Ce qu'a oublié de préciser Nicolas Sarkozy sur Schengen

Lu ici, suite au discours de Nicolas Sarkozy sur Schengen :

"A Bruxelles, les premières réactions balançaient entre la colère et la surprise. Car la réforme de Schengen évoquée par le président est en cours et a trouvé, jeudi 8 mars, sa première concrétisation : les ministres de l’intérieur ont approuvé les premiers principes de la « gouvernance politique » – c’est-à-dire par les ministres, et plus par la Commission – voulue par la France et par d’autres États. Curieusement, le ministre de l’intérieur Claude Guéant, annoncé jusque dans la matinée, a finalement séché cette réunion décisionnelle à Bruxelles. La négociation, qui se poursuit, a démarré en juin 2011 après l’arrivée massive de Tunisiens en Italie et le rétablissement de contrôle frontaliers par la France.

À l’avenir, cette pratique devrait être autorisée pour six mois renouvelables. Il est prévu que si un pays est défaillant dans le contrôle de ses frontières – la Grèce est spécialement visée – il sera aidé par les autres États. La Roumanie et la Bulgarie ne sont pas membres de Schengen, en raison d’une vive opposition des Pays-Bas."

3 réflexions au sujet de « Ce qu'a oublié de préciser Nicolas Sarkozy sur Schengen »

  1. Saint-Plaix

    Arrêtons ces ridicules digressions dilatoires portant sur la faute des “états membres” européens et les dégâts dus à Schengen en matière d’immigration…
    Qu’a fait Sarkozy avec Mayotte?
    Pire que ce que Schengen ne pourra jamais faire!
    Créer un département français là où personne ne lui demandait rien, ce qui permet de voir l’île prise d’assaut par des gens, qui n’ont jamais vu la France même en carte postale, mais qui vont y faire accoucher (leurs ?) femmes, ce qui conduit – droit du sol oblige – à la “création” de facto de dizaines de milliers de “français” chaque année: un moyen très efficace de contribuer au métissage forcé de la population française, l’une des obsessions idéologiques de Sarkozy.
    Une farce statistique aussi qui permet de “tenir” des objectifs de « reconduite à la frontière » d’immigrants illégaux: plus de 20 000 reconduites concernent des comoriens renvoyés de Mayotte…et qui y reviennent le mois suivant (ou la semaine suivante !) sont comptabilisées! En renvoyant les mêmes dix fois de suite, on fait du chiffre!
    Pendant ce temps là, en métropole, tout ce qui y entre y reste puisque les objectifs de reconduite à la frontière sont atteints !
    Quand arrêterons-nous cette farce dont aucun des candidats – surtout pas Sarkozy – ne parle ?

  2. Serge

    Le problème est surtout tous ces fonctionnaires Européens qui n’en font pas une et qu’ il faut sans cesse bousculer pour que les choses bougent . D’un point de vue efficacité, un vrai conseil permanent avec 1 ministre par pays vaudrait 100 commissions et mille Barosso ………….

Laisser un commentaire