Centenaire de Fatima

 

 

Lettre de liaison n° 47 (15 mars 2017)

Chers amis,

À la lecture de la dernière lettre de liaison, un religieux de nos amis nous fit la remarque suivante : « Vous avez raison de souligner qu’on peut tout à fait légitimement parler de “consécration à la Sainte Vierge” et que de nombreux saints et papes l’ont fait. Il me semble cependant qu’on pourrait indiquer que le terme “consécration” ou “se consacrer” n’a pas le même sens pour Dieu et pour un saint. Il est analogue. Seul Dieu peut posséder totalement notre personne. On se donne à Marie pour qu’elle nous donne à Dieu. » Que ce honorable lecteur soit ici chaleureusement remercié pour cette précision qui nous permet de corriger une omission en grande partie due à l’indispensable concision des lettres de liaison.

Ce point a été remarquablement développé par saint Louis-Marie Grignion de Montfort dans son Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge. Par exemple, au n°115, il recommande de « commencer, continuer et finir toutes ses actions par elle, en avec elle et pour elle afin de les faire par Jésus-Christ, en Jésus-Christ, avec Jésus-Christ et pour Jésus-Christ notre dernière fin. » Et un peu plus loin au n° 120, il précise :

Marie étant la plus conforme à Jésus-Christ de toutes les créatures, il s’ensuit que, de toutes les dévotions, celle qui consacre et conforme le plus une âme à Notre-Seigneur est la dévotion à la très Sainte Vierge, sa Sainte Mère, et que plus une âme sera consacrée à Marie, plus elle le sera à Jésus-Christ. C’est pourquoi la parfaite consécration à Jésus-Christ n’est autre chose qu’une parfaite et entière consécration de soi-même à la très Sainte Vierge, qui est la dévotion que j’enseigne.

Le but final de la consécration à Notre-Dame est donc d’aller à son Fils. C’est d’ailleurs l’enseignement de Notre-Dame à Fatima. Le 13 juin 1917, elle dit à la petite Lucie : « Mon Cœur Immaculé sera ton refuge et le chemin qui te conduira jusqu’à Dieu. »

 

Les fruits de la consécration au Cœur Immaculé de Marie

Même si l’objectif de cette consécration est d’aller plus sûrement à Dieu, pour nous inciter à la faire, il n’est sans doute pas inutile d’en rappeler les fruits. Le premier fruit est une aide particulièrement précieuse pour faire notre salut, car la consécration fait partie de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie. Or, de celle-ci, Notre-Dame a dit : « À qui embrassera cette dévotion, je promets de salut ». (Voir lettre de liaison n° 5)

Mais, pour précieuse qu’elle soit, cette aide n’est pas le seul fruit cette consécration. Celle-ci a des conséquences heureuses dans bien des domaines. Au plan personnel par exemple, elle peut apporter la santé du corps, comme dans le cas de Bertille, guérie miraculeusement d’une maladie cardiaque grave (voir lettre de liaison n° 19)

Quant aux collectivités, une telle consécration peut apporter des bienfaits à l’ensemble de leurs membres, qu’ils soient croyants ou incroyants. Par exemple, la paroisse de Notre-Dame des Victoires à Paris se convertit complètement suite à la consécration faite par son curé l’abbé Desgenettes le 11 décembre 1836 (voir lettres de liaison n° 18 et n° 22). De la même façon, les villages d’Asnelles, Meuvaines et Saint Côme de Fresné furent protégés pendant le débarquement allié de juin 1940 alors qu’ils étaient situés juste en face d’Omaha Beach (voir lettre de liaison n° 18).

Et cette protection peut s’étendre à l’échelle d’un pays tout entier. Le Portugal fut consacré une première fois le 13 mai 1931, consécration renouvelée le 13 mai 1938. Suite à ces deux consécrations, sœur Lucie déclara que le Portugal serait épargné par la guerre à cause de la consécration nationale faite par les évêques au Cœur Immaculée de Marie, ce que les faits confirmèrent. Ces propos furent aussi confirmés quelques années plus tard par le cardinal Cerejeira, patriarche de Lisbonne, puis par le cardinal Ottaviani (voir lettre de liaison n° 16). Cette consécration fut encore renouvelée le 8 décembre 1946, pour le tricentenaire de la consécration du Portugal à la Vierge Immaculée par le roi Jean IV, puis le 17 mai 1959, lors de l’inauguration d’un monument au Christ-Roi, enfin le 13 mai 1975. Ainsi, en un demi-siècle, le Portugal fut consacré cinq fois au Cœur Immaculé de Marie.

Plusieurs pays suivirent l’exemple du Portugal. L’Espagne fut consacrée en 1954. Les évêques italiens réunis à Catane consacrèrent solennellement leur pays le 13 septembre 1959. Et les derniers en date à l’avoir été sont l’Angleterre et le Pays de Galle qui ont été consacrés le 18 février 2017 par le cardinal Nichols, archevêque de Westminster. (Voir article sur le site InfoCatho)

Enfin, il y eut la consécration du monde faite par le pape Pie XII le 31 octobre 1942 et renouvelée le 8 décembre suivant, laquelle eut pour fruit le spectaculaire retournement de la guerre deux mois plus tard. (Voir la fiche sur les consécrations faites par Pie XII)

Ainsi, familles, paroisses, communes, pays, … simples fidèles ou communautés entières, tous ceux qui, dans le passé, se sont consacrés au Cœur Immaculé ont été protégés par notre Mère du Ciel et en ont reçu de grandes grâces. Alors, par amour pour Notre-Dame d’abord, pour réponde avec empressement à ses désirs, mais aussi pour profiter des nombreuses grâces qu’elle a promis de nous accorder, en particulier celle de nous conduire à son divin Fils, consacrons-nous au Cœur Immaculé de Marie ; consacrons nos familles, les écoles de nos enfants ; demandons à notre curé de consacrer ou de renouveler la consécration de notre paroisse, etc.

 

Pour fêter le centenaire de la 1re apparition

Le 13 mai approche. Aussi, faut-il sans tarder préparer ce grand jour. À ce titre, signalons que le Salon beige a eu l’excellente idée de susciter l’organisation de veillées le 12 mai au soir et de les annoncer sur son site, l’organisation de ces veillées étant laissée à l’initiative de chacun. (Voir l’article du 14 mars)

Toutefois le modèle d’affiche joint à l’article du Salon beige suggère une soirée organisée autour d’une messe suivie de chants gospel et d’une marche à la bougie. Cette organisation ne nous semble pas la plus pertinente, car les chants gospels et les marches à la bougie ne sont pas des dévotions traditionnelles et n’ont pas grand-chose à voir avec la dévotion au Cœur Immaculé de Marie. À la place, nous proposons après une messe du Cœur Immaculé de Marie :

  • de réciter (ou de chanter) un chapelet dont la récitation quotidienne est la demande la plus fréquemment exprimée par Notre-Dame à Fatima (voir lettre de liaison n°31),
  • d’organiser des consécrations au Cœur Immaculé de Marie de façon solennelle,
  • de proposer une conférence sur les apparitions ou le message de Fatima, etc.

De plus, plutôt que d’organiser cette cérémonies le 12 mai au soir, il serait préférable de la prévoir le 13 mai, en fin de matinée par exemple pour qu’elle se déroule le plus près possible de l’heure de la première apparition. Le 13 étant un samedi, il n’y a pas vraiment de raisons pour mettre une telle cérémonie la veille au soir ; et le choix de cette date permettra d’utiliser toute la journée pour organiser un plus grand nombre d’activités : confessions, rosaire complet, vêpres solennelles, processions aux flambeaux, etc. et faire de ce jour une véritable fête.

Pour les consécrations, deux préparations sont proposées. Une préparation sur 33 jours pour laquelle nombreux sont ceux qui se sont déjà inscrits. Cette préparation sera différente des précédentes préparations organisées, avec des méditations axées sur les paroles prononcées par l’Ange ou Notre-Dame à Fatima. Une préparation de 9 jours sera également proposée pour ceux qui trouveraient la préparation de 33 jours trop longue. (Pour s’inscrire aux consécrations organisées le 13 mai – ou un autre jour-, cliquer ICI)

Laisser un commentaire