Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

“Bousculades”?

Du Printemps français :

"Manuel Valls, qui a le sens de la formule, parle de "bousculades et
mouvements de foules" : trente blessés, vitrines saccagées, voitures
brulées, car de touristes pillé…
Les journalistes traqués par les
casseurs (BFM TV), les fourgons de CRS retirés de la manifestation dix
minutes avant (BFM TV), les policiers débordés et la Préfecture de
police qui prétend ne pas avoir pu prévoir les débordements (réflexion
faite, "bousculade" paraît faible), alors que le soir même de la
victoire du PSG, les Champs Elysées envahis connaissaient les premiers
incidents – et que la Préfecture avait interdit la descente des Champs.

Les
incidents (franchement, "bousculades"…) étaient évidemment prévisibles
vu la façon dont chaque match comporte son lot de dégradations et de
violence. Il est vrai qu'une cérémonie marchande à grande échelle, à la
gloire d'un club de foot, ne doit pas être perturbée par des basses
considérations sécuritaires, et que des casseurs avides de viols ne sont
pas potentiellement dangereux pour le régime. Pourquoi aurais-je été
gâcher la fête, demande désemparé le préfet de police qui n'hésite pas à
ordonner aux CRS de frapper des femmes à terre et de gazer des enfants.

Ce
matin, les Français peuvent contempler comment un pouvoir légal et
prétendument légitime instrumentalise les forces de l'ordre pour
réprimer les opinions, et préfèrent harceler les manifestants
non-violents comme les Veilleurs plutôt que de protéger les citoyens
.
Les dix fourgons de CRS sont partis protéger une bien autrement plus
précieux, Manuel Valls, accueillis par les opposants à sa descente de
train : il ne risquait rien, mais le préfet, délicat, a préféré ne pas
lui infliger la vue désagréable de nos militants.

Le pouvoir n'a
pas peur des casseurs, totalement aliénés, il a peur de ceux qui veulent
ne plus se soumettre aux diktats de la bienpensance et qui n'entendent
plus subir la violence faite aux esprits
. Le pouvoir ment quand il parle
des violences en marge des manifestations contre la loi Taubirator :
nos bousculades n'ont pas fait un seul blessé chez les policiers, même
bêtement violents, pas un scooter n'a été brulé, pas une vitrine brisée.

Manuel
Valls ne démissionnera pas car il sait que tant qu'il exercera une
répression injuste contre les vrais opposants au pouvoir le pouvoir le
soutiendra. Le préfet de police ne sera pas limogé (sinon pour être
remplacé par un autre exécutant des basses œuvres) car il a fidèlement
menti sur les chiffres, fidèlement déversé des hordes de CRS inutiles
sur les manifestants, fidèlement travaillé à rogner les ailes de la
contestation.

Le pouvoir ment et les médias le savent : il
n'empêche, le pouvoir et ceux qui le soutiennent n'hésiteront jamais à
parler de radicalisation chaque fois que vous aurez le courage de
descendre dans la rue, le courage de vous asseoir pacifiquement, le
courage de crier votre volonté de ne pas céder."

Partager cet article