint du Ciel consoler Herménégild et lui prédit son martyre. Au temps de Pâques, le prisonnier refusa de recevoir la communion des mains d’un évêque arien. Quand il apprit que le roi son père allait envoyer un bourreau pour lui donner la mort, il se mit en prière avec plus de ferveur, fit à Dieu le sacrifice de sa vie, pria pour son père, pour sa belle-mère et pour ses ennemis. Pendant qu’il invoquait la très Sainte Vierge et son bon ange, les meurtriers entrèrent et lui tranchèrent la tête d’un coup de hache. Le principal des miracles qui suivirent sa mort fut la prompte conversion de l’Espagne.

  • Bse Ida, veuve du comte Eustache (1040-1113)

Au monastère de La Capelle près de Wast, au pays de Boulogne, en 1113, la bienheureuse Ida. Veuve du comte de Boulogne Eustache, elle s’illustra par sa libéralité envers les pauvres et son zèle pour la beauté de la maison de Dieu.

  • Bx Scubilion (Jean-Bernard Rousseau), f.e.c. († 1867)

À l’île de la Réunion, en 1867, le bienheureux Scubilion (Jean-Bernard Rousseau), frère des Écoles chrétiennes, qui, sans relâche, instruisit les enfants et apporta secours aux pauvres et espérance aux esclaves.

  • le 13 avril 1059 : bulle du pape Nicolas II ne permettant l’élection du pape qu’aux seuls cardinaux.

C’est sous l’influence du moine Hildebrand que la bulle, qui remet l’élection du pape dans les seules mains du collège des cardinaux, est signée. Elle confirme le synode de Melfi.

  • le 13 avril 1231: le pape Grégoire IX fit publier le Parens scientiarum Parisis la grande Charte de l’université de Paris.

Par cette bulle, le pape accorde à l’Université de Paris des privilèges :

Il est question, dedans, de l’indépendance intellectuelle et juridique. Cependant, le pape rappelle tout au long du texte que cette liberté d’enseigner va de paire avec le devoir de lutter contre l’erreur et les hérésies.

Car l’erreur et la Vérité n’ont pas les mêmes droits. Elles ne peuvent être mises en balance et en comparaison dans un enseignement. N’est-ce pas l’origine de la ruine de l’intelligence en France et en Occident ?

En voici le texte :

Donné au Latran, aux Ides d’avril, en la cinquième année de notre pontificat

Grégoire Evêque, serviteur des serviteurs de Dieu,

A ses chers fils, tous les maîtres et étudiants de Paris,

Salut et bénédiction apostolique.

« Paris, mère des sciences, comme une autre Cariath Sepher, cité des lettres, brille d’un éclat précieux, grande sans doute, elle fait attendre d’elle de plus grandes choses, grâce à ceux qui apprennent et à ceux qui enseignent (…) Aussi n’est-il pas douteux que celui qui, dans la cité susdite, se sera de quelque manière efforcé de troubler une grâce aussi éclatante ou celui qui ne sera pas opposé clairement et avec force à ceux qui la troublent, ne déplaise profondément à Dieu et aux hommes. C’est pourquoi, ayant considéré attentivement les problèmes qu’on nous a soumis à propos de discorde qui est née ici à l’instigation du diable et qui trouble gravement les études, nous avons, assisté du conseil de nos frères, pensé qu’il était préférable de les résoudre par un règlement sage plutôt que par une décision judiciaire.

Ainsi, en ce qui concerne le statut des étudiants et des écoles, avons-nous décidé que l’on devra appliquer les règles suivantes: Celui qui sera choisi comme chancelier de Paris devra, lors de son institution, jurer devant l’évêque, ou à son mandement, dans le chapitre de Paris, en présence de deux maîtres convoqués pour cela et représentant de l’Université des étudiants, que pour le groupement de la théologie et des décrets, loyalement et selon sa conscience, il n’accordera la licence d’enseigner qu’à des hommes dignes en fonction du lieu et du moment, selon le statut de la cité, l’honneur et le renom des facultés, et la refusera aux indignes, toute considération de personne ou d’origine étant écarté. Avant d’accorder une licence à qui que ce soit, dans les trois mois à partir de la demande de licence, il devra faire examiner avec diligence tant par tous les maîtres en théologie présents dans la cité que par d’autres personnes honnêtes et cultivées, par lesquelles on peut connaitre la valeur, et ses ambitions et autres choses que l’on examine dans ces circonstances: ayant ainsi examiné ce qu’il convient de faire et ce qu’il parait opportun, en sous âme et conscience il donnera ou refusera au candidat la licence demandée.

Quant aux maîtres en théologie et en décret, lorsqu’ils commenceront à donner des leçons, ils prêteront serment en public de porter fidèlement témoignage sur les choses susdites. Le chancelier jurera aussi de ne révéler en aucun cas le propos des maîtres à leurs détriments, la liberté et le droit des chanoines de Paris demeurant dans leur vigueur initiale. Pour les médecins, les artistes, et les autres, le chancelier promettra d’examiner loyalement les maîtres et d’admettre les gens dignes à l’exclusion des indignes. Au reste, il est vrai que le mal se glisse facilement là où règne le désordre, nous vous accordons le pouvoir d’établir de sages constitutions ou règlements sur les méthodes et horaires des leçons, des discussions, sur la tenue souhaitée, sur les cérémonies funéraires, sur les bacheliers: qui doit leur donner des leçons, à quelle heure et quel auteur choisir; sur la taxation des loyers et l’interdiction de certaines maisons; et le pouvoir de châtier comme il faut ceux qui se rebelleront conte ces constitutions ou règlements en les excluant (…).

Celui qui aura commis un crime nécessitant l’emprisonnement sera détenu dans la prison de l’évêque, interdiction absolue étant faite au chancelier d’avoir une prison particulière. Nous interdisons en outre qu’un étudiant soit arrêté pour une dette, alors que cela est interdit par des décisions canoniques régulières. Ni l’évêque, ni son official ni le chancelier ne devront prononcer de peine pécuniaire pour relever d’une excommunication ou de quelque autre censure. Le chancelier ne devra exiger des maîtres auxquels il accorde la licence aucun serment, aucune marque de soumission ou autre caution et ne réclamera pour cet accord aucune somme d’argent ou obligation mais se contentera du serment indiqué plus haut. Nous interdisons formellement que les étudiants se déplacent en armes et que l’Université défende ceux qui troublent la paix et l’étude. Ceux qui feignent d’être étudiants sans fréquenter les écoles ni avoir de maitres ne devront pas jouir des franchises (libertas) des étudiants (…).

Que personne n’enfreigne cette décision, constitution, concession, défense et interdiction ou n’ose s’opposer à elle par une audace téméraire. Et si quelqu’un ose y attenter, qu’il sache qu’il encourra l’indignation de Dieu tout puissant et des bienheureux Pierre et Paul Apôtres.

Donné au Latran, aux Ides d’avril, en la cinquième année de notre pontificat. »

Grégoire IX, Pape.

  • le 13 avril 1360 : le doigt de Dieu détruit l’armée anglaise, le « lundi noir » des champs de Sours.

1346, 30.000 Anglais mettent en déroute 100.000 Français à Crécy ; 1356, 8000 Anglais écrasent 50.000 Français à Poitiers. A titre de comparaison, à Bouvines 60.000 Français écrasèrent plus de 200.000 européens!

En 1360, la France ne ressemble bientôt plus qu’à une province anglaise. Les grandes compagnies ravagent le pays ; le roi de Navarre vient de trahir et le Roi de France est prisonnier à Londres. Les prétentions du roi d’Angleterre, lors des négociations de Brétigny sont énormes, à l’échelle de ses succès militaires et de la déliquescence française. Les négociations échouent. Edouard III veut en finit et s’apprête à mettre le siège devant Chartres. Fou de rage, Édouard III remonte vers Paris et laisse son armée commettre de nombreuses exactions : il ne s’agit plus de la simple extorsion visant à nourrir son armée, mais de la destruction systématique de toutes les ressources – les pieds de vignes sont arrachés, le bétail abattu et toute âme qui vive massacrée. Ces exactions entraînent un vif ressentiment contre les Anglais. Nombre d’entre elles ont lieu pendant le carême et la Semaine sainte et, lorsque l’armée anglaise est décimée par un violent orage de grêle, mêlé d’éclairs, le 13 avril, nombre de chroniqueurs y voient la main de Dieu, à commencer par le roi d’Angleterre, qui apercevant les flèches de Chartres, prie Notre Dame d’épargner ce qu’il lui reste d’armée.

Il promet de donner la paix à la France. La tempête s’apaise.

Reconnaissant et honnête Édouard III se décide alors à négocier ; il va même pénétrer dans  Chartres, en pèlerin pour y vénérer le Saint Voile. Il signe la paix à Brétigny, où il dissout son armée de mercenaires.

Le marquis de la Franquerie, dans son livre La vierge Marie dans l’Histoire de France, (page 86) raconte cette destruction de l’armée anglaise que Français et Anglais attribuèrent à Notre Dame. Il souligne que les principaux historiens relatent le fait : Froissart, Mézeray, Daniel, Polydore, Virgile, Hamon…

  • le 13 avril 1436 : prise de Paris par Arthur de Richemond.

L’armée anglaise dans Paris compte environ 3 000 hommes et est soutenue par l’université de Paris. 2000 routiers et écorcheurs la renforcent. La garnison attend également un renfort de 3 000 anglais.

L’armée française est dispersée et seul contre presque tous le duc de Bretagne, le connétable Arthur III de Richemont, soutenu par d’anciens compagnons de la Pucelle d’Orléans tels La Hire, Jehan de Dunois, cousin naturel du Roi, Jehan de Brosse Maréchal de Sainte-Sévère et Jehan Poton de Xaintrailles conduit une armée de 5000 Bretons pour reconquérir Paris. En novembre 1438, Charles VII (1403-1461) peut retrouver sa capitale, abandonnée en 1418. Richemont encercle Paris par le nord et le sud, en s’assurant le contrôle de la vallée de l’Oise, de la Champagne et de la Brie. L’Ost royal profite aussi de la révolte des Parisiens dans la capitale, des bourgeois menés par le Receveur aux Comptes Michel de Laillier. Richemont avec une petite troupe de cinq à  six cents combattants réussit à se faire ouvrir la porte Saint-Jacques et pénètre dans Paris où il est accueilli en libérateur par la population enthousiaste aux cris de « vive le Roi et le duc de Bourgogne ». Débordés, les Anglais se réfugient dans la Bastide Saint-Antoine (Bastille). Richemont leur promet alors la vie sauve s’ils quittent Paris, ce qu’ils font le 15 avril 1436.

Cette libération, réalisée avec peu de pertes et sans effusion de sang ni de pillage, est célébrée le 22 avril, par une grande fête religieuse, au milieu d’une foule immense. Cette fête est renouvelée pendant trois siècles, jusqu’à la révolution, comme une victoire nationale. Dans la foulée, Creil, Meaux et Montereau sont délivrées. Mais la libération de la France commence, mais il faudra 20 ans au connétable pour l’achever.

   

Toile commandée par le comte d’Angiviller au nom de Louis XVI, un tableau de Jean-Simon Berthélemy commémore l’événement : “La Reprise de Paris sur les Anglais” (1787), musée du Louvre.

  • le 13 avril 1519: naissance de Catherine de Médicis, reine de France.

Née à Florence, elle épouse le futur Henri II. Sa politique de contrepoids, qui est aussi celle de Michel de l’Hospital, pendant la régence est certainement une des causes de la longueur des guerres de religion en France.

Mère de trois Rois de France, François II, Charles IX et d’Henri III, après qui le trône passe à la branche des Bourbons.

Elle porte une grande responsabilité, avec l’Hospital, dans l’impunité des Huguenots qui pendant plusieurs décennies vont multiplier leurs exactions sans être punis. Par un curieux revirement, elle est à l’origine d’un des plus grands massacre de protestants : la saint Barthélemy.

Jean Guiraud ne dit pas autre chose au tome 2, chapitres XVI, page 214 de son livre Histoire partiale – Histoire vraie,

« Le témoignage de Ronsard concorde avec celui de Mézeray en signalant, comme le sien, la terreur que les protestants firent régner en France, au cours des années 1561-1562. Mais ce que ne disent ni Ronsard, ni Mézeray, c’est que la reine mère Catherine de Médicis, celle-là même qui devait, dix ans plus tard, ordonner contre les réformés le massacre de la Saint-Barthélemy, était alors leur complice 539. Pour s’opposer aux Guises, tout-puissants sous le règne de François II, grâce à leur nièce la reine Marie Stuart, Catherine voulait s’appuyer sur Coligny et la noblesse protestante. Elle était, d’autre part, alléchée par les biens du clergé dont la confiscation lui était conseillée par les réformés. Enfin, elle inclinait, à l’instigation du chancelier de l’Hôpital, à imposer à la France une religion mixte, formée d’éléments catholiques et protestants, combinés par l’autorité civile, comme l’anglicanisme d’Henri VIII. »

  • le 13 avril 1598 : signature de l’Edit de Nantes.

Proclamation de l’édit de Nantes

En mettant ainsi fin aux guerres de religion, Henri IV rend un grand service à la France. S’il constate et déplore dans le préambule de l’édit, que les Français ne puissent pas être unis par la religion, il essaie de le faire par l’amour de la patrie.

Le Roi Henri IV et son secrétaire Pierre Forget de Fresnes signent donc avec des émissaires protestants l’édit de Nantes. Les huguenots obtiennent du Roi de France, des droits qui semblent exorbitants pour l’époque : la liberté de conscience et des garanties en matière de droits. Les protestants peuvent se vouer à leur culte dans deux villages par bailliage ainsi que dans les villes où leur religion est déjà ancrée. Jouissant de l’égalité civile, ils peuvent occuper des postes publics, et ont pour garantie la concession de plus de 100 villes françaises. Les anciens temples leur sont restitués et ils peuvent également en construire de nouveaux. Les Huguenots peuvent former un Etat dans l’Etat. Ils ne s’en privent pas ; la reconquête du Royaume par Louis XIII et Richelieu les armes à la main et les difficultés de Louis XIV avec les Camisards trouvent certainement leurs origines dans ce qu’aujourd’hui on appelle de la discrimination positive aux dépens de l’unité nationale. (Cf. la chronique sur la Révocation de l’Edit de Nantes du 18 octobre)

Jean Guiraud note ainsi dans le tome 3 de son livre Histoire partiale – Histoire vraie, (chapitres I, pages 6 à 21) :

« …mais force nous est de reconnaître : qu’il accordait des privilèges aux protestants et qu’au lieu de les fondre dans l’unité française, il les organisait en État dans l’État ; qu’ainsi organisés, les protestants, au cours du XVIIe siècle, se révoltèrent à plusieurs reprises, faisant cause commune avec les ennemis du pays, et qu’ils profitèrent trop souvent de l’édit pour continuer leur guerre au catholicisme et compromettre l’unité nationale. […] Si au lendemain des guerres de Vendée, les Vendéens et les Chouans avaient obtenu à Nantes, à Rennes, à Poitiers, à Caen, l’établissement de tribunaux composés par moitié de Blancs et de Bleus, quelles protestations n’auraient pas élevées les Bleus ! Si de nos jours, où catholiques et libres penseurs sont aussi ennemis les uns des autres que jadis protestants et catholiques, les tribunaux et les Cours d’appels étaient composés par moitié de libres penseurs nommés par le gouvernement et de catholiques agréés par les évêques, les auteurs « laïques » ne manqueraient pas de réclamer contre un pareil envahissement de la magistrature par le catholicisme. Ce qui aurait paru excessif au lendemain de la Révolution, ce qui semblerait inouï de nos jours, c’est précisément ce que l’édit de Nantes accordait aux protestants. »

Par ailleurs, l’article 22 impose à l’Eglise catholique de recevoir, soigner et héberger les malades d’une part et de former et éduquer gratuitement les protestants d’autre part, sans leur imposer la même contrepartie, à une époque où l’état ne participe absolument pas à ces frais qui ne sont pas des services publiques :

« Ordonnons qu’il ne sera fait différence ni distinction, pour le regard de ladite Religion (prétendue Réformée), à recevoir les écoliers pour être instruits ès universités, collèges et écoles ; et les malades et pauvres ès hôpitaux, maladreries et aumônes publiques ».

En dépit du serment du sacre, de combattre l’erreur et de promouvoir la Vérité, l’article 57 leur accorde d’ouvrir et d’entretenir des écoles. L’année même du sacre, des lettres patentes de 1594, autorisent la fondation des Universités protestantes de La Rochelle, Nîmes et Montélimar. L’Edit, quatre ans plus tard, en interdit l’usage pour les catholiques !

 

Mais pire encore, un des articles secrets de l’édit de Nantes exigés par l’Assemblée protestante de Châtellerault  laisse aux mains des  Réformés toutes les places, villes et châteaux  qu’ils occupent fin de 1597.Henri IV en dresse la liste, à Rennes, les 12,14, 17 et 18 mai 1598 ; il y en a 142. Jean Guiraud les rappelle dans son chapitre et pose la question suivante :

« Au lendemain des guerres de Vendée, aurait-on imaginé la Convention abandonnant aux Vendéens les principales places des pays qu’ils occupaient ? Qu’aurait-on pensé d’un tel privilège? N’y aurait-on pas vu une atteinte portée à l’unité nationale ? »

Et le Roi va encore plus loin, puisqu’il s’oblige à entretenir ces places sur les finances royales, pendant toute la durée de leur concession avec 180.000 écus par ans. Et à la stupeur de tous, catholiques comme réformés, il accepte que les Eglises locales rejettent les nominations royales des gouverneurs des dites places.

 

Jean Guiraud conclut en citant un historien que personne ne peut qualifier de pro catholique : M. Hanotaux, ancien ministre des Affaires étrangères de la République :

« Avec ses 95 articles publiés et vérifiés, avec ses 56 articles secrets, avec son brevet réglant la somme due annuellement par le roi aux protestants, avec ses seconds articles secrets, au nombre de 23, où il est spécialement question des places de sûreté, l’édit de Nantes forme la Charte du parti réformé de France. Son objet n’est nullement d’établir le règne de la paix et de la tolérance sous un gouvernement unique, mais bien d’attribuer à une partie de la nation des libertés particulières et des privilèges qui la constituent en corps indépendant ».

Pour toutes ces raisons, les Parlements eurent beaucoup de mal à enregistrer l’Edit. Les Protestants loin de se réjouir de leurs nouveaux droits sont très mécontents du texte ; c’est en effet la matérialisation de leurs échecs à conquérir le pouvoir en France pour y détruire la religion catholique comme ils l’ont fait dans le nord de l’Europe. Et les premiers à fouler l’Edit aux pieds sont ces mêmes protestants qui continuent leurs réunions politiques alors que le texte le leur interdit. Alors que l’Edit garantit aussi la liberté religieuse des catholiques, ils s’emploient dans toutes les places fortes qu’ils tiennent à les persécuter et à interdire la pratique des sacrements.

Après la mort du Roi, ils vont même s’organiser militairement, divisant la France en 8 départements militaires, nommant généralissime Bouillon puis Rohan lequel aspire à rejeter les Bourbons qui, en se convertissant au catholicisme, avait déçu leurs espérances, pour instaurer une « République fédérale protestante comme les Provinces-Unies ».

  • le 13 avril 1695 : mort de Jean de La Fontaine, fabuleux fabuliste français.

Jean de La Fontaine meurt à Paris, à l’âge de 74 ans. Le jour de sa mort on trouve sur lui un cilice.

Il est l’un des grands poètes  et moralistes Français du XVIIe siècle. Il s’est toujours tenu à l’écart de la Cour du Roi Soleil. Il est reçu à l’Académie Française en 1684. Son œuvre littéraire compte près de 250 fables, recueils de contes et moult poèmes, textes en prose ou en vers.

Ses Fables (1678), dont les six premiers livres sont des adaptations de celles d’Esope, à qui il rend hommage dans sa lettre À Monseigneur le Dauphin.

« Je chante les héros dont Ésope est le père,
Troupe de qui l’histoire, encore que mensongère,
Contient des vérités qui servent de leçons.
Tout parle en mon ouvrage, et même les poissons :
Ce qu’ils disent s’adresse à tous tant que nous sommes ;
Je me sers d’animaux pour instruire les hommes. »

  • le 13 avril 1791 : le pape Pie VI condamne fermement la CCC avec le bref “Charitas“.

Il donne aux « assermentés » 40 jours pour se rétracter. Il finira martyr de la révolution « française ».

  • Le 13 avril 1793 : les 3000 paysans de La Rochejaquelein remportent la victoire des Aubiers.

C’est avant cette bataille que La Rochejaquelein lance sa célèbre phrase: « Si j’avance, suivez-moi ; si je recule, tuez-moi ; si je meurs, vengez-moi ». Les blancs récupèrent 3 canons et 1200 fusils.

  • le 13 avril 1796 : bataille de Millesimo en Italie.

Lors de la campagne d’Italie, les Français du général Augereau remportent la victoire de Millesimo contre les Sardes du général Provera.

  • le 13 avril 1814 : Napoléon Ier ratifie son acte d’abdication à Fontainebleau.

Par cet acte, il renonce pour lui et sa famille aux trônes de France et d’Italie. C’est sa première abdication.

  • le 13 avril 1946 : fermeture des maisons closes.

Les maisons de tolérance ont été créées par Saint Louis pour lutter contre la banalisation de la prostitution dans les rues de Paris. La loi Marthe Richard (conseillère municipale de Paris) impose la fermeture des maisons closes en France. Cela concerne environ 20 000 femmes et un millier de maisons de tolérance ferment leurs portes. Elles se retrouvent donc dans la rue.

  • le 13 avril 1962 : le général Jouhaud, chef de l’OAS, est condamné à mort par le Haut Tribunal militaire.
  • le 13 avril 1986 : première visite d’un pape à un lieu de culte hébraïque.

Il s’agit de la synagogue de Rome.

Vous souhaitez que votre patrimoine serve à défendre vos convictions, plutôt qu'être dilapidé par un Etat prédateur et dispendieux ?

Savez-vous que le Salon beige est habilité à recevoir des legs ?

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services