Bannière Salon Beige

Partager cet article

Science

CBS ET TRISOMIE 21 : Une avancée scientifique qui nourrit de nouveaux espoirs thérapeutiques

CBS ET TRISOMIE 21 : Une avancée scientifique qui nourrit  de nouveaux espoirs thérapeutiques

Avec le soutien de la Fondation Jérôme Lejeune, l’équipe de pharmacologie de l’Université de Fribourg (Suisse), menée par le Professeur Csaba Szabo, vient de publier une importante étude sur la trisomie 21. L’article démontre que la surexpression du gène CBS (Cystathionine beta synthase), situé sur le chromosome 21, et la toxicité du gaz H2S (sulfure d’hydrogène) qu’il produit en excès pourraient être responsables de certains troubles neurocognitifs et autres effets délétères liés à la trisomie 21. 

Cette percée scientifique est née d’une observation géniale du Professeur Jérôme Lejeune, qui eut l’intuition que le gène CBS était sur le chromosome 21. Elle fut reprise par le Professeur Pierre Kamoun (Hôpital Necker-Enfants malades, ancien président du Conseil scientifique de la Fondation Jérôme Lejeune), qui émit en 2003 l’hypothèse que le retard mental pouvait être lié à une lente intoxication par le gaz H2S, lui-même fabriqué par le gène CBS. Cette hypothèse est en cours de confirmation en laboratoire par le Professeur Szabo, qui vient de démontrer au niveau cellulaire le rôle du gène CBS dans la production du gaz H2S et la toxicité réversible de ce dernier.

A l’occasion d’études réalisées sur des cellules de personnes porteuses de trisomie 21, son équipe a confirmé que ces cellules produisaient un taux anormalement élevé et toxique de gaz intracellulaire H2S. Ce taux anormal de H2S conduit à une insuffisance de l’activité des mitochondries, principales sources cellulaires produisant de l’énergie. Le Professeur Szabo et son équipe viennent de constater que la normalisation de la production de H2S via l’inhibition du CBS en laboratoire restaure le bon niveau de production d’énergie des cellules de personnes porteuses de trisomie 21.Une extrapolation de ces résultats permet de formuler l’hypothèse qu’en réduisant la production de H2S dans les cellules neuronales de ces personnes, on devrait pouvoir améliorer leurs fonctions neuronales et cognitives. Ceci ouvre, tout en restant prudents, de nouvelles voies vers le traitement de certains effets de la trisomie 21, avec potentiellement de nouvelles études cliniques à venir pour améliorer les conditions de vie des personnes porteuses de trisomie 21.

Grâce au soutien financier de la Fondation Jérôme Lejeune, ainsi qu’à l’aide technique de l’Institut Jérôme Lejeune et de l’Université de Fribourg (Suisse), l’équipe du Professeur Szabo poursuit ses travaux pour lever les hypothèses en cours et rechercher des inhibiteurs pharmacologiques de l’enzyme CBS, étape clé pour envisager un développement thérapeutique.

Ces travaux ont été effectués en partenariat avec la Fondation et l’Institut Jérôme Lejeune, l’Université de Fribourg (Suisse) et le Fonds national suisse. Les résultats sont publiés dans le premier numéro de septembre 2019 de la revue Proceedings of the National Academy of Sciences :« Overproduction of H2S generated by CBS, inhibits mitochondrial Complex IV and suppresses oxidative phosphorylation in Down syndrome » ; les auteurs sont Theodora Panagaki, Elisa Randi, Fiona Augsburger et Csaba Szabo.

Pour aider la Fondation Jérôme Lejeune.

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services