Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Foi

Ce que Joseph dit quand il sut que Marie avait conçu de l’Esprit-Saint

Ce que Joseph dit quand il sut que Marie avait conçu de l’Esprit-Saint

La discrétion de Saint Joseph est bien connue : pas une parole de lui ne nous est rapportée dans la Sainte Écriture.

En ces jours qui nous mènent à Noël, il est bon de se pencher un peu sur la figure de Saint Joseph.

On peut cependant trouver dans l’hymne acathiste à la Mère de Dieu une méditation tout à fait remarquable et significative sur le Mystère de Saint Joseph.

L’hymne va en effet jusqu’à chanter ce que Joseph dit quand il sut que Marie avait conçu de l’Esprit-Saint.

Joseph le sut par un Don de Dieu : les paroles de Marie ne pouvaient à elles seules communiquer la Foi à son Époux chéri. La Foi est un Don de Dieu, auquel nous – et la Mère de Dieu elle-même quand elle vivait sur cette terre – ne pouvons que nous disposer, et essayer de disposer les autres.

Joseph sut après, dit l’hymne, avoir été “secoué par une tempête de pensées contradictoires” : des pensées contradictoires dont Saint Joseph subissait patiemment l’assaut, en attendant que l’eau de son âme décante, et que la Lumière de Dieu puisse la traverser toute entière, sans ombre ni trouble.

En cela, Saint Joseph se montre Maître en discernement.

Assaut de pensées contradictoires : Joseph ne soupçonne bien évidemment pas Marie de l’avoir trompé – il la connaît trop bien, il sait sa sainteté, et il sait ce que lui-même représente pour elle.

Mais Joseph craint Dieu, et redoute que l’amour conjugal ne puisse être en Marie un obstacle à l’Amour si pur et parfait de Dieu.

C’est pourquoi l’hymne écrit que Joseph soupçonne Marie “d’un amour caché”, comme s’il restait dans sa vie spirituelle quelque chose dont elle ne lui aurait pas fait part, ou plus exactement, comme si Dieu avait donné à Marie une Grâce qui devait rester cachée à Joseph.

Joseph prend devant Dieu une résolution, qu’il Lui remet. Et l’âme et le cœur en paix d’avoir tout remis à Dieu, il s’endort, pour éprouver sa résolution.

Et voici que l’ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas [c’est donc bien la crainte de Dieu qui est le principal mouvement d’âme de Saint Joseph] de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint.

Elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »

Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse, en s’écriant, dit l’hymne acathiste à la Mère de Dieu :

“Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !”

… un triple Alléluia ! en l’Honneur de la Sainte Trinité dont la Révélation venait de lui être manifestée par la Parole de l’Ange.

Un triple Alléluia ! et ensuite un immense silence intérieur, contemplatif, d’action de Grâce.

Vers de l’hymne acathiste à la Mère de Dieu sur Saint Joseph :

Réjouis-toi Épouse inépousée !

Joseph le Sage se troubla, secoué par une tempête de pensées contradictoires. Il te vit inépousée et te soupçonna d’un amour caché, toi l’Irréprochable. Mais, apprenant que ce qui avait été engendré en toi venait de l’Esprit-Saint, il s’écria :

Alléluia, alléluia, alléluia !

Texte : hymne acathiste à la Mère de Dieu
Enregistrement du Foyer de Charité d’Ottrott

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services