Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

C’est arrivé 5 avril…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 5 avril 1058 : élection du pape Benoit X.

Benoit X renonce à sa fonction en 1059.

  • le 5 avril 1214 : Jean sans Terre est à Angoulême et semble retourner à La Rochelle pour entraîner l'ost de Philippe Auguste vers le sud.

En février Jean Sans Terre a débarqué à La Rochelle avec 15 000 hommes; Les armées royales sont prises entre deux fronts. A l'ouest, le Dauphin Louis, qui tient le Poitou, résiste à la menace anglaise. Les Anglais vont d'ailleurs essuyer en juillet la défaite de la Roche aux Moines.

  • le 5 avril 1417 : mort prématurée du Dauphin, le futur Charles VII lui succède.

Charles VI « le Bien-Aimé », que les historiens de la III république vont nommer Charles VI «le Fou », a eu 12 enfants d'Isabeau de Bavière. Jean de France est leur quatrième fils et troisième Dauphin. En 1415, il devient Dauphin à la mort de Louis de Guyenne. Selon certains, il aurait été, soit empoisonné par les Armagnacs, soit victime d'un abcès à la tête.

  • le 5 avril 1419 : décès de saint Vincent Ferrier, prêtre dominicain espagnol.

Né à Valence en Espagne, il meurt le 5 avril 1419 à Vannes en France, ayant été appelé en Bretagne en 1418 par Jean V, duc de Bretagne.

Prédicateur populaire, il sillonne la France, l'Italie et la Suisse. Les foules le suivent. Il les exhorte à se convertir, prêchant la fin du monde et le retour du Christ tous proches. Son message est partout le même :

« Convertissez-vous ! Dieu m'envoie vous dire qu'il va frapper le monde ! Je suis l'ange annoncé par l'Apocalypse, celui qui doit précéder l'Antéchrist ».

Saint Vincent Ferrier a prêché la fin du monde pendant vingt ans. Les foules sont si nombreuses que ses prêches se font dehors, et chacun le comprend dans sa langue maternelle. Partout où il est passé, la foi catholique résistera au protestantisme. Il sillonne le duché de Bretagne pendant près de deux ans et revient à Vannes, épuisé, où il meurt. Son corps est inhumé dans la cathédrale de Vannes où l'on y vénère toujours ses reliques. Canonisé en 1455 ou en 1456 par Calixte III, il est fêté le 5 avril.

 

Tableau du XVIIème siècle "Saint Vincent Ferrier guérit un paralytique" dans la cathédrale Saint-Pierre de Vannes (Morbihan, France)

 

  • le 5 avril 1660 : Turenne est nommé maréchal-général.

Fait maréchal de France en 1643, à 32 ans, par la Régente Anne d'Autriche, il est l'un des meilleurs généraux de Louis XIII, puis de Louis XIV. Il est à noter qu'il connaît l'un de ses rares revers militaires en étant vaincu lors de la bataille de Rethel, le 15 décembre 1650, lors de la Fronde quand il lutte pour les Espagnols contre son Roi.

Il meurt au combat à 63 ans, le 27 juillet 1675, (cf. la chronique), tué par un boulet lors de la Bataille de Salzbach. Pleuré par la France entière, le peuple rassemblé sur les routes honore "le bon Monsieur de Turenne" lors du passage du convoi funèbre vers Paris.

A la fin de sa carrière, lors d'une bataille, alors qu'il a reçu les plus grands honneurs, il marmonne avec colère contre lui-même:

« Tu trembles, carcasse, mais tu tremblerais bien davantage si tu savais où je vais te mener ».

Louis XIV accorde à Turenne l'honneur posthume d'être enseveli à la basilique Saint-Denis, avec les Rois de France. Lors du sac de la nécropole des Rois de France, son corps est trouvé dans un très bon état de conservation et est exposé à la foule. Napoléon Bonaparte fait transférer sa dépouille à l'église Saint-Louis des Invalides, nécropole des gloires militaires de la France.

  • le 5 avril 1669 : la politique familiale ne date pas de Vichy, un édit royal est proclamé en Nouvelle France par Louis XIV.

Cet édit royal cherche à augmenter le nombre de mariages et d'enfants en Nouvelle-France. Louis XIV donne des bonus aux « larges familles ». Ainsi les familles de huit enfants recevront 300 écus et celles de douze, 400 écus. Cette politique nataliste porte fruit puisqu'en 1673, la colonie compte plus de 7 600 habitants alors qu'elle en comptait quelque 3 200 en 1666.

  • le 5 avril 1693 : création de l'ordre de saint Louis.

L'édit instaurant l'Ordre de Saint Louis, signé par le Roi, est enregistré par le Parlement le 10 avril 1693. Cette récompense est destinée à honorer "la vertu, le mérite et les services rendus avec distinction". Elle est ouverte à tous les officiers catholiques, quelle que soit leur origine sociale, servant dans l'armée depuis au moins dix ans et s'étant distingués.
Louis XIV est le grand-maître de l'Ordre de Saint Louis ; il en nomme et en promeut les membres. Les titulaires sont répartis en trois classes : celles de grand-croix, de commandeur et de chevalier.

Premier ordre royal ouvert à des officiers roturiers, l'Ordre de Saint Louis est également le premier à récompenser non la naissance, mais la valeur militaire et le mérite, il devient l'ordre le plus populaire de l'Ancien Régime. (Voir la chronique du 9 mai).


Grand Croix de l'Ordre Royal et Militaire de Saint-Louis

Supprimé par la Convention en octobre 1792, l'Ordre de Saint Louis est rétabli en 1814 par Louis XVIII. Il est définitivement supprimé en 1830 par Louis Philippe, en même temps que les autres ordres royaux.

  • le 5 avril 1717 : décès de Jean Jouvenet, peintre français.

 

La Résurrection de Lazare, Musée du Louvre

Jean Baptiste Jouvenet dit « le grand », est né à Rouen à la fin d'avril 1644. Peintre et décorateur des résidences royales il réalise d'importantes œuvres commandées par le Roi : au château de Saint-Germain-en-Laye, à la Galerie des Tuileries, au château de Versailles (peinture murale de la tribune de la nouvelle chapelle royale) et les 12 apôtres du dôme de la cathédrale Saint-Louis-des-Invalides en 1704.

Un an auparavant, il perd l'usage de la main droit suite à une attaque d'apoplexie, mais réussit à se rendre assez habile de la main gauche pour continuer à peindre : le Magnificat ou l'Innocence poursuivie par le mensonge et cherchant un refuge dans les bras de la Justice et le plafond du Parlement de Rouen par exemple.

Plusieurs de ses œuvres sont exposées au musée du Louvre, notamment la Résurrection de Lazare, ainsi qu'au Musée des Beaux-Arts de Rouen.

 

 

Dans la Chapelle du château de Versailles « la descente du Saint-Esprit sur la Vierge et les apôtres », au-dessus de la tribune royale.

  • le 5 avril 1794: discours de Robespierre à la Convention.

« Législateurs, la trahison voltige encore autour du peuple, elle veut s'élever avec la monarchie. Eh bien ! Elevez-le sur l'échafaud ; représentants du souverain, METTEZ la MORT à l'ordre du jour. »

Ses propositions de lois sont votées à l'unanimité.

  • le 5 avril 1794 (encore) : exécution de Danton, Desmoulins et de leurs partisans.

Danton, Camille Desmoulins, Hérault de Séchelles et Fabre d'Eglantine sont arrêtés, jugés par un tribunal révolutionnaire puis guillotinés.

  • le 5 avril 1971 : publication du "Manifeste des 343".

Le Nouvel Observateur publie une pétition du MLF, où 343 femmes se vantent d'avoir eu recours à l'avortement, que la loi interdit alors. On trouve les signatures de Simone de Beauvoir, Catherine Deneuve, Jeanne Moreau, Françoise Sagan, Delphine Seyrig…

Ces femmes, et ceux qui les ont manipulées, portent aussi la responsabilité morale des millions de meurtres qui se font depuis la loi Veil de 1975.

Partager cet article

3 commentaires

  1. A propos de ce grotesque “Manifeste des 343”, je me suis laissé dire que parmi les signataires, toutes n’avaient pas avorté…
    Je ne serai pas du tout étonné si, dans les milieux artistiques et cinématographiques, certaines n’aient été obligé de signer ce manifeste sous peine de voir leur carrière terminer avant l’heure…
    Quelqu’un en sait plus sur ce sujet ?

  2. Simone de Beauvoir, Catherine Deneuve, Jeanne Moreau, Françoise Sagan, Delphine Seyrig … devraient prendre conscience de leurs actes en se confessant pour éviter la catastrophe éternelle.

  3. Mort de Camille desmoulins qui a écrit: “ce sont les despostes maladroits qui se servent des baîonnettes; tout l’art de la tyrannie est de faire la même chose avec des juges”.
    Ils l’ont guillotinés mais ils ont retenu sa leçon et ils la mettent en pratique aujourd’hui.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]