Archives de catégorie : SalonBeige

Le FN réaffirme son attachement à la souveraineté nationale

A l'issue de son séminaire. L'abrogation de l'euro n'est plus un sujet prioritaire et la stratégie d'alliance est désormais officielle :

"Après un bilan détaillé, de nombreuses propositions ont été émises dans un état d’esprit constructif et suivies de décisions qui seront prochainement communiquées aux adhérents. Une grande consultation sera lancée en septembre, afin de leur soumettre un questionnaire complet, concernant tant le projet que la stratégie et l’organisation.

Les participants au séminaire ont unanimement réaffirmé leur attachement à la souveraineté de notre nation comme objectif fondamental de notre mouvement politique. Ils rappellent fermement leur opposition à l’Union européenne ainsi que leur volonté de voir émerger une Europe des nations et des coopérations.

Tenant compte du message envoyé par les Français lors des élections et, notamment, des inquiétudes exprimées par une partie d’entre eux sur la question de l’euro, ils proposeront aux adhérents de nouvelles modalités et un nouveau calendrier, afin de retrouver, de manière successive et sur la durée d’un quinquennat, nos différentes souverainetés, en commençant prioritairement par la souveraineté territoriale et donc la maîtrise de nos frontières migratoires et commerciales. Afin de se donner le temps nécessaire, le recouvrement de la souveraineté monétaire clôturera ce processus.

Ils ont par ailleurs réaffirmé leur volonté de rassemblement et la nécessité d’approfondir les relations avec des partenaires potentiels."

Lire la suite de l'article

Des dizaines d’adhérents de La République en Marche dénoncent un manque de démocratie interne

Une trentaine de militants ont déposé un recours en référé devant le tribunal de grande Instance de Créteil pour obtenir l’annulation du scrutin qui a démarré dimanche et se tient jusqu’au 30 juillet. L’audience de référé est fixée à 13 h 30 mardi.

Ces militants dénoncent un manque de démocratie interne et estiment surtout que les nouveaux statuts ont été soumis au vote sans tenir compte du délai légal prévu par les propres textes du parti. Ce vice de forme devrait être, à leurs yeux, suffisant pour obtenir en justice le report du vote en décembre.

« Nous avons alerté les instances du parti à maintes reprises sans jamais obtenir de réponses, hélas ! On se doit d’être exemplaire. » « On est heureux qu’Emmanuel Macron soit arrivé à l’Élysée, et maintenant que c’est fait on a En Marche ! qui décide de changer de statuts. On s’est retrouvé avec des statuts, en quelque sorte, imposés par le QG. On a essayé de les avertir, de leur dire qu’on aimerait débattre, c’est la démocratie, c’est participatif, et on a eu une fin de non-recevoir. »

Le 8 juillet, lors de la convention nationale du mouvement, certains participants s’étaient étonnés de ne pouvoir consulter un exemplaire intégral des futurs statuts. « Ce manque de démocratie interne est d’autant plus dénoncé que les nouveaux statuts ont été rédigés dans la précipitation, sans consultation approfondie des militants et sont soumis à leur vote au cœur de l’été ».

Lire la suite de l'article

Général Georges Loustaunau-Lacau : nouvelle promotion de l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr

La 203e Promotion (2016-2019) de l'École Spéciale Militaire de Saint-Cyr porte le nom du général Georges Loustaunau-Lacau, né à Pau le 17 avril 1894 et mort à Paris, le 11 février 1955.

Biographie éloquente :

Unknown-20"Lors de la mobilisation en août 1914, sous-lieutenant, il est affecté comme officier de liaison au 332e régiment d'infanterie. Promu lieutenant en juillet 1915 puis capitaine en juin 1916, il reçoit la croix de chevalier de la Légion d'honneur en juillet 1917 en tant que « commandant d'une compagnie de mitrailleuses, d'une bravoure remarquable ». Blessé légèrement d'un éclat d'obus en février 1918, il est nommé en juin au centre d'instruction des officiers américains. Il est décoré de la croix de guerre avec palmes (3 palmes, 1 étoile).

Après la guerre, il rejoint l'École de guerre, où il est le condisciple de Charles de Gaulle. Il sort en tant que major de promotion. Il est promu chef de bataillon en décembre 1931. Il appartient ensuite aux états-majors de Weygand et de Lyautey avant de devenir officier détaché à celui du maréchal Pétain entre 1934 et 1938, succédant à de Gaulle au poste d’écrivain d’État-Major.

Il est l'initiateur à la fin de 1936 d'un service de renseignement anticommuniste dans l'armée, les réseaux Corvignolles. Son nom apparaît surtout lors de l’affaire de la Cagoule lorsque Corvignolles fut considéré semble-t-il faussement comme étant la « Cagoule militaire ». Cette image restera à jamais liée à son nom. En l'absence d'archives, toutes vraisemblablement détruites lors de la découverte du réseau Corvignolles

Lire la suite de l'article

A peine nommé, le général Lecointre au centre d’une cabale

Unknown-19Dans les colonnes de l'Humanité, Jacques Morel, auteur du livre La France au coeur du génocide des Tutsi, a affirmé que François Lecointre avait «défend[u] les auteurs du génocide rwandais». En 1994, l'actuel chef d'état-major était en poste au Rwanda lors de l'opération Turquoise. Il était capitaine d'infanterie de marine, chargé du secteur de la commune de Gisovu dans le cadre de l'opération militaire française Turquoise, déclenchée en 1994 au Rwanda pour mettre fin aux massacres. Jacques Morel a étayé ses allégations en affirmant, entre autres, que François Lecointre avait «collaboré» avec Alfred Musema, le directeur d'une usine à thé qui avait rendu possible l'hébergement dans celle-ci de soldats de l'armée française, en juillet 1994. Impliqué dans le génocide des Tutsis, Alfred Musema a été condamné à une peine d'emprisonnement à perpétuité le 27 janvier 2000 par le Tribunal pénal international pour le Rwanda.

Le colonel Jacques Hogard, grand connaisseur du sujet, estime que cette attaque est injuste et indigne.

Pourtant c'est une autre période de sa carrière qui pose quelques questions. Selon Slobodan Despot :

"[Sa] réputation se fonde essentiellement sur un fait d’armes du temps où il était capitaine chez les Casques bleus en Bosnie: la reprise du pont de Vrbanja à Sarajevo aux milices serbes. Les articles et vidéos relatant cette prouesse véhiculent souvent une image très déformée de l’événement et de son contexte. Ainsi ce bref documentaire sur YouTube. On y lit (en anglais) un résumé des faits pour le moins dramatique. En s’emparant du pont en question, les Serbes auraient eu l’«occasion

Lire la suite de l'article

173 terroristes potentiels pouvant frapper en Europe

L'organisation internationale de police Interpol a diffusé aux services de renseignements européens une liste de 173 combattants de Daesh, terroristes potentiels, soupçonnés de vouloir rejoindre l'Europe pour y mener des attaques suicides. Ces membres de l'organisation jihadiste auraient été formés à mener des attaques suicides de façon isolée, pour venger les récentes défaites de Daesh en Irak et en Syrie, où le groupe perd de plus en plus de terrain. Selon Interpol, cet effondrement du "califat" pourrait donc faire augmenter le risque d'actions kamikazes menées sur le continent européen.

La liste décrit précisément ces hommes comme des individus pouvant avoir été "formés pour construire et positionner des engins explosifs improvisés afin de causer de décès et de graves blessures". Cette liste a été établie par le renseignement américain, sur la base de centaines de documents retrouvés dans les cachettes des jihadistes, lors d'opérations militaires contre des positions de Daesh. Les documents ont ensuite été donnés au FBI, qui a, à son tour, transmis la liste à Interpol. La liste constitue une véritable base de données, puisqu'elle mentionne le nom des 173 suspects, mais aussi leur date de recrutement par Daesh, leur dernière adresse connue, la mosquée dans laquelle ils avaient leurs habitudes, le nom de leur mère, ainsi que des photos. Pour chaque combattant, un numéro d'identification a été créé afin que tous les pays membres d'Interpol puissent croiser ces nouvelles données avec celles déjà disponibles dans les bases de données locales.

Lire la suite de l'article

L’intox Macron : les Français commencent à comprendre

Ces courriers des lecteurs au Courrier de l'Ouest du 23 juillet valent la lecture :

Courrier de l'Ouest Dimanche 23 juillet 2017 Macron Bonne  chance la France

Courrier de l'Ouest Dimanche 23 juillet 2017 Macron c'est  notre Tintin

Courrier de l'Ouest Dimanche 23 juillet 2017 Macron et les retraités

La cote de popularité du président français Emmanuel Macron est en forte baisse en juillet, avec 54% de satisfaits, soit dix points de moins qu’en juin, selon un sondage publié par l’hebdomadaire Le Journal du Dimanche. En juillet 2012, la cote de popularité de François Hollande s'établissait à 56%… Faire moins bien que Hollande, c'est un record. Et cela a refroidi 

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 24 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 24 juillet 1429 : la flèche de la cathédrale de Strasbourg est terminée.

Jusqu'à la fabrication de la tour Eiffel, monument maçonnique, cette flèche est le plus haut monument d'Europe.

  • le 24 juillet 1440 : signature du traité de Cusset, qui met un terme à la « Praguerie ».

Cette «Praguerie», a vu les grands vassaux de France se soulever contre Charles VII et Arthur de Richemont. Le seul qui n'accepte pas la paix est le Dauphin, le futur Louis XI, il est nommé au gouvernement du Dauphiné, en guise d'exil doré, avant de se réfugier à la cours du duc de Bourgogne.

  • le 24 juillet 1534 : Jacques Cartier prend possession du Canada au nom du Roi de France.

Parti le 20 avril 1534, de Saint Malo Jacques Cartier atteint le golfe du Saint-Laurent et débarque à Gaspé après s'être arrêté à Terre-Neuve. Accueilli par des Indiens avec qui il échange des cadeaux, il plante une immense croix portant les armes du Roi de France, le 24 juillet. Voir aussi la chronique du 5 septembre 1534, date à laquelle Jacques Cartier ramène de sa première expédition au Canada, deux Indiens qu'il présente au Roi François Ier.

 


  • le 24 juillet 1534 : François Ier décide la réorganisation de son armée en 7 Légions provinciales.
  • le 24 juillet 1671 : la tragédie-ballet "Psyché" de Lully et Molière est créée au

Lire la suite de l'article

Tolérer la tolérance ?

Extraits d'une analyse intéressante :

"Lors des attentats à Paris de novembre 2015, après qu’on eut découvert que tout avait été pensé et préparé en Belgique, un psy expliquait dans le journal Sud-Ouest que c’est « un pays de très grande tolérance », allant jusqu’à tolérer des groupes islamiques radicaux. La question se pose donc : faut-il encore tolérer la tolérance ? […]

  1. La tolérance est la vertu qui permet d’accepter un mal
    a. en vue d’un bien ultérieur,
    b. ou pour éviter pire.
  2. On tolère momentanément (même si on ne sait pas combien de temps cela va durer)

  3. Elle est à inventer constamment, puisqu’elle est un équilibre entre le laxisme et l’intolérance.

  4. Elle est un choix = elle n’est pas subie. Autrement dit, elle n’est ni une défaite, ni une démission, ni une résignation.

  5. Elle n’est qu’un minimum requis pour vivre ensemble, elle ne suffit pas à créer des liens durables.

Tolérance dans la société moderne

Voici une définition donnée par le Robert :

Attitude qui consiste à admettre chez autrui une manière de penser ou d’agir différente de celle qu’on adopte soi-même. Voir : Compréhension, indulgence (cf. avoir l’esprit large).

Quelle est la grande nouveauté avec ce qui précède ? C’est qu’il n’y a plus d’appréciation morale de ce qui est toléré. Auparavant, on tolérait un mal. Dans cette nouvelle approche, on tolère une manière de penser ou d’agir différente de la sienne. Il n’y a plus de jugement de valeur sur ce que l’on tolère. Ce que l’on tolère est peut-être bon, mais

Lire la suite de l'article

Mon Dieu, est-ce si difficile de prier chaque jour ensemble quand on est marié ?

Capture d’écran 2017-07-20 à 22.43.34Vu de l’extérieur, on pourrait se dire que non… Et pourtant ce n’est pas si dur de se mettre à genoux ensemble sous le regard de Dieu. C’est même terriblement intéressant et avantageux : plus je prie avec mon conjoint, plus je cimente mon couple et plus je consolide ses fondements. Certains diront : elle (ou il) est plus pieux (se) que moi. Chacun son rythme… D’autres préfèreront prier chacun de son côté… Il y a une troisième catégorie qui se dit que l’on peut aussi prier ensemble.

Pour aider les couples, L’Institut pour la Famille en Europe (lien) publie un livret dont l’objectif est d’aider les époux à s’y mettre, en douceur, et pour un plus grand amour.

Le livre est destiné aux époux qui souhaitent vivre ensemble une prière quotidienne où « tout est dit ». Cette prière se décline sur le même mode chaque jour de la semaine. Elle est composée d’un acte d’abandon à la miséricorde, d’un temps d’action de grâces, d’une lecture de la Parole de Dieu, et enfin d’une méditation originale pour chaque jour consacrée à un thème qui parle aux époux… le tout sous le regard de Notre-Dame, protectrice du foyer.

A faire connaître … disponible en librairie (prix 4,90 euros) ou sur commande par ici.

Extraits :

« O Marie, qui aimez chacun de vos enfants de manière unique, nous vous confions notre croissance intérieure. Aidez-nous à nous accueillir dans nos différences de rythmes, d’histoire personnelle. »

« Très sainte Vierge, faites de notre vie

Lire la suite de l'article

Opération Fleurir nos Croix pour le 15 août

L'association Caridad met en place une grande action pour l'Assomption :

"L'opération Fleurir nos Croix est belle et toute simple. Nous voulons revaloriser nos très nombreux calvaires en les fleurissant, en les nettoyant. C'est gratuit et c'est beau et bon.

Par cette action nous voulons que chacun puisse honorer le Christ par l'intercession de la Vierge Marie en ce jour de fête."

À la suite de l'opération tous les participants peuvent envoyer des photos de leur action avec le lieu. Ils pourront les partager sur l'évènement Facebook ou par mail à contact@caridad.fr.

20116831_1961343094100743_2353544230880978971_o

Lire la suite de l'article

26 juillet : Pèlerinage de Carnac à Sainte-Anne d’Auray

Image003Mercredi 26 juillet, l'A.F.C. de la Baie de Quiberon et du Pays d'Auray organise une marche-pèlerinage de Carnac à Sainte-Anne d’Auray à destination de nos familles, nos enfants et petits-enfants.

Le départ est prévu à 6h00 du matin à la chapelle de Kergroix sur la route d'Auray. Plusieurs haltes sont prévues sur le chemin.

Se munir d’un pique-nique, pour l'arrivée, après la Messe à la Basilique de Sainte Anne d'Auray. Un prêtre sera présent tout le long du pelerinage. Prévoir les tenues adaptées en fonction de la météo. 

Merci de vous inscrire au 06 79 28 75 99 ou à : gabergerat@hotmail.fr

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 23 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 23 juillet 684 : élection du pape Jean V.
  • le 23 juillet 1242 : victoire de Sainte.

A Saintes, près d'Angoulême, l'armée du Roi de France Saint Louis prend le dessus sur une coalition de féodaux, alliée au roi d'Angleterre Henri III, qu'il a déjà défait deux jours plus tôt à Taillebourg. La victoire française est totale. Voir la chronique du 21 juillet.

Voici ce qu'écrit Guillaume de Nangis dans sa Vie de Saint Louis :

« Il y eut une merveilleuse et forte bataille (…), âpre et dure, mais à la fin, les Anglais ne purent soutenir les assauts des Français et se mirent à fuir… La nuit du jour de cette bataille, le Roi d'Angleterre et le Comte de la Marche s'enfuirent avec tout le reste de leurs gens et évacuèrent la cité et le château de Saintes. Le lendemain matin, les citoyens de Saintes vinrent remettre au Roi Louis les clés du château de la cité. »

  • le 23 juillet 1649 : naissance de Gian francesco Albani, futur pape sous le nom de Clément XI.
  • le 23 juillet 1712 : début de la bataille de Denain.

Voir la chronique du 24 juillet.

  • le 23 juillet 1790 : le Roi Louis XVI reçoit la lettre de Pie VI, où ce dernier s'oppose à la CCC.
  • le 23 juillet 1920 : la loi, condamnant la

Lire la suite de l'article