Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

C’est arrivé un 10 juin…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 10 juin 1194 : la cathédrale de Chartres incendiée.

Un incendie brûle l'ensemble de l'église, exceptées la crypte et la façade occidentale. Grâce à de nombreux dons, la reconstruction est aussitôt lancée. Les Templiers commencent la construction de Notre Dame de Chartres immédiatement. La nouvelle cathédrale sera consacrée en 1260 et deviendra un haut lieu de pèlerinage. Elle représente le chef-d'œuvre de l'art gothique français.

  • le 10 juin 1574 : prise de Saint-Lô par l'armée royale.

Les troupes royales sous le commandement du maréchal de Matignon enlèvent Saint-Lô, tenue par les Huguenot, après un siège de deux mois.

  • le 10 juin 1637 : naissance de Père Jacques Marquette, explorateur et missionnaire jésuite français, découvreur du Mississippi avec Louis Jolliet.

Né à Laon le 1er juin 1637, Jacques Marquette est le sixième enfant de Nicolas Marquette de La Tombelle.  Il est ordonné prêtre à 29 ans et sollicite d'être envoyé en mission "ad exteras nationes". Il embarque donc à La Rochelle au début du mois de juin 1666 et arrive à Québec le 20 septembre. Il passe un an à Trois-Rivières à étudier le montagnais et d'autres langues indiennes. C'est ainsi qu'il en parlera couramment une demi-douzaine. Avec Joliet, il explore le Mississippi, et y reste pour continuer l'évangélisation des peuplades indiennes. Il décède  le 18 mai 1675.

  • le 10 juin 1673 : naissance de René Duguay-Trouin, corsaire français.

René Duguay-Trouin est un corsaire français, né le 10 juin 1673 à Saint-Malo. D'une famille d'armateurs bretons, il débute sa carrière en 1689 et reçoit, dès 1691, le commandement d'un navire. Il connait une ascension très rapide dans la hiérarchie maritime due à ses qualités de chefs au combat: capitaine de navire corsaire à 18 ans, capitaine des vaisseaux du Roi à 24 ans, chevalier de l'ordre de Saint-Louis à 34, anobli à 36, chef d'escadre à 42. Il siège à 50 ans en 1723 au Conseil des Indes, et est nommé lieutenant général des armées navales en 1728, pour finir par commander les ports de Brest en 1731 puis de Toulon en 1736. Ses campagnes sont parmi les plus belles de l'histoire navale française. On estime à un peu plus de quatre-vingts le nombre de combats et d'abordages auxquels Duguay-Trouin participe ou qu'il dirige de 1689 à 1711, soit en moyenne près de sept par an.

De toutes les expéditions de Duguay-Trouin, la plus célèbre est la prise de Rio de Janeiro en 1711. L'objectif est d'intercepter la flotte annuelle de l'or qui part du Brésil vers Lisbonne. En 1710 le capitaine Duclerc parti attaquer le Brésil avec 5 vaisseaux et un millier de soldats, a fini prisonnier avec plus de 600 hommes, puis assassiné. Quand René Duguay-Trouin décide de lancer cette opération, la France est en pleine Guerre de Succession d'Espagne, et le Brésil, une colonie portugaise alliée de l'Angleterre contre la France.

Le retentissement de la prise de la ville est considérable en Europe, tout particulièrement chez les nations maritimes en guerre contre la France, donc les Anglais qui viennent d'essuyer un désastre complet dans une tentative de débarquement sur Québec. Ce succès a sans doute poussé les Anglais à signer la suspension d'armes du 17 juillet 1712. Duguay-Trouin fut acclamé en héros :

Il meurt le 27 septembre 1736 à Paris ; d'abord inhumé à l'église Saint-Roch de Paris. Retrouvés, ses ossements sont, en 1973, à l'occasion du tricentenaire de sa naissance, rapatriés de Paris jusqu'à Saint-Malo, et ré-inhumé à la cathédrale Saint-Vincent.

  • le 10 juin 1794 : la Convention décrète la Terreur.

Certains historiens datent son début de la création du tribunal révolutionnaire, en mars 1793. Le 10 juin, les pleins pouvoirs sont conférés au tribunal révolutionnaire. La Terreur, la répression révolutionnaire se durcit avec la loi du 22 prairial an II. Celle-ci supprime la défense (plus d'avocats) et l'interrogatoire préalable des accusés, ne laissant au tribunal que le choix entre l'acquittement et la mort.

Ces décisions débouchent sur une accélération des procédures et une augmentation des condamnations. Pour le seul mois de juin 1794, on procède à 2 000 exécutions à Paris et la guillotine fonctionne jusqu'à six heures par jour. Les pavés parisiens disparaissent sous une couche de sang séché s'écoulant vers la Seine.

  • le 10 juin 1810 : un Arrêté de Police assigne les 13 "cardinaux noirs", qui refusèrent d'assister au 2è mariage de Napoléon, à résidence forcée éloignés les uns des autres.
  • le 10 juin 1836 : décès d'André Marie Ampère, à 61 ans.

Physicien, chimiste, mathématicien, inventeur, philosophe et poète, André Marie Ampère invente le premier télégraphe électrique, l'électroaimant (avec Arago) et énonce la théorie de l'électromagnétisme en 1827. Il invente une unité de courant électrique : l'ampère qui devient par la suite l'unité internationale de cette mesure.

André-Marie Ampère est né le 20 janvier 1775 à Lyon. Il montre d'impressionnantes capacités intellectuelles dès son plus jeune âge : à 4 ans, il sait déjà lire. Tout au long de sa vie, il s'efforce de démontrer des théories sur l'électromagnétisme, sa première datant de 1827.

Napoléon le nomme, en 1808, Général de l'Université française impériale. Six ans plus tard, il devient membre de l'Académie des sciences de Paris. Il meurt le 10 juin 1836 à Marseille.

  • le 10 juin 1940 : le gouvernement Reynaud et les Parlementaires quittent discrètement Paris pour Tours.
  • le 10 juin 1940 : Mussolini déclare la guerre à la France.

L'Italie entre en guerre alors que son armée n'est pas tout à fait prête. Elle profite de la faiblesse de la France pour lui déclarer la guerre. Aux côtés de l'Allemagne nazie, avec qui elle a conclu le pacte d'Acier, elle fait de même vis-à-vis du Royaume-Uni.

  • le 10 juin 1944 : massacre d'Oradour-sur-Glane par les SS.

Depuis le début de l'année 1944, les sabotages et les attaques sporadiques effectués par les maquisards de Corrèze sont en pleine expansion. Les autorités allemandes d'occupation multiplient les actions de répression beaucoup plus dures contre ceux qu'ils surnomment les terroristes. Le général Lammerding envoie un détachement de la division SS « Das Reich » détruire Oradour-sur-Glane, un petit village près de Limoges. Après l'arrivée des Allemands dans le bourg d'Oradour-sur-Glane, le tambour de ville passe dans les rues en lisant un ordre qui ordonne tous les habitants, sans exception, hommes, femmes et enfants, de se rassembler immédiatement sur le Champ de Foire, munis de leurs papiers, pour vérification d'identité.

Les SS divisent la population en deux groupes : d'un côté, les femmes et les enfants ; de l'autre, les hommes. Les habitants sont répartis dans cinq granges différentes et mitraillés ; les cadavres sont ensuite brulés. 642 habitants, dont 246 femmes et 207 enfants, trouvent ainsi la mort. Une seule survivante parmi le groupe des femmes, Mme Marguerite Rouffanche, réchappe de l’église et peut ainsi témoigner de l’horreur. La veille cette division avait déjà commis un massacre à Tulle.

L'église où périrent les femmes et les enfants

Partager cet article

8 commentaires

  1. Lorsque j’ai déambulé dans les ruines de ce village martyre, je fut saisi de sentiments troubles, tout y été mêlé, tristesse, incompréhension, colère, nausée, …
    J’ai en tête le souvenir, le témoignage de cet habitant d’un village voisin, enfant à l’époque, qui me disait  » de chez nous, avec mes parents,l’on voyaient la fumée dans le ciel! »
    Là ou Dieu est absent, les hommes peuvent devenir des bêtes.

  2. Wikipédia : »La cathédrale [de Chartres] a été construite par des ouvriers spécialisés, appelés compagnons, réunis en confréries ou fraternités. Ces derniers, payés à la tâche, ont parfois laissé sur les pierres quelques signes gravés, les marques de tâcheron qui sont leurs signatures. »
    Je ne vois pas que les Templiers eussent construit quelque cathédrale. C’est une légende.

  3. Il manque un clocher à la cathédrale de Saint-Denis. Prière de le signaler à l’évêque s’il ne s’en est pas aperçu. Il serait encore temps de la compléter. Merci.

  4. Pauvre Mussolini ! Par ce coup de poignard dans le dos, il signait sa propre perte.

  5. Oradour-sur-Glane ne fut pas le seul village français victime d’un tel massacre, mais c’est celui-là qui est retenu ; pourquoi ?

  6. merci de parler de Père Marquette ! notre grand’mère de cette époque est Catherine Marquette, sa nièce …

  7. Le Père Marquette parlait 28 langues indiennes.

  8. 10 juin : 10e anniversaire de la disparition du colonel Antoine Argoud.
    RIP+

Publier une réponse