Bannière Salon Beige

Blogs

Emeutes : bilan de la nuit

163 véhicules ont été incendiés contre 215 la nuit dernière. C’est certes une baisse, mais bizarrement, le ministère de l’intérieur note "une situation quasiment normale partout". Qu’est-ce donc que la norme ? 150 voitures brûlées ? 100 ? Ce devrait être un chiffre proche de zéro, si on admet quelques accidents, arnaques à l’assurance ou autres suicides. Mais 163, c’est encore beaucoup trop ! Il y a eu 50 interpellations, soit un total de 2.888 depuis le 27 octobre.

27 véhicules ont été incendiés en région parisienne contre 60 la veille; 136 en province contre 155 dans la nuit de lundi à mardi. Au total, près de 9.000 véhicules (8.973) ont été brûlés. Cinq communes comptent plus de cinq véhicules brûlés, dont Arras (11), Brest (11) et Vitry-le-François (11). 10.600 policiers et gendarmes sont actuellement engagés et un policier a été blessé dans la nuit au cours de l’interpellation d’un groupe d’individus qui lançaient des bouteilles d’acide en direction de la mairie de Pont-Evêque (Isère). Au total, 126 membres des forces de l’ordre ont été blessés depuis le 27 octobre.

Parmi les dégâts : incendie d’un collège à Grenoble et un local d’éducation à la santé à Chalons-en-Champagne. La presse parle de l’incendie de l’église de Saint-Jean-d’Ars à Romans-sur-Isère (Drôme) et un véhicule a été projeté contre un poste de police inoccupé dans la même commune. Deux garages ont été incendiés à Saint-Fons (Rhône) et à Vitry-le-François (Marne). On attend les plaintes des politiques quant à l’incendie de l’église…

Michel Janva

Un mouvement pro-vie salué par Benoît XVI

Le Mouvement Italien pour la Vie s’est réuni en congrès à Rome et en a profité pour se rendre ce matin à l’audience générale du Pape qui leur a adressé ces mots :

"En vous engageant dans la prévention de l’avortement volontaire, avec
une action attentive de soutien aux femmes et aux familles, vous
contribuez à écrire des pages d’espérance pour l’avenir de l’humanité
"

Que ces paroles du Saint Père soit un encouragement pour tous les défenseurs de la Vie.

Lahire

A l’ONU, les Etats-Unis contre l’avortement

"Nous ne reconnaissons pas l’avortement comme une méthode de
planification familiale ni comme faisant partie des programmes de santé
reproductive.  Nous soutenons en revanche la fourniture de soins aux
femmes souffrant de complications en raison d’avortement légaux ou
illégaux.
"
Voici un .
Cette phrase, extraite de la troisième commision de l’assemblée générale de l’ONU, a le mérite d’exister mais elle est noyée dans un tissus d’inepties très graves, comme le but même de cette résolution adoptée sans vote qui considère qu’ "il est indispensable d’aider les familles à assumer leur rôle de soutien d’éducation et de protection".

C’est le moment de rappeler cette phrase de Benoît XVI, prononcée lors de l’angélus du 30 octobre dernier : "Les premiers et principaux éducateurs sont les parents, aidés, selon le principe de subsidiarité, par la société civile" (Source : Osservatore Romano du 1er novembre).
Le Saint Père insistait sur l’importance actuelle de la déclaration "gravissimum educationis", dont il citait le prologue.
Il n’y a pas de hasard, à l’heure où se pose en France après les émeutes, le grave problème de l’éducation et de la responsabilité des parents des voyous. Les catholiques doivent être en première ligne pour donner à cette question, une réponse conforme à la volonté de Dieu et à l’enseignement de l’Eglise.

Lahire

Emeutes : le baromètre de la 20ème nuit

A 04h00 on enregistrait 159 voitures incendiées et 44 interpellations.
Ne pas oublier l’église de Romans qui abrulé cette nuit.

Lahire

Echauffourée au Parlement européen

Notre ami Marek nous donne quelques précisions sur la bousculade d’hier entre eurodéputés autour d’une exposition intitulée "la vie et les enfants en Europe": d’après la presse polonaise, elle a opposé des députés de la Ligue des familles polonaises à des députés socialistes.

Ce qui a entraîné les réactions violentes des députés pro-avortement : une photo de l’exposition représentant des enfants dans un camp de concentration nazi. Ana Gomez, eurodéputé socialiste, s’est déclarée particulièrement choquée du fait qu’elle avait elle-même usé de l’avortement dans le passé et qu’elle ne supportait pas d’être assimilée à des nazis.

L’exposition mentionnait également la citation de Mère Teresa, dans son discours de réception du Prix Nobel : « Le plus grand destructeur de la paix aujourd’hui est le crime commis contre l’enfant dans le sein de sa mère. Si une mère peut tuer son propre enfant, dans son propre sein, qu’est-ce qui vous empêche, vous et moi, de nous entre-tuer les uns les autres ? »

Henri Védas

Emeutes : la 20ème nuit commence par une église en feu

renconCa se passe à Romans dans la Drôme. L’incendie a commencé mardi soir peu avant 22h00. Malgré l’action rapide des pompiers sur plusieurs départs de feu, le mobilier et la toiture ont été fortement endommagés.
L’intelligentsia locale ne pense pas que ce soit en lien avec les "violences urbaines" car aucun incident n’était à déclarer dans la commune. Aucun, monsieur le préfet? Et l’incendie d’une église, ce n’est pas de la violence urbaine? Surtout quand c’est la cinquième en trois semaines?!

Lahire

Pologne : le cap de la politique étrangère

A la suite d’une rencontre avec le Corps diplomatique, le premier ministre polonais, Kazimierz Marcinkiewicz, a explicité sa politique étrangère ( Source ). Il considère l’UE comme une garantie de développement économique et l’OTAN comme un gage de sécurité. "Ces deux options ne devraient pas se concurrencer mais plutôt être complémentaires et s’harmoniser" déclara K.Marcinkiewicz. Concernant l’adoption de la monnaie unique européenne, le nouveau président polonais Lech Kaczynski a d’ores et déjà annoncé un référendum sur la question en 2010.

Mais il juge que l’Euro est trop libéral pour la politique sociale qu’il souhaite mettre en place. Quant à la Consitution européenne, Kaczynski y est hostile, en particulier car elle refuse de reconnaître l’héritage chrétien de l’Europe.

Connaissant les rapports tendus existant entre la Pologne et la Russie, il s’agira parallélement d’améliorer les relations bilatérales entre les deux pays tout en encourageant les changements démocratiques qui ont eu lieu en Ukraine après la "révolution orange" et qui pourraient avoir lieu très prochainement en Biélorussie. Le nouveau ministre des affaires étrangères polonais Stefan Meller s’est rendu dimanche à Moscou pour une visite de travail de plusieurs jours. Il s’agira également de dire adieu à son poste d’ambassadeur en Russie qu’il occupait depuis 2002.

La Pologne entend rester fidéle à son alliance avec les Etats-Unis, par exemple en Irak. Mais des frictions demeurent : les Polonais ont ainsi l’obligation d’avoir un visa pour entrer aux Etats-Unis, et ont l’impression d’être traités comme des vassaux. La Pologne pourrait demander plus de respect réciproque de la part des Etats-Unis. L’attitude américaine paraît d’ailleurs étonante car le nombre de Polonais ou de citoyens américains d’origine polonaise vivant aux Etats-Unis s’élève à plus de 10 millions soit environ 4 % de la population américaine.

Marek

La douce Arabie Saoudite

Reuters rapporte qu’un enseignant saoudien a été inculpé pour avoir, selon les termes d’un quotidien du royaume, promu "une idéologie douteuse, s’être moqué de la religion, avoir déclaré que les Juifs avaient raison, discuté de l’évangile et empêché les élèves de quitter la classe pour se laver avant la prière." L’agence rapporte que "le quotidien ne donne pas d’autres détails" sur les faits qui lui étaient reprochés – mais qui a besoin d’en savoir plus ? Quelqu’un qui a "discuté de l’évangile" ne mérite assurément aucune compassion. Condamné à 40 mois de prison et 750 coups de fouet, l’intéressé a fait appel.

Une cathédrale à La Mecque, ce n’est pas pour demain…

Henri Védas

Iran : la “pureté de l’Islam” purge

"Certains voudraient faire croire que la culture ne doit connaître aucune restriction" déclare le nouveau ministre iranien de la culture, Hossein Safar Harandi.

Depuis le mois d’août et l’avènement de Mahmoud Ahmadinejah à la présidence à la place de Mohammed Khatami, l’Iran connaît un retour à la "pureté de l’Islam", permettant ainsi à l’Occident de voir le vrai visage de cette religion, à la fois croyance, idéologie et système politique.
Et c’est le même membre qui le déclare, confirmant ce que dit le Salon Beige : "Toutes les activités politiques, économiques et culturelles du pays doivent tendre vers la réalisation des idéaux islamiques".

La purge va bon train dans la culture, les arts, la presse. Et nul ne s’en cache : "Nous n’allons pas fermer ces journaux, qui ne cherchent que cela, nous
allons utiliser nos instruments de contrôle … Il faut d’abord
mettre en garde, sans arrêter les gens
" se vante le même ministre.

Et il rajoute, comme pour convaincre les plus réticents et prévenir le reste du monde :
Le vote des Iraniens montrait leur volonté  "de revenir aux
idéaux de la Révolution
". Et tous doivent savoir que : "Le coeur et
l’esprit d’un dirigeant révolutionnaire doit être en harmonie
avec les idéaux de l’islam
et de la Révolution islamique
".

A bon entendeur!

Lahire

Les politiciens pro-avortement peuvent-ils communier ? “Un enfant pourrait répondre”

Lors d’un entretien accordé au magazine catholique américain Inside the Vatican (et rapporté par Lifesite), le Cardinal Arinze, préfet de la Congrégation pour le Culte divin et la discipline des sacrements, s’est vu poser la question de l’accès à la communion des hommes politiques "pro-choix". Comparant leur position à celle de quelqu’un qui, à rebours, voterait pour l’assassinat des députés et appellerait cela être "pro-choix", il a répondu :

Vous me demandez alors, est-ce qu’il devrait se voir donner la communion. Ma réponse : "Est-ce que vous avez vraiment besoin d’un cardinal du Vatican pour répondre à cette question ?" Est-ce qu’un enfant qui a fait sa Première Communion ne peut pas y répondre ? Est-ce que c’est vraiment si compliqué ? L’enfant donnera immédiatement la réponse correcte, à moins qu’il soit conditionné par le politiquement correct. C’est malheureux, qu’il faille demander cela à des cardinaux.

Si quelqu’un a un mode de vie qui va à l’encontre des Commandements majeurs, et s’en vante, alors la personne est dans un état de péché public. C’est lui qui s’est disqualifié, pas le prêtre ou l’évêque. Il ne devrait pas communier, jusqu’à ce que sa vie soit en concordance avec l’Evangile.

Henri Védas

Emeutes : les premiers chiffres

Vu cette nuit : Les assurances ont confié à Euronews les premières estimations financières qu’elles font des émeutes. 20 millions d’euros pour les voitures détruites et un total de 200 millions d’euros de dégats.
Surprise : Les voitures, seul baromètre officiel de la violence urbaine, ne représentent que 10 % du montant total des dégats causés par les vandales depuis bientôt trois semaines.
A quoi correspond le reste, c’est à dire 180 millions d’euros, 1,2 milliards de francs? A 9 fois plus de voitures, c’est à dire 77 000. Certes, mais on sait que ce n’est pas ça. On nous aurait menti… par omission? Et pourtant une très grande partie sera payée par l’Etat, c’est à dire les contribuables.

Lahire

La CAF paie les couples homos

Nos impôts financent les couple homos. Deux femmes d’Arthon-et-Retz (Loire-Atlantique) perçoivent pour leur bébé de 17 mois des allocations de la CAF (caisse d’allocations familiales) sur la même base qu’un couple hétérosexuel. A la naissance de l’enfant, les deux jeunes femmes ont alors insisté auprès de la Caisse d’allocations familiales et depuis le couple continue de recevoir ses prestations comme n’importe quel couple non marié avec un enfant. Les deux jeunes femmes ont constaté que plusieurs CAF en France reconnaissaient les couples homosexuels, dont le statut devrait encore être mieux pris en compte dès 2006.

Elodie Lucas et sa compagne, militantes des droits des homosexuels ont lancé des poursuites à l’encontre de la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM). Les deux jeunes femmes, qui sont pacsées et dont l’une attend un deuxième enfant ont demandé à la CPAM à bénéficier d’un congé paternité.Comme il n’y a pas de père, on ne voit pas pourquoi la CPAM l’accorderait. La femme enceinte a certes droit au congé maternité pour l’enfant qu’elle porte et qu’elle prend pour un droit alors qu’il est un don. Si le tribunal accordait ce congé paternité à la compagne, cela serait une grave jurisprudence car, qu’est-ce qui empêcherait d’accorder moult congés paternités aux compagnes d’un couple composé de 3, 4 femmes ou plus ?

Michel Janva

Canada : “éliminer la souffrance, pas le souffrant”

Les catholiques canadiens s’opposent fermement au projet de loi mortifère légalisant l’euthanasie. Cette opposition massive de  l’Organisation Catholique pour la Vie et la Famille (OCVF) s’appuie sur des textes solides desquels est extraite cette phrase slogan :

"Il faut éliminer la souffrance et non le malade, la douleur et non le mourant".

Ils sont appuyés dans leur action par la Conférence des Evêques Catholiques du Canada.

Lahire

Gollnisch vs Chirac

"Dans son intervention télévisée (…) Chirac a, grâce à ses nouvelles lunettes, entrevu quelques réalités exposées depuis de longues années par le Front National. En reconnaissant les ‘drames humains et les pertes matérielles considérables’ causés par les ‘jeunes’, il a avoué l’existence d’une ‘crise de sens’, de ‘repères’ et ‘d’identité’.

Pour autant, le Président de la République refuse de revenir sur le regroupement familial, cause première de l’invasion de nos cités par des individus refusant d’obéir à la loi républicaine. Une fois de plus, il a ressorti la vieille antienne de la lutte contre l’immigration irrégulière dont on connaît l’efficacité… Bien entendu, en affirmant que la diversité faisait partie de notre histoire et était ‘une richesse et une force’, il refuse de reconnaître l’échec du projet de société multiculturelle et multiethnique.

En guise de proposition, Jacques Chirac veut aider plus encore ‘les personnes et les territoires qui ont moins d’atouts que les autres’ ; autrement dit, les Français devront se saigner plus encore pour permettre aux utopies immigrationnistes de survivre sous perfusion fiscale. Apparemment le chômage des immigrés fait plus de peine à Chirac que celui des Français « de souche » dont il ne pipe mot. Il est vrai que ceux-ci souffrent en silence.

Très inquiétante pour les libertés publiques est l’annonce que la Haute Autorité de Lutte contre Les Discriminations (HALDE) pourra prendre des sanctions. Des Français seront donc traduits devant une nouvelle juridiction d’exception, composée de juges et parties, sans les garanties pourtant bien maigres encore offertes par les règles ordinaires de procédure pénale.

M. Chirac se plaint également de la sous représentation des minorités ethniques dans la vie politique et les médias français qui ‘doivent mieux refléter la réalité française d’aujourd’hui’. Mais il ne s’attriste surtout pas sur les millions de Français votant Front National, artificiellement exclus de toute représentation à l’Assemblée nationale et au Sénat.

Quant à sa seule proposition concrète, un service civil volontaire, il ne concernera que 50 000 volontaires en 2007, année des élections présidentielles : toujours ça de moins dans statistiques du chômage… (…) En définitive, Jacques Chirac reste aveugle sur les véritables causes des événements actuels. La nouvelle paire de lunettes est manifestement insuffisante."

MJ

Bagarre d’eurodéputés

Une exposition contre l’avortement organisée par l’Eglise catholique polonaise dans les couloirs du Parlement européen à Strasbourg a donné lieu mardi midi à une échauffourée entre députés lorsque des élus de gauche ont tenté de retourner un des panneaux qui associait l’avortement à la Shoah. Il fallait cacher la vérité… Des députés conservateurs sont alors intervenus pour les en empêcher, contraignant les services de sécurité du Parlement à intervenir pour séparer les députés, dont la Belge Véronique de Keyser, qui en étaient venus au main.

L’altercation a provoqué l’intervention des questeurs du Parlement, dont la socialiste belge Mia De Vits, responsables de l’intendance. Ceux-ci ont décidé de faire retirer le panneau litigieux, lequel ne figurait pas dans le dossier que les polonais avaient introduit lors de la demande d’autorisation pour l’exposition.

Michel Janva

Finkielkraut refuse le politiquement correct

Interrogé par Le Figaro, le philosophe Alain Finkielkraut fustige le refus de culpabiliser les barbares :

"Je suis terrifié par cette violence. Terrifié, mais pas étonné. Il y avait des signes avant-coureurs : (…) le rapport de juin 2004 du ministère de l’Education nationale sur les signes et manifestations d’appartenance religieuse dans certains établissements scolaires (…). On y apprenait notamment que l’enseignement de l’histoire était accusé (…) de donner une vision judéo-chrétienne, déformée et partiale du monde. Les exemples abondent, du refus d’étudier l’édification des cathédrales ou d’entendre parler de l’existence de religions préislamiques, aux turbulences que provoque inévitablement l’évocation de la guerre d’Algérie ou du Moyen-Orient."

Si ces vandales "avaient la même couleur de peau que les émeutiers de Rostock (des ‘blancs’ qualifiés de ‘racistes’ s’en étaient pris aux émigrés venus de l’Est, NDLR), l’indignation morale prévaudrait partout. (…) Ce qui prévaut, c’est la compréhension, la dissolution du sentiment de l’injustifiable dans la recherche des causes. Dans l’hypothèse Rostock, politiques, intellectuels, journalistes, responsables d’associations, chercheurs en sciences sociales – tous crieraient comme un seul homme : «Le fascisme ne passera pas !» Mais comme ces lanceurs de boules et de cocktails Molotov sont des Français d’origine africaine ou nord-africaine, l’explication étouffe l’indignation ou la retourne contre le gouvernement et l’inhospitalité nationale."

"Au lieu d’être outragés par le scandale des écoles incendiées, on pontifie sur le désespoir des incendiaires." C’est-à-dire que "l’on convertit leurs appels à la haine en appels à l’aide et la vandalisation des établissements scolaires en demande d’éducation. (…) Les casseurs ne réclament pas plus d’écoles, plus de crèches, plus de gymnases, plus d’autobus : ils les brûlent."

"Aujourd’hui où le coeur de l’humanisme ne bat plus pour l’école, mais pour ses incendiaires, nul ne semble se souvenir qu’on ne va pas en classe pour être embauché mais pour être enseigné. Le premier objectif de l’instruction, c’est l’instruction. (…) De même que la République doit reprendre ses «territoires perdus», de même la langue française doit reconquérir le parler banlieue, ce sabir simpliste, hargneux, pathétiquement hostile à la beauté et à la nuance."

Quant à la lutte contre la discrimination, "il serait naïf de s’imaginer que ces mesures mettront fin au vandalisme." En effet, "la violence actuelle n’est pas une réaction à l’injustice de la République, mais un gigantesque pogrome antirépublicain. (…) On aurait dû décréter l’illégitimité de la haine et leur faire honte. (…) La victimisation et l’héroïsation sont une invitation à la récidive."

Autre cause, la repentance : "à vouloir apaiser la haine en disant que la France est en effet haïssable et en inscrivant ce dégoût de soi dans l’enseignement, on se dirige nécessairement vers le pire." Quant "au modèle républicain d’intégration", le philosophe affirme que "l’école républicaine est morte depuis longtemps. Sa conclusion est sans appel : on répond "au défi de l’intégration en hâtant la désintégration nationale."

Michel Janva

Le marxisme tue toujours

Le Figaro nous révèle qu’au Laos, l’extermination communiste est toujours d’actualité. "Piégés depuis trente ans dans les montagnes du nord du Laos, pourchassés par les troupes gouvernementales, les Hmongs, des montagnards qui furent utilisés tour à tour par les Français puis par la CIA contre les maquis communistes pendant les deux guerres d’Indochine, vivent leurs dernières heures."

"Les familles ont été séparées et enfermées durant deux mois dans des cellules bétonnées. «Aucun contact avec l’extérieur, deux portions de riz infect par jour, les pleurs des enfants affamés toute la journée, des interrogatoires interminables», résume" une victime. "Quand ils ont pris le pouvoir en 1975, les communistes du Pathet lao ont juré qu’ils «dénicheraient les complices des Américains et leurs familles» et qu’«ils les anéantiraient». "En moins de dix ans, la moitié des quarante mille hommes de cette armée de l’ombre ont péri." "Aujourd’hui, ils ne sont plus que 14 000. (…). Après des années d’errance, sans munitions, le ventre vide, ils ne rêvent plus de renverser le régime communiste mais simplement de sauver leur peau."

Nous apprenons aussi que, avec nos impôts, "Bruxelles est le plus grand bailleur de fonds du Laos", alors que "les agences onusiennes et les organisations humanitaires n’ont pas réussi à obtenir l’autorisation d’accéder jusqu’à eux" (les victimes).

Au-delà du massacre perpétré par les communistes, on peut légitimement s’interroger sur la raison qui pousse nos eurocrates à aider ce pays sans contrepartie pour la ‘démocratie’. A moins que, justement, ils soient très peu démocrates…

Michel Janva

Carrère d’Encausse compare la France à l’URSS

Hélène Carrère d’Encausse, éminente historienne, spécialiste de l’Union soviétique et secrétaire perpétuelle de l’Académie française, a expliqué dimanche soir la crise des banlieues françaises dans une interview à la chaîne de télévision russe NTV dans des termes politiquement très incorrects : «Ces gens, ils viennent directement de leurs villages africains. Or la ville de Paris et les autres villes d’Europe, ce ne sont pas des villages africains. Par exemple, tout le monde s’étonne : pourquoi les enfants africains sont dans la rue et pas à l’école ? Pourquoi leurs parents ne peuvent pas acheter un appartement ? C’est clair, pourquoi : beaucoup de ces Africains, je vous le dis, sont polygames. Dans un appartement, il y a trois ou quatre femmes et 25 enfants. Ils sont tellement bondés que ce ne sont plus des appartements, mais Dieu sait quoi ! On comprend pourquoi ces enfants courent dans les rues.»

«Pendant des années le gouvernement n’osait même pas appeler ces gens des "hooligans" : ce mot n’était pas autorisé. Lorsque Nicolas Sarkozy les a appelés "voyous" et "racailles", ces jeunes gens, ces chéris, ont demandé qu’il s’excuse. En France, nous avons une abominable manie des excuses».

Dans une autre interview, à l’hebdomadaire Moskovskie Novosti, Mme Carrère d’Encausse a comparé les médias français et russes, repassés sous étroit contrôle politique depuis quelques années : «Oui, la télévision russe ne fait que suivre Poutine pas à pas. Mais la télévision française est tellement politiquement correcte que cela en est un cauchemar. Nous avons des lois qui auraient pu être imaginées par Staline. Vous allez en prison si vous dites qu’il y a cinq juifs ou dix Noirs à la télévision. Les gens ne peuvent pas exprimer leur opinion sur les groupes ethniques, sur la Seconde Guerre mondiale et sur beaucoup d’autres choses. On vous juge tout de suite pour infraction. […] Le politiquement correct de notre télévision est presque comme la censure des médias en Russie.»

Pour les trostko-anarchistes de Libé, la spécialiste de l’Union soviétique dérape. Leur problème, c’est qu’ils sont dans l’incapacité de le prouver.

Michel Janva

Meaux se débarrasse de ses ‘grands frères’

C’est le très suffisant maire de Meaux, Jean-François Copé, qui vient de prendre cette décision : les "Agents de médiation", dont la fonction fantôme sert la plupart du temps à acheter une très relative paix sociale moyennant des avantages versés à des caïds locaux, sont supprimés. L’Office de HLM a finalement compris l’inutilité de ce petit deal et décidé de se passer des services ruineux de ces messieurs. En effet, il y a quelques années, l’Etat, incapable de faire régner ne serait-ce qu’un semblant d’ordre dans les cités occupées, inventait les ‘grands frères’. Il s’agissait d’employer des majeurs désœuvrés appartenant aux mêmes ethnies que les jeunes, de les affubler du nom d’“éducateurs” (et les payer avec nos impôts) afin qu’ils tempèrent les excès de vitalité de leurs cadets.

On trouvait des ‘grands frères’ dans les cités, dans les transports en commun, dans les diverses associations prédatrices du budget de “l’intégration”, et en prison. Nombre de ces ‘grands frères’ avaient trouvé commode d’utiliser leurs fonctions pour constituer et diriger des petites bandes de jeunes qui se livraient à des activités illicites mais rémunératrices (petits vols en bande, pillages de supermarchés, trafics divers.) Pour donner un exemple de trafic, des explosifs et des armes ont été saisies récemment à Nanterre dans les locaux de l’association “Impact” subventionnée pour “faciliter l’intégration des jeunes par la lutte contre l’échec scolaire.”

Ces ‘grands frères’ de Meaux ont donc été reconvertis en gardiens d’immeuble avec salaire, avantages sociaux et appartements de fonction. Les autres, ceux qui ont refusé la mutation, se sont vu verser une prime de départ de huit mille euros (l’équivalent d’un an de Smic). On leur devait bien ça, vu les résultats actuels de leur "médiation" en Ile-de-France. Accessoirement, les locataires de l’office ont été informés qu’ils financeront tout ceci par un accroissement de leurs charges. Ces radins de Français l’ont mauvaise, car ils sont pour la plupart moins bien payés que leurs gardiens et n’ont jamais vu un magot comparable à celui qu’on va verser aux partants.

Mais pourquoi le sous-ministre Jean-François Copé a-t-il pris cette décision ? La municipalité ne juge pas nécessaire de s’en expliquer en détail. C’est qu’on ne tient pas trop à insister sur le fait qu’une bonne proportion de ces jeunes intégrés à grands coups de subventions avaient profité de leurs fonctions et de la quasi impunité qui y est attachée pour se transformer en racketteurs, dealers à domicile et voleurs. En somme, que c’est un échec total.

Michel Janva

Bilan de la nuit…

215 véhicules ont été incendiés cette nuit – contre 284 la veille. Treize ont été brûlés à Paris. On compte 71 interpellations, ce qui porte leur nombre à 2.838 depuis le 27 octobre. L’Ile de France semble stagner avec 60 véhicules incendiés (dont 13 dans la capitale) contre 68 la veille. Au total, près de 9.000 véhicules (8.810) ont été brûlés en 19 nuits. Sept communes comptent plus de cinq véhicules brûlés, dont Paris (13) et Lille (11).

On peut se réjouir de la baisse, c’est encore trop. Il faut savoir que la ‘norme’ (comprendre hors période d’émeute) de véhicules brûlés s’élève à 90 par jour…

Michel Janva

Encore des poursuites pour un tract contre l’islamisation

Les dirigeants du FN alsacien sont poursuivis pour un tract intitulé "Pas de cathédrale à la Mecque, pas de mosquée à Strasbourg", illustré d’un pastiche "islamisé" de l’Angelus de Millet – il s’agirait selon le parquet de "provocation à la discrimination et à la haine à l’égard d’un groupe de personnes en raison de son origine ou de son appartenance à une religion." Et pour l’avocat de la LICRA, qui ne manque apparemment pas d’humour, "[o]n essaye de pousser à l’émeute contre les musulmans".

Les poursuites laissent un peu pantois quand on compare ce tract à la haine ordinaire distillée contre les cathos (exemples entre cent mille dans Charlie Hebdo – attention, comme souvent, langage ordurier.)

Les passionnés de sémantique s’amuseront peut-être du traitement de ce procès dans Libération. Le fond de l’article est similaire aux dépêches des agences de presse, mais la plus-value du quotidien consiste dans le rappel subliminal que les gens du FN sont des être immondes : Gollnisch ne rit pas, il "glousse"; il ne parle pas, il "éructe" à la sortie de l’audience.

Henri Védas

Villiers vs Chirac

Après l’intervention du chef de l’Etat, Philippe de Villiers a estimé que Jacques Chirac "ne comprend plus rien à la France et s’acharne sur un modèle multiculturel". C’est ce qu’on appelle un idéologue. "L’impression que j’ai eue ce soir c’est qu’avec les mots diversité, discrimination, et obligation pour les communes de faire des HLM, Chirac s’est érigé en chef du parti des immigrés et des jeunes de banlieues, plutôt qu’en porte-parole de la France qui souffre". Il est certain que l’absence de compassion pour les victimes des voyous relève de la discrimination… "Après l’expérience de l’Angleterre, des Pays-Bas, de la France, Chirac aurait dû mettre le holà et proposer une politique d’immigration zéro".

Jacques Chirac "a commencé son parcours national en 1974 et a pris une mesure très grave: le regroupement familial". "Il avait l’occasion, à la suite des événements très très graves que nous connaissons avec la guerre des banlieues, d’annoncer ce soir qu’il revenait sur cette erreur fatale". "La cause des causes des guerres des banlieues, c’est la vague migratoire que nous subissons depuis trente ans, justement depuis le regroupement familial".

Michel Janva

Pour les amateurs de Jacques Perret

Un site consacré à l’auteur du Caporal épinglé a mis en ligne quelques-une de ses pages manuscrites. Les amateurs de cet écrivain catholique les liront avec émotion…

HV

La Constitution européenne toujours en embuscade

On peut être tenté d’estimer que, parmi les dangers qui menacent notre pays, il y en a au moins un qui a été définitivement désarmé : le traité constitutionnel. Or il n’en est rien.

Le Figaro avait pourtant titré en septembre que Barroso lui-même disait "non à la Constitution". Barroso déclarait :

«Arrêtons d’entretenir l’illusion d’une Constitution, arrêtons les discussions transcendantales sur l’avenir de l’Europe, et mettons-nous au travail sur la base des traités existants.»

Pourtant, à y regarder de près, Barroso n’a pas déclaré la Constitution morte : il a simplement dit que «dans un avenir proche, nous n’aurons pas de Constitution». Cette expression, "dans un avenir proche" ne représente en rien un engagement : est-ce dans l’année qui vient ? Dans les dix ans qui viennent ? Ce n’est pas dit.

La Constitution n’a donc pas été déclarée morte. Mieux, le Conseil européen a pris garde de supprimer en juin la date butoir pour les ratifications en octobre 2006, afin que le processus puisse être repris dès que le climat politique y sera plus favorable – les ratifications déjà obtenues restant acquises. Villiers avait commenté alors que les dirigeants européens avaient préféré "la chambre froide à l’enterrement."

Alors, la Constitution va-t-elle être décongelée ? C’est bien possible. Une clause de l’accord de coalition du nouveau gouvernement allemand prévoit de le raviver en 2007 :

"Nous nous engageons à continuer la ratification du traité constitutionnel européen après la première moitié de 2006 et à donner une nouvelle impulsion [à la ratification] sous la présidence allemande dans la première moitié de 2007." (Source.)

Nous voilà prévenus : ce qui était sous-entendu ou furtif, dans les discours des dirigeants européens, a dû être mis noir sur blanc à l’occasion d’un accord de gouvernement. Tout indique qu’il existe un consensus, parmi ces dirigeants, pour relancer la Constitution l’an prochain dans les pays où la ratification ne devrait poser le moins de problèmes (l’Irlande, par exemple); en France sans doute en 2007, après l’élection présidentielle. Et en dernier lieu dans les pays les plus rétifs (Pays-Bas, Royaume-Uni), quand la menace de l’isolement s’ils disaient non pourra être utilisé.

Henri Védas

Un “fil rouge” idéologique traverse les émeutes

Beaucoup des actes de guérilla de ces dernières semaines sont marqués idéologiquement, ce que le seul décompte des voitures brûlées a pu faire oublier. Il s’agit bien sûr d’abord des attaques contre les symboles de l’Etats, fonctionnaires ou bâtiments, avec une faveur pour les lieux de culture et d’éducation. Un lecteur, historien, attirait d’ailleurs notre attention sur le fait que la Guerre d’Algérie avait commencé, lors de la Toussaint Rouge, avec l’assassinat d’un… instituteur.

Mais d’autres actes portaient une marque idéologique plus explicite encore : attentats contre des églises, contre un temple protestant… et, à en croire cet article que nous indique un lecteur, une liste assez parlante d’agressions contre des lieux liés au judaïsme. A Lyon, une voiture a été lancée contre une synagogue et incendiée. A Montpellier, le centre religieux juif a été attaqué au cocktail molotov, tout comme des synagogues à Strasbourg et Marseilles et une école juive à Créteil, et un centre sportif juif à Toulouse. On pourrait ajouter l’attaque de la permanence du député Pierre Lellouche, sans doute pas choisi au hasard.

Ce qui est étonnant, c’est qu’il y a quelque temps une seule de ces agressions aurait fait l’objet d’un émoi national  – mais c’était avant que les médias décident de jeter un voile de "dédramatisation" sur les événements récents.

Henri Védas

Erratum : un lecteur, après avoir fait quelques recherches sur internet, remarque que l’article en lien fait, sans le dire, l’amalgame entre des faits liés aux émeutes et d’autres… datant d’il y a quatre ou cinq ans !

Une vraie question suite aux émeutes

Une dépêche se penche sur la question posée par des réflexions des jeunes des banlieues : "Qu’est-ce que c’est qu’être Français?" Les réponses  données dans ce papier proviennent évidemment des mêmes jeunes qui imposent leurs points de vue et leurs souhaits comme seule vérité.
La tournure prise au fil des lignes est malheureusement la victimisation des émeutiers : les Français de souche sont les responsables de l’exclusion.

Mais une vraie question est ici posée. Etre Français aujourd’hui, c’est détenir une carte d’identité. Ce n’est plus lié à une quelconque culture, un attachement au sol ancestral, un style, des principes, etc.
Combien de Surinamiennes viennent accoucher à Saint Laurent du Maroni, pour que leur fils ainsi français, le père puisse encaisser le RMI au fin fond du Surinam où le petit Français grandira sans entendre un seul mot de notre langue, sans connaître Vercingétorix ou voir une photo de Paris? Et il y en a des dizaines de milliers de cartes d’identité ainsi distribuées, des dizaines de milliers de Français selon les normes d’aujourd’hui. Là tout particulièrement, la sémantique s’impose.

Et pour être Français, il faudrait être de France. Mais la France, qu’est elle devenue? Qui est-elle aujourd’hui? Un pays sans frontière, qui ne bat plus monnaie, exécutant une justice validée seulement par l’Internationale européenne, protégée par une armée qui n’agit qu’en supra-national. Que sont devenus les droits régaliens?

La France, radeau de la Méduse où les communautés cherchent à étouffer les plus faibles, errant sur les flots d’une idéologie athée et mortifère qui la conduit au néant, ne trouvera son salut qu’en jetant l’ancre dans la terre de ses racines, dans la fidélité aux promesses de son baptême. Et, si elle s’y décide, elle devra alors compter sur des Français d’âme et de coeur, formés, clairvoyants et forts…

Lahire

Chirac à la télé

Chirac va créer un service civil volontaire pour les jeunes. Après avoir supprimé le service militaire… "Les enfants, les adolescents ont besoin de valeurs, de repères. L’autorité parentale est capitale". "Les familles doivent prendre toute leur responsabilité. Celles qui s’y refusent doivent être sanctionnées, comme la loi le prévoit".

Sinon, parlant social, il a fustigé toute discrimination et a appelé la police de la pensée, la HALDE, à lutter vigoureusement contre le ‘racisme’.

Enfin, revenant à la politique politicienne, il s’en est pris à Sarkozy en critiquant tout quota d’immigration. Pour le chef de l’Etat, il n’y a pas de limite à l’immigration. Et chaque commune devra avoir 20% de logements sociaux (ça c’est aussi pour le maire de Neuilly)…

Le chef de l’Etat a ajouté qu’il rencontrerait "l’ensemble des responsables de l’audiovisuel" car "les médias doivent mieux refléter la réalité française d’aujourd’hui". Le Pen a affirmé que les médias s’étaient concertés pour appliquer leur propre censure sur les événements (comme le Salon Beige le signale depuis quelques jours).

Il a aussi invité "les chefs des partis politiques à prendre leur part de responsabilité: les élus, la représentation nationale, doivent eux aussi refléter la diversité de la France. C’est une exigence pour faire vivre notre démocratie". Bref, il faut intégrer ces jeunes par la force s’il le faut, même s’ils haïssent notre pays…

Michel Janva

[Texte complet ici]

Le Pen, place du Palais Royal

Devant quelques centaines de personne, le président du FN a accusé les politiques, corrompus, d’être responsable du désastre de ces dernières semaines. Il a cité différents hebdomadaires de cette semaine (Marianne, L’Express, Le Point, Paris Match…) revenant sur les problèmes de l’immigration, de l’insécurité, etc. en terminant par "ça pourrait être signé Le Pen !". Et s’il avait signé, on aurait qualifié ces propos d’extrémistes.

Il a demandé, alors que le FN a prédit les troubles actuels, d’être reçu par les chaînes de télévision et radios françaises, alors qu’il est interviewé par les chaînes étrangères.

Il a souhaité que l’incendie volontaire de bâtiment redevienne un crime (ce n’est actuellement qu’un délit). Il a estimé que l’armée n’était pas la solution pour les banlieues. Du moins pas pour le moment.

Michel Janva

Chirac à la télé

Le chef de l’Etat s’exprime en ce moment et essaie de donner les causes des événements. Du social, beaucoup de social…

Michel Janva

De Villiers, la solution pour 26% des Français

Voilà ce qui ressort d’un sondage IFOP de dimanche : Philippe de Villiers est pour 26% des Français, l’homme de la situation face aux problèmes des banlieues. Les résultats font l’objet d’un communiqué du MFP qui précise que son président est troisième devant Chirac et Bayrou, mais qui omet de dire qu’il est derrière Sarkozy et Villepin.

Ce sondage signifie donc que le Premier ministre et le ministre de l’Intérieur ont la confiance des Français et gèrent bien la situation. Philippe de Villiers devient le premier remplaçant, ce qui constitue évidemment pour lui un très grand pas en avant.

Lahire

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services