Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie / Liberté d'expression

Certains chrétiens perçoivent comme une discrimination à leur égard ce qui est une injustice en soi

De Grégor Puppinck dans La Nef :

N"C’est un fait que les chrétiens ont de plus en plus de difficultés à
vivre dans la société occidentale
. Tout d’abord, il y a un climat
d’hostilité surnaturelle croissante
envers le christianisme : il semble
que le mal s’enracine dans la société. L’ésotérisme et la violence sont
devenus omniprésents dans les médias ; l’avortement, la drogue et la
pornographie sont galvaudés ; chaque jour des églises et des cimetières
sont profanés ; le blasphème serait devenu une forme d’art dont le grand
public devrait se délecter ; des activistes comme les Femens
s’attaquent aux symboles de la religion, et les médias manquent rarement
une occasion de dévaloriser l’Église. C’est cette hostilité latente
envers le christianisme qui explique l’indifférence, voire la
complaisance, de notre société face aux profanations de son patrimoine
religieux et aux massacres des chrétiens dans le reste du monde. […]

De fait, le concept de non-discrimination est une impasse, car il est
fondé sur une égalité abstraite : le vrai problème n’est pas d’abord
dans une volonté réelle ou supposée de discriminer les chrétiens, mais
dans le fait que la loi s’éloigne de la justice et qu’elle envahit tous
les domaines de l’existence
. Ce ne sont pas les chrétiens qui seraient
devenus moralisateurs, c’est la loi qui s’est mise à faire de la morale,
plus encore, qui prétend être la morale commune. La véritable question
est celle de la définition de la justice et de la source de la morale
publique. Ce que les chrétiens perçoivent comme une « discrimination
antichrétienne » n’est autre que la violence avec laquelle une autre «
morale » prétend remplacer l’anthropologie chrétienne. […]

Certains chrétiens perçoivent comme une discrimination à leur égard ce
qui est une injustice en soi
. Ainsi, lorsqu’une infirmière doit
pratiquer un avortement, où est la cause de l’injustice ? Dans la
contrainte ou dans l’avortement ? Pour qu’existe une discrimination, il
faut que les situations comparées l’une à l’autre soient moralement
équivalentes. Une infirmière objectrice licenciée pourra se dire
discriminée à la condition de considérer son choix comme équivalent au
choix inverse de pratiquer l’avortement. De même, lorsque le juge estime
que des couples de même sexe sont discriminés par rapport aux couples
hétérosexuels, c’est parce qu’il présuppose l’équivalence de ces deux
types de couples. Par suite, une personne qui se plaindrait d’être
discriminée en raison de ses convictions s’inscrirait d’elle-même dans
le paradigme libéral relativiste
. Elle serait en pure contradiction
puisqu’elle prétendrait imposer à la société son jugement personnel au
nom de l’équivalence des jugements de conscience. Elle demanderait le
respect de son intolérance au nom de la tolérance.

Une telle approche est certainement vouée à l’échec. Dans notre culture
subjectiviste, peuplée de sujets supposés irrationnels, la conscience
individuelle a perdu toute son autorité, si bien que la loi serait la
seule norme morale sociale objective admissible et praticable : la
pensée unique.

Il ne faut pas chercher à entrer dans le concert des minorités
opprimées
. Demander à être toléré, c’est renoncer à être compris et donc
à témoigner. Islamophobie, homophobie, christianophobie, même combat ?
Certainement pas. L’injustice particulière que certains chrétiens
subissent est la conséquence d’une injustice plus grande tenant à la
définition même de l’homme
. Il faut garder à l’esprit que le devoir des
chrétiens n’est pas de se faire une existence à l’abri des ennuis, mais
de témoigner pour tous. Le combat porte aujourd’hui sur la détermination
de la source de la morale,
dont le monde essaie de déposséder l’Église
et les consciences."

Vous souhaitez que votre patrimoine serve à défendre vos convictions, plutôt qu'être dilapidé par un Etat prédateur et dispendieux ?

Savez-vous que le Salon beige est habilité à recevoir des legs ?

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services