Archives de catégorie : L’Eglise : Vie de l’Eglise

En Avent avec les Chrétiens d'Orient

OO_173x180_urgence_GIF01C’est bien volontiers que je relaye cet appel de l’Oeuvre d’Orient pour venir en aide aux Chrétiens de Syrie, oubliés des médias mais si proches de Dieu. Vous retrouverez cet appel en haut de notre colonne de gauche :

“La situation dramatique vécue par le peuple syrien nous choque et nous interpelle.

Ce qui se passe dans ce pays est un défi à l’humain et une atteinte à nos principes religieux. Nous croyons que l’homme est façonné par le souffle de Dieu. Porter atteinte à l’être humain quel qu’il soit, et pour quelque raison que ce soit, c’est porter atteinte à Dieu.

L’affrontement dont la Syrie est le théâtre et les moyens utilisés par les forces en présence non seulement provoquent des dégâts considérables, matériels et humains, mais tuent l’âme d’un peuple, dont l’une des richesses est d’avoir vécu dans une cohabitation multiséculaire. Cette situation crée des ruptures qui pourraient devenir irréversibles.

Comment dès lors espérer que la paix et l’harmonie puissent s’installer dans ce pays meurtri ?

Nous élevons la voix aujourd’hui :

  • parce que nous sommes convaincus que la paix est un impératif absoluet qu’il n’y a pas de paix sans justice, et parce que nous croyons que cette paix est un don que Dieu fait à tous les hommes.
  • Et pour dire au peuple syrien que nous sommes à ses côtés dans son malheur.

Être à ses côtés n’est pas seulement une posture morale dont notre distance géographique limite le contenu et la portée, mais c’est aussi dire

Lire la suite de l'article

2015 sera l'année de la vie consacrée

De Radio Vatican :

"Le pape François l’a annoncé ce vendredi matin, dans la salle du Synode au Vatican. Le Souverain Pontife s’est entretenu pendant trois heures avec les quelque 120 membres de l’Union des supérieurs majeurs. Celle-ci s’est réunie en assemblée plénière ces jours-ci à Rome sous la présidence du Père Adolfo Nicolas, supérieur général de la Compagnie de Jésus. Au cours de cette assemblée, le débat s’est focalisé sur les défis posés par le magistère et par l’exemple du pape François. Le récit de trois expériences a été à la base des réflexions et des rencontres. 

Le Saint-Père a passé toute la matinée avec les supérieurs : pas de discours préparé à l’avance mais un échange fraternel et cordial. Le premier groupe de questions portait sur l’identité et la mission de la vie consacrée : Dieu – a répondu le pape François – demande aux religieux de sortir de leur nid et partir pour les frontières du monde, en évitant la tentation de vouloir les apprivoiser. Interrogé à propos des vocations, il a insisté sur l’inculturation des charismes : l’Eglise doit demander pardon et avoir honte des échecs apostoliques dus à des malentendus dans ce domaine comme dans le cas de Matteo Ricci. Le pontife a longuement insisté sur la formation spirituelle, intellectuelle, communautaire et apostolique. 

Il faut éviter toute forme d’hypocrisie et de cléricalisme, a-t-il dit. L’objectif est de former des religieux au cœur tendre et non pas aigris comme le vinaigre. Qu’on

Lire la suite de l'article

Histoire d'une vocation sacerdotale

Le Père Antoine Kitandja Lokavu est prêtre du dioèce de Tshumbe en République démocratique du Congo et membre de la Communauté de l'Emmanuel. Extrait de son témoignage, quelques mois après son ordination sacerdotale :

"Je suis né dans une famille nombreuse : 48 enfants. Mon père était polygame. Mon village n’avait pas connu l’évangélisation. J’ai rencontré un prêtre pour la première fois à l’âge de 15 ans. Il était venu avec une Toyota. Tandis qu’il prêchait l’Évangile et célébrait la messe, moi, comme beaucoup d’autres jeunes, nous nous intéressions plutôt à sa voiture! Il y avait tellement de monde autour que j’ai été obligé de monter dans un arbre pour pouvoir la voir ! Après l’avoir longuement observée, je suis allé suivre l’homélie. Il disait : «Jésus est quelqu’un de vivant, il est mort, il est ressuscité, il va vous libérer de vos péchés et vous donner la vie éternelle.» Ce discours était tellement inattendu pour moi que je l’ai traité de fou.

Après la messe, je lui ai demandé comment Jésus pouvait me donner la vie éternelle puisqu’il était déjà mort. Il a pris son temps pour m’expliquer, me faire une mini catéchèse, me résumer la vie de Jésus. Plus il parlait, plus j’étais touché par ses explications. À la fin, je lui ai demandé: «Que dois-je faire pour que Jésus me donne la vie éternelle?» «Fais-toi baptiser», m’a-t-il répondu.

Pour suivre le catéchuménat, je faisais 56 km à pieds (du village

Lire la suite de l'article

Mexique : un sanctuaire des martyrs à la mémoire des Cristeros

Lu ici :

"Le Sanctuaire des martyrs du Christ, en construction dans la ville mexicaine de Guadalajara, sera un sanctuaire national pour honorer la mémoire des martyrs mexicains, en particulier ceux qui sont morts au cours de la persécution religieuse de 1926 à 1929 (« Guerre des Cristeros »)».

Egalement connue sous le nom de Cristiada, cette guerre (qui n’est pas sans analogie avec la révolte des Vendéens sous la Révolution française) a vu ce dresser ces Cristeros mexicains, dont le cri de guerre était Viva Cristo Rey ! (« Vive le Christ Roi ! »). Ces partisans du Christ (d’où leur nom de Cristeros) souhaitaient défendre l'Église catholique romaine face à l'État mexicain, alors fortement anticatholique, et qui voulait imposer au pays ses lois anticléricales. (…)

Le Sanctuaire des martyrs du Christ s’étend sur 16 hectares dans le Cerro del Tesoro, un site situé au sommet d’une colline surplombant  la ville de Guadalajara. La construction, qui a débuté officiellement en février 2007, est déjà très avancée. (…) L’ensemble du projet du Sanctuaire des martyrs porte sur 185,000 m2 (160,000 m2 pour les toitures). Le Sanctuaire lui-même abritera environ douze mille personnes, mais le grand atrium et l’esplanade pourront accueillir pour des célébrations cinquante mille personnes, ce qui en fera l’un des plus grands sanctuaires du monde."

Les hispanophones pourront jeter un coup d'oeil au site Internet du sanctuaire et suivre, entre autres, l'avancement des travaux sur le compte Youtube officiel.…

Lire la suite de l'article

"Aucun typhon ne pourra détruire notre détermination à avoir foi en Jésus-Christ"

Aux Philippines, sept prêtres ont été ordonnés hier dans la cathédrale de Palo, dont le toit a été arraché par le typhon Haiyan.

Philippines 2

Pourquoi si tôt après le passage du typhon, alors que la reconstruction est à peine amorcée ? Réponse du porte-parole de l'archidiocèse :

« Nous avons peut-être tout perdu, mais notre foi est plus forte que jamais. Aucune épreuve, aucune tempête, aucun typhon ne pourront détruire notre détermination à avoir foi en Jésus-Christ. Et cela doit se manifester par des faits concrets. »

Lire la suite de l'article

Les souffrances des Chrétiens d'Orient au coeur du Vatican

Ne les oublions pas, nous non plus. Portons-les dans nos prières quotidiennes. Lu ici :

"Une dizaine de Patriarches et d’Archevêques Majeurs des Eglises catholiques orientales vont se retrouver à partir de mardi au Vatican. Temps fort de leur visite : la rencontre avec le pape François, jeudi matin. Ils pourront, à cette occasion, exposer la situation de leurs communautés. 

Une rencontre similaire s’était tenue en 2009 autour de Benoît XVI. Cette audience intervient à l’heure où la guerre en Syrie, l’instabilité en Irak, les derniers développements en Egypte et la montée de l’islamisme inquiètent profondément les minorités chrétiennes d’Orient. Selon le cardinal Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales, la présence des Patriarches sera l’occasion pour réfléchir aux possibilités de paix en Syrie, en Terre Sainte et au Moyen-Orient et d’élever une prière collégiale pour les chrétiens de ces pays

Jeudi matin, le cardinal Sandri présidera, dans la Basilique Saint.jpgerre, une messe pour la paix et la réconciliation en Terre Sainte, Syrie, Irak, Egypte. La présence à Rome des Patriarches et Archevêques majeurs d’Orient se situe dans le cadre de l’assemblée plénière du Conseil pontifical pour les Eglises orientales (…)

Dimanche, les prélats orientaux concélèbreront aux côtés du Souverain Pontife la messe conclusive de l’Année de la Foi en signe de communion avec le Successeur de Pierre".

Lire la suite de l'article

Un nouveau mystère du Saint-Suaire

Lu ici :

"L'Institut catholique de Paris, l'université privée du 6e arrondissement, a longtemps ignoré qu'il était assis sur un trésor. Jusqu'à ce que dans les années 1980, un bibliothécaire inspiré, Yves Lebrec, se mette à rassembler toutes les photographies conservées dans ses fonds… (…) Le bibliothécaire ayant pris sa retraite, l'Institut catholique vend une grande partie de ses images aux enchères ce dimanche 17 novembre à l'Hôtel Drouot, profitant de l'afflux des collectionneurs et directeurs de musée venus pour la foire Paris Photo. L'institution, qui n'a conservé que les images liées à la religion et à la Terre Sainte, veut ainsi financer son plan "Campus 2018" qui vise à moderniser l'Institut et rénover ses locaux. (…)

Mais il est une pièce, dans la vente, dont la valeur est bien difficile à estimer : des photos en taille réelle du saint suaire de Turin. Réalisées par Giuseppe Enrie en 1931, ces images dont certaines mesurent jusqu'à 2,40 mètres de long ont servi de documents d'étude de la précieuse relique, et de support d'enseignement des cours à l'Institut."

Seulement, comme le note Yves Daoudal sur son blog :

"Mais sur le site de Drouot, où l’on voit que ces clichés sont estimés à 6.000-10.000 euros, ont peut lire : « LES LOTS 162 A 171 (FONDS VIGNON, SAINT SUAIRE) SONT RETIRES DE LA VENTE. »

Ah bon. Par qui ?"

Lire la suite de l'article

Enlèvements : "Le missionnaire répond à un appel pour être solidaire, jusqu'au bout"

Lu ici :

"Dans la cathosphère, certains ont mal pris l’insistance du président de la République à évoquer la dangerosité de la région où le prêtre français, Georges Vandenbeusch, a été pris en otage, le 14 novembre, au Cameroun, par des membres du mouvement islamiste nigérian Boko Haram. (…)

Selon divers responsables de l’Eglise catholique, ce type d'avertissement ne s’applique guère aux religieux occidentaux présents à travers le monde, et notamment dans les régions de tensions en Afrique ou au Proche-Orient. « La situation d'un missionnaire n’est pas celle d’un salarié d’une grande entreprise ou d’un touriste. Il répond à un "appel" pour être solidaire, jusqu’au bout, avec la communauté dans laquelle il s’installe», explique le père Jean Forgeat, lui-même ancien missionnaire en Afrique et responsable des quelque 150 prêtres diocésains français « prêtés » par leurs évêques à des diocèses du monde entier, dont la moitié en Afrique du Nord et subsaharienne.

« La question [de la sécurité] s’est déjà posée avec la présence de religieux en Algérie durant les années 90, et notamment après le drame des moines de Tibhérine. Mais la plupart des missionnaires ne se remettraient pas d’avoir fui au moment même où la situation devenait difficile. En cas de fortes tensions, l’Eglise peut conseiller à ses membres de rentrer, mais on ne les y oblige jamais, on leur laisse toujours le choix », explique-t-il aussi.

La stratégie est différente pour les membres laïcs des quelque 500 missions de la délégation catholique pour

Lire la suite de l'article

A Jean-Michel Aphatie : "Je suis un prêtre heureux". Même en noir. Même célibataire. Même mal payé.

La "fine" analyse de Jean-Michel Aphatie sur RTL – la crise des vocations découle de trois facteurs – le célibat des prêtres, leur habit noir et leur paie trop modeste – méritait une réponse. Voici celle d'un prêtre de la Communauté de l'Emmanuel :

"Pourquoi voudrions-nous plus de prêtres alors que les chrétiens sont les premiers à déserter les églises et la pratique dominicale ? Sera-t-il vraiment utile de multiplier les messes dominicales ? Est-ce que marier les prêtres et augmenter leur salaire ramènera, spontanément et sans effort, des flots de chrétiens à la pratique de la foi ? (…) C’est d’abord de croyants que l’on manque, et non de prêtres. Les saints nous l’ont toujours dit : les communautés chrétiennes ont les prêtres qu’elles ont envie d’avoir …

Malheureusement, appeler les prêtres à se marier et vouloir les enrichir revient simplement à leur demander d’abandonner le Christ … et c’est peut-être cela qui me touche le plus ! Pourquoi, sans me demander ce que je vis, sans s’intéresser à ce que je vis, aux désirs profonds de mon cœur, me demanderait-on d’abandonner celui par qui je suis profondément consacré à Dieu et à son service ?

Déjà, Jésus, dans l’évangile, avait prévenu que le célibat serait source d’incompréhensions et de scandale et qu’il serait incompris. Pourtant lui-même l’a vécu et a appelé ses disciples à faire de même  : « Ce n’est pas tout le monde qui peut comprendre cette parole, mais ceux à qui Dieu l’a révélée. (…) Il y en a qui ont

Lire la suite de l'article