Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

C’est arrivé un 10 mai…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 10 mai 946 : élection du pape Agapet II.
  • le 10 mai 1537 : Jacques Cartier est en France.

En guise de dédommagement des frais engagés, Cartier reçoit l'Hermine, un navire de 110 tonneaux, avec tous les appareils et munitions qui restent du précédent voyage dont ses 12 canons.

  • le 10 mai 1696 : décès de Jean de La Bruyère, écrivain français.

Né à Paris le 17 août 1645, il devient célèbre en 1688 pour son seul ouvrage, "Les caractères ou les mœurs de ce siècle". Jean de La Bruyère est alors parmi les derniers écrivains à privilégier le style littéraire. En 1693, il est enfin élu à l'Académie française, en remplacement de l'abbé Pierre de La Chambre. Il décède à Versailles suite à une crise d'apoplexie le 10 mai 1696.

  • le 10 mai 1755 : arrestation de Mandrin.

500 soldats français déguisés en paysans pénètrent en Savoie et arrêtent le brigand Mandrin à la ferme fortifiée de Rochefort-en-Novalaise. Il utilisait la Savoie comme base de repli entre deux expéditions en France.

  • le 10 mai 1774 : mort du Roi de France Louis XV.

Louis XV « le Bien-aimé » reçoit l'extrême onction à Versailles, administrée par l'évêque de Senlis, Armand. Il meurt de la petite vérole à l'âge de 65 ans, après une difficile mais très pieuse agonie. Si son début de règne est pacificateur et heureux, période où le Roi fait preuve d'une piété et d'une ferveur avec la Reine Maria Leczinska assez exceptionnelle, la seconde partie est marquée par la débauche de la cour qui suit l'exemple de son maître et par le développement des idées des philosophes qu'il laisse empoisonner l'opinion française.

  • le 10 mai 1794: la colonne infernale Dusirat incendie la forêt de Vezins et les stocks de grains et farine qu'il y trouve.
  • le 10 mai 1794 : Mme Elisabeth, sœur de Louis XVI est guillotinée place de la Révolution à Paris.

De toute la famille royale, c'est la seule qui a toujours refusé de quitter le Roi et de fuir à l'étranger.

  • le 10 mai 1796 : Bonaparte remporte la bataille du Pont de Lodi, en Italie.
  • le 10 mai 1804 : Bonaparte reçoit le cardinal Caprara.

Il exprime le désir d'être sacré empereur par le pape, il a simplement besoin de la présence papale pour cautionner la cérémonie et singer les sacres des Rois de France. Mais son esprit embrumé par les théories des philosophes ne peut pas comprendre que la puissance du sacre donnée aux Rois vient de Dieu et de l'engagement royal à défendre la foi catholique et a lutter pour le vrai bonheur de leurs peuples. Le sacre des Rois est le Pacte de Reims renouvelé entre un Dieu, un peuple et une personne royale choisie par Dieu. Le sacre de Napoléon est sacrilège et grotesque. (cf. la chronique du 2 décembre).

  • le 10 mai 1871 : signature du traité de Francfort.

Le gouvernement provisoire de la république accepte de payer une indemnité de 5 milliards de franc-or, avec présence d'une armée d'occupation jusqu'au paiement de cette somme et surtout, la cession de l'Alsace et d'une partie de la Lorraine. Guillaume 1er, roi de Prusse, a déclaré le 18 janvier 1870, à Versailles, lors de la proclamation de l'empire :

" Je n'ai pas vaincu les Français, Dieu me les a livrés"

  • le 10 mai 1940 : l'Allemagne envahit les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg et la France.

C'est la fin de la «drôle de guerre ». L'exode commence. Les Pays-Bas capitulent le 15 ; le Luxembourg capitule le jour même, la Belgique le 27. En Angleterre Churchill devient premier ministre en affirmant :

"Je n'ai rien d'autre à offrir que du sang, de la peine, de la sueur et des larmes."

Les troupes allemandes franchissent les Ardennes au grand dam des Français, évitant les fortifications de la ligne Maginot, que l'inconsistance des dirigeants français n'a pas prolongée sur toutes les frontières. La percée de Sedan est une opération décisive de la bataille de France qui commence.

Reynaud déclare : «  Je suis inquiet, nous allons voir ce que vaut Gamelin. » Il est servi. Le 17 mai, il rappelle le général Weygand. Ce dernier a 73 ans.

  • le 10 mai 1954 : le recensement dénombre 43 millions de Français.

L'avortement n'assassinait pas encore plus de 200 000 Français par an, à cette époque. Il faut rappeler qu'en 1789 la France est le pays le plus peuplé au monde avec 28 millions d'habitants. En 1790, la Russie l'égale, puis la Dépasse. En 1795, l'Inde fait de même. En 1914, la France compte 40 million d'habitants, la Russie 160 millions, l'Allemagne 65 et l'Angleterre 43 millions ! Le suicide français est ancien et bien lié à la disparition de la monarchie française.

  • le 10 mai 1968 : la "nuit des barricades".

Combats de rues, voitures incendiées, rues dépavées, vitrines brisées, centaines de blessés, le pays se réveille stupéfait.

  • le 10 mai 1981 : F. Mitterrand est élu contre V. Giscard d'Estaing.

Partager cet article

1 commentaire

  1. Bonaparte méprisait les philosophes, des songe-creux selon lui…
    Le grand pape Pie VII a fait un acte de charité en permettant le rétablissement de la religion par Napoléon ; le pape ne s’est pas prêté à un simulacre… D’ailleurs, du vivant de Napoléon, personne d’autre que lui n’a été sacré, en particulier pas le très voltairien et franc-maçon avéré que fut Louis XVIII ! Comme par hasard.
    Pas plus que le pape, le roi n’est choisi par Dieu… Benoît XVI a bien démontré que ce n’est pas le Saint-Esprit qui choisit le Pape, ce qui serait contraire à la liberté humaine et au libre arbitre concédé par Dieu… Saint Paul incite les hommes à ne pas contester la légitimité de tout pouvoir, y compris celui de Napoléon, y compris les pouvoirs non-chrétiens… Saint Paul ni le Christ n’ont jamais commandé de ne reconnaître que les capétiens qui ont lourdement fauté du 18ème au 19ème siècle.
    Le sacre ne garantit rien ; celui d’Hugues Capet a mis sur le trône un usurpateur qui n’est venu à bout de Charles que grâce à un parjure ignoble, à Pâques, d’un évêque qui a livré son hôte lâchement… Il fallait bien que cela se paye un jour malheureusement. Hugues Capet s’étant précipité pour rendre Metz à l’empire d’Allemagne, ce qui explique les soutiens qui lui ont permis d’accéder au trône de façon si peu glorieuse. Il ne faut rien idéaliser en politique et en histoire.
    Vive le grand pape Pie VII !

Publier une réponse