Catholique et vote FN : contradictoire ?

Dans le dernier numéro de Minute, Hervé Bizien analyse à son tour le dernier ouvrage du député UMP Etienne Pinte (Extrême droite. Pourquoi les chrétiens ne peuvent pas se taire). Extraits :

M"Le député des Yvelines UMP Etienne Pinte […] vient donc de publier, avec le père Jacques Turcq, un livre pour «rappeler» aux chrétiens qu’il est «contradictoire pour eux » d’adhérer aux thèses du FN […]. L’élu des Yvelines a-t-il été missionné par l’UMP pour le faire? Si tel était le cas, le choix du «missionnaire» serait pour le moins malheureux. Car en 1975, alors que la bataille autour de la loi Veil faisait rage, il a été de ceux qui ont voté pour la légalisation de l’avortement, ce qui n’en fait pas le mieux placé pour donner aujourd’hui des leçons de morale, fût-ce dans un livre cosigné par un prêtre. Dans son encyclique Evangelium Vitae, le pape Jean Paul II, condamnant en termes extrêmement forts ce «meurtre délibéré et direct […] d’un être humain», écrit que «la responsabilité incombe aussi aux législateurs, qui ont promu et approuvé des lois en faveur de l’avortement…», et précise que l’excommunication encourue par ceux qui le commettent frappe «aussi les complices sans lesquels sa réalisation n’aurait pas été possible.» […]

Au reste, lorsque Etienne Pinte reproche au Front national, dans « La Croix », de «prôner l’exclusion de l’étranger et la fermeture des frontières», il doit lui-même convenir que «l’Eglise n’a jamais rejeté la légitimité d’une politique d’immigration maîtrisée», même si elle condamne «les discours qui tendent à faire des étrangers les boucs émissaires de nos sociétés». Or le discours du Front national fait plutôt porter la responsabilité de l’immigration massive aux partis qui se sont partagé le pouvoir – UMP comprise – qu’aux immigrés eux-mêmes. […]

[L]e 19 janvier, lors de l’émission de Christophe Hondelatte sur RTL […], ce présentateur tente presque agressivement d’en obtenir confirmation par l’archevêque de Paris, Mgr Vingt-Trois: «Est-ce que vous le rejoignez, est-ce que c’est clair, est-ce que c’est net? » La réponse du prélat va le surprendre: « Eh bien ça fait des assimilations qui ne sont pas si simples, parce que je ne suis pas sûr que le Front national aujourd’hui se définisse uniquement comme l’extrême droite et en tout cas que ses électeurs se définissent comme l’extrême droite, et je ne suis pas sûr que l’Evangile ait quelque chose à dire sur le Front national. Donc, je pense qu’Etienne Pinte a raison de rappeler qu’il y a des valeurs évangéliques dont nous essayons d’être les témoins et que nous essayons de mettre en oeuvre…» «Dont l’idée aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés », coupe Hondelatte. «Par exemple, ou comme aussi de récuser un plan politique qui s’appuierait uniquement sur le rejet des autres.» «Bon, donc c’est clair», tranche Hondelatte. «Non, parce que ça n’est pas uniquement le fait du Front national. Il y a d’autres mouvements qui… » […] Au fait, l’avortement, qu’une autre grande catho de l’UMP, Roselyne Bachelot, alors ministre de la Santé, considérait l’an dernier comme une «composante obligatoire de l’offre de santé», ce ne serait pas un «rejet de l’autre»?"