Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / Immigration

Centre de formation pour migrants à Jouy : de l’intérêt de rester vigilants et réactifs

CaptureSamedi, nous apprenions que le préfet de la région Île de France ajournait le projet d’installer à Jouy en Josas un centre de formation pour immigrés, en partenariat avec Emmaüs. Il s’agissait d’accueillir et d’héberger, par roulement semestriel, des « promotions » de 300 migrants venant se former aux rudiments de notre langue.

Avec un très faible taux d’encadrement en dehors des heures de formation, ces migrants livrés à eux-mêmes, majoritairement masculins, ne maîtrisant pas le français, auraient probablement erré en ville. Dans ce contexte, le projet pouvait légitimement inquiéter cette petite ville d’à peine plus de 8000 habitants.

Il est intéressant d’analyser comment les autorités préfectorales et municipales ont révisé la décision qu’elles avaient promue à l’insu de la population.

Tout est parti du refus d’un conseiller municipal d’opposition de voter en faveur d’une demande du maire. Ce dernier a en effet soumis à son conseil la renonciation d’exercer un droit de préemption sur l’ex-centre de formation Thales, afin de rendre possible l’accord entre la préfecture de région, le propriétaire et Emmaüs. En l’absence d’information complète, le conseiller municipal d’opposition s’est abstenu et a demandé de plus amples informations, lesquelles ont été données le 12 avril lors d’une réunion publique.

Capture.JPG1Malgré les vacances scolaires d’avril puis les jours fériés de mai, plusieurs réunions d’information des habitants ont eu lieu, débouchant sur la signature d’une pétition et la programmation d’une manifestation. Il convient également de signaler que le FN est le seul parti politique à s’être impliqué dans cette réaction, bien que n’ayant aucun élu à Jouy. La responsable départementale du FN a ainsi écrit au préfet des Yvelines, sollicité l’ensemble des élus de l’agglomération « Versailles Grand Parc », participé avec des responsables de circonscription à une réunion publique. Enfin, ses militants se sont mobilisés, par l’affichage et la distribution massive de tracts (copie ci-contre), dans le but d’informer la population et de l’inviter à se mobiliser et à interpeler les élus municipaux sensés les défendre.

Nous retiendrons de cette affaire que l’on ne peut se contenter d’accorder une confiance aveugle à nos élus sur ces sujets où le politiquement correct a facilement raison de leur courage… Puisque le problème de l’accueil des immigrés n’est pas prêt de se résoudre, il est donc nécessaire que les citoyens restent vigilants sur ce qui se discute dans les conseils municipaux, surtout si certains partis ne sont pas représentés !

Partager cet article

6 commentaires

  1. Félicitations aux élus FN. Sans leur persévérance et l’énergie dépensée la ville de Jouy-en-Josas deviendrait une nouvelle zone de non droit à l’islamisation rampante…

  2. Alors, les bobos “en marche” de Jouy (jolie petite ville cossue) on se réveille ?
    Heureusement que le “F.’Haine”, comme beaucoup d’entre-vous le fustigent, était là !
    Méfiez-vous, “Emmaüs” beau nom qui évoque des pèlerins, peut aussi couvrir des “pèlerins” d’un genre non évangélique, ceux du hadj mecquois (on écrit maintenant “hajj”, ça fait plus couleur non-locale!) ceux qui proclament la charria… et le reste.

  3. Bravo à l’élu qui a fait son boulot avec courage.

  4. IMMIGRANTS PAS MIGRANTS !!!!

  5. C’est au niveau du pays qu’il faut faire cela. L’envahisseur est déjà là et bine installé dans des zones de non-droit, dans des parcelles de terrain conquises. Et puis il faut surtout se débarrasser de ceux qui nous les imposent.

  6. Bravo à l’élu local, au FN, aux habitants conscients et à Salon Beige.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.