Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

Ce sont les évêques qui seront les victimes d’une refonte de Summorum Pontificum

Ce sont les évêques qui seront les victimes d’une refonte de Summorum Pontificum

Cyril Farret d’Astiès (auteur de “Un heureux anniversaire? Essai sur les cinquante ans du missel de Paul VI”) réagit notre article “Qui veut la mort de Summorum pontificum” :

La rumeur court, enfle, rebondit… D’aucun lisent l’information avec délectation, les autres avec angoisse. Assurément la nouvelle est importante. Elle est importante car elle touche une question centrale, probablement la question centrale du catholicisme contemporain et même au delà : la question liturgique.

L’information sans être officielle n’en est pas moins certaine : un détricotage des applications du motu proprio Summorum pontificum se prépare. C’est le pape lui-même qui l’a annoncé aux évêques italiens le lundi de Pentecôte, ouvrant à Rome la réunion de la Conférence des Évêques.

La mesure la plus probable concerne les prêtres diocésains qui devraient à l’avenir obtenir une permission de célébrer avec l’ancien missel. Les communautés traditionnelles, à ce que l’on en sait pour l’heure, ne seraient pas contraintes par les mesures restrictives en préparation.

Faut-il donc s’émouvoir de cet acte d’autorité en gestation ? Assurément il faut le regretter pour deux raisons :

1.       Tout d’abord d’un point de vue filial ; car voilà un texte de paix, œuvre centrale du pontificat de Benoît XVI, qui va se voir retoqué pour des raisons purement idéologiques. En effet l’analyse livrée par Michel Janva selon laquelle ce projet serait inspiré par les influents (et bien en cour) jésuites de la Civiltà Cattolica afin de donner foi au caractère définitif de Vatican II, de transformer irrémédiablement l’Église en Église du Concile en installant définitivement la liturgie du Concile est tout à fait convaincante.

2.       Mais aussi par charité fraternelle pour ceux qui pourraient se voir à nouveau privés de ce trésor commun de la liturgie ancienne par la décision discrétionnaire des ordinaires. Car à n’en pas douter il y a de la jalousie et des préoccupations d’épicier dans la volonté de juguler le succès grandissant que rencontre la célébration de l’ancien rit auprès du clergé diocésain et au profit des fidèles paroissiens (ce que la consternante synthèse de la conférence des évêques de France sur l’application du Motu proprio Summorum pontificum a clairement fait comprendre).

Mais il me semble cependant que ceux qui devraient tout particulièrement s’émouvoir de cette idée saugrenue et s’inquiéter de cette décision sont les évêques. Car ce sont eux qui vont devoir arbitrer, se mouiller, reprendre ce qui avait été offert, se justifier, s’expliquer… c’est dans les diocèse, avec le clergé diocésain, avec les fidèles paroissiens, que la lutte des classes que l’on espérait dépassée va renaître et enfler, car les catholiques « observant » (selon l’expression parlante de Yann Raison du Cleuziou), le troupeau fidèle a pris goût à la grande et roborative liturgie traditionnelle qui lui appartient autant qu’aux traditionalistes (lesquels, croit-on probablement et bien naïvement, vont se retrouver à nouveau enfermés dans les réserves d’indiens qui leurs sont concédées). La conséquence la plus prévisible de cette mesure loufoque c’est qu’elle va pousser les catholiques « observant » à se déciller un peu plus après les blagues Pachamamesques, d’accueil des migrants et de communion aux divorcés civilement remariés.

Et la conclusion logique que ne manqueront pas de tirer ces catholiques sincères, fidèles mais désabusés sera en quelque sorte l’opposé exact de celle des Jésuites : la liturgie issue du Concile n’est-elle pas en définitive celle d’une nouvelle Église, « l’Église du Concile » ?

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]