Bannière Salon Beige

Partager cet article

C'est arrivé un...

C’est arrivé un 10 avril…

C’est arrivé un 10 avril…

« Un peuple qui n’enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité. » (François Mitterrand en 1982, lors d’un Conseil des Ministres)

Alors rappelons-nous :

  • le 10 avril : saints du jour français ou en France.
    • St Pallade, évêque d’Auxerre († v. 658)

Saint Pallade évêque, abbé du monastère de Saint-Germain, il fut choisi pour succéder à l’évêque saint Didier, participa à de nombreux conciles régionaux et s’employa à restaurer la discipline ecclésiastique dans son Église. Il est connu pour la construction de monastères de religieux et de religieuses.

  • St Bède le jeune, moine en Vénétie († 883)

À Gavello en Vénétie, l’an 883, saint Bède le jeune, moine. Après quinze années passées à la cour de Louis le Débonnaire et de Charles le Chauve, il choisit de se mettre au service du Seigneur dans le monastère de ce lieu, le restant de sa vie.

  • St Fulbert, évêque de Chartres (960-1029)

Fulbert, l’un des plus grands et des plus saints évêques de Chartres, fut aussi le premier savant de son époque ; l’un de ses biographes dit, en effet, qu’il surpassait facilement tous ses contemporains, tant dans la connaissance des saintes Écritures que dans les sciences profanes.

Son humilité, qui brille à chaque page de ses lettres, ne fait qu’ajouter à son rare mérite : « Je suis, écrivait-il, le très petit évêque d’une très grande Église. » — « Je suis un homme rempli de misères, incapable de me conduire moi-même et néanmoins chargé de conduire les autres dans les voies du salut. »

Il fut le modèle des pasteurs, par son zèle à défendre les intérêts de l’Église. Sans négliger le gouvernement de son peuple, il trouvait du temps pour composer de pieux ouvrages. Ses sermons en l’honneur de la sainte Vierge, pour laquelle il avait une dévotion particulière, sont très remarquables ; jamais il n’était plus éloquent en chaire que quand il exhortait son peuple au culte et à l’amour de Marie.

L’auguste Mère de Dieu se plut à récompenser sa piété par des faveurs extraordinaires. Dans une maladie très grave, Marie fit couler sur ses lèvres un baume céleste, et le mal disparut.

Une des gloires de Fulbert, c’est la reconstruction de la cathédrale de Chartres en style roman. L’ancienne ayant été détruite par un effroyable incendie, il employa au temple magnifique qu’il fit construire tout ce qu’il possédait ; les largesses royales affluèrent de toutes parts. Il s’appliqua ensuite à faire honorer Dieu dans ce temple par des chants harmonieux et des cérémonies majestueuses.

C’est dans la crypte de cette cathédrale qu’est honorée Notre-Dame-de-sous-terre, dont l’histoire merveilleuse remonterait au temps des druides, et dont l’image était dédiée à la Vierge qui devait enfanter : Virgini pariturae.

  • le 10 avril 757 : réapparition des orgues en Europe.

Connu du temps de l’empire romain, l’usage des orgues a peu à peu disparu en Occident. L’empereur Constantin V offre un orgue à soufflet à Pépin le Bref en 757. Ce dernier le fait placer à Compiègne.

  • le 10 ou 11 avril 879 : décès de Louis II le Bègue.

Louis II dit le Bègue, est le fils de Charles II dit le Chauve. Il naît le 1er novembre 846. Il est d’abord couronné roi d’Aquitaine en 867, puis Roi des Francs en 877. Son défaut d’élocution l’empêche de s’exprimer en public et nuit à son autorité. Il meurt à Compiègne à l’âge de 33 ans, il n’a régné que 16 mois sur la France. Ses fils, Louis III et Carloman, deviennent respectivement roi de Neustrie et roi d’Aquitaine et de Bourgogne. Voir les chroniques du 1er novembre et du 8 décembre.

  • le 10 avril 1302 : les États Généraux confirment l’indépendance du Roi Philippe face au pape Boniface.

Partie d’un différent sur la politique fiscale royale, la crise entre la monarchie et la papauté a pris, du fait des caractères excessifs tant du Roi que du pape, un tour gravissime. Le pape rappelle à l’ordre le Roi par la bulle Ausculta Fili qui dépasse le simple problème fiscal pour exprimer des prétentions inadmissibles sur les droits inaliénables de la couronne de France. Philippe le Bel fait non seulement brûler la bulle Ausculta Fili (cf. la chronique du 11 février), mais son envoyé, Guillaume de Nogaret, laisse Colonna souffleter le pape à Anagni le 8 septembre 1303.

Les conséquences sont incalculables, outre la fin de l’indépendance temporelle de la papauté, c’est la fin d’une grande partie de l’influence spirituelle de la foi catholique sur le pouvoir politique ; fin qui en France va s’exprimer sous l’ancien régime, à travers l’hérésie gallicane et à travers l’erreur constitutionnelle de l’absolutisme (le Roi ne tient son pouvoir que de Dieu et ne rend de compte qu’à lui); et aujourd’hui à travers le laïcisme exacerbé. Cette rupture entre les deux pouvoirs est une faute. Le pouvoir politique ne reconnaît plus au pouvoir spirituel un droit de regard sur les affaires temporelles. Ce droit de regard, tiré de la phrase du Christ à Pilate « Tu n’auras pas de pouvoir si tu ne l’avais reçu d’en Haut.» servait de garde-fou et tempérait le pouvoir politique, mais il en constituait aussi l’essence même, lui donnait sa force. Ainsi, tout pouvoir politique qui ne s’appuie sur l’origine, l’essence de la puissance, comble sa faiblesse par une force de coercition. Et si la monarchie française a duré près de 1500 ans, c’est parce qu’elle était aussi tempérée par la loi divine.

Or Philippe Le Bel vient de rompre l’équilibre politico-religieux du Moyen-âge. Le Fils Aîné de l’Eglise s’est rebellé contre sa mère. Le Roi convoque les Etats-généraux pour donner un semblant de justification à ses décisions. C’est la première fois dans l’histoire de France. Les 3 ordres ratifient sa conduite.

Le Marquis de la Franquerie note que la faute est royale et nationale. La sanction royale est la fin des capétiens directs, comme dans l’ancien testament, avec les Rois juifs, et selon le testament de Saint Rémi :

«Si un jour cette race royale que j’ai tant de fois consacrée au Seigneur, rendant le mal pour le bien, lui devenait hostile; envahissait ses Églises, les détruisait, les dévastait: Que ses jours soient abrégés et qu’un autre reçoive sa royauté! »(*)

La sanction royale est la fin des capétiens directs. Comme dans l’Ancien Testament, ses trois fils se succéderont sur le Trône sans descendance. La sanction pour le pays est la guerre de 100 ans qui approche. La noblesse verra ses fils mourir sous les lances et les flèches anglaises, l’Eglise de France souffrira autant.

Il est étonnant de voir que ce sont les Etats- Généraux eux-mêmes qui seront l’outil de la chute de la monarchie 500 ans plus tard.

(*) La Vierge Marie dans l’Histoire de France (Ed. Résiac pages 79 à 83)

  • le 10 avril 1312 : Lyon est rattaché au domaine royal.

En marge du concile qui supprime l’ordre des Templiers, est signé le Traité de Vienne qui reconnaît ce rattachement. L’empereur ne réagit pas.

  • le 10 avril 1498 : le Roi Louis XII de France revendique le duché de Milan.

Quelques jours après la mort de son prédécesseur, Charles VIII, le nouveau Roi Louis XII prend le titre de duc de Milan qu’il revendique en tant que petit-fils de Valentine Visconti. Le maître effectif du duché est son vieil ennemi Ludovic le More.

Après l’épuisement économique de la France dû à la guerre de 100 ans, Louis va porter les affrontements en Italie et permettre par là un développement économique de nos campagnes que la III république s’est efforcé de camoufler.

Jean Guiraud dans le tome 2 de son livre Histoire partiale- Histoire vraie, aux chapitres XI note :

« L’un des nombreux manuels que la franc-maçonnerie a rédigés pour les écoles laïques, porte deux images curieuses. La première représente les campagnes sous l’Ancien Régime : un paysan en guenilles travaille péniblement sous un ciel chargé de nuages. La seconde représente les campagnes modernes : elles sont illuminées par un soleil radieux et sous un ciel pur, le cultivateur joyeux trace son sillon. Ces deux images sont ainsi juxtaposées pour inculquer par les yeux, dans l’esprit des enfants trois idées simplistes qui leur feront détester les siècles qui ont précédé la Révolution et aimer ceux qui l’ont suivie : 1°) sous l’Ancien Régime, le ciel était toujours maussade ; sous le Nouveau, il est toujours beau ; 2°) sous l’Ancien Régime, le paysan était toujours mal vêtu ; sous le Nouveau, il est élégant ; 3°) sous l’Ancien Régime, il était toujours malheureux ; sous le Nouveau, il est toujours heureux. »

Or s’appuyant sur l’historien de Louis XII, Claude de Seyssel, il poursuit :

« Les guerres d’Italie qui commencèrent avec Charles VIII, portèrent hors de France leurs ravages et ne nuisirent en rien au relèvement de l’agriculture nationale. […] Aussi, la France ne tarda-t-elle pas à se relever de ses ruines matérielles. « En moins de quarante ans, la misère de la guerre de Cent Ans avait fait place à l’aisance et à la richesse. […] Pour le laboureur, Louis XII incarnait, symbolisait le bien-être dont on jouissait sous son sceptre, bien-être dont une part lui était due. Lorsque ce Roi traversa la Bourgogne, à son retour du Milanais, les paysans, abandonnant leurs travaux, bordaient les chemins, les couvraient de verdure et faisaient retentir l’air d’acclamations. […] Nous avons d’ailleurs des signes évidents de ce bien-être ; le premier, c’est le rapide accroissement de la population que l’on constate dans la France du XVIe siècle : « Elle n’est pas seulement un des pays les plus riches, dit M. Imbart de la Tour ; elle est aussi l’un des mieux peuplés ; les familles de dix à douze enfants sont fréquentes, celles de sept à cinq sont la règle commune »

  • le 10 avril 1585 : décès de Grégoire XIII.

En 1572, Grégoire XIII est élu pape à la mort de Pie V. Il est le 226e pape. Son conclave ne dure qu’une journée. Son œuvre principale est l’institution du calendrier grégorien par la bulle Inter gravissimas, en 1582, qui modifie le calendrier julien en supprimant 10 jours de la dite année et 3 années bissextiles centenaires sur 4.

Son pontificat est aussi marqué par de nombreuses fondations de séminaires : le Collège allemand, le Collège grec, le Collège maronite ou encore le Collège des néophytes (réservé aux Juifs et musulmans convertis), la mission confiée aux jésuites de fonder le Lycée Saint-Benoît, dans l’Empire ottoman en 1583. Lycée qui devient l’institution phare de l’enseignement catholique au Levant.

  • le 10 ou 11 avril 1803 : Bonaparte fait part aux ministres Barbé-Marbois du Trésor et Decrès de la Marine de son intention de céder la Louisiane aux Etats-Unis.

“Les Anglais n’auront pas le Mississippi qu’ils convoitent. […] Je considère la colonie comme perdue et il me semble que, dans les mains de cette puissance naissante [les Etats-Unis], elle sera plus utile à la […] la France que si je tentais de la garder “.

  • ·         le 10 avril 1814 : bataille de Toulouse.

 

Le Maréchal Jean-de-Dieu Soult, en pleine retraite d’Espagne, arrive à Toulouse avec sur ses talons les Anglo-Hispano-Portugais du duc de Wellington.

Soult commence alors à organiser la défense de la ville, sans recevoir d’appui de la population. Soult, coupé de Paris ignore que les alliés sont sur le point d’y entrer.

Le 10 avril, Wellington arrive, contourne la cité après avoir franchi la Garonne, et pénètre dans la ville. 300 soldats français appuyés par 5 canons vont les repousser plusieurs fois. Wellington contourne alors les positions française et le Maréchal Soult doit abandonner Toulouse ; ce qu’il fait brillamment les 11 et 12 avril.

Alors, le 12 avril, Wellington fait une entrée dans la Ville Rose, sous les acclamations des royalistes.

  • ·         le 10 avril 1826 : Dumont d’Urville part pour sa seconde circumnavigation.

Jules Dumont d’Urville est chargé d’effectuer un second tour du monde. L’une de ces missions est de retrouver la trace de La Pérouse, navigateur français disparu en 1788. C’est d’ailleurs en son honneur que sa corvette « la Coquille » est rebaptisée « l’Astrolabe ». Il part de Toulon, passe en Australie, cartographie la Nouvelle-Zélande, fait le tour des îles Fidji, de Tonga, des Moluques et de la Nouvelle-Calédonie, confirme à Vanikoro que La Pérouse a bel et bien disparu à cet endroit, massacré par des indigènes.

  • le 10 avril 1911 : naissance de Maurice Schumann, homme politique et académicien français.

Né à Paris, Maurice Schumann est journaliste de formation, il se convertit à la foi catholique, puis entre en politique en 1944. Il est un des fondateurs du Mouvement républicain populaire (MRP). Plusieurs fois ministre sous les IVe et Ve République, Schumann est également membre de l’Académie française. Il meurt le 9 février 1998.

  • le 10 avril 1916 : « On les aura », ordre du jour du général Pétain.

Alors que les Allemands essaient de saigner l’armée française à Verdun, Pétain envoie son désormais célèbre ordre du jour se terminant par « Courage ! On les aura ! » L’ordre est en fait une félicitation et un encouragement à destination des soldats qui ont repoussé une attaque la veille.

  • le 10 avril 1954 : mort d’Auguste Lumière.

Les frères Lumière ont une vie de pionniers industriels assez extraordinaire.

Inventeurs du cinématographe avec son frère Louis en 1895, initiateurs des premières actualités filmées et des premiers documentaires, Ils envoient des reporters dans le monde entier afin de rapporter des “vues animées”. Mais les frères Lumière s’intéressent à beaucoup de domaines : la chimie, l’électricité, l’acoustique, l’automobile, la pharmacie…

  • le 10 avril 2013 : la gendarmerie devient une armée, de fait.

Le général Favier est nommé Directeur Général de la gendarmerie nationale et est promu général d’armée.

  • le 10 avril 2017 : centenaire de la mort de Jean-Pierre Calloc’h.

Le 10 avril 1917, le poète Jean-Pierre Calloc’h, originaire de l’Île de Groix, auteur du recueil Ar en deulin (A genoux), était tué sur le Front.

Groix célèbre le centenaire de la mort du poète Jean-Pierre Calloc’h, «Bleimor», tué au front le 10 avril 1917 à 29 ans.

Né à Groix, à Clavezic, le 21 juillet 1888, dans une famille de pêcheurs et d’agriculteurs. Il fait ses études à partir de 1900 au petit séminaire de Sainte Anne d’Auray puis au Grand Séminaire de Vannes, ses talents de poète qui naissent progressivement après la mort de son père au Croisic

Jean-Pierre Calloc’h représente une figure particulièrement intéressante de l’identité insulaire tout en étant relié à tout le réseau culturel breton de son époque. De tels liens dus à ses préoccupations pour l’avenir de la langue et de la culture bretonne sont visibles encore dans sa correspondance de guerre. De multiples facettes se reconnaissent dans le personnage, son goût de l’authenticité, sa proximité avec l’un des précurseurs des Seiz Breur, ses préoccupations et propositions sur les moyens concrets susceptibles de permettre un renouveau culturel breton, mais aussi son sentiment de la nature et du patrimoine qui s’expriment également dans des contextes éloignés de la Bretagne, son mysticisme bien connu, souvent au demeurant une mystique de la pauvreté, son évolution face à la guerre, et la lucidité prémonitoire de certaines de ses observations …

L’œuvre de l’un des plus grands auteurs bretons est un recueil édité à titre posthume de poèmes Ar en deulin (À genoux) qui comprend le célèbre poème Me zo gannet er kreiz ar mor (Je suis né au milieu de la mer). Début 1917, il adresse depuis le front son poème, la Prière du guetteur (Pedenn er gedour).

Quart de nuit aux Tranchées ou la prière du veilleur 

 

Les ténèbres pesantes s’épaissirent autour de moi ;
Sur l’étendue de la plaine la couleur de la nuit s’épandait,
Et j’entendis une voix qui priait sur la tranchée :
O la prière du soldat quand tombe la lumière du jour!

« Le soleil malade des cieux d’hiver, voici qu’il s’est couché ;
Les cloches de l’Angélus ont sonné dans la Bretagne,
Les foyers sont éteints et les étoiles luisent :
Mettez un cœur fort, ô mon Dieu, dans ma poitrine.

Je me recommande à vous et à votre Mère Marie ;
Préservez-moi, mon Dieu, des épouvantes de la nuit aveugle,
Car mon travail est grand et lourde ma chaîne :
Mon tour est venu de veiller au front de la France,

Oui, la chaîne est lourde. Derrière moi demeure
L’armée. Elle dort. Je suis l’œil de l’armée.
C’est une charge rude, Vous le savez. Eh bien,
Soyez avec moi, mon souci sera léger comme la plume.

Je suis le matelot au bossoir, le guetteur
Qui va, qui vient, qui voit tout, qui entend tout. La France
M’a appelé ce soir pour garder son honneur,
Elle m’a ordonné de continuer sa vengeance.

Je suis le grand Veilleur debout sur la tranchée.
Je sais ce que je suis et je sais ce que je fais :
L’âme de l’Occident, sa terre, ses filles et ses fleurs,
C’est toute la beauté du Monde que je garde cette nuit.

J’en paierai cher la gloire, peut-être ? Et qu’importe !
Les noms des tombés, la terre d’Armor les gardera :
Je suis une étoile claire qui brille au front de la France,
Je suis le grand guetteur debout pour son pays.

Dors, ô patrie, dors en paix. Je veillerai pour toi,
Et si vient à s’enfler, ce soir, la mer germaine,
Nous sommes frères des rochers qui défendent le rivage de la Bretagne douce.
Dors, ô France ! Tu ne seras pas submergée encore cette fois-ci.

Pour être ici, j’ai abandonné ma maison, mes parents;
Plus haut est le devoir auquel je me suis attaché :
Ni fils, ni frère! Je suis le guetteur sombre et muet,
Aux frontières de l’est, je suis le rocher breton.

Cependant, plus d’une fois il m’advient de soupirer.
« Comment sont-ils ? Hélas, ils sont pauvres, malades peut-être… ».
Mon Dieu, ayez pitié de la maison qui est la mienne
Parce que je n’ai rien au monde que ceux qui pleurent là…


Maintenant dors, ô mon pays ! Ma main est sur mon glaive;
Je sais le métier ; je suis homme, je suis fort :
Le morceau de France sous ma garde, jamais ils ne l’auront…
– Que suis-je devant Vous, ô mon Dieu, sinon un ver ?

Quand je saute le parapet, une hache à la main,
Mes gars disent peut-être : « En avant ! Celui-là est un homme ! »
Et ils viennent avec moi dans la boue, dans le feu, dans la fournaise…
Mais Vous, Vous savez bien que je ne suis qu’un pécheur.

Vous, Vous savez assez combien mon âme est faible,
Combien aride mon cœur et misérables mes désirs ;
Trop souvent Vous me voyez, ô Père qui êtes aux cieux,
Suivre des chemins qui ne sont point Vos chemins.

C’est pourquoi, quand la nuit répand ses terreurs par le monde,
Dans les cavernes des tranchées, lorsque dorment mes frères
Ayez pitié de moi, écoutez ma demande,
Venez, et la nuit pour moi sera pleine de clarté.

De mes péchés anciens, Mon Dieu, délivrez-moi,
Brûlez-moi, consumez-moi dans le feu de Votre amour,
Et mon âme resplendira dans la nuit comme un cierge,
Et je serai pareil aux archanges de Votre armée.

Mon Dieu, mon Dieu ! Je suis le veilleur tout seul,
Ma patrie compte sur moi et je ne suis qu’argile :
Accordez-moi ce soir la force que je demande,
Je me recommande à Vous et à Votre Mère Marie.

Jean Pierre Calloch (1888-1917)

 

 

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services