Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement / Liberté d'expression

Cabale contre un élu municipal qui qualifie l’avortement d’« acte barbare »

Lu sur le blog de Jeanne Smits :

J"Un conseiller municipal de la majorité de Bagnolet – ville dirigée par le PS – a provoqué l'indignation mardi soir en condamnant l'avortement au cours d'un débat du conseil communautaire Est Ensemble portant sur le vœu de reconstruire la maternité des Lilas. Jimmy Parat, vice-président du Conseil, a osé qualifier l'avortement d'« acte barbare » et de « meurtre ». Il paraît que toutes les représentants de toutes les formations politiques présentes ce soir-là ont « réagi ».

« Je reconnais que j’ai été cru et que mes propos n’étaient peut-être pas dignes d’un élu. J’ai été débordé par l’émotion, car, pour moi, c’est un sujet sensible », a-t-il expliqué par la suite. Jimmy Parat, élu sous l'étiquette Dynamique Citoyenne, qui a apporté son soutien au maire PS Tony Di Martino dès le soir du premier tour des municipales, n'a pas présenté d'excuses, malgré le tollé, se bornant à ajouter :

« J’aurais peut-être dû expliquer que je ne remets pas la loi en question, ni même la reconstruction de la maternité, mais que, pour moi, une maternité a d’abord vocation à accompagner des naissances. Et si les femmes ont le droit de disposer de leur corps, il faut aussi assumer ses erreurs. Ce n’est pas pareil en cas de viol, bien sûr. » 

Partager cet article

31 commentaires

  1. Bravo Monsieur Parat. Aujourd’hui, on ne peut plus appeler un chat “un chat”. La parole est confisquée par des “bien-pensant” qui croient détenir la Vérité, et qui n’écoutent plus et ne tolèrent plus les avis divergents, et par ceux qui n’ont pas de “tripes” et adhèrent à l’avis majoritaire du moment.
    Donc, quand quelqu’un ose défier la Pensée Unique, je dis bravo. Et de plus, je pense la même chose que vous, Monsieur Parat.Encore bravo.

  2. Mais si, bien sûr, on peut, on doit remettre une loi en question lorsqu’elle est mauvaise et ne pas avoir à s’en excuser, même dans les régimes totalitaires (ce qui est le cas en France dorénavant) et quoi qu’il en coûte. Les lois bâties sur le mensonge sont, par nature, de mauvaises lois, puisqu’elles travestissent la Vérité en leur fondement.
    “Disposer de son corps” – même si la formule est vide de sens – n’est pas disposer du corps – et de la vie – de l’autre.
    Si effectivement, dire la vérité n’est pas digne d’un élu, alors il n’y a pas lieu de s’étonner de l’état de délabrement de la France.

  3. Evangéliste ou musulman ?

  4. OUI Mr PARAT !!!! Oui ! C’est un meurtre ! D’ailleurs à Bagnolet, votre avis les intéresse , n’hésitez pas à remercier Mr Parat :
    http://www.ville-bagnolet.fr/index.php/exprimez-vous.html

  5. Bravo, tous les politiques qui empêchent la liberté d’expression piétinent la démocratie comme ils le disent si souvent.

  6. Y aurait il des socialistes sur la voie de la rédemption? Quand on voit ça, plus besoin de demander des preuves de l’existence de Dieu

  7. Bravo et merci à cet élu qui a le courage de dire la vérité

  8. MERCI MR PARAT
    en tant qu’ancien élu j’approuve votre position
    il est grand temps que la république et ses élus qui
    ont cautionné le meurtre par les différentes lois
    sur l’avortement soient visés … LA Vérité n’est pas toujours facile à entendre… ENCORE MERCI

  9. A Gégé
    UNE hirondelle ne fait pas le printemps.

  10. 1) Bravo Monsieur Parat d’avoir eu le courage d’appeler un chat un chat et l’avortement un assassinat (homicide volontaire avec préméditation)
    2) “les femmes ont le droit de disposer de leur corps”: OK, mais à la condition expresse que les cellules qu’on va enlever portent exactement le même patrimoine génétique que celles qu’on laisse en place. Si elles n’ont pas le même patrimoine génétique, ce n’est pas une partie du corps de la femme: il y a alors atteinte à la vie d’autrui.
    3) “Ce n’est pas pareil en cas de viol, bien sûr.” Pas sûr! En quoi faire “disparaître” le résultat du viol, qui est innocent, est-il une mesure réparatrice, et pour qui? Rechercher le violeur et le traîner devant la justice est bien plus logique et plus urgent.

  11. Bon, l’espoir est là si l’on songe que cette pauvre commune vivait en régime communiste depuis 1928 et n’en est pas tout à fait sortie; soit plus longtemps que l’URSS! La parole commence à se libérer même si le premier qui parle sera forcément exécuté!

  12. Ce monsieur a du courage, étonnant qu’il ait soutenu le PS, parti de pleutres et de traine-savates.
    Soutenons le car il va avoir à faire avec tous les furieux, adeptes de la culture de mort.
    Ils sont déchainés comme les démons de l’enfer.

  13. Il est bien normal qu’il y ait eu un tollé et de l’indignation.
    Il est scandaleux que Jimmy Parat, vice-président du Conseil, ose qualifier l’avortement de “meurtre” !
    Rappelons que l’avortement n’est pas un meurtre ! C’est un assassinat !
    En ce qui concerne les femmes, elles peuvent disposer de leur corps, tout comme les hommes, mais pas du corps de l’enfant.

  14. Une société qui tolère l’assassinat de ses propres enfants dans le ventre de leur mère, se condamne à subir elle-même le sort de l’embryon.

  15. Bravo M PRARAT
    C’est tellement vrai c’est un crime contre l’humanité .

  16. “”Ce n’est pas pareil en cas de viol, bien sûr.”
    Bien sûr que si !
    Donc pour lui, en cas de viol, le “fruit” du viol n’est pas la conception d’un être humain ? c’est quoi alors, un végétal ? un caillou ?
    L’avortement en cas de viol est également un meurtre, l’avortement l’est toujours…

  17. D’accord avec C.B.
    1) L’embryon qui est à l’intérieur du corps d’une future maman n’est plus le corps de cette femme. Il est un être humain à part entière et ses cellules ne sont plus celles de la mère. L’embryon n’est pas une partie du corps de la femme. Il est étranger à la femme. Il est lui. Même la science n’a pas réussi à aller à l’encontre de cette vérité.
    2) Pourquoi devrions-nous faire une distinction entre un embryon créé après un viol et celui créé après avoir été désiré. Il n’y a aucune différence entre les deux. Tous les deux sont des êtres humains. Tous les deux sont innocents et tous les deux sont le même don que la vie nous fait comme nous-même avons été ce don un jour aussi. De quel droit et pour rendre hommage à quel Dieu doit-on alors en sacrifier un? Certainement pas pour Celui qui est “le chemin, la vérité et la vie.” (Jean 14:6).
    Que celui qui a des oreilles pour entendre qu’il entende. (Matthieu 13:9, Matthieu 11:15, Marc 4:23)

  18. Il serait temps d’appeler les choses par leur nom, l’avortement est un assassinat, remboursé par la sécurité sociale, c’est donc un crime d’État, d’État suicidaire. Et même en cas de viol cela reste un assassinat d’un être humain et on en compte plus de 220 000 par an dans ce beau pays autrefois français.

  19. “les femmes ont le droit de disposer de leur corps” mais pas de celui de l’enfant qui est en elle !!!
    L’avortement est un crime barbare “précédé de tortures pour l’embryon” comme l’a dit justement le Vatican .

  20. Dommage, un acte de courage qui fait pschiiit : ça commence bien avec l’annonce de convictions claires mais ça se termine de façon incohérente : “je ne remets pas la loi en question”. Donc l’avortement est un acte barbare mais la loi qui l’autorise et même le promeut n’est pas à contester…. Absurde. Il aurait mieux valut préciser que l’acte est barbare mais pas nécessairement les femmes qui en sont victimes.

  21. Un meurtre ? Non, un assassinat !

  22. Bravo à ce jeune homme qui a ensuite subi des pressions abominables pour se rétracter.
    Un élus de la république n’a pas le droit de dire ce qu’il pense sur l’avortement, c’est interdit.
    Cependant, la chape de plomb du silence se lève peu à peu aux USA et en Europe sur l’avortement.
    Cette notion de “liberté de la femme” me rappelle ce qu’écrivaient les nazis à l’entrée de leurs camps de concentration: “Arbeit macht frei”, ce qui veut dire “le travail rend libre”.
    Aujourd’hui, même utilisation totalitaire du discours: “l’avortement rend libre”.

  23. Ce jeune homme a dit la Vérité, il doit être exécuté ( comme dans une chanson)

  24. A Bagnolet (ville tenue sous la botte stalinienne pur jus depuis 1928), être PS, c’était déjà à l’époque, considéré comme être de droite, alors un conseiller municipal qui est contre l’avortement, quel émoi dans ce microcosme malsain qu’est le milieu des édiles bagnoletais..je connais un homme qui est conseiller municipal UDI et harcelé..et qui n’en a pas dit la moitié. Le monstre stalinien a laissé échapper sa proie aux dernières municipales, le PS a récupéré la ville, ce qui est tomber de Charybde en Scylla. Ca bouge tout de même puisqu’il y a désormais une opposition qui libère plus sa parole qu’autrefois où tout était tenu d’une main de fer.

  25. Oui je corrige mon post, c’est un assassinat, puisqu’il y a préméditation…

  26. Isabelle
    “Il aurait mieux valut préciser que l’acte est barbare mais pas nécessairement les femmes qui en sont victimes.”
    Les femmes sont coupables aussi ! : Ne savent-elles pas qu’elles portent la vie ? tuer son propre enfant, est-ce imaginable ? Ne savent elles pas ce qu’elles font ? Penser le contraire serait les prendre pour des idiotes !

  27. @scat
    Je suis persuadée que sous la pression certaines ne se rendent plus bien compte de la portée de leur acte… Quand on a la famille et le gynécologue sur le dos (j’en connais un qui a menacé une patiente de ne plus la recevoir en consultation si elle était aussi “irresponsable” (sic)) en train de vous noircir le tableau de votre avenir il faut avoir la tête sur les épaules pour résister et ne pas se céder à ces sirènes….

  28. @scat
    Pensez aussi au concept d’Hannah Arendt sur la banalité du mal qui explique que la pression idéologique peut rendre une personne incapable de distinguer le bien du mal. Ce pourquoi les saints ont toujours encouragés les politiques a faire de bonnes lois car celles-ci ont un impact sur le salut des âmes.

  29. Qui est le plus abominable? Celui qui tue parce que persuadé qu’ainsi il agit non seulement pour son bien mais aussi pour celui de la société tout entière? Ou plutôt celui qui sciemment l’a poussé au crime en lui faisant croire que son action était une action de bien, non seulement pour lui, mais aussi pour tous. Ainsi son acte devient non seulement un droit mais en plus un devoir. Lequel des deux aura à rendre plus de comptes sur son comportement? Lequel des deux est-il le plus traître à Dieu et à l’humanité même? N’aurait-il pas mieux valu à celui-ci qu’il ne vit jamais le jour, lui? Qui sait?

  30. Je remercie toutes les personnes qui ont soutenu mon fils, dans cette épreuve. Et je suis fière de lui ainsi que de ses opinions, qu’il a su exprimé avec courage, comme vous l’avez tous souligné.
    Nous sommes soit disant dans une république ou nous sommes censé avoir la liberté d’expression et notre libre arbitre. Mais que des soit disant bien pensant veulent nous la retirer au nom de quoi? de qui? s’octrois t’ils ses droits fondamentaux.
    Merci encore à vous tous une mère en colère.

  31. Bonjour Monsieur Parat, je ne prends connaissance que ce jour de votre intervention “forte” pour dénoncer la barbarie de l’avortement (et indirectement de tous ceux qui soutiennent cette pratique). Pour un élu de gauche, c’est rare !!! Vous n’avez apparemment pas le droit à la liberté d’expression tant défendue ces jours-ci (cf. “je suis Charlie”). Il suffit de voir le tollé que vous avez suscité pour réaliser combien est insupportable à certains “bien pensants” toute remise en cause du “credo” soit disant féministe : le corps de la femme lui appartient ! Quelle hypocrisie quand on sait que dans un cas sur deux l’avortement est quasiment imposé à la femme enceinte, souvent démunie et sans aide pour faire face à une grossesse non prévue. Même si dans les faits il s’agit bien d’un “meurtre” (qui tue l’enfant à naître et meurtrit la mère), je m’abstiens néanmoins en général de juger les femmes qui ont recours à l’avortement, compte tenu parfois des pressions insupportables qu’elles subissent. Je vous assure de toute mon estime.
    Bien cordialement
    Thierry Deneux
    email personnel : [email protected]

Publier une réponse