Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique / Pays : Angleterre / Pays : Etats-Unis

Brexit et America First : responsables du succès des campagnes de vaccination au Royaume-Uni et aux Etats-Unis?

Brexit et America First : responsables du succès des campagnes de vaccination au Royaume-Uni et aux Etats-Unis?

Alors que la campagne de vaccination en France est un fiasco (un de plus) et qu’on ne sait plus qui va être vacciné, ni quand ni avec quelle efficacité, le Royaume-Uni et les Etats-Unis affichent des résultats remarquables.

Au Royaume-Uni, Londres n’a eu aucun mort de la COVID hier ce qui symbolise le succès de la campagne de vaccination, devenu le triomphe personnel de Boris Johnson et du Brexit :

Samedi 20 mars, Boris Johnson a reçu la première dose du vaccin Oxford-Astra Zeneca et fait désormais partie des 26 millions de Britanniques dans ce cas. Pour cette seule journée, 711 000 personnes ont été vaccinées, un nouveau record. Le succès de cette campagne de vaccination fait grimper la côte de popularité du Premier ministre (…) Le vaccin Oxford-AstraZeneca est produit au Royaume-Uni et Boris Johnson l’a toujours soutenu corps et âme, même quand il était dans la tourmente sur le Vieux Continent. “Je n’ai pas réfléchi longtemps avant de me faire vacciner”, explique un homme. “C’est quand même mieux de se faire vacciner que de rester les bras croisés à se demander s’il est sûr ou non”, surenchérit une femme.

Les voyants passent progressivement au vert dans le pays d’Europe le plus endeuillé par la pandémie de Covid-19. La levée des restrictions se poursuit tandis que Londres vient de signer un accord avec le laboratoire Novavax pour le conditionnement de 60 millions de doses sur son territoire (…) Aucun décès enregistré dimanche 28 mars à Londres. Un taux d’incidence au plus bas depuis six mois en Angleterre (56 cas pour 100 000 habitants), en Écosse (70), au pays de Galles (39) et en Irlande du Nord (60). La deuxième étape du déconfinement anglais franchie sans encombre, lundi. “Jusqu’à présent, tout va dans la bonne direction”, s’enthousiasme le journal i, reprenant en première page une déclaration du conseiller scientifique en chef du gouvernement britannique.

Plus personne ne raconte que le Brexit est une catastrophe puisque l’indépendance retrouvée du Royaume-Uni est une des explications de ce succès surtout lorsqu’on constate le fiasco de l’Union européenne en matière vaccinale. En témoigne cet échange téléphonique surréaliste entre Emmanuel macron et Boris Johnson :

Depuis la mise sur le marché des vaccins contre le Covid-19, la bataille fait rage entre les pays qui veulent tous disposer de doses suffisantes pour leur population. Le 21 mars dernier, Emmanuel Macron et Boris Johnson se sont entretenus au téléphone à ce sujet, notamment sur AstraZeneca. Un échange visiblement tendu, comme le rapporte le Canard Enchaîné ce 31 mars. « L’Union européenne a livré le Royaume-Uni, notamment en doses Pfizer, mais on a vu zéro dose de vaccin AstraZeneca arriver du Royaume-Uni. Le contrat n’a donc pas été respecté », a déploré le président français. Il a aussi lancé un ultimatum à son homologue : « Sans livraison depuis les usines britanniques d’AstraZeneca, nous bloquerons les livraisons des vaccins Pfizer vers votre pays. »Une menace à laquelle le Premier ministre britannique a répondu : « On s’est mieux débrouillés que vous. Je veux mes doses. »

Aux Etats-Unis, il serait malhonnête de contester que les succès constatés en début d’année 2021 portent la signature de…Donald Trump comme le reconnait même Le Monde :

Alors qu’à Washington, le président Joe Biden annonçait fièrement, jeudi 25 mars, qu’il doublait son objectif de vaccination pour le porter à 200 millions d’Américains pendant les cent premiers jours de sa présidence, les dirigeants européens, réunis en visioconférence, perdaient des heures à tenter de convaincre le chancelier autrichien Sebastian Kurz que non, la priorité n’était pas de redistribuer des doses à son pays sous prétexte qu’il avait mal calculé la répartition des vaccins choisis. Ainsi vont l’Union européenne (UE) et son mode de gestion collective (…)

Les Européens ont fini par comprendre pourquoi les Etats-Unis sont inondés de vaccins, qu’ils gardent jalousement, alors qu’eux, terre de laboratoires et d’usines pharmaceutiques, gèrent la pénurie – solidairement certes, mais chichement. La raison tient en deux mots : l’audace et le risque (…)

L’audace que l’Europe n’a pas eue, alors que des scientifiques travaillaient dessus dans ses propres laboratoires, c’est d’imaginer qu’un vaccin anti-Covid-19 pouvait être développé en moins d’un an là où d’ordinaire il en faut dix. « On n’a pas pensé que ça irait aussi vite », a reconnu le président français à la télévision grecque. Et le risque que l’UE n’a pas pris, c’est celui d’investir massivement dessus, quitte à perdre son argent (…)

à l’été 2020, Donald Trump était aux commandes. Et on ne peut pas lui reprocher de ne pas avoir le goût du risque. Il a mis 14 milliards de dollars (près de 12 milliards d’euros) de financement fédéral sur l’opération Warp Speed, qui a permis aux laboratoires pharmaceutiques de développer des vaccins à la vitesse de l’éclair sans se soucier de perdre de l’argent.

Et en France, certains idéologues du PS, dont on peut trouver les mêmes spécimens chez LREM ou LR, sont à la limite de penser, selon les mots de Jean Messiha, qu’une stratégie européenne qui se termine par un fiasco est préférable qu’une stratégie nationale qui sauve des vies :

 

 

Partager cet article

10 commentaires

  1. Les cafouillages de la France en matière de vaccination sont heureux. Ce sont quelques mois de répit en matière de privation de libertés pour ceux qui refuseront cette thérapie génique hasardeuse.

    • exact, juste une réflexion en passant : si on accepte la vaccination, on accepte le passeport vert, si on accepte le passeport vert discriminant, on accepte les QR Code, si on accepte les QR code, on accepte la reconnaissance faciale, si on accepte la reconnaissance faciale, on accepte la surveillance faciale, si on accepte la surveillance faciale, on devient esclave de l’intelligence artificielle qui n’ a ni émotion, ni sentiment, ni spiritualité, tout juste bonne à donner des notes sociales auxquelles sera lié le revenu universel….ce n’est pas n’importe qui, c’est Elon Musk qui nous met en garde face à l’AI.
      Plus de précisons sur Odysée RadioQuébec, vidéo d’Alexis : ‘la fin de l’histoire et le dernier des hommes’. Y est aussi abordé le sujet des utérus artificiels.

  2. C’est quoi cette propagande subite ?

    Tout va très bien Madame la Marquise ?
    Le “vaccin” est devenu un vaccin et les morts disparaissent ?

  3. Euh, on ne va quand même pas se plaindre qu’il n’y a pas de “vaquesins”.
    Tiens lisez un peu le témoignage de l’ancien co-président de Pfizer sur le site de Jeanne Smits.

  4. AstraZeneca et sa fabrication à partir d’embryons avortés.
    Pfizer super menteur condamné à 2.3 MILLIARDS de $ pour publicité mensongère…

    Ce chantage avec notre liberté est diabolique.

  5. La courbe des vaccinations va vite s’aplatir quand il va falloir attaquer la masse des sceptiques ou des antivax. Ils ont commencé par les plus faciles, naïfs ou gogos, imprudents, trop confiants dans la science des laboratoires (qui ont exigé une immunité judiciaire avant toute mise en vente), ignorants de l’attractivité du gain chez les apothicaires ou de la compromission de nos politiques. Rappelez-vous les titres de la presse il y a encore peu :
    https://www.europe1.fr/sante/une-trentaine-de-pdg-de-la-pharmacie-mondiale-recus-par-macron-lundi-soir-3703541
    https://www.lavie.fr/actualite/societe/emmanuel-macron-candidat-de-lindustrie-pharmaceutique-10779.php
    https://www.lesechos.fr/2018/01/lindustrie-pharmaceutique-rappelle-a-macron-ses-promesses-982242

  6. Il faudra attendre les résultats définitifs de la mortalité au Royaume-Uni en 2021 (qu’on n’aura qu’à l’automne 2022) pour vraiment se faire une idée. On n’a même pas les résultats définitifs de 2020!

    Par ailleurs, rien de plus facile d’attribuer à tort des morts au sars-cov 2 avant la vaccination et de ne plus attribuer ces morts au sars-cov 2 (ou aux effets négatifs de la vaccination) après la vaccination.

    Israël, qui a vacciné 60% de sa population, a enregistré une hausse de la mortalité de 18,8% entre janvier 2020 et janvier 2021 et de 12,4% entre février 2020 et février 2021, toutes causes confondues. De plus, février 2021 compte un jour de moins que février 2020 et les chiffres de février 2021 sont encore très provisoires. Les chiffres des deux premiers mois de 2021 sont les pires (pour les mêmes mois) depuis au moins l’an 2000 (pas de données antérieures sur la page principale du Bureau central de statistiques de ce pays).

    Ces données ne semblent vraiment pas prouver l’efficacité de la vaccination. Quant à la France, si la vaccination avance doucement, ce n’est peut-être pas parce qu’il manque des doses, mais parce que les Français résistent. Ils ont raison, Pfizer, Moderna, Astra-Zeneca, Johnson et Johnson et Sputnik 5 sont TOUS faits ou testés avec des tissus issus d’embryons avortés. On est donc moralement obligés de les refuser et préférer utiliser Vitamine C et D, Ivermectine, et, si on peut y avoir accès et sous contrôle médical, l’hydroxychloroquine associé avec l’azithromycine.

  7. Une promotion des régimes qui vaccinent à tour de bras…où est mon(notre) cher Salon Beige, empreint d’Esprit Chrétien ? Le Tribunal pénal international qui valide une plainte contre l’Etat d’Israël qui vaccine de force sa population,des femmes qui souffrent de problèmes hormonaux et de stérilité,des jeunes qui succombent à des thromboses,des mutants qui viennent probablement…des vaccins,des effets secondaires inconnus à moyen et à long terme,et le tout fabriqué en partie avec des embryons avortés…Le passeport vaccinal en préparation,et ensuite l’étoile jaune ?..Un système d‘appartheid qui séparera les êtres humains,en êtres de catégorie A et B,sains ou malsains,qui pourront vivre normalement ou non selon qu’ils auront été « piqués »(c’est bien le terme qui convient)ou non ? Quelle est cette société ? Cette crise(scandale) n’est pas une crise sanitaire,cela ne l’a jamais été,sinon ça se saurait.Ceci est une crise civilisationnelle,sociale,sociétale et politique,celle d’une civilisation qui ne jure que par la matière,le positivisme,le libéralisme,l’égoïsme,l’argent et la jouissance instantanée;et qui est en totale déliquescence philosophique et spirituelle.Même nos prêtres ne semblent plus croire(est-il normal que dans les églises,l’eau bénite soit remplacée par des distributeurs de gel hydroalcoliques,dès lors,comment croire à une force supérieure et transcendante ?).Nos décideurs sont prisonniers de leurs propres pensées,ils imaginent avec arrogance pouvoir expliquer l’inexplicable et quantifier l’inquantifiable,tout monnayer et rentabiliser,y compris ce qui ne doit pas l’être,comme la Liberté,pire s’en servir pour faire du chantage.Si notre société avait appris,que,comme le dit le Christ »Quiconque veut sauver sa vie à tout prix la perdra »,que »si l’Esprit est ardent,la chair est faible »qu’ »Il faut rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu »,que comme le rappelle Saint Paul dans l’une de ses lettres »si nous avons un corps destiné à la souffrance car soumis au pêché,nous avons aussi une âme,qui elle est destinée à la survie »,si nous avions conservé une certaine idée de la destinée,et de la bienveillance les uns envers les autres,de la Liberté,jamais nous ne nous serions retrouvés dans une telle situation.Premièrement,les puissants de ce monde ne se seraient pas permis de manipuler autant les faibles,et deuxièmement,même si tel avait été le cas,les faibles ne se seraient jamais mis à genou devant une telle mascarade.Mais qu’attendre d’une société qui a remplacé le Christ par Walt Disney,Jeanne d’Arc par Simone Veil,Henry Bergson par Bernard Henry-Lévy ou Clovis par Cohn-Bendit ? Les conséquences du Covid-physiques comme morales-seront encore plus douloureuses et graves que le Covid lui-même(elles le sont-ils déjà),quelle image garderons-nous de notre société,en qui pourrons-nous avoir confiance,en sachant que nous avons été trahis par ceux qui étaient censés nous défendre et nous aider ?

  8. Le Brexit c’est aussi une chute dramatique des exportations du Royaume-Uni, la reprise des violences en Irlande du Nord, la colère des artistes qui ne peuvent plus se déplacer aussi facilement qu’auparavant en Europe continentale, et j’en passe.

Publier une réponse