Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Ce gouvernement est une équipe de combat au seul service de la gauche et de ses idées

L'éditorial de François d'Orcival dans Valeurs Actuelles :

"Ils ont l’air si gentil ces ministres inconnus qui ont découvert émerveillés les salons dorés de la République. Mais pour quelle raison ont-ils été sélectionnés par ces chevronnés de la politique que sont le président de la République et son premier ministre ?

Parce que ce sont des militants – et pas des stars des médias. Des militants assidus, persévérants, besogneux, qui travaillaient dans l’ombre au succès de leur parti et qui voient enfin arriver la victoire à laquelle ils continuaient de croire. Ce sont des produits des associations, des organisations, des forums Internet et de ces revues qui constituent ces réseaux d’influence subventionnés sur fonds publics, locaux ou nationaux, grâce auxquels la gauche peut étendre son emprise sur les territoires et les opinions. Ils ont bien compris que la culture précédait l’action.

Et un jour, les militants devenus indispensables apparaissent sur la liste des ministres et ministres délégués ; les voici nommés pour qu’ils s’assurent que les “vedettes” connues du public par le truchement des médias ne se laissent pas trop séduire par les paillettes ni compromettre par les tentations du pouvoir. La charte de déontologie signée par ces ministres, connus et inconnus, n’a pas d’autre signification que celle-ci : derrière l’artifice destiné à l’opinion, il y a une discipline, l’austérité du militant. Ce gouvernement est une équipe de combat au seul service de la gauche et de ses idées.

La composition des cabinets ministériels, lesquels constituent l’épine dorsale du ministère et définissent la politique du ministre, obéit strictement à cette ligne : tout est dirigé par le seul parti désormais aux commandes sous les aspects d’une feinte bonhomie, le parti de l’Élysée et son annexe de Matignon, puisque Martine Aubry ronchonne rue de Solferino, au siège du PS. Voyez comment les choses se passent, Ariane Chemin le raconte dans le Monde (du 22 mai) : « Vendredi [le 18 mai, lendemain du premier Conseil des ministres], on annonçait à la tête du cabinet de Delphine Batho, ministre déléguée à la Justice, l’actuel directeur de la protection judiciaire de la jeunesse [PJJ], Jean-Louis Daumas. Mais samedi matin, alors qu’il s’était déjà mis au travail Place Vendôme, il était remercié. Matignon aurait signifié à Mme Batho que cette nomination était invalidée. »

Jean-Louis Daumas avait une double tare : il avait été le collaborateur de deux gardes des Sceaux de la présidence Sarkozy et nommé par le second à ses fonctions de directeur de la PJJ ; et puis il était incompatible avec la nouvelle garde des Sceaux, Christiane Taubira, qui ne plaisante pas avec la doctrine : défaire systématiquement ce qu’ont fait Sarkozy et ceux qui ont gouverné avec lui.

Le socialisme “normal” ne fait pas de cadeaux. La question est de savoir si la droite, c’est-à-dire les électeurs de droite, veut lui en faire. Nous aurons la réponse le 17 juin, au soir du second tour des élections législatives. Une victoire de la gauche à l’Assemblée serait en effet un deuxième cadeau fait par la droite à François Hollande, puisque le premier lui a été offert par ces électeurs de droite, du centre et d’extrême droite, qui ont voté blanc ou ont directement voté pour lui. Car il ne pouvait pas être élu par les seules voix de gauche. Ce qui s’est passé à la présidentielle dans la circonscription unique du territoire national va-t-il se reproduire dans les circonscriptions locales où le député sortant appartenait à la majorité de Nicolas Sarkozy ?

La droite ne peut perdre, une nouvelle fois, que par la division et la dispersion de ses propres voix. Ce qui est admissible au premier tour ne l’est pas au second. À la discipline de gauche devrait répondre la même discipline à droite. J’ai écrit ici même qu’il était regrettable que la loi électorale n’ait pas été réformée en temps voulu pour permettre la représentation des électeurs de Marine Le Pen et des autres. Mais puisque cela n’a pas été fait, et que la gauche s’est adaptée au mode de scrutin majoritaire depuis bien longtemps, il n’y a pas de raison que l’électeur de droite la laisse faire.

À partir de là, inutile de se chamailler sans fin comme dans une cour de récréation pour savoir si c’est lui ou elle qui a commencé. Devant un gouvernement de combat qui ne vise que la victoire totale, l’électeur de droite, encore déprimé par la défaite présidentielle, devrait se demander s’il veut autoriser ou non la gauche, déjà majoritaire au Sénat, dans les régions, les départements, les grandes métropoles, à faire la loi partout, jusqu’à réformer la Constitution ou à vouloir transformer un homme en femme".

Partager cet article

19 commentaires

  1. bienvenue en socialie les amis !!

  2. mais arrêtez de dire que la France est à 55% de droite et 45% de gauche… Elle est à 80% de gauche… Et je ne suis pas sûr de trouver 20% de français pour qui l’absence d’allocations chômage et de couverture maladie est un idéal.
    Cessez de dire qu’il y a 55% de conservateur contre 45% de progressistes: je ne pense pas trouver 20% de personnes qui auraient comme idéal l’interdiction de l’avortement, ni 30% contre le divorce, ni 40% contre le pacs, ni 50% contre le mariage homosexuel…
    Alors zut, quoi… Ne nous dites plus pour qui voter par calcul électoraliste. Nous ne voulons pas voter parce que nous sommes obéissants. Nous voterons par conviction, et si la droite veut passer elle devra nous chercher sur le terrain de l’éthique et de la protection de la loi naturelle, et non plus sur la peur de voir pire qu’eux passer.
    D’ailleurs sont ils pire qu’eux? Ils sont hélas souvent les même, ils ne recherchent que le pouvoir par consensus, et au final n’ont comme différence que celle de chercher des voix dans des milieux légèrement différents.

  3. @François d’Orcival (de l’institut, il y tient) dans Valeurs Actuelles :
    “Ce gouvernement est une équipe de combat au seul service de la gauche et de ses idées” : François Hollande n’a jamais fait mystère de son programme ni de son appartenance.
    En revanche, Nicolas Sarkozy et l’UMP n’ont jamais été une équipe de combat au service de la droite et de ses idées, mais plutôt obsédé par l’idée de plaire à la gauche, lui donnant de fait une supériorité intellectuelle sur la droite.
    Vous auriez dû dénoncer cela, plutôt que de laisser croire que les électeurs de droite étaient massivement derrière Nicolas Sarkozy, comme un courtisan trompeur.
    “des associations, des organisations, des forums Internet et de ces revues qui constituent ces réseaux d’influence subventionnés sur fonds publics”, et donc par Fillon Sarkozy et l’UMP. Pourquoi ne l’avez-vous pas dénoncé à l’époque, ce qui est votre rôle de journaliste, au lieu de soutenir aveuglément Nicolas Sarkozy ?
    “Ils ont bien compris que la culture précédait l’action.” : une culture de gauche étatique renforcée par Nicolas Sarkozy et l’UMP, une fois de plus avec votre bénédiction. Nicolas Sarkozy nomma à la tête de radio France Philippe Val, grand homme de gauche, et à la tête du ministère de la culture Frédéric Mitterrand, autre homme de gauche, sans que votre journal ne critique ; tout entier dans le soutien à l’homme fort, grande tradition de droite qui remplace les idées.
    Vous parlez des électeurs de droite et de “la droite”. Mais êtes-vous sûr que “la droite” est encore de droite ? Tout au plus social-démocrate, à l’image des Juppé, Fillon (élève de Philippe Seguin), NKM, Pecresse, Raffarin, Bachelot, Copé, Morano, sans oublier Nicolas Sarkozy… Qui en plus de n’avoir aucune conviction, ont toujours montré un solide arrivisme. Ils ont toujours méprisé les électeurs de droite, les ringards comme les appelait Sarkozy, et la droite populaire fut marginalisée, et son courant ne représente qu’une infime partie de l’UMP, alors qu’elle représente la moitié des militants et probablement plus en ce qui concerne les électeurs. Pourquoi voter pour eux ?
    Quand est-ce que Valeurs actuelles appellera à la création d’un vrai parti de droite ? Depuis Chirac, l’UMP n’aura cessé de glisser vers la gauche. L’avez-vous dénoncé ?
    l’UMP n’est qu’un ensemble d’intérêts personnels. Ils refusent de désigner un chef pour les législatives, préparant déjà la défaite car seule la présidentielle les intéresse, question de gloire personnelle.
    La droite ne fait rien pour gagner, et a abandonné depuis longtemps les électeurs de droite : ils ne sont pas assez tendance.
    Le choix en France,c’est entre la gauche socialiste, et la social-démocratie. La droite perd d’abord par son absence de conviction, ses représentants qui ne représentent pas les électeurs de droite, sa soumission au politiquement correcte (Nicolas Sarkozy soutenant le vote des étrangers, la fin de la double peine, ou en privé le mariage homosexuel, par l’intermédiaire de Bachelot qu’il n’a jamais viré malgré sa gestion désastreuse de son ministère)

  4. cela dit, ce serait bien qu’il y ait cohabitation, mais est-ce que l’UMP le veut ?

  5. 2 points forts de la gauche (jusqu’à aujourd’hui)
    un : c’est d’avoir réussi à “interdire” toute alliance ou accord de l’ump avec FN, alors que de leur côté ils ne se gênent pas pour s’allier avec l’extrême gauche, les verts ou les communistes.
    deux : la république est un régime fondamentalement de gauche qui ne permet pas aux différentes tendances de droites de s’exprimer pleinement.

  6. quelqu’un peut-il m’éclairer sur les responsabilités respectives et différentes entre le ministre de la justice, et le ministre délégué à la justice ?

  7. @ Altaïca
    200% d’accord avec vous : les Français sont malades et intoxiqués, shootés aux idées de gauche.
    François d’Orcival est bien aimable : mais à chaque élection présidentielle et législative depuis 230 ans, il nous écrit le même édito : ” Oui notre droite dite de gvt est peu à droite, oui elle a tort de émpriser ses électeurs souverainistes et de droite nationale, oui elle aurait du prendre en compte leurs votes, MAIS néanmoins, la gauche est horrible, perverse, totalitaire, socialiste et il faut donc la faire battre. Et chaque fois même déception, mêmes errances d’ouvertures à gauche ou aux idées de gauche, même inaction et mêmes défaites, MAIS IL FAUT voter à droite pour sauver la France. Or l’avortement, la dégradation de l’école (réforme HABY), l’abandon des familles, et des mères de famille, la fiscalité écrasante et le logement prohibitif, l’absence de soutien aux mère sen difficulté, tout cela c’est la droite.
    Qu’elle perde sévèrement, qu’elle se recompose sans les pantins qui l’ont menée deux fois à sa perte en 20 ans (Balladur,Juppé,Fillon, Chirac, Sarkozy et leurs équipes) et que renaisse autre chose dans lequel le FN aurait sa place reconnue, sans plus. Et qu’ainsi les idées de droite soit représentées par plusieurs partis composant uen nouvelle majorité réformant la France durant 10 ans.
    Mais les repêchages de F. d’Orcival, merci, on a trop donné.

  8. formidable malhonnêteté de ce monsieur. On sait à qui appartient cet hebdomadaire.
    Donc on sait pour qui ou pour quoi il “roule”
    alors qu’il n’a jamais dénoncé ce scandale qui fait que 20% du corps électoral n’a aucun représentant dans les parlements !
    alors que l’ump a tout fait pour écarter la droite nationale en modifiant sans cesse les modes de scrutins et en s’alliant avec toute la gauche , c’est le fameux “front républicain”, préférant ainsi voter pour la gauche plutôt que pour la droite nationale. Et cet hebdo n’a jamais dénoncé cette situation digne des meilleurs dictatures
    l’ump pour moi c’est terminé. Plus jamais !!
    et quand on fait le bilan du mandat de Sarkozy……

  9. SD Vintagz fait une bonne analyse mais à quoi sert-il de parler du passé… Le futur proche, c’est les législatives et bien sur, il faut faire barrage à la gauche avec ce qui nous reste de la “droite”…

  10. Bien d’accord avec SD-Vintage.
    Après avoir voté Sarkozy au deuxième tour, on se sent très à l’aise pour ajouter qu’on connaît maints électeurs qui, pour l’avoir fait en 2007, et observé la suite (voir SD-Vintage supra), se sont juré qu’on ne les prendrait pas deux fois. On avoue n’avoir pu les faire changer d’avis. Encore une fois, c’était à MM. d’Orcival et Sarkozy d’être plus convaincants.
    Et puis, qu’est-ce qu’on risque ? La bande à l’Hollande va instaurer la mariage gay, i tutti quanti ? Revenue au pouvoir les amis de M. d’Orcival l’abrogeront-t-ils ? Non, évidemment. C’est donc que ce n’est pas si terrible. Bien mieux, ils en rajouteront, pour montrer qu’ils ne sont pas vieux jeu, comme ils l’ont déjà si bien fait en inaugurant la très sainte croisade contre la so called “homophobie”.
    Depuis l’air de Madame Angot, on devrait avoir compris.

  11. On avait compris depuis longtemps que “Valeurs actuelles” roulait pour Sarkozy et continue à tenter de sauver les meubles de l’UMP.
    D’Orcival parle de “droite” comme si cela allait de soi, mais de quelle droite s’agit-il donc? celle de Sarkozy, qui fit l’ouverture à Gauche, cajola Frédéric Mitterrand et nomma DSK à la tête du FMI? Celle de NKM, qui publia le “Front anti-national” en librairie contre le FN et préfère ouvertement voter PS plutôt que FN?
    D’Orcival connait bien la politique et sait parfaitement qu’il se berce d’illusions. Il n’y aura aucune “cohabitation” avec une majorité “de droite” à l’Assemblée.
    Sauf en cas d’alliance avec le FN.
    Si l’UMP ne change pas radicalement d’attitude, les mêmes causes produisant les mêmes effets, elle fait là sa dernière campagne.

  12. le gouvernement actuel est au service des idées de gauche, et celui de Fillon, il a bien servi les idées de droite?
    alors où est le problème?

  13. Ce qui me surprend le plus, ce sont les constatations que l’on fait du régime républicain actuel. On semble toujours s’étonner des dérives du système… Mais elles lui sont totalement intrinsèques !Quelqu’un sur ce blog a-t-il lu le superbe et éclairant ouvrage de Bertrand de Jouvenel, “Du pouvoir” ? Pour ceux qui ne l’auraient pas fait, je le recommande vivement tant l’analyse est fine. Un bon ouvrage en tout cas pour le Bac de philo, incontournable pour toute personne qui veut prendre un peu de hauteur sur l’analyse politique. Je ne suis pas sûr que Tocqueville soit plus fouillé. Ce n’est pas le parti qu’il faut changer, mais le régime, ce qui est différent.

  14. Tonio : d’après un article que je lisais, seule une dizaine de ministres aurait des responsabilités réelles. Avec une administration, un budget, etc.
    Les autres sont là pour l’affichage. Ils sont ministres de la parole. C’est juste pour dire qu’on va faire du “redressement productif”, de “l’économie sociale” et de la “réussite scolaire”.
    Au cas où quelqu’un penserait que le ministre de la Déséducation Nationale est surtout le ministre de l’échec scolaire…

  15. Si la gauche passe aux Législatives(et elle passera)on aura Présiflan pendant 10 ans car l’UMP sortira affaiblie et le FN gagnera des points mais pas assez pour gagner en 2017…donc la gauche repassera…
    Bref quel bordel!…

  16. Voilà encore la machine à perdre en action.
    On ne vote CONTRE quelque chose mais POUR quelque chose.
    Je rejoins d’ailleurs Altaica : quelle est la culture de la droite ?
    Franchement, quelle différence entre Hollande et Sarkozy ? Depuis qu’on sort la machine à faire peur, on a l’impression que l’UMP est à droite…
    Il faut arrêter de délirer : l’UMP est peut-être légèrement à droite du PS mais le tout était tellement à gauche que leur politique ne diffère pas… On a dit que c’était 2 ans la différence… Parfois, c’est même négatif car l’UMPS précède le PS…
    Alors, l’union à droite, oui mais sur quelles idées ?
    Parce que si c’est pour avoir Juppé & consort, je ne vois pas bien pourquoi je voterai autre chose que blanc…
    Blanc comme le Christ et blanc comme le Roi.
    En attendant, je m’active localement : si tout le monde le fait, on reconquerra la France en quelques années. Si on attend que ça vienne d’en haut, on n’aura que des Juppé…

  17. Bravo, Monsieur d’Orcival ! Quelle finesse dans la description, quelle profondeur et quelle acuité dans l’analyse… quelle force dans la conclusion !
    Donc, votre journal et vous même soutenez les candidats du Front national “bleu marine”, c’est bien cela qu’il faut comprendre ?

  18. Un certain nombre de nos excellences de gauche sont issues de la tres americaine “French American Foundation (FAF !)” qui forme les “Youg Leaders” destinés à gouverner les pays vassaux; pour ceux qui auraient encore des illusions sur les objectifs de ce “nouveau” gouvernement.

  19. Militants?… Certes, mais le nombre ahurisant de minitres assure à ces derniers des rentes à vie dont ne bénéficient pas, par exemple, les secrétaires d’état.
    Militants mais pas désintéressés!
    Ce gouvernement permet d’abord à Mimolette d’arroser les copains.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services