Cela fait tellement penser à la France à la veille de cette présidentielle

B16En mars 2007, Benoît XVI écrivait ces lignes pour les 50 ans du Traité de Rome

La France aussi est peut-être allée trop loin dans l'irrespect de la dignité de la personne humaine au point que le Bien commun semble inaccessible. Pragmatisme condamnable et  "prétendu moindre mal" polluent sans doute l'esprit de ceux qui recherchent le plus ce Bien commun.

A méditer pour agir en conscience :

"Une communauté qui se construit sans respecter la dignité authentique de l'être humain, en oubliant que chaque personne est créée à l'image de Dieu, finit par n'accomplir le bien de personne.

Voilà pourquoi il apparaît toujours plus indispensable que l'Europe se garde d'adopter un comportement pragmatique, aujourd'hui largement diffusé, qui justifie systématiquement le compromis sur les valeurs humaines essentielles, comme si celui-ci était l'inévitable acceptation d'un prétendu moindre mal.

Ce pragmatisme, présenté comme équilibré et réaliste, au fond ne l'est pas, précisément parce qu'il nie la dimension de valeur et d'idéal qui est inhérente à la nature humaine".

4 réflexions au sujet de « Cela fait tellement penser à la France à la veille de cette présidentielle »

  1. maillefer

    Pour l’instant la France ne se construit pas, elle se déconstruit à une allure stupéfiante.
    Il faut stopper l’infection sinon elle risque d’entrer en putréfaction…même si pour cela on doit plonger ses mains dans un exsudat malodorant.
    (Il faut remonter à la source de toute vie : Dieu.
    Dieu, le Roi, la France.
    Occupons-nous de la France, puis ça ira tout seul, vous verrez.)

  2. Solan

    Vous aurez les mains propres mais vous n’aurez pas de mains… Le propos de Benoit XVI n’est pas un appel à l’abstention, que je n’écarte pas pourtant complètement pour mon compte, c’est un appel à l’engagement politique véritable et en particulier des chrétiens. L’urgence n’est manifestement pas de voter Dupont ou dupond, mais de s’engager politiquement, de se présenter etc.
    [Vous avez tout dit. JL]

  3. PG

    @ pmc et @ SOLAN
    Dans cette allocution, Benoit XVI rappelle en premier, avant le passage cité, le fait des identités des peuples européens, comme étant indispensable pour maintenir les racines culturelles, morales et religieuses de l’Europe. Les propos cités ne peuvent être reçus comme contradictoires aux conseils que le Cardinal Ratzinger et J-P II ont élaboré sur la notion du moindre mal en matière de vote, à savoir l’obligation faite aux catholiques, par leur vote, de faire reculer le mal présent dans les législations.
    A la veille d’une élection, on ne peut lire ou relire, ce texte, comme un appel à seulement se dire qu’il faudra s’engager un jour, être peut-être candidat, ou se former, comme on l’entend souvent. Aux Présidentielles du 22 avril, il n’y a que 10 candidats : l’urgence dans les principes, n’est certes pas dans le vote, mais dans le réel, c’est bien de vote qu’il s’agira les 4 prochains dimanches de scrutin.

Laisser un commentaire