Archives de catégorie : Europe : identité chrétienne

442ème anniversaire de la victoire de Lépante, le 7 octobre 1571, grâce au Rosaire

1570…Une situation de crise

Les pays d'Europe, principalement à cause des suites de la révolte de Luther et des débuts du protestantisme, se disputent et se jalousent. Les "Ottomans", c'est‑à‑dire les Turcs (musulmans), en profitent pour devenir de plus en plus agressifs. Ils prennent ville après ville et port après port. Cela devient très inquiétant.

Seul le pape de ce temps-là, le pape saint Pie V, voit vraiment le danger. Il sonne l'alarme : tout l'occident risque d'être envahi par l’Islam, ennemi de la Croix et des chrétiens.

Septembre 1570… L'île de Chypre presque conquise

 Le sultan Sélim écrase la ville de Nicosie, capitale de Chypre et assiège Famagouste, l'autre grande ville de l'île. Pendant ce temps‑là, les amiraux de la flotte chrétienne se disputent… et certains font marche arrière. Ils n'ont pas du tout le moral… et ont peur de la puissance meurtrière des Ottomans…

S'unir et s'organiser

Le pape réagit. Avec beaucoup de courage et d'énergie, il multiplie les démarches auprès des gouvernants. D'abord pour que, en tant que princes chrétiens, ils se décident à faire face. Seules l'Espagne et la République de Venise répondront à l'appel du pape.

 Ensuite, il faut que ces deux pays acceptent de se ranger sous une autorité unique, sinon ce serait la pagaille dans les combats : finalement, avec l'accord de tous, le pape nomme le fils de Charles-Quint, Don Juan, seul et unique général des armées de terre et de mer.

Décembre 1570… "Au nom du Christ, vous vaincrez"

Lire la suite de l'article

Croissance de l'euroscepticisme à l'égard de la construction de l'UE

Analyse de Guillaume Bernard, qui indique que l'euroscepticisme ne naît pas seulement de la crise économique, mais aussi de la négation de l'identité de l'Europe et du principe de subsidiarité :

"Depuis
une vingtaine d’années, les forces politiques eurosceptiques
apparaissaient régulièrement à l’occasion des élections européennes
mais, dans la plupart des cas, elles disparaissaient quasiment de
l’espace politique lors des autres élections. Ce qui semble désormais
acquis, c’est que, désormais, elles sont susceptibles d’exister et même de progresser à toutes les élections, nationales et locales.
Un cas récent et significatif est celui de l’UKIP outre-manche qui
concurrence les Conservateurs britanniques pourtant peu enthousiastes de
la construction européenne (ceci ayant été manifesté par leur départ du
groupe PPE au Parlement européen).

La crise économique qui frappe l’Europe explique sans doute la progression de l’euroscepticisme.
N’avait-on pas expliqué aux citoyens des Etats qu’il fallait accepter
des abandons de souveraineté pour obtenir la prospérité ? Celle-ci
n’étant pas au rendez-vous, il est logique qu’il y ait une déception.
Cela dit, l’euroscepticisme se développe dans tous les Etats européens, y
compris ceux qui apparaissent comme étant les « gagnants » de la
construction européenne
(c’est le cas de l’Allemagne avec l’apparition
de l’AfD). Il progresse aussi dans des Etats qui, sur certains points
non négligeables, sont en marge de l’Union : alors que le Royaume-Uni
n’est pas membre de la zone euro et a négocié des clauses particulières
dans le cadre de Schengen, l’UKIP progresse. Il serait donc réducteur de
n’attribuer l’euroscepticisme qu’à la crise économique. Il

Lire la suite de l'article

Suisse : votes pour la conscription et contre la burqa

Comme disait une pub: le bon sens près de chez nous! Lu sur l'AFP :

"Les Suisses ont très largement voté dimanche pour le maintien de la conscription, un vote perçu comme une confirmation identitaire pour cette nation de huit millions d'habitants.

La surprise est venue d'une autre question posée dans le seul canton du Tessin, voisin de l'Italie, où les électeurs devaient approuver une interdiction de se cacher le visage dans les lieux publics, une initiative considérée comme une loi contre le port de la burqa.

Au niveau fédéral, 73,2% des votants ont dit non à la proposition du Groupe pour une Suisse sans Armée (GSsA), formé notamment de socialistes, d'écologistes et de féministes.

Les électeurs du canton du Tessin ont voté à 66% (46% de votants) pour une interdiction de se dissimuler le visage dans les lieux publics. Ce canton de 350.000 habitants deviendrait ainsi le premier canton suisse à interdire le port du voile islamique intégral dans les lieux publics".

Finalement, nos "grands démocrates européens" vont finir par ne plus donner la parole au peuple car c'est trop dangereux. Quand on regarde l'UE, on voit que c'est le cas depuis longtemps et cela arrive à grands pas en France.…

Lire la suite de l'article

Pétition espagnole pour obtenir la libération de Nicolas

Ce site, qui souligne que ce qui arrive à Nicolas pourrait arriver à toute personne défendant la famille, semble suivre de très près les évènements en France. On y trouve une pétition adressée au gouvernement espagnol pour qu'il fasse pression sur le gouvernement français: participez ici

"A ce jour, plus de 15000 Espagnols ont signé une pétition en ligne pour obtenir de Mr José Manuel García-Margallo, ministre des Affaires Etrangères espagnoles, une demande formelle d'explication, à adresser au gouvernement français, au sujet de l'arrestation du prisonnier politique, Nicolas Bernard, dont l'unique délit fut de manifester pacifiquement en faveur de la défense de la famille naturelle. Cette pétition demande que le gouvernement espagnol exige du gouvernement Hollande la libération immédiate de Nicolas, afin qu'il n'y ait pas de prisonnier de conscience en Europe."

On y trouve aussi un article sur M. Jean-Michel Colo, maire d'Arcangues, qui reste ferme sur sa décision de ne pas appliquer la loi Taubira, ce qui peut entraîner pour lui jusqu'à 5 années de prison.…

Lire la suite de l'article

Les deux âmes de l'Europe

Mardi 16 octobre a été projeté devant les pères synodaux le film intitulé Bells of Europe
("les cloches de l'Europe"), traitant du lien entre l'Europe et le
christianisme, la culture européenne et l'avenir du continent. Il
propose des extraits d'interview des chefs chrétiens que sont
notamment Benoît XVI, le Patriarche oecuménique de Constantinople, le
Patriarche orthodoxe russe, l'Archevêque anglican de Canterbury,… Le Pape y déclare notamment :

"Il est évident que l'Europe a un poids important dans le monde
d'aujourd'hui, économique, culturel et intellectuel. Et, en
correspondance avec ce poids, elle a une grande responsabilité. Mais
l'Europe doit encore, comme vous l'avez dit, trouver sa pleine identité
pour être en mesure de parler et d'agir en conformité à cette
responsabilité
. Le problème, aujourd'hui, selon moi, ce ne sont plus les
différences nationales. Grâce à Dieu, il s'agit maintenant de diversité
et non plus de divisions. Les nations demeurent, avec leur diversité
culturelle
et ce trésor mis en commun donne naissance à une grande
symphonie de cultures. Il s'agit fondamentalement d'une culture commune.

Le problème de l'Europe, de trouver son identité, me semble
consister dans le fait qu'en Europe, aujourd'hui, nous avons deux âmes:
une âme est une raison abstraite, anti-historique, qui pense tout
dominer parce qu'elle se sent au-dessus de toutes les cultures. Elle
pense être une fin en elle-même qui entend s'émanciper de toutes les
traditions et valeurs culturelles en faveur d'une rationalité abstraite.
La première sentence de Strasbourg sur le crucifix était un exemple de
la volonté

Lire la suite de l'article

Une Europe masochiste en perte d'identité

L’Observateur permanent du Saint-Siège auprès du Conseil de l’Europe, Mgr Aldo
Giordano, déclare à l'Osservatore romano :

G«L’Europe ne sait plus bien quel est son rôle dans le monde», «elle est 
retranchée» dans une perspective qui, dans une optique
historique, est «perdante», « elle souffre d’une crise d’identité culturelle» et
elle est parfois «masochiste», surtout lorsque la nécessaire autocritique
«tourne à l’effondrement de nos valeurs», à «l’incapacité de saisir la grande
vocation» du continent. Et certains signaux qui viennent aussi des récentes
sentences de la Cour européenne des droits de l’homme «font soupçonner un
cheminement, peut-être à petits pas, vers un libéralisme éthique dangereux».

Lire la suite de l'article

Suisse : Une alliance pour combattre le travail dominical

Entendu ici cet exemple de combat commun pour préserver le repos dominical :

"Une large coalition se mobilise contre le travail dominical. Syndicats, églises, organisations féminines et médecins du
travail se sont en effet unis au sein d'une alliance pour le dimanche sans travail. Ils ont présenté ce mercredi matin leurs arguments contre la libéralisation des heures et jours d'ouverture des magasins, proposée en votation à Zurich et Lucerne ce week-end, et bientôt débattue au niveau fédéral. L'interview de Vania Aleva, vice-présidente de l'Union syndicale suisse".

Lire la suite de l'article

Civilisation supérieure ? Encore faut-il reconnaître ses racines

Lu sur Itinerarium, à propos de la déclaration de Claude Guéant sur l'ingalité des civilisations :

"Lorsqu’on regarde ce qui a été fait sur le  travail le dimanche, l’éthique personelle et collective, le sens du bien commun, voir l’inscription des racines chrétiennes dans  la Constitution européenne, il est évident que le quinquennat qui s’est écoulé ne semble pas avoir défendu concrètement ce qu’il défend dans le discours. C’est là toute l’ambiguïté avec laquelle jouent les extrêmes : “ils parlent, mais nous on agit”. À moins que les actes ne rejoignent un jour le discours. Nous n’en serions que plus ravis."

Lire la suite de l'article

La Turquie, cette pseudo-amie de la France qui se croit européenne

TurLa France s'est donné les moyens légaux de condamner la négation du génocide arménien. Loin du légitime débat sur la problématique de l'histoire encadrée par la loi que lève réellement cette décision, l'attitude des Turcs qui piratent le site de l'auteur de cette proposition de loi, qui se trouve du même coup menacée de viol et de mort, en dit long sur le sens des responsabilités des édiles politiques turques qui, avant même le vote de l'Assemblée française, s'étaient fendues de communiqués de menaces et de risques de représailles (cliquez sur les images pour les agrandir) :

"Dimanche, le site Internet de la député a été victime d'un piratage par des militants pro-Turquie, qui dénoncent anonymement l'aspect électoraliste du texte voté jeudi par l'Assemblée nationale. L'adresse www.valerie-boyer.fr renvoyait automatiquement vers un écran noir affichant le drapeau de la Turquie et un message non signé en deux langues, en turc et en anglais, s'en prenant au gouvernement français et à la communauté arménienne de France.

"Vous, la diaspora arménienne, êtes de tels lâches que vous n'avez pas le cran d'ouvrir les archives arméniennes et de faire face à la vérité", écrivent les auteurs du message, pour qui "la vérité" est qu'on ne peut pas parler de "génocide arménien". "Vous, les Français, êtes tellement pitoyables et pathétiques que vous méconnaissez les vérités pour des voix", ajoutent-ils, faisant allusion aux élections présidentielle et législatives à venir en France".

Patrick Devedjian, député UMP, n'y est pas allé par quatre …

Lire la suite de l'article