Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

C’est arrivé un 11 avril…

"L'histoire ne nous dira sans doute pas ce qu'il faut faire, mais elle nous aidera peut être à le trouver. « Fustel de Coulanges »

Alors rappelons-nous :

  • le 11 avril 672 : élection du pape Adéodat II.
  • le 11 avril 678 : mort du pape Donus.
  • le 11 avril 896 : élection du pape Boniface VI.
  • le 11 avril 1512 : les Français prennent Ravenne.

Les Français, confrontés à une contre-offensive de la Sainte-Ligue, battent avec l'artillerie alliée du duc de Ferrare les troupes espagnoles lors de la bataille de Ravenne. Mais Gaston de Foix meurt cependant durant cette bataille et Jacques II de Chabannes, son successeur, n'a pas ses talents de général. Menacés au nord, les Français doivent se replier vers le Piémont.

La mort de Gaston de Foix à la bataille de Ravenne, musée de l'Hermitage à Saint Peterbourg.

Malheureusement l'armée française y perd son chef, Gaston de Foix, duc de Nemours, comte d'Étampes et duc de Narbonne, neveu du Roi Louis XII. Il nait en 1489 à Mazères et entame très jeune la carrière des armes et y connaît un avancement extrêmement rapide.

En 1509, nommé Gouverneur du Dauphiné, il participe à la victoire d'Agnadel remportée par Louis XII sur les Vénitiens. Et le Roi le nomme à la tête de l'Armée Royale pour affronter la Sainte Ligue (Etats Pontificaux, Aragon, Naples et Cantons Suisses) en Italie, caressant l'espoir de récupérer l'héritage des Visconti (Milanais). (cf. les chroniques du 10 avril sur Louis XII)

Fin 1511, sous des conditions météo exécrables, et après un raid à pied de près de 200 km qui surprend totalement les ennemis du Roi et qui lui vaut le surnom de « Foudre d'Italie » il s'empare de Milan. Le 5 février 1512, c'est le tour de Bologne. Le 16, Gaston de Foix-Nemours inflige une lourde défaite aux Vénitiens et s'empare de Brescia le 19.

Et le 11 avril 1512 est le jour de Pâques. L'Armée française fait face aux troupes de la Sainte Ligue à Ravenne. La bataille est une effroyable boucherie. Les Français et leurs alliés perdent entre 3 000 et 4 000 pour 4 500 blessés, pendant que les forces de la Sainte Ligue laissent 9 000 cadavres au sol. Mais l'artillerie d'Este permet à Gaston de Foix-Nemours de remporter le combat, il y laisse la vie, suite à ses blessures; il a 23 ans.

Et Louis XII fait confectionner par le sculpteur Agostino Busti un gisant à la gloire de son neveu.

 

  • le 11 avril 1567 : Thomas d'Aquin est fait docteur de l'Eglise.

Saint Thomas d'Aquin est un religieux de l'ordre des Dominicains, contemporain de saint Louis. Sa famille très puissante et appartenant à la noblesse lui fait une guerre acharnée pour empêcher sa vocation. Tous les moyens sont utilisés. Arraché à son monastère, il est jeté en prison dans une tour du château paternel. On introduit une courtisane pour le pervertir. Et saint Thomas utilise un tison enflammé pour la chasser. L'histoire raconte qu'il se jette ensuite à genoux pour prier et s'endort; Durant son sommeil, il voit les anges descendre du Ciel pour le féliciter, en lui disant: "Recevez de la part de Dieu le don de chasteté perpétuelle."

La philosophie thomiste s'appuie sur celle d'Aristote et affirme qu'il faut faire confiance à la raison et à l'intelligence de l'homme pour chercher Dieu. Devenu professeur, il réalise un gigantesque travail qu'il expose dans de multiples ouvrages, dont le plus connu est la « Somme Théologique »

Le 11 avril 1567, le pape Pie V le proclame docteur de l'Eglise et oblige les universités à enseigner sa théologie.

  • le 11 avril 1677: bataille de Cassel, parfois appelée Bataille de la Peene.

Il s'agit de la troisième bataille de Cassel. Elle oppose pendant les guerres de Hollande (1672-1678) l'armée française aux troupes coalisées des Provinces-Unies, de l'Espagne et de l'Angleterre. Du 10 au 11 avril les combattants s'affrontent pour contrôler la ville de Saint-Omer, place forte des Flandres. Le prince d'Orange, sûr d'être victorieux, a rassemblé toutes ses troupes aux environs d'Ypres, à environ 55 km à l'est de Saint-Omer, soit 30 000 hommes. Il attaque les Français qui l'écrasent. La victoire française entraîne le rattachement à la France de Saint-Omer, des châtellenies de Cassel, Bailleul et Ypres, et de tous les Pays-Bas du sud espagnols.

  • le 11 avril 1713: fin des négociations d'Utrecht, signature du traité.

Le congrès d'Utrecht, ouvert le 29 janvier, prend fin avec la signature de deux traités qui mettent un terme à la guerre de Succession en Espagne.

Le premier signé le 11 avril entre le Royaume de France et le royaume d'Angleterre, le second signé le 13 juillet entre l'Espagne et l'Angleterre. L'Europe reconnaît le petit-fils de Louis XIV, Philippe d'Anjou, roi d'Espagne. En échange, l'Espagne cède Minorque et Gibraltar aux Anglais, Naples, la Sardaigne et le Milanais à l'empereur d'Allemagne Charles VI. La France de son côté perd ses terres d'Acadie et de Terre-Neuve, au profit de l'Angleterre.

  • le 11 avril 1749: naissance d'Adélaïde Labille-Guiard, peintre française.

Adélaïde Labille-Guiard, née à Paris, est une peintre française qui est d'abord élève du peintre miniaturiste François-Elie Vincent, elle est membre de l'Académie de Saint-Luc, puis en 1783 de l'Académie royale de peinture et de sculpture en même temps que sa concurrente Élisabeth Vigée-Le Brun. Elle épouse en 1800 le peintre François-André Vincent.

François-André Vincent
Portrait par sa femme, Adélaïde Labille-Guiard (1795).

  • le 11 avril 1770 : Mme Louise, fille cadette de Louis XV, entre au Carmel de St-Denis.

Voir les chroniques du 30 janvier et 16 février, du 12 septembre et du 10 octobre.

  • le 11 avril 1793 : le Pater de d'Elbée.

D'Elbée protégeant les prisonniers républicains après la bataille de Chemillé, par Marie Felix Edmond de Boislecomte; Musée d'Histoire et des Guerres de Vendée Cholet, France

Les troupes de D'Elbée et de Cathelineau attaquent le général Berruyer à Chemillé à 20 km au nord-est de Cholet. La bataille tourne au corps a corps et après sept heures de combat, les soldats de la République lâchent pied laissant plus de 1400 hommes sur le terrain, les Vendéens, quant à eux, ont perdu 600 des leurs. Après le Choc de Chemillé, les Blancs restent maîtres du terrain avec environ 400 républicains capturés. Les Vendéens, exaspérés par les massacres des Bleus dans tous les villages environnant, veulent les exécuter pour se venger.

Leur chef D'Elbée, qui ne peut les arrêter, leur fait réciter le Pater Noster. Lorsque ceux-ci arrivent au « pardonnez-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés. », D'Elbée se lève, car ils étaient à genoux, les arrête: « Ne mentez pas à Dieu ».

Et les Bleus ont la vie sauve. Voici la charité des combattants pour Dieu et pour le Roi.

C'est le pendant du « Grâce aux prisonniers » de Bonchamps le 18 octobre 1793 (voir la chronique du jour).

  • le 11 avril 1814 : le traité d'abdication de Napoléon est signé à Paris par des plénipotentiaires français et étrangers.
  • le 11 avril 1935 : ouverture de la conférence de Stresa.

Après la remise en cause du Traité de Versailles par Hitler, qui vient de rétablir la conscription, la France, le Royaume-Uni et l'Italie se réunissent du 11 au 14 avril. Ils décident de créer le "front de Stresa", afin d'empêcher des violations du traité de Versailles. Ce front se dissout quand les Italiens se lancent dans la guerre d'Ethiopie et que les Anglais signent, quelques semaines plus tard, un accord naval avec les Allemands.

  • le 11 avril 1956 : le service militaire est porté à 27 mois.

La raison est l'évolution de la situation en Algérie. 70.000 "disponibles" du contingent de 1953 sont rappelés.

  • le 11 avril 1963 : le pape Jean XXIII publie son encyclique Pacem in terris.

L'encyclique est consultable ici :

http://www.vatican.va/holy_father/john_xxiii/encyclicals/documents/hf_j-xxiii_enc_11041963_pacem_fr.html

  • le 11 avril 1995: ouverture aux fidèles de la cathédrale d'Evry.

Certains y voient un monument maçonnique tellement cette église viole les canons de construction respectés depuis le début de l'ère chrétienne.

Le Salon Beige est visité chaque jour par plusieurs dizaines de milliers personnes qui veulent participer au combat contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme.

Je ne souhaite pas que le Salon Beige devienne une galerie commerciale avec des publicités voyantes, mais au contraire qu’il reste un outil de combat culturel.

Le Salon Beige est un lieu où chacun trouve les informations et les argumentaires dont il a besoin pour sa réflexion personnelle. C’est un lieu gratuit et une bibliothèque de référence vivante.

Si chaque personne lisant ce message donnait, notre levée de fonds serait achevée en une heure.

Aujourd’hui, je vous remercie de faire un don de 5€, 20€, 50€ ou de tout autre montant à votre portée, afin que le Salon Beige puisse poursuivre son combat.

Merci,

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

3 commentaires

  1. Depuis que je suis petit je connais ce tableau sur le “Pater de d’Elbée”, et la légende a toujours été : CATHELINEAU protégeant les prisonniers bleus (qui avaient été vus avec des bébés embrochés comme des poulets sur leurs baïonnettes), PENDANT le Pater de d’Elbée, lequel se tenait à l’entrée de l’église Saint-Pierre de Chemillé (lieu qu’on ne reconnaît pas ici et qui a tout l’air d’être un cachot).
    Et Cathelineau aurait dit que pour toucher à un seul cheveu des prisonniers, il faudrait lui passer sur le corps !
    Et, petit à petit, j’ai vu la légende changer, une erreur initiale s’est gommée avec disparition d’une partie du texte, et cette erreur est depuis indéfiniment recopiée…
    C’est d’autant plus dommage que l’entente des deux hommes – d’Elbée et Cathelineau (le noble et le paysan) – est à souligner et non à gommer…
    Ce serait bien de rétablir la légende authentique. D’ailleurs l’homme représenté ressemble bien aux autres portraits de Cathelineau… et pas du tout à ceux de d’Elbée, qui est représenté tout autrement sur tous les très beaux vitraux vendéens (Cholet, Le Pin en Mauges, Chemillé, etc.) illustrant cet épisode fameux des guerres de Vendée, exaltant la perpétuelle miséricorde des chefs vendéens face à leurs implacables ennemis qui ne leur firent jamais aucune grâce.

  2. Effectivement, avec la cathédrale d’Evry, on ne se trouve pas en présence d’une église catholique mais d’un temple maçonnique rigoureusement construit selon des concepts métaphysiques directement inspirés de la doctrine pythagoricienne.
    La cathédrale d’Evry s’inscrit d’ailleurs, tant par l’implication de hauts dignitaires de l’ère Mitterrand que par la symbolique arithmologique et maçonnique qu’elle dévoile au grand jour, dans la logique des Grands Travaux mitterrandiens que sont la pyramide du Louvre et les colonnes de Buren.
    Ses promoteurs ont élevé, avec les briques de la tour de Babel, le vaniteux palais de l’Homme, le lieu de ses désirs, l’occasion de se retrouver, de se prosterner non pas devant son Créateur mais devant lui-même. De plus, Sur les vingt-cinq membres que compte le comité de parrainage de la cathédrale, plus du quart appartiennent à la franc-maçonnerie. Ce qui explique que le toit d’Evry reproduit scrupuleusement le « Delta lumineux » que le maçon Oswald Wirth, occultiste, hermétiste, astrologue et surtout ami du mage sataniste Stanislas de Guaita, présente lui-même comme « l’un des principaux, l’un des plus frappants symboles de la franc-maçonnerie ». Que signifie le « Delta lumineux » appelé aussi « triangle radiant » ? Rien d’autre que la Tri-Unité, singerie satanique de la Trinité. Autre symbolique détournée : un triangle qui porte en son centre l’oeil de l’intelligence ou du principe conscient. Aujourd’hui, il ne représente plus la Trinité, mais l’orgueil de l’homme ambitionnant de s’égaler à son Créateur. L’homme fait Dieu, c’est l’anti-Christ puisque le Sauveur est Dieu fait Homme. Enfin, le cercle de nuage est mis en parallèle avec le Saint-Esprit. Il s’agit en réalité de la représentation symbolique de l’”Egregor”, c’est-à-dire de l’âme collective, entité brutale et aveugle supposée égaler et contrebalancer la volonté divine. Quant aux vingt-quatre tilleuls, leur charge symbolique est claire : l’essence choisie représente à la fois le sommeil de l’esprit, “hypnos”, et l’amitié fraternelle ; le nombre vingt-quatre exprime, selon Warrain, « la combinaison de l’individualité consciente et maitresse de toutes ses énergies avec le Cosmos développant son harmonie complète ». Et ce cylindre biseauté et coiffé de verdure, évoque un autre symbole maçonnique moins connu quoique plus répandu que le Delta lumineux : la colonne tronquée. C’est le franc-maçon Jack Lang qui avait tenu à débloquer des fonds pour lancer l’opération qui ne recueillait que l’indifférence hostile des fidèles sollicités (le total des quêtes a rassemblé moins de 20 % des fonds nécessaires). Puis un Comité de parrainage s’est créé qui ressemble à un annuaire de « Fraternelle ».
    Mais elle n’est pas la seule de ce genre. Il y a la Nova Catedral de Rio de Janeiro au Brésil : l’architecte Oliviero Fonseca a conçu une cathédrale pyramidale directement inspirée des temples précolombiens où l’on honorait, par d’incessants sacrifices humains, de terribles divinités assoiffées de sang.
    Et que penser de l’église Saint-Marcel, dans le XIIIe arrondissement de Paris, pourvue d’un clocher en forme de triangle ?
    Quant à l’église Notre-Dame-de-l’Arche d’Alliance, rue d’Alleray dans le XVe arrondissement de Paris, elle affecte une forme cubique rappelant celle de l’arche de l’alliance. Son extérieur est habillé d’une résille métallique présentant un quadrillage basé sur le symbolisme du 8 ; chaque face du cube dévoile un damier de 64 cases au symbolisme numérique identique à celui des pyramidions entourant la pyramide du Louvre.

  3. «C’est le pendant du « Grâce aux prisonniers » de Bonchamps le 18 octobre 1793 (voir la chronique du jour).»
    Merci pour vos chroniques passionnantes.
    Mais pouvez vous rajouter un lien vers les autres chroniques.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services