Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / Homosexualité : revendication du lobby gay

Cardinal Vingt-Trois : agir en chrétiens, parce que chrétiens, pour le bien de tous

Extrait de l'intervention du président de la CEF qui explicite le cadre d'action face au projet de loi sur la dénaturation du mariage. Les évêques agissent comme pasteurs, les chrétiens comme soucieux du bien commun, pour le bien de tous !

"Comme pasteurs de notre Église, il nous incombe d'éclairer les consciences, de dissiper les confusions, de formuler le plus clairement possible les enjeux. Comme évêques, nous nous efforçons d'être des interlocuteurs pour les responsables politiques et les parlementaires. Nous n'hésitons pas à faire appel à leur liberté de conscience pour des projets et des votes qui engagent plus qu'une simple alternance politique. Nous en appelons à leur sens du bien commun qui ne se réduit pas à la somme des intérêts particuliers.

Nous continuons d'appeler les chrétiens, et tous ceux qui partagent notre analyse et nos questions, à saisir leurs élus en leur écrivant des lettres personnelles, en les rencontrant et en leur exprimant leurs convictions. Comme citoyens, ils peuvent, et peut-être doivent, utiliser les moyens d'expression qui sont ceux d'une société démocratique, d'une « démocratie participative », pour faire connaître et entendre leur point de vue.

Les sites de la conférence épiscopale et ceux de nos diocèses présentent toutes sortes d'arguments qui sont finalement assez connus. Une chose doit être claire : nous ne sommes pas dans une défense de je ne sais quels privilèges confessionnels. Nous parlons pour ce que nous estimons le bien de tous. C'est pourquoi nous ne mettons pas en avant la question du sacrement de mariage qui est une vocation particulière, mais la fonction sociale du mariage qui ne dépend d'aucune religion".

Partager cet article

9 commentaires

  1. Les discours c’est bien, c’est beau, c’est admiraaaaaable.
    Appeler à manifester et manifester soi-même, c’est mettre ses paroles et son enseignement en pratique : à ma connaissance, les évêques ne sont plus sous statut concordataire ?
    Qu’ils soient des pasteurs de terrain et non pas seulement des communicateurs d’assemblée plénière, et là, le levier du peuple catholique mobilisé derrière ses évêques montrera sa puissance et son efficacité.
    Du courage Nosseigneurs !

  2. Bravo.

  3. Ils n’agissent toujours pas mais ils commencent à bien parler, c’est toujours ça.

  4. “Comme citoyens, ils peuvent, et peut-être doivent, utiliser les moyens d’expression qui sont ceux d’une société démocratique, d’une « démocratie participative », pour faire connaître et entendre leur point de vue.” dit le Cardinal.
    Pourquoi ne pas profiter de l’occasion pour souligner les limites et la nocivité d’un réferendum direct que certains appellent ? Je suggère :
    Un référendum pour demander et organiser un débat et une consultation au grand jour entre les Églises, des scientifiques, des pédopsychiatres, des moralistes et des juristes estimés dans la profession, et les membres des diverses élites reconnues. Comme celles présentes dans les grands corps Académiques Français, notamment l’Académie des Sciences morales et politiques, le Conseil économique, social et environnemental et le Conseil Constitutionnel, le tout coordonné par une personne ou une instance reconnue honnête par tous (Par exemple le Conseil d’État ou tel homme public ou médiatique…) pour qu’un avis “obligatoire” ou “conforme” soit émis.
    Car il s’agirait d’un avis de poids ou d’une décision de personnes responsables, compétentes… et non soumises aux obsessions et pratiques partisanes et électoralistes ou à la versatilité du corps électoral si facilement manipulable…
    Une loi naturelle ne peut être mise aux voix…

  5. @jeannette : juste pour dire que vous ne connaissez pas, semble t’il, le principe de subsidiarité : pourquoi iraient-ils défiler dans l’état actuel des choses? Comme le dit le Concile, laissons les laïcs tenir leur rôle.
    Par ailleurs, “chapeau” à Mgr Vingt-Trois, il “brasse” large : mariage, euthanasie,manipulation d’embryons etc. C’est ce qu’il fallait dire : avez-vous écrit à vos élus ? Là encore, il a raison de donner ce conseil….

  6. La fonction sociale du mariage… Mais si c’est véritablement de cela qu’il s’agit, pourquoi en faire une question de loyauté catholique ? Pourquoi essayer d’avoir un consensus épiscopal ? Pourquoi débattre de cette question dans une assemblée d’évêques ? Si les évêques doivent se mêler de tout ce qui semble intéresser le bien commun des citoyens, quelle est la différence entre l’Eglise et un parti politique ?Tout le monde sait bien pourquoi l’Eglise est contre le mariage homosexuel : parce qu’elle est contre l’homosexualité. Et elle n’est pas contre l’homosexualité pour de sibyllines raisons d’intérêt “social”. Elle est contre l’homosexualité parce que l’homosexualité est un péché. Je ne sais pas pourquoi il n’est pas possible aux évêques de dire simplement : nous, on est contre le mariage gay parce qu’on est contre l’homosexualité. Les Musulmans pourraient parfaitement dire : nous, on est contre les charcuteries parce qu’on est contre la viande de porc. Et contre les églises, parce que le Coran enseigne que les chrétiens sont des idolâtres. L’autorité civile entend, prend note, et ensuite décide s’il faut ou non céder quelque chose aux lobbies religieux, compte tenu de leur potentiel électoral, de leur dangerosité, ou d’autres raisons capables d’impressionner des professionnels de la politique.

  7. mieux vaut tard que jamais
    mais c’est surtout tard par rapport aux prises de positions qui auraient dues être prises le premier semestre 2012….
    mais voilà, F.Hollande était le chouchou de nos bergers
    enfin le peuple s’est mobilisé tout seul

  8. J’ai bien compris l’exhortation de mgr VIngt-Trois et ai donc écrit à mon député, Mme Josette Pons, dont je sais qu’elle est hostile au mariage des homosexuels. Prêchant à une convertie, j’ai tenté de lui donner, sinon des arguments, du moins une façon de les présenter…
    Mme CHAZELAS Saint-Zacharie, le 4 novembre 2012
    « La Chacunière »
    4 allée des lavandes
    83640 SAINT ZACHARIE
    04.42.32.65.99 – 06.82.44.10.83
    courriel : [email protected]
    Madame Josette Pons
    Député du Var
    Assemblée nationale
    Chère Madame,
    électrice de la 6ème circonscription du Var, je me suis sentie très heureuse d’être représentée par vous quand j’ai appris que vous faisiez partie des 127 députés qui ont pris fermement position contre le prétendu « mariage pour tous ».
    Vous le savez, l’argument selon lequel le fait que le mariage ne puisse être contracté que par un homme et une femme, libre de tout autre lien, majeurs et consentants serait une discrimination contre les homosexuels qui n’auraient pas le même droit est à l’évidence faux : les homosexuels ont exactement le même droit que les autres, savoir épouser une personne de l’autre sexe… et ce qu’ils réclament, ce n’est pas l’égalité, c’est une discrimination en leur faveur !
    Vous savez également que le projet présenté ne vise pas à permettre à la minuscule minorité des duos homosexuels désireux de se marier et d’adopter des enfants, mais à modifier en profondeur notre société, en substituant à la famille fondée par le mariage en vue de mettre au monde et d’élever des enfants capables à leur tour de fonder une famille équilibrée, un modèle nouveau qui en est très éloigné.
    Vous savez que s’il n’y a aucune raison de douter de l’amour que se portent les homosexuels vivant à deux ni de celui qu’ils pourraient donner à des enfants adoptés, il est patent [1] que l’avenir des enfants adoptés par deux homosexuels est généralement moins prometteur que celui des enfants élevés par leurs deux parents naturels (santé psychique et physique plus souvent altérée, moindres succès scolaires et professionnels et même plus grand nombre de délinquants et criminels) ; en particulier – les auteurs homosexuels prosélytes s’en félicitent d’ailleurs et c’est bien naturel – ces enfants, à l’âge adulte, deviennent homosexuels beaucoup plus fréquemment que les enfants élevés dans leur famille naturelle [2] .
    En effet, il est impossible à ces enfants, et de connaître et intégrer psychologiquement leur filiation, et de bénéficier de modèles des deux sexes auxquels, selon leur propre sexe, ils pourraient s’identifier.
    Il ne paraît pas normal, sous prétexte d’un « droit A l’enfant » qui n’existe pas et n’a jamais existé (et dont l’inexistence est constamment opposée aux candidats à l’adoption à qui l’on ne peut confier un enfant, en dépit de leur parfaite conformité aux critères exigés des adoptants, et qui s’en plaignent ; il leur est constamment rappelé que seul existe le droit DE l’enfant à trouver des parents) d’ajouter aux enfants que le malheur a privés d’être élevés par un papa et une maman, des enfants que l’on en aura volontairement privés.
    Il ne paraît pas normal non plus que la très petite minorité des homosexuels réclamant le mariage et le « droit A l’enfant (car très nombreux sont les homosexuels qui y sont indifférents ou qui s’opposent à cette réclamation) impose au reste de la société française un tel bouleversement auquel, très normalement, les religions (non seulement l’Église catholique, mais la majorité des églises protestantes, l’Orthodoxie, le Judaïsme, l’Islam) s’opposent [3] . Ce n’est pas aux religions actuellement professées dans notre pays qu’est due l’institution du mariage, qui leur a préexisté et qui a existé et existe encore dans des régions du globe où elles n’ont qu’une influence très minime.
    Tel qu’il est envisagé, le « mariage pour tous » supprimerait jusqu’à la notion de paternité et de maternité, pour lui substituer une vague « parentalité », partagée, selon ce lobby, entre diverses personnes lesquelles pourraient venir s’agréger à la « famille homoparentale » ou la quitter, au gré des liaisons sexuelles des membres de celle-ci.
    Les enfants, dans tout cela, sont totalement oubliés, réduits à l’état d’objet que les adultes seraient en droit d’exiger et d’acquérir par tous les moyens.
    Je vous remercie donc de votre action, défendant les enfants, la famille et la cohésion de la société et je vous demande non seulement d’y persévérer, mais de faire tous vos efforts pour convaincre vos collègues parlementaires, de la majorité comme de l’opposition, qu’il existe d’excellentes raisons de ne pas voter dans le sens demandé par le gouvernement.
    Veuillez agréer, Madame, l’expression de mes sentiments les meilleurs.
    Anne MERLIN-CHAZELAS
    [1] Étude Regnerus à l’Université du Texas, seule étude qui n’émane pas des milieux homosexuels prosélytes et qui ait été menée selon les méthodes scientifiques généralement approuvées.
    [2] Ce qui conforte l’opinion selon laquelle l’homosexualité n’est, bien souvent, pas le fait d’une nécessité génétique, comme l’affirme le lobby prosélyte, mais est bien souvent provoquée par l’éducation et l’environnement.
    [3] Et c’est leur droit : en dépit des protestations du lobby LGBT, on voit mal pourquoi ce lobby aurait eu et aurait encore seul le droit de manifester ses volontés par tous les moyens (présence dans les médias, non seulement dans les émissions d’actualité mais dans les émissions de divertissement et les fictions, manifestations de rue, provocations dans les églises, « Gay Pride », etc.) tandis que les représentants des religions devraient se taire.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services