Bannière Salon Beige

Blogs

Alexis de Tocqueville

… aurait eu 200 ans avant-hier ! Dans la presse, presque rien

HV

L’ “alliance des civilisations”

Mercredi dernier, Tony Blair et José Luis Zapatero on lancé un appel, un peu nébuleux, à créer une "alliance des civilisations" occidentale et islamique contre le terrorisme, pour remplacer le paradigme du "choc des civilisations." L’idée, reprise par Kofi Annan, avait à l’origine été présentée par Zapatero et le premier ministre turc Erdogan. On devine derrière ce beau concept l’argument-massue, dans les années à venir, en faveur d’une entrée de la Turquie dans l’UE (exemple, en anglais.)

Dans Présent de vendredi, Jeanne Smits proposait, à propos de cet appel, une réflexion sur la "civilisation." Mais en prenant le terme dans son sens de "contraire de la barbarie", plutôt que dans le sens de classification empirique qu’avait pris Huntington :

(…) De quelles civilisations parlons-nous ? Peut-on encore qualifier de "civilisation" une culture qui détruit ses propres enfants, qui glorifie le néant à travers son propre suicide, et qui (comme en Espagne) a totalement détruit ses propres fondements et fondations en annihilant le mariage et la famille ? (…) Comment s’opposer à la "barbarie du terrorisme" en s’appuyant, même ensemble, sur la barbarie de la culture de mort ?

L’alliance des civilisations dont parlent Blair et Zapatero a toutes les allures d’une caricature, d’une singerie. Elle passe à côté de la seule alliance de civilisations possible – y compris aujourd’hui, le cas échéant, avec les pays musulmans – qui passe par le respect d’une transcendance, et d’une loi naturelle s’imposant à tout homme parce qu’elle lui vient de Dieu. (…) Le Vatican n’a pas attendu Blair et Zapatero pour faire cette "alliance" sur le plan naturel, en coopérant au cas par cas devant les instances internationales avec des pays musulmans pour faire empêcher telle ou telle avancée de la culture de mort. (…)

HV

Cellules souches : déception pour les pro-vie américains

Le leader républicain au Sénat américain, Bill Frist, a annoncé hier qu’il soutenait, contre sa position précédente et celle du président Bush, le financement public de la recherche sur les embryons.

Cette annonce est une grande déception pour le mouvement pro-life, dont Frist avait été un allié fidèle jusqu’alors, en particulier lors de l’affaire Schiavo. Le discours de Frist, annonçant sa volte-face, est un modèle d’incohérence :

Je suis pro-vie. Je crois que la vie humaine commence à la conception. (…) Cette position est en cohérence avec ma foi. Mais, pour moi, ce n’est pas seulement une question de foi. C’est un fait scientifique. (…) (L’embryon humain) mérite d’être traité avec la plus grande dignité et le plus grand respect.

Je crois aussi que la recherche sur les cellules souches embryonnaires devrait être encouragée et soutenue. Mais (…) elle devrait avancer d’une manière qui accorde dignité et respect à toute vie humaine (…). (Source.)

Un commentateur pro-vie ironise : le discours de Frist est aussi logique que de dire :

"Je pense que les impôts sont trop élevés, et devraient être baissés. Je crois aussi que les impôts devraient être augmentés, mais d’une manière qui respecte la dignité des contribuables."

HV

Rappels utiles sur l’IRA (suite)

A la suite de ce post, un lecteur m’écrit :

Merci d’avoir rappelé cette évidence que L’IRA n’est pas une organisation catholique, mais une organisation révolutionnaire. Mais il me semble que si elle est qualifiée par les médias de "catholique", ce n’est pas seulement parce que l’Angleterre appelle catholique tout ce qui est contre elle et qui vient d’Irlande, mais aussi parce qu’il faut absolument montrer que l’Islam n’a pas l’apanage du terrorisme, et qu’il faut se méfier des catholiques qui sont capables de tout.
A mon avis, cette insistance dans les médias, aujourd’hui,  n’est pas anodine.
Je ne sais pas si l’emploi du qualificatif de "catholique" est prémédité. Peut-être est-il surtout commode, aux yeux des journalistes, pour décrire une situation complexe.
Il ne s’agit pas de nier que les différends religieux ont joué un rôle dans la crise identitaire de l’Ulster, mais de contester qu’une organisation diamétralement opposée, tant dans son idéologie que dans ses méthodes, à l’Eglise soit qualifiée de "catholique."
Mais le raccourci est bien sûr exploité pour montrer que ce sont "les religions" en général qui sont causes de conflits, et pour exonérer l’Islam d’un rôle particulier. Exemple dans le Monde diplomatique :
(…) (D)epuis le 11-Septembre, on somme les musulmans de se prononcer sur le terrorisme d’Al-Qaida et de le condamner avec plus de vigueur que les non-musulmans. Demande-t-on aux catholiques de rendre des comptes quand l’Armée républicaine irlandaise (IRA) commet des attentats meurtiers au nom du catholicisme ?
L’argument est faible. Mais parmi toutes les raisons de souhaiter que l’annonce par  l’IRA de la fin de son activité terroriste soit suivie d’effets, il y a l’espoir que cesse un grave contre-témoignage. C’est ce que sous-entend Présent d’aujourd’hui dans le titre de son article sur le sujet : "L’IRA laisse les bombes aux islamistes."

Alain Marsaud sur l’ “islamo-fascisme”

L’ancien magistrat antiterroriste, député UMP, est interviewé dans Le Figaro :

Il serait temps que les responsables politiques cessent de dire que (…) la société occidentale aurait perverti un certain nombre d’individus. (…) Or nous ne sommes pas ces "salauds" qui devraient "expier". Ce discours que j’entends jusque dans la bouche de certains chefs de gouvernement ne doit pas nous faire oublier que nous sommes dans une nouvelle guerre, déclarée par des islamo-fascistes réunis sous le label al-Qaida. Leur revendication n’est pas religieuse mais politique. Ils disent : "Nous allons mettre en place une société qui nous ressemble, tous autant que nous sommes", où, croyez-moi, la femme ne sera pas reine et où il ne nous sera pas facile d’aller à la messe le dimanche. Un pays d’Europe occidentale a tout à craindre, notamment s’il a une politique étrangère digne de ce nom.

(…)

Lutter efficacement contre le terrorisme ne consiste-t-il pas à lutter contre l’analphabétisme, la pauvreté et l’utilisation à mauvais escient de l’aide internationale ?

Si c’était le cas, nous aurions le même type de terrorisme avec les groupes révolutionnaires d’Amérique latine. (…)

HV

Petits rappels utiles sur l’IRA

Les médias, à force de qualifier l’IRA d’organisation "catholique" (exemple, 4e paragraphe), pourrait faire croire aux cathos français qu’il s’agit d’une chouannerie moderne… Bafweb rappelle fort à propos qu’il n’en est rien, et que l’organisation (ex-?)terroriste appelle à la création d’une république socialiste d’Irlande.

Nous avions déjà évoqué ici (les liens de ce post ne fonctionnent plus tous) le peu de sympathie que nous inspirait sa vitrine légale, le Sinn Féin.

HV

Le Saint-Siège ne saurait recevoir de leçons de quiconque

Hier après-midi, la Salle-de-Presse du Saint-Siège a publié une note réagissant aux déclarations de Nimrod Barkan, fonctionnaire du Ministère israélien des Affaires étrangères sur le Jerusalem Post du 26 juillet :

"L’accusation faite à l’encontre de Benoît XVI pour ne pas avoir expressement cité l’attentat accompli le 12 juillet dernier à Netanya à l’occasion de l’Angélus de dimanche dernier n’a de sens que pour qui l’a lancée. C’est peut-être pour cela que l’on a tenté en lançant cette accusation de détourner l’attention sur un soi disant silence de Jean-Paul II face au terrorisme qui a frappé Israël ces dernières années, silence inventé, tout comme le fait que le gouvernement israélien serait souvent intervenu par le passé auprès du Saint-Siège, et qu’il continuerait de la faire depuis le changement de pontificat".

"Les interventions de Jean-Paul II contre toutes les formes de terrorisme et contre chacun des attentats perpétrés contre Israël ont été nombreuses, publiques et bien connues. Ceci dit, il n’a pas toujours été possible d’émettre une condamnation dans chaque cas immédiatement, car ces actes étaient parfois suivis d’une réplique israélienne peu compatible avec le droit international. Comment aurait-on pu condamner les uns en passant sous silence les autres? Tout comme le gouvernement israélien ne se laisse dicter par personne ce qu’il doit faire, le Saint-Siège ne saurait recevoir leçons et directives de quiconque quant à la forme et au contenu de ces positions".

Cette Note est accompagné d’une annexe reprenant les interventions de Jean-Paul II, de 1979 à février 2005, par lesquelles il a condamné les violences infligées aux civils et défendu le droit d’Israël à vivre en sécurité et dans la paix.

"On est peiné de constater comment est occulté le fait que durant 26 ans face à la dramatique situation de la Terre Sainte la voix de Jean-Paul II s’est si souvent levée, avec force et passion, pour condamner tout acte de terrorisme et inviter à l’humanité et à la paix. Les affirmations contraires à la vérité historique ne peuvent être utiles qu’à ceux qui veulent fomenter animosité et conflits. Elles ne servent certainement pas à améliorer le climat". (source : VIS)

MJ

Un statut juridique pour les enfants morts-nés

Lu dans Ouest France ce matin :

Le médiateur de la République, Jean-Paul Delevoye, a proposé une réforme au gouvernement concernant le statut juridique des "enfants nés sans vie". Il a suggéré d’octroyer à leur père le même congé paternité (onze jours) que pour les autres pères. Il a également jugé légitimes deux demandes formulées par les parents d’enfants morts-nés : disposer d’un livret de famille afin de pouvoir y inscrire leur enfant décédé et avoir le droit de le reconnaître dans le but de lui attribuer une filiation et un nom.

Il y aurait 5.000 à 6.000 familles dont les enfants sont morts-nés, et donc sans situation juridique claire. Excellente proposition du médiateur de la République, laquelle serait un premier pas pour la reconnaissance juridique de l’embryon (ce qui ne plaît pas à tout le monde). A noter que cette proposition fait suite aux demandes des parents…

Le Burger King Muslim : réaction des lecteurs

Plusieurs lecteurs nous ont écrit à propos de l’installation du Burger King Muslim (BKM) à Clichy sous Bois.

Un premier nous demande : "Est-ce que pour l’embauche chez BKM on fait de la
discrimintation positive en faveur des non-musulmans?
Simple question!"

Un second amène des éléments de réponse : "Suite à votre article je voulais apporter quelques éléments.

Ce genre
d’initiative est à déplorer effectivement, caractérisé par un
communautarisme exacerbé
. Cette manoeuvre est pour moi plutot d’ordre
politique que culturel, preuve d’une non intégration, surtout dans une
banlieue parisienne en pleine crise identitaire. C’est une manière de
proclamer une auto-exclusion de la société
.
On veut faire de ce
restaurant un lieux qui serait réservé qu’aux musulmans, en tout cas c’est
ce qu’annonce l’enseigne. Je sais pour ma part que j’aurais préféré un lieux
où l’on sert de la viande Halal, ouvert à tous.

D’ailleurs on trouve de
nombreux petits restaurants Kébab où il est écrit Halal et où tout le monde
peux venir y manger, quel que soit sa confession (sauf peut-être les juifs
qui demanderaient une nourriture Cacher).

Qu’attendent nos politiques
pour réagir à ce genre de ségrégation ?

Prions pour notre monde".

Merci pour leur éclairage.

Preuve de l’impossibilité d’une quelconque intégration, le communautarisme est un phénomène de société qui se développe de plus en plus. Et quand il devient officiel ou ostensiblement approuvé (qui ne dit mot consent), il engendre des clivages et des tensions devenant irréversibles et qui sont de la responsabilité entière de ceux qui ont en charge le Bien Commun.
Qu’on ne l’oublie pas : ce n’est pas le citoyen lambda qui est responsable, malgré la tendance à la culpabilisation individuelle qu’on nous inculque par les medias…

A politiques mous, communautés fortes.

Lahire

Attentats à Londres ou opération de police musclée ?

Plusieurs explosions se sont produites dans l’immeuble du quartier de Londres où la police britannique mène une opération.

La police a lancé un raid dans le quartier de Notting Hill, à la recherche de suspects des attentats du 21 juillet. Des témoins ont affirmé avoir entendu au moins une importante explosion, précisant avoir vu des policiers lourdement armés, certains portant des masques à gaz, d’autres appartenant apparemment à la police scientifique. Selon les chaînes de télévision, l’explosion entendue pourrait avoir été utilisée par la police pour pénétrer dans une maison.

A moins que, rééditant le sort des terroristes de Madrid, les islamistes se soient suicidés en faisant sauter l’immeuble.

MJ

Nouvelles explosions à Londres

annoncées sur le fil de TF1 pendant des arrestations liées aux attentats ratés du 21 juillet.

Lahire

Constitution maçonnique

Lu dans le Libre Journal de la France Courtoise :

"Sur le site de la Grand loge du Venezuela, la page recensant les ouvrages et textes maçonniques divers mentionne… la Constitution européenne !"

Cette information avait déjà été postée par Lahire.

MJ

Le petit musulman français est-il un futur terroriste ?

Valeurs Actuelles nous instruit sur les ouvrages musulmans français, préparant les enfants au Jihad :

La Voie du petit musulman n’est pas un livre d’histoire, mais une collection d’ouvrages pour enfants, dont l’ambition est de présenter "d’une manière pédagogique, complète et progressive, la connaissance de base de l’islam que doit acquérir l’enfant dans les domaines de la foi, la pratique de l’islam, la morale et la vie du Prophète".

L’importance accordée par le tome 5 aux combats menés par Mahomet pour triompher des mécréants ne manque pas d’étonner. Tous ces récits dessinent un islam conquérant. Un chapitre est intitulé “Le musulman est un combattant”. On y découvre que "le combat est une obligation pour tout musulman. Le combattant s’emploie à défendre la Religion de Dieu ; s’il tombe martyr, il obtient le Paradis. Dieu nous ordonne de nous préparer au combat et de nous y tenir prêts en permanence". Les jeunes lecteurs apprennent également que "la force aide le musulman à servir Dieu. Dieu a ordonné aux musulmans de se doter d’une armée forte qui les protège et qui fait peur aux ennemis. (…) La force consiste aussi, pour le musulman, à maîtriser le maniement des armes ; le Prophète nous y a incités dans le récit suivant : “Dotez-vous contre eux du maximum de force que vous pouvez. Sachez que la force est dans le tir”" (cette dernière phrase est répétée trois fois).

La lecture du tome 6, destiné aux adolescents, est de la même veine :"Le combattant doit utiliser tous les moyens dont il dispose et se préparer sérieusement au combat même si son matériel de guerre est assez léger. Le combattant musulman s’efforce de porter des coups et de tuer l’ennemi avant d’être tué."

À l’âge adulte, le lecteur de ces ouvrages pourra entamer la Voie du musulman, d’Aboubaker Djaber Eldjazaïri, et notamment le livre 5 sur les rapports sociaux, qui s’ouvre par un chapitre sur… le jihad : "Le mérite du djihad et de la mort en martyr pour la Cause de Dieu est exprimé en termes nets dans les annonces véridiques divines et dans les hadiths authentiques du Prophète qui font du djihad l’œuvre la plus méritoire et l’acte de dévotion le plus distingué." On peut se procurer la Voie du petit musulman sans aucune difficulté, en France. Dans des librairies musulmanes ou sur Internet – y compris sur le site de la Fnac

Bravo à Valeurs Actuelles de révéler la réalité de l’Islam en France.

Michel Janva

La souffrance chrétienne

Suite à ce message, un lecteur réagit afin de lever une ambiguïté, demandant qu’il faut "préciser que le Saint Père propose le terme de ‘souffrance’ […] en tant que règle de vie spirituelle. […] Il ne s’agit bien évidemment pas de comprendre ‘souffrance’ comme un supplice ou un mal être".

Evidemment, l’Eglise catholique ne demande pas à ses fidèles d’être sadomasochistes. La souffrance fait partie de la vie et vouloir vivre sans est une utopie. Les grandes fraternités socialiste, mondialiste voire européiste ne sont que leurres. Le Christ, à sa suite, nous propose d’accepter la souffrance et de l’offrir, pour le salut des âmes. Là encore, un certain embourgeoisement des catholiques (la fameuse tiédeur vomit par le Christ) est à éviter.

Voici l’extrait d’un texte sur la souffrance chrétienne :

"La souffrance est envoyée par Dieu pour nous rapprocher de Lui. Ensuite, elle nous émonde pour porter plus de fruits et augmenter notre gloi­re future. L’Eglise le dit par la voix du prêtre dans l’absolution des péchés confessés : "Que tout ce que vous ferez de bien ou supporterez de pénible, soit appliqué à la rémission de vos péchés, à l’augmentation de la grâce et à la récompense de la vie éternelle". La souffrance unie à Dieu par la confession et, offerte, fait entrer dans le sanctuaire où Dieu exauce les prières. L’offrir, est une participation à la sanc­tification de toute l’Église. Ainsi le malade immobilisé, qui ne peut apparem­ment rien faire, devient un des membres les plus actifs de l’Église par la com­munion des saints. On pourrait dire que l’espérance et la souffrance croissent l’une par l’autre."

Michel Janva

Fin de la “lutte armée” en Irlande du Nord ?

L’IRA a diffusé, sur DVD, une déclaration appelant ses militants à "mettre leurs armes au rebut" et à se tourner vers l’action politique en utilisant "des moyens exclusivement pacifiques." Faisant sans doute allusion aux activités criminelles annexes de l’organisation, la déclaration appelle ses "volontaires" à "ne pas prendre part à quelque autre activité que ce soit." (Déclaration complète, v.o.)

Cette déclaration semble être accueillie avec plus de scepticisme en Irlande du Nord qu’ailleurs.

Le premier parti d’Ulster, le DUP du protestant extrémiste Ian Paisley, n’a pas tout à fait tort quand il rappelle que l’ "histoire de la décennie passée en Irlande du Nord est jonchée de déclarations de l’IRA dont il nous a été dit qu’elles étaient ‘historiques’, ‘sans précédent’ et ‘sismiques.’ Et après ces mêmes déclarations, l’IRA revenait à ses habitudes et continuait à perpétrer ses meurtres horribles et ses activités criminelles sordides." (Déclaration complète, v.o.)

Des catholiques nord-irlandais de la rue partagent une prudence résignée : "Je suis pleine d’espoir, en pensant à nos petits-enfants, mais nous avons déjà espéré dans le passé, et ça a échoué" (une dame de 64 ans); "je ne crois pas que les choses vont changer" (un jeune de 19 ans.) (Source.)

Bien des éléments incitent en effet à la prudence : la déclaration de l’IRA réaffirme que la lutte armée "était entièrement légitime", et ne dit nulle part que la "fin de la campagne armée" est définitive; l’organisation annonce se désarmer, mais ne se dissout pas; les procédures de contrôle du désarmement de l’IRA sont fragiles et contestées; d’autres intervenants (loyalistes, républicains dissidents) restent armés, ce qui pourrait servir de prétexte à une marche arrière de l’IRA.

On doit pourtant espérer que l’enthousiasme médiatique (Le Figaro, Libération) qui accueille ce qui n’est, pour l’instant, qu’une simple déclaration sur DVD, se révélera justifié.

HV

Berlusconi : l’euro est un “désastre”

… et une "arnaque." Le président du Conseil italien l’a déclaré lors du conseil national de son parti, Forza Italia.

Par ailleurs, devant l’impunité historique dont jouit le communisme, il a appelé les cadres de son parti à diffuser le Livre noir de Stéphane Courtois lors de leurs divers déplacements.

(Sources en anglais, en italien.)

HV

L’Argentine protège la vie

Le centre de recherche en médecine régénérative de Barcelone (CIMRB) commence à dégeler des embryons afin d’obtenir des cellules souches embryonnaires. Ainsi ces êtres humains sont réduits à l’état de matériaux alors que la recherche sur les cellules souches adultes est beaucoup plus prometteuse dans une visée thérapeutique. L’Eglise Catholique Australienne ne s’y est d’ailleurs pas trompée finançant directement la recherche dans ce domaine.

Mais pendant que l’Espagne joue aux apprentis sorciers, l’Argentine par l’intermédiaire de sa justice nomme un tuteur pour protéger les embryons surnuméraires. D’après la justice de ce pays ces embryons sont des personnes et ont donc droits à la protection d’un tuteur.

Merci à ce pays de nous montrer que la culture de vie peut progresser lorsqu’elle est servie par des hommes de bonne volonté.

François Tievre

Génération JMJ : Evangélisation par SMS!

Jmjp_9Une excellente initiative à soutenir nous est arrivée par un lecteur que nous remercions sincèrement.
La génération JMJ est aussi celle de la technologie de pointe. Voilà donc le projet Cathomobiles :

"Au travail, en vacances, on oublie
facilement son chapelet ou son évangile… On n’oublie JAMAIS son mobile !!
C’est la raison pour laquelle, avec un Prêtre, et quelques amis, nous lançons en France Cathomobiles,
le premier concept d’évangélisation et de prière sur téléphone mobile !

Cathomobiles
Qu’est ce que c’est ?

Cathomobiles c’est la parole de Dieu qui descend à la rencontre de chacun…via le mobile…

Concrètement, Cathomobiles permet à toute personne, de recevoir par SMS une parole de la Bible accompagnée d’une piste de méditation. Ce SMS peut être reçu par exemple dans le
cadre d’une «Retraite / kit-prière » de 9 ou 30 jours, ou d’une
retraite quotidienne illimitée…
L’idée est de proposer à chacun une pause
prière / méditation, variée et riche, au quotidien, pour progresser dans sa
foi.

Par ailleurs Cathomobiles lancera cet automne, de nombreux autres services religieux : ringtones,
logos, animes, textes complets…, et multipliera les supports (internet, wap, i-mode….).

Les JMJ sont une opportunité exceptionnelle d’évangélisation… et donc de lancement des premiers services de Cathomobiles
.
3 services sont mis en ligne pour les JMJ 2005 au 82727 – 1,5€ + prix d’un SMS (en 2 sessions soit donc 3€ en tout + 2 x prix d’un SMS);

Du 28 Juillet au 4 Août envoyez prepaJMJ  au 82727, vous recevrez une retraite de 9 SMS sur l’adoration à 9h du matin, du 5 au 14 Août 2005
Du 28 Juillet au 25 Août, nvoyez missionJMJ au 82727, vous recevrez une retraite de 9 SMS sur l’évangélisation à 9h du matin du 26 Août au 3 Septembre 2005
A partir du 28 Juillet sans limitation, envoyez adorare 999100; (ne pas oublier l’espaceentre adorare et 999100) au 82727 : le téléchargement (exclusivité
mondiale !) en sonnerie polyphonique de l’hymne des JMJ : « Venimus adorare eum -immanuel » (pour ne pas sonner idiot !).

J’ai besoin de vous pour faire connaître Cathomobiles et lancer ces 3 premiers services!
Transférez vite ce mail à tous vos contacts !
Faites connaître Cathomobiles!
Abonnez vous au 82727, et faites abonner
vos amis, proches, famille, collègues…

Si grâce à vos réseaux, Cathomobiles fait un carton dès cet été, on ira encore plus vite pour diffuser l’évangile !"

Bon vent!

Lahire

L’histoire repasse par Birmingham

Un des auteurs présumés des attentats manqués du 21 juillet, un Somalien de 24 ans, a été arrêté hier à Birmingham, au centre de l’Angleterre.

Powell1 On pourra se souvenir que cette ville avait été le lieu, en 1968, d’un célèbre discours sur les dangers de l’immigration massive par un des leaders du Parti conservateur d’alors, Enoch Powell (illustration). Ce discours restera comme le plus virulent jamais prononcé sur le sujet par un homme politique européen de premier plan. Il lui a valu, d’une part, d’être exclu de la direction de son parti, dans lequel il passait pour être premier-ministrable, et d’autre part d’être au cours des années suivantes l’homme politique le plus populaire du Royaume-Uni. Le passage le plus célèbre de ce discours a été retenu par la presse pour lui donner son nom sinistre : les "Rivières de Sang" :

(…) (L)es communautés immigrées peuvent s’organiser pour regrouper leurs membres, créer de l’agitation et mener campagne contre les autres citoyens, intimider et dominer le reste avec les armes légales que les ignorants leur ont procuré. Me tournant vers l’avenir, je suis saisi par un sombre pressentiment. Comme le Romain, je crois voir "le Tibre bouillonnant de sang" [citation de Virgile, NDT].

Ce texte a été comparé  au Camp des Saints de Raspail, publié cinq ans plus tard. Et il a été cité, à la suite des attentats de Londres, comme prophétique (par exemple par Jonah Goldberg , ou dans la revue Human Events.)

Cependant, ce texte n’envisageait le problème de l’immigration que du point de vue racial. Aveuglé par les graves émeutes raciales de 1967 aux Etats-Unis, qu’il cite, il n’évoque pas le problème spécifique de l’importation de l’Islam.

Le deuxième problème de l’analyse de Powell est qu’il était plus un homme de questions que de réponses, et n’était certainement pas un homme de réponses chrétiennes (quoiqu’anglican, il était pro-avortement.) Il aurait rejoint la préface du Camp des Saints :

"Il me semble seulement qu’une unique alternative se présente à nous : apprendre le courage résigné d’être pauvres ou retrouver l’inflexible courage d’être riches. Dans les deux cas, la charité dite chrétienne se révélera impuissante."

Après le temps des prophètes, le temps est venu de trouver des réponses. Et, n’en déplaise à Raspail, des réponses conformes à la charité chrétienne bien comprise.

HV

La France donne son argent à Israël

A l’occasion de la visite très médiatisée d’Ariel Sharon à Paris, le gouvernement français a débloqué 1 million d’euros, prélevé sur vos impôts, pour le financement d’un fonds destiné à améliorer l’image de la France en Israël. L’Etat hébreu ne versera que 50 000 euros à ce fonds, qui servira concrètement à financer des campagnes d’information au travers de publicités et de programmes d’échanges entre les deux pays. Villepin a déjà oublié que le "patriotisme économique" commence par une utilisation utile de l’argent du contribuable…

On ignore encore combien Israël a débloqué pour améliorer son image en France…

Michel Janva

Villepin entre la Bérézina et Waterloo

Le Premier ministre des 100 jours se moque des Français : dans un discours au populisme douteux, il en appelle au "patriotisme économique" et ajoute que "quand la situation est difficile, quand le monde change, [il convient] de rassembler nos forces (…) et défendre la France et ce qui est français". Sans blague ?

Comme l’avait prédit Philippe de Villiers, après avoir dirigé le camp du oui, le gouvernement veut s’autoproclamer chef du non. Mais voilà, les beaux discours ne sont que vains mots s’ils ne sont pas suivis d’actes concrets. Le patriotisme économique c’est, entre autres, :

– La souveraineté monétaire et donc l’abandon de l’euro, monnaie unique qui plombe notre économie.

Favoriser les entreprises françaises en allégeant leurs charges sociales.

– Protéger nos exportations et nos produits en rétablissant nos barrières douanières. A ce propos, le récent accord UE-Algérie va exactement dans le sens inverse et fragilisera encore plus nos produits.

– Rétablir la souveraineté économique en contrôlant les décisions prises par les technocrates de Bruxelles, souvent contraires à nos intérêts et qui nous mènent droit à la ruine.

Des mesures qui n’ont rien à voir avec ce que propose Villepin, qui ne souhaite en fait, en guise de patriotisme et suite à la baudruche ‘affaire Danone’ (le rachat réel, lui, de Taittinger étant superbement ignoré), que renforcer les droits des actionnaires français. Bref, le verbiage pseudo-patriotique de Monsieur de Villepin n’est que "vapeur estivale".

Michel Janva

Islam en France : BKM, le Mac Do musulman

A découvrir un nouvel épisode de la pénétration de l’Islam dans la jeunesse française, dans la France en général et dans le décor d’une société décadente : le Mac Do musulman, BKM ou "Burger King Muslim", premier du genre à Clichy sous Bois.

Pauvre France

Lahire

Benoît XVI dresse un tableau d’un Occident perdu

Le pape a dressé un tableau noir de la société occidentale, "un monde fatigué de sa propre culture, un monde arrivé au moment où il n’y a plus l’évidence de Dieu". Les gens "se comportent comme s’ils pouvaient, voulaient vivre sans notre parole" et "pensent ne pas avoir besoin de nous".

Un monde qui vit "dans un climat de rationalisme qui se ferme sur lui-même, qui considère les sciences comme l’unique modèle de connaissance", tout le reste étant "subjectif". "Sans un Dieu concret, le monde s’autodétruit et l’évidence qu’un rationalisme clos, qui pense que par lui-même l’homme pourrait reconstruire le vrai monde meilleur, croît aussi". Or "ce n’est pas vrai". "Au contraire, s’il n’y a pas la mesure du Dieu vrai, l’homme s’autodétruit. Nous le voyons devant nos yeux : l’égoïsme domine et détruit tout".

Il apparaît "toujours plus" que seules "les valeurs morales et les convictions fortes donnent la possibilité, même avec des sacrifices, de vivre et de construire le monde". "On ne peut pas construire un monde mécanique comme l’avait proposé Karl Marx, avec la théorie du capital et de la propriété". "S’il n’y a pas de forces morales dans les âmes et s’il n’y a pas la disponibilité pour souffrir pour ces valeurs, un monde meilleur ne peut pas se construire".

Le Saint-Père a terminé ce discours en partie improvisé en donnant pour solution la souffrance, à l’image du Christ venu nous sauver en portant la Croix. Elle-seule est source de salut, le reste n’est que mensonge ou utopie. Benoît XVI a insisté sur la nécessité pour les chrétiens d’accepter de souffrir pour témoigner dans la société. "Sans souffrance on ne transforme rien".

Michel Janva

Incorrigible Turquie

La Turquie ne reconnaîtra pas la République de Chypre en entamant ses pourparlers d’adhésion avec l’Union européenne le 3 octobre prochain. Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, en visite à Londres, a insisté sur le fait que la signature d’un protocole élargissant l’union douanière aux nouveaux membres de l’UE ne consiste pas en une reconnaissance de Chypre. La signature de ce protocole est en effet l’une des conditions pour le démarrage des pourparlers du 3 octobre. Mais Erdogan prépare les élections présidentielles et législatives prévues en Turquie en 2007 et il ne souhaite pas, en reconnaissant Chypre, attiser les ardeurs nationalistes.

"Il est impensable que la Turquie prétende ne pas reconnaître un membre à part entière de l’UE alors qu’elle reconnaît la validité de son vote qui est requis pour l’ouverture des négociations d’adhésion", a commenté un porte-parole du gouvernement chypriote. Côté allemand, l’élection probable d’Angela Merkel, candidate de la CDU-CSU en Allemagne, pourrait remettre en cause le processus, puisqu’elle prône un "partenariat privilégié" avec Ankara.

La Turquie occupe le nord de Chypre depuis 1974, en attendant de s’emparer du sud qu’elle ne reconnaîtra pas indépendant… Nos technocrates européens se soumettent piteusement à cet état de fait. Et ensuite, on nous parle d’Europe de la paix et de la fraternité.

Michel Janva

Jacques Myard et la “guerre civile” (suite)

Les lecteurs du Salon sont plus rapides que ses rédacteurs ! Avant même ce post, mais sur le même sujet, un lecteur avait écrit à Jacques Myard pour réagir à sa tribune :

Monsieur le député,
J’ai lu votre article du Figaro. Vous dénoncez, à très juste titre, la naïveté des démocraties occidentales. Cependant, il me semble que votre conclusion manque, elle aussi, quelque peu de lucidité.
Croire que l’on ne peut pas combattre l’islam sur le plan religieux est une erreur. En effet, l’islam n’est pas une religion au sens où la culture dite "judéo-chrétienne" l’entend. L’islam est avant tout une politique. C’est bien ainsi que Mahomet l’a institué. Ceux de ses fidèles qui n’y puisent qu’un philosophie se trompent et ont "perdu la foi", selon l’expression qu’employait le Père Charles de Foucault en 1916, dans le texte que j’ai reproduit ci-dessous.
Votre raisonnement est juste, mais il part d’un postulat qui est faux : remettre en question une religion n’est pas contraire à nos principes français, car leur essence est, quoi qu’on en dise, d’inspiration chrétienne. Pourquoi ces fameux "droits de l’homme" ne sont-ils appliqués que dans les pays qui furent un jour chrétiens si ce n’est parce qu’ils découlent de l’enseignement évangélique ?
Il est important, en ces temps troublés, de bien comprendre l’enseignement de l’Eglise en matière de liberté religieuse. Je vous renvoie à ce titre à l’édition de Jean-Paul II du Catéchisme de l’Eglise catholique (1997) paragraphe 2108 (page 16 de l’édition la plus courante) [sans doute pas : p530 de l’édition de poche, en tout cas]: "Le droit à la liberté religieuse n’est ni la permission morale d’adhérer à l’erreur, ni un droit supposé à l’erreur [mais] l’immunité de contrainte extérieure […] en matière religieuse".
J’espère que cette contribution vous permettra de continuer à diffuser votre pensée que je partage pour l’essentiel.
Respectueusement,
Le texte de Charles de Foucauld qui suit est celui-ci; la référence au CEC est ici.

Assassinat des diplomates algériens

Le groupe terroriste Al Qaïda en Irak a revendiqué mercredi sur internet l’assassinat des deux diplomates algériens enlevés la semaine dernière à Bagdad : "Le chef de la mission algérienne Ali Belaroussi et le diplomate Azzedine Belkadi, dont le gouvernement prend des décisions en violation de la volonté de Dieu, ont été tués".

Après l’Egypte, l’Algérie. Les islamistes font pression sur des gouvernements affaiblis, dont les pays connaissent une forte influence islamiste.

Michel Janva

Islam, terrorisme, identité et intégration…

Les auteurs présumés des attentats terroristes de Londres, Mokhtar Saïd Ibrahim et Yacine Hassan Omar toujours en fuite, ainsi que Hasib Hussain, Germaine Lindsay, Mohammed Sidique Khan et Shehzad Tanweer, ont un point en commun : ils n’ont même pas 30 ans.

Nés en Europe, mais souvent élevés comme dans le pays d’origine de leurs parents, ces jeunes connaissent généralement une grave crise identitaire. Dominique Thomas, auteur du livre Les Hommes d’Al-Qaida, explique que "la question identitaire est fondamentale". "Les parents n’ont pas su transmettre le savoir culturel à ces jeunes en manque de repères identitaires". En somme, le terrorisme prend sa source dans une politique d’immigration non maîtrisée. L’intégration est un échec total car notre société n’a aucune valeur à proposer à cette jeunesse en manque. Ces jeunes, éduqués ‘à la pakistanaise’ dans des pays européens sans valeurs ni vérité, sont déstabilisés. Alors ils se réfugient dans l’Islam.

Ainsi, Mohammed Bouyeri, fils d’immigrants marocains, âgé de 27 ans, assassin de Théo Van Gogh, a froidement prévenu les juges: "Si jamais j’étais relâché, je referais la même chose. Exactement la même chose." Ses actes sont fondés sur "la loi qui m’ordonne de couper la tête de quiconque insulte Allah ou le Prophète". S’il éprouve un regret, c’est de ne pas être mort en plein jihad. Pourtant il présentait tous les signes d’une intégration ordinaire : bon élève, il avait décroché un diplôme de technicien supérieur et était animateur bénévole dans son quartier. "J’ai agi par conviction, pas par haine." Ce qui a foiré dans son éducation ? Non pas les études, ni l’absence de ressources économiques, ni le racisme supposé des européens. Cet homme a été victime du rejet par l’Occident de la vérité. Encore une fois, Charles de Foucauld avait raison : "si on ne les convertit pas, ils nous chasseront !"

Michel Janva

Rémi Brague analyse Benoît XVI

Le philosophe Rémi Brague signe une tribune aujourd’hui dans le Figaro, dans laquelle il analyse deux ouvrages de l’ex-Cardinal Ratzinger, Valeurs pour un temps de crise et Foi, vérité, tolérance :

Pour le Pape, notre époque est malade de la conscience. Notre culture a peu à peu renoncé à éduquer la conscience. Le Pape parle d’une «tendance autodestructrice de la culture». La conscience est devenue comme le goût. Je suis le seul à savoir si j’aime ou n’aime pas ce que je bois. Or c’est un devoir de former sa conscience, de l’affiner, de l’éduquer. Par l’exemple de la sainteté, par la grande politique, par la beauté de l’oeuvre d’art, etc. Puiser dans la mémoire chrétienne deux mille ans d’expérience, nouer le dialogue avec les cultures est une aide précieuse.

Le Pape se fait de la conscience une idée plus haute que la nôtre. Elle n’est pas le caprice de chacun. "La conscience humaine n’est pas autonome" et "rien ne m’appartient moins que moi-même", "la conscience est l’organe de la transparence du Dieu unique en tous les hommes". La conscience est le lieu de l’accès à la vérité : "la véritable question est celle de la vérité". L’ex-Cardinal pose un diagnostic : "L’absence de vérité est la véritable misère de l’homme." Comment agir droitement sans savoir ce qui est vraiment juste ? Nous nous remettons à poser la question de Pilate, avec le même haussement d’épaules : qu’est-ce que la vérité ? Le Pape souligne que la question : qu’est-ce que la liberté ? est aussi pressante. Car comment savoir si elle choisira le bien ?

Pas question de remplacer la vérité par les «valeurs». Certes, le titre d’un des livres y fait référence. Mais, ironie, on y lit dès le début : "Aujourd’hui, on préfère parler de valeurs plutôt que de vérité" et "les valeurs tirent leur caractère inaliénable de leur vérité même et du fait qu’elles correspondent à de vraies exigences de la nature humaine." Le Pape propose bien plutôt une réflexion sur la vérité qui met en question tous les hommes et toutes les cultures.

Car en dernière analyse, la vérité coïncide avec l’amour. "La vérité fait un avec l’amour. Cette phrase […] est la plus haute garantie de tolérance ; elle est la garantie d’un rapport à la vérité dont la seule arme est elle-même, et donc l’amour." La rencontre des cultures est possible sur le fond d’une nature humaine commune qui permet aux hommes de communiquer entre eux. Cette nature est la raison. Or le christianisme a sur ce point une particularité : "Ce qui caractérise la foi chrétienne […] est le fait qu’elle ne sépare pas la rationalité de la religion, qu’elle ne les oppose pas l’une à l’autre, mais qu’elle les a unies dans une structure où toutes deux doivent mutuellement se purifier et s’approfondir sans cesse." Au début de son histoire, chez les pères de l’Eglise, le christianisme a cherché ses précurseurs non dans les religions, mais dans la rationalité des philosophes.

Envers la raison, la foi a une mission : la guérir de ses égarements et la rendre à elle-même. Une des principales fonctions de la foi est de "proposer des solutions de salut à la raison en tant que raison, de ne pas lui faire violence, de ne pas lui rester extérieure, mais au contraire de la ramener à elle-même. L’instrument historique de la foi peut rendre libre la raison en tant que telle, de sorte que, réorientée par la foi, elle soit de nouveau à même de voir par elle-même".

Ainsi, conclu Rémi Brague, le christianisme est un rationalisme. L’Evangile de Jean s’ouvre par les mots : "Au commencement était le Logos (Verbe)." Et non pas un bruit dépourvu de sens, comme le fameux big bang. La raison ne naît pas de l’irrationnel cosmique ou biologique. De la sorte, le christianisme, qui place la raison en Dieu même, est peut-être le seul rationalisme conséquent.

Michel Janva

Jacques Myard et la “guerre civile”

Dans une tribune du Figaro de samedi dernier, le député UMP Jacques Myard ne mâchait pas ses mots :

(…) (G)ardons-nous de croire que le chômage, la pauvreté, l’exclusion sociale sont les seuls facteurs de développement de l’islam fondamental et radical. Certes, ces éléments peuvent jouer un rôle et créer un terreau propice, mais ils ne sont pas déterminants, car les islamistes n’ont pas pour objectif d’éradiquer la pauvreté mais d’instituer une société conforme à des règles coraniques. (…) Notre réponse doit être politique et non religieuse, car l’attaque est politique.

Dans ces conditions, la loi sur le voile n’est pas une norme antireligieuse, mais une règle de société. (…)

(…) Il n’y a aucune honte ni aucun réflexe raciste à refuser d’intégrer des hommes ou des femmes dont l’objectif est de renverser les principes de la République. Le contrôle de l’immigration et des naturalisations devient une priorité nationale.

A défaut de cette fermeté, nous laisserions se constituer sous nos yeux, par lâcheté et aveuglement, une véritable cinquième colonne qui engendrera inéluctablement la guerre civile.

Les paroles sont fortes, mais l’analyse est faussée par le laïcisme de Myard :

1. Pour reprendre son exemple, la soi-disant loi "sur le voile" était bien une loi antireligieuse, pas une réponse "politique" au sens où il l’entend. Elle interdit le crucifix, mais le T-shirt Che Guevara reste autorisé.

2. Ce cas est révélateur du piège dans lequel tombent les républicains anti-islamistes : vouloir appliquer une symétrie artificielle entre les religions juive et chrétienne et une idéologie qui répond davantage à la grille d’analyse des totalitarismes qu’à celle des religions.

3. Ce réflexe antireligieux compromet justement la solution profonde à l’assaut islamique contre nos sociétés : la redécouverte par cette dernière de ses valeurs judéo-chrétiennes.

Comme l’indiquait le sondage du Telegraph, c’est d’abord l’aspect "décadent et immoral" de l’Occident qui excite la volonté de conquête islamique. Et comme l’avait dit le cardinal Ratzinger, "ce qui offense l’Islam est l’absence de référence à Dieu, l’arrogance de la raison", alors que lui a "la conscience qu’il est capable d’offrir un fondement spirituel valide, un fondement qui semble avoir échappé des mains de la vieille Europe."

HV

Importations : après la Chine, l’Algérie

L’Union européenne n’en finit pas de privilégier les produits hors UE. Un accord d’association entre l’Algérie et l’Union Européenne entrera en vigueur le 1er septembre et va profiter aux exportations algériennes.

Une liste comportant 2.300 produits agricoles et industriels est concernée par le démantèlement tarifaire qui sera effectué dès l’entrée en vigueur de l’accord. A partir de septembre, plus de 200 produits agricoles algériens seront frappés d’un taux zéro de droit de douane à l’entrée du marché européen comme les pâtes, la margarine, le jus d’abricot, les pois, les crevettes, l’eau minérale, les agrumes et la bière. En contrepartie les produits originaires de la communauté européenne ne bénéficieront à l’importation en Algérie que d’une réduction de 100, 50 ou de 20% du droit de base dans les limites des contingents tarifaires fixés.

Un scandale de plus, qui appauvrira l’Europe, zone douanière la moins protégée du monde.

Michel Janva

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services