Bannière Salon Beige

Blogs

L’antiracisme sera au XXIe siècle ce que fut le communisme au XXe

Finkielkraut persiste et signe. Après Le Figaro, c’est le quotidien israélien Haaretz qui l’interroge (et c’est Le Monde qui s’offusque) :

"On voudrait réduire les émeutes des banlieues à leur dimension sociale, y voir une révolte de jeunes contre la discrimination et le chômage. Le problème est que la plupart sont noirs ou arabes, avec une identité musulmane. En France, il y a d’autres émigrants en situation difficile. Ils ne participent pas aux émeutes. (…) On nous dit que l’équipe de France est admirée parce qu’elle est black-blanc-beur. (…) En fait, aujourd’hui, elle est black-black-black, ce qui fait ricaner toute l’Europe." Voir dans les émeutes "une réponse au racisme français, c’est être aveugle à une haine plus large : celle de l’Occident". (…) Il s’agit d’un pogrom antirépublicain : il y a en France des gens qui haïssent la République." La haine "des Noirs (contre la France) est pire encore que celle des Arabes."

Les enfants d’immigrés "disent : "Je ne suis pas français, je vis en France et en plus ma situation économique est difficile. Mais personne ne les retient ici de force." Quant aux motivations des jeunes des cités, elles n’ont aucun lien avec l’emploi. Ils veulent "l’argent, les marques et, parfois, les filles." Ils ne sont pas victimes de racisme, mais dans la France actuelle, "on leur préfère le mythe du "racisme français"". Aussi, "L’antiracisme sera au XXIe siècle ce que fut le communisme au XXe."

Le problème que pose Finkielkraut au Monde, c’est qu’il a "une voix très déviante, d’abord parce que ces propos ne sortent pas de la bouche de Jean-Marie Le Pen". Et aussi parce que Finkielkraut est juif ? Et qu’il est très risqué de s’attaquer à un Juif, même s’il ose dénoncer la propagande d’Etat…

Michel Janva

L’Eglise catholique n’ordonne pas les homosexuels

Elle n’ordonne pas non plus les femmes, ni même les bonnes soeurs, ni les trans, ni les bi…etc.

Le Monde s’en apitoie et on n’en attendait pas moins de sa part. Le document romain est disponible en anglais pour le moment (document officiel en italien ici), mais un internaute a fait l’effort d’en traduire les passages importants, traduction trahie par Le Monde, selon lui, mais là non plus, nous n’en n’attendions pas moins…

"Conformément à la tradition constante de l’Eglise, seuls les mâles baptisés peuvent validement recevoir l’Ordination sacerdotale. (…) Le candidat au ministère ordonné doit donc atteindre la maturité émotionnelle. Cette maturité le rend capable de se placer dans le bon rapport aux hommes et aux femmes, développant en lui un vrai sens de la paternité spirituelle vis-à-vis de la communauté ecclésiale qui lui est confiée."

"Ceux qui pratiquent l’homosexualité (…) se trouvent en réalité dans une situation qui entrave gravement la bonne façon d’entrer en relation avec les hommes et les femmes. Les conséquences négatives qui peuvent dériver de l’ordination de personnes présentant des tendances homosexuelles profondément enracinées ne doivent en aucun cas être ignorées."

Michel Janva

Comment délocaliser nos entreprises ?

C’est très simple, il suffit d’augmenter les taxes sur les entreprises. Elles partiront s’installer ailleurs, là où la vie est moins chère (comme dirait Auchan…). C’est ce que vient (encore) de faire le Conseil des ministres de ce matin en décidant de créer une nouvelle taxe sur les billets d’avions. Le comble, c’est que ce nouvel impôt est destiné à pallier l’insuffisance de l’aide publique au développement et à remplir les objectifs de réduction de la pauvreté dans le monde fixés en septembre 2000 lors du sommet du millénaire de l’ONU. Au nom du développement, on appauvrit les Français.

Le prélèvement prendra la forme d’une contribution de un à quarante euros sur chaque billet d’avion vendu. Air France ou British Airways y sont opposées. Si cette affaire leur coûte du marché, ces entreprises installeront leur siège à l’étranger. Les Etats-Unis ne veulent pas en entendre parler. Les billets de leurs compagnies seront moins chers…

Le réel problème c’est que l’aide au développement ne peut pas se limiter à de l’argent. Quand on sait qu’il y a plus de médecins béninois en Ile de France qu’au Bénin par exemple. Tous les diplomés étrangers que nous avons laissés sur notre sol (vives les allocs !) auraient du rentrer chez eux pour contribuer au développement de leur pays…

Michel Janva

Révolution et devoir de mémoire

Alors que le Vatican et la Suisse célèbrent de concert le 500° anniversaire de la Garde Suisse Pontificale par des évènements extraordinaires, le gouvernement français aurait pu, une nouvelle fois, faire acte de repentance. Mais voilà, il y a sans doute prescription ou plutôt tabou : le massacre affreux de centaines de gardes Suisses venus au secours de Louis XVI, le Roi très Chrétien intervient durant le mythe de la Révolution dite française.
Et donc, vendredi dernier, pas de repentance, mais une cérémonie réunissant entre autres, les deux présidents suisse et français et deux descendants des Bourbons. Et, pour de sombres raisons qui restent à définir, la plaque commémorant ce massacre n’a pas été pas posée, comme prévue, dans la chapelle expiatoire où reposent Louis XVI, Marie Antoinette, de nombreux gardes Suisse et martyrs de la Révolution, mais au musée de l’Armée…!

Sans doute, faut-il continuer à faire oublier aux Français combien la Révolution fut une guerre contre la religion catholique au point de massacrer des étrangers au service du Pape…

Lahire

Une loi contre le terrorisme. Mais c’est quoi un terroriste?

Les députés se penchent aujourd’hui sur un projet de loi visant à augmenter les moyens légaux de lutte contre le terrorisme. Comme pour faire passer une pilule difficile pour les Français, on a droit aux confidences du patron de la DST sur le danger terroriste bien réel et croissant chaque jour dans notre pays pour lequel la menace est : "malheureusement une vraie préoccupation, à la fois parce qu’un certain
nombre d’organisations nous ont désignés comme ennemi et d’autre part
parce que nos propres investigations nous révèlent chaque jour un peu
plus que des réseaux déjà constitués sont à l’oeuvre pour bâtir des
projets terroristes hostiles à notre pays
".

Notez la violence des mots. Maintenant que l’on a tous peur, regardons les moyens impressionnants que cette loi promet aux politiques : 
– le développement de la vidéosurveillance dans les transports en commun, les gares, les différents lieux accueillant du public (comprendre partout!), les commerces et… les lieux de cultes! Cathos, souriez, vous êtes filmés!
On justifie la vidéosurveillance car elle a servi à identifier les kamikazes de Londres. Mais que je sache, cette identification est arrivée trop tard : ils étaient morts comme tant de victimes, le mal était fait. Aucune efficacité dans la prévention!
– la conservation des connexions des téléphones portables et via internet. Ou comment refaire l’historique des relations privées des citoyens.
– les compagnies de transport ferroviaires, aériennes et maritimes seront obligés de donner la liste de leurs passagers à l’Etat. Pour la route, rassurrez-vous, c’est déjà fait : péages, radars, etc…
– toute personne liée au terrorisme verra la totalité de ses biens gelés.

Avec ça, normalement, ça va bien se passer. Dormons tranquilles : plus personne ne pourra bouger sans que le politique sache tout sur lui, sur chacun d’entre nous… 
Celui qui vient ou qui vit en France est-il prêt à payer le prix de sa vie privée pour sa sécurité? Le terroriste, lui, a plus que du souci à se faire.
Mais au fait, c’est quoi un terroriste? Qui l’a défini? On l’imagine vaguement se promener avec une bombe dans la poche ou un baton de dynamite dans la ceinture.
Mais si le politique veut faire du préventif, il est à craindre que ces moyens soient utilisés justement pour définir le terroriste : Qui est terroriste en puissance? Celui qui fréquente des lieux de culte (Eglise, mosquée, synagogue) que l’on qualifiera (sur quels critères dans un état laïc) d’intégriste? Celui qui aura une sale tête dans un supermarché, des cheveux trop courts à la Poste, une barbe dans un avion? Celui qui se fera appeler sur son portable par un voisin suspect?
Il va falloir apprendre très vite à se méfier de tous et à rentrer dans le moule pour ne pas être inquiétés…

Lahire

Occidentalis répond au MRAP

Le site Occidentalis se consacre à défendre la civilisation occidentale et à dénoncer les méfaits de l’islamisme. C’est pourquoi tout est mis en oeuvre pour l’interdire, comme l’a déjà signalé Lahire ici. Hier encore, le site avait été remplacé par une page annonçant que son compte était suspendu.
Il est à nouveau disponible (mais pour combien de temps ?), on peut donc y lire l’éloquente Lettre ouverte à Mouloud Aounit, président du MRAP, écrite par le fondateur d’Occidentalis, Denis Greslin. Il répond à un communiqué du MRAP qui est un modèle d’intolérance et de terrorisme intellectuel.

Je cite Denis Greslin s’adressant au MRAP dont le pouvoir de nuisance n’est plus à démontrer : « Oui, Occidentalis défend le policier injustement emprisonné "pour l’exemple". Non, la racaille qu’il avait un peu secouée n’était pas une victime, elle a été arrêtée deux jours plus tard en train de caillasser des pompiers, apothéose de la lâcheté et de la stupidité. Oui, une grande partie des émeutiers étaient musulmans, et c’est aux cris de "Allah Akbar" qu’ils lançaient des pierres. Si vous voulez me faire condamner pour cela, allez-y, je ne changerai pas une virgule à ces propos, je ne renierai pas mes idées, comme vous et les vôtres savaient si bien le faire quand le vent tourne. »

Cathelineau

Miracle en Californie?

C’est en tout cas ce que croient des milliers de fidèles américains qui se pressent aux pieds d’une statue de la Vierge qui verse des larmes.
Aucune autorité de l’Eglise ne s’est prononcée : La vertu de prudence est donc de rigueur.

Lahire

Sarkozy sur le blog de Mathieu Kassovitz

L’acteur/réalisateur/scénariste français (on lui doit La Haine) tient vaguement un maigre blog, dans lequel il avait posté en tout et pour tout, avant les émeutes, cinq critiques de films. Aucun blog n’est à l’abri de fautes d’orthographe occasionnelles, mais celui de Kassovitz met le Salon Beige à l’aise de ce point de vue : extrait, pris au hasard :

J’ai raté à sa sortie ce film extraordinaire au titre bizarre. Je m’en mord les doigts, mais heureusement le DVD vient d’etre edité par AD VITAM et je vous recommende chaudement de vous plonger dans cette oeuvre qui peut changer votre vue sur le monde et ses disfonctionnements.

En Tanzanie, le lac Victoria, un des plus grand lac au monde, regorge d’un poisson introduit par l’homme. La perche du Nil a completement changée l’ecosysteme du lac en en devenant le predateur ultime.
Autour du lac, des pecheurs vivants dans les conditions de pauvretés les plus extreme, travaillent pour quelques centimes par jour pour le compte de compagnies étrangères qui exportent la chair du poisson en Europe.

Le 17 novembre, Kassovitz a posté une attaque assez violente contre Nicolas Sarkozy, qu’aurait pu écrire n’importe quel autre bobo germanopratin. Et qu’a d’ailleurs sans doute relue un bobo germanopratin, car on n’y trouve pas le même nombre de fautes que dans les autres posts. L’artiste y traite entre autres Sarkozy de "petit Napoléon en devenir". C’est tout juste si Kassovitz, par ailleurs, ne justifie pas l’émeute ("je me retiens de ne pas encourager les casseurs") voire le terrorisme ("Le bruit et la fureur sont les seuls moyens pour beaucoup de communautés de se faire entendre. Les attentats terroristes qui font la une des journaux en sont le résultat.")

Malgré la médiocrité et l’outrance des propos, Nicolas Sarkozy a répondu dans la rubrique "commentaires" du post, rapporte le Figaro :

Le ministre reproche […] à Mathieu Kassovitz de s’être fait «le porte-parole d’une minorité de casseurs plutôt que l’interprète d’une majorité de familles et de jeunes qui vit, elle aussi, dans les cités et qui en a assez de constater que la culture de la violence et des rapports de forces s’est imposée sur celle de l’Etat de droit».

Le commentaire de Sarkozy est toutefois difficile à retrouver parmi les centaines d’autres commentaires du post de Kassovitz.

Que M. le Ministre n’hésite donc pas à s’inviter dans les commentaires de ce blog, bien moins encombrés ! Il pourrait utilement nous éclairer, par exemple, sur le vrai sens qu’il donne à la "discrimination positive"…

Henri Védas

Angela Merkel “avec l’aide de Dieu”

La nouvelle chancelière a été investie aujourd’hui :

L’ancienne fille de pasteur, qui a grandi dans l’ex-RDA officiellement athée, a terminé par la formule facultative "avec l’aide de Dieu", que son prédécesseur avait omise.

Henri Védas

L’Intifada annonce une guerre civile en Europe

Selon le Lt-Col Ludovic Monnerat, les "violences urbaines qu’a connues la France ont révélé une situation de conflit de basse intensité. La mise au défi des pouvoirs publics signifie que l’heure est à la confrontation, et qu’une guerre civile d’un nouveau genre est inévitable."

"Sur le terrain, la situation a l’avantage d’être claire : des bandes souvent très jeunes, armées de projectiles divers, de cocktails Molotov et parfois d’armes à feu, se sont livrées à des razzias opportunistes qui ont occasionné des destructions considérables. (…) Utilisant le téléphone portable, les weblogs et le courrier électronique pour la préparation et la coordination de leurs actions, ces groupes sont souvent parvenus à se jouer des compagnies de CRS dépêchées pour reprendre le contrôle des quartiers dits difficiles. Les forces de sécurité (…) sont d’ailleurs régulièrement prises à partie comme des forces d’occupation."

"Les ‘territoires perdus de la République’ (…) sont des zones où les lois et les valeurs de la France ont été remplacées par d’autres lois et d’autres valeurs ; des territoires étrangers où l’autorité se partage entre les ‘grands frères’, les caïds et les imams. (…) L’embrasement actuel des banlieues françaises n’est ainsi pas une surprise. (..) Le laxisme en matière d’immigration, conjugué à une ségrégation physique et économique, a jeté des populations déracinées dans des ghettos bétonnés. Le déclin du civisme a permis à une économie souterraine illégale de parasiter ces ghettos et de consacrer ses comportements. Le mythe du métissage culturel a laissé une contre-culture hip-hop diffuser sans restriction des hymnes à la haine anti-française et des appels à l’insurrection armée. Enfin, le relativisme moral a donné aux organisations islamistes l’opportunité de promouvoir puis d’imposer leurs valeurs."

"La France compte aujourd’hui des dizaines de milliers de jeunes gens d’origine extra-européenne, en rupture totale avec la société qui a accueilli leurs parents, et dont la mentalité est celle d’enfants-soldats. (…) Sommes-nous donc à la veille d’une guerre civile en Europe ? (…) L’évolution des violences urbaines montre qu’une situation de conflit existe déjà, et que le refus de la reconnaître ne contribue en aucun cas à éviter son extension."

"Ce sera une guerre différente, à la fois subversive et symbolique, déclarée et décentralisée, intermittente et intense, qui verra le chaos et l’intégrisme s’allier pour combattre la normalité. Une intifada communautaire et générationnelle, une succession d’affrontements ponctuels et épidermiques, greffés sur le lent corps-à-corps des identités."

MJ

Chirac veut KTO !

Le président Chirac, s’exprimant à l’issue d’une réunion à l’Elysée avec les représentants des chaînes de télévision nationales et de la TNT, a souhaité que la loi de 1986 sur l’audiovisuel soit modifiée "pour inscrire la lutte contre les discriminations et pour la cohésion sociale dans les objectifs, les missions et les obligations du Conseil supérieur de l’audiovisuel" (CSA). Au nom de la lutte contre la discrimination à l’encontre des catholiques et pour la cohésion du peuple français, KTO doit donc avoir sa place dans la TNT.

Michel Janva

Chirac et les maires : un simple rappel de la loi

Chirac n’a ni innové, ni apporté une solution concrète et adaptée aux drames qui ont secoué la France ces dernières semaines. Il a reçu l’Associations des Maires de France à qui il a rappelé que la loi oblige le maintien des services publics et leur accès à tous les citoyens : Non, il ne condamne pas les voyous qui les ont mis à sac, il oblige les maires à les reconstruire.
Il a promis que la nouvelle fiscalité sur le foncier non bâti qui pénalise beaucoup de mairies sera compensée, sans dire comment : les promesses n’engagent que ceux qui les entendent.
Enfin, il a enfourché son cheval de bataille : les fameux 20% minimum de logements sociaux dans chaque commune.

Bref, les maires doivent appliquer la loi et se remettre au travail. Rien de nouveau, rien de concret : merci d’être venu, monsieur le Président…

Lahire

Désinformation sur le clonage pour servir les lobbies

La Fondation Professeur Lejeune s’insurge contre la manipulation de l’opinion publique à propos du clonage. Une loi sur le sujet a été votée, les décrêts d’applications ne sont pas encore terminés, que déjà  l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques va rendre les conclusions d’une nouvelle enquête totalement subjective en vue de modifier une loi avant même qu’elle soit finalisée.

Les enjeux sont terribles
: autoriser toute forme de clonage en France, instrumentaliser des malades, etc, afin de figurer en bonne place sur le marché de la Vie. Car c’est bien à cela que certains scientifiques et politiques veulent la réduire.

Encore une action de la Fondation Professeur Lejeune qui mérite d’être soutenue.

Lahire

Emeutes : en attendant la nuit bleue

C’est un fait, les médias ne parlent plus de violences urbaines. C’est une impasse délibérée, un délit de désinformation. On ne peut pas nier pour autant que l’intensité des violences urbaines n’a pas régressé. Mais le fait est qu’il y en a toujours. Et elles tuent. Et le gouvernement a maintenu le couvre-feu pour trois mois par prudence, par précaution, par prévision également. Car le feu, pas complètement éteint (on estime toujours le nombre quotidien, ‘normal’, de voitures brûlées à 90), couve. La police vient de mettre la main sur une cache d’armes à Aubagne. Aucun rapport ? Les spécialistes estiment que des caches de ce type prolifèrent dans les cités : en novembre 2000, onze lance-roquettes ont été découverts dans un garage automobile à Nanterre, la direction des Renseignements généraux a recensé une demi-douzaine d’affaires de saisies d’armes de guerre : deux kalachnikov à Roubaix et à Nanterre ; des obus à Troyes ; un pistolet-mitrailleur à Colombes et un lance-roquettes découvert dans la banlieue lyonnaise.

Au cours de ces trois mois, il y a la fameuse nuit du 31 décembre au 1er janvier. Baptisée ‘nuit bleue’ par la police, cette nuit de fête est l’occasion pour les cités, depuis plusieurs années, de se concurrencer en nombre de voitures brûlées, mais aussi bâtiments incendiés ou vandalisés, commissariats assiégés, poursuites de voitures de police, caillassage en tout genre de pompiers, policiers, gendarmes, etc. Et selon les professionnels du métier, cette année, la nuit bleue devrait battre tous les records

Michel Janva

Un évêque anglais dénonce le multiculturalisme

Il est évêque anglican et déclare :
"Le multiculturalisme a permis aux autres cultures de s’exprimer, mais
il a empêché la culture de la majorité de s’exprimer, d’exprimer ses
victoires, ses combats, ses joies, ses souffrances
",
mettant le doigt sur l’énorme complexe qui prévaut dans les anciennes puissances coloniales par rapport aux gens venant de leur empire. La France devrait méditer à cette phrase qui a le mérite d’être totalement objective : son auteur, monseigneur Sentanu est Noir, Ougandais de naissance, a aussi estimé que le multiculturalisme en tant que concept avait échoué à montrer ce que recouvre le fait d’être Anglais.

Avis aux amateurs.

Lahire

Sarkozy cite le “pays réel” !

Raffarin parlait de la "France d’en bas" opposée à celle "d’en haut" – vision dialectique qui semblait teintée de souvenirs marxistes. Nicolas Sarkozy a lui, samedi, opposé lors d’un discours aux nouveaux militants UMP le "pays réel" au "pays virtuel" :

«Rarement, au cours de trois dernières semaines, je n’ai senti un décalage aussi profond entre le pays virtuel tel qu’il est décrit à longueur d’articles et le pays réel.»
[Un texte du discours est ici, sur le site de l’UMP – mais le passage en question, sauf erreur, n’y figure pas.]
L’extrême-gauche s’étrangle en remarquant que la formule "pays réel" vient de Charles Maurras.
Dans son discours, Sarkozy est revenu sur la "discrimination positive" :
La discrimination positive, ce n’est pas créer des quotas ethniques dans les entreprises, les grandes écoles, les administrations ou à la télévision, afin de satisfaire, sans tenir aucun compte du mérite, une exigence de représentativité des minorités visibles.

La discrimination positive que je propose, c’est de supprimer le handicap objectif dont les personnes, qu’elles soient d’origine étrangère ou française, souffrent en raison de leur appartenance sociale ou de la couleur de leur peau, y compris quand elles font des efforts. C’est la même chose en réalité que la reconnaissance du mérite, qui est l’une des valeurs essentielles de l’UMP et qui sera l’un des fondements de notre projet en 2007. C’est la reconnaissance de tous les mérites.

Cela consiste par exemple à mettre des moyens réellement renforcés au stade de la petite enfance et dans les ZEP pour donner plus, en matière éducative, à ceux qui, au départ, au moins. Cela consiste à aider ces jeunes à concevoir et réussir un projet d’avenir vers des filières ambitieuses, alors qu’aujourd’hui ils n’en ont pas même l’idée parce que personne ne leur en parle.

Sarkozy entretient la confusion sur le sens qu’il donne à la "discrimination positive" :
– Exclut-il les quotas raciaux tous court, ou seulement ceux qui "ne tiennent aucun compte du mérite" ?
– Donner des moyens renforcés aux ZEP (la continuation de la politique actuelle) n’a rien à voir avec un "handicap objectif" spécifique que représenterait la "couleur de la peau" : la question est de savoir si la "discrimination positive" qu’entend Sarkozy attribue officiellement, et avec les meilleures intentions, à une personne une race donnée, comme son équivalent américain – ce qui est un véritable poison social.

Ivan Rioufol sur Radio Courtoisie

L’éditorialiste du Figaro présentait chez Jean Ferré ce soir son recueil d’éditoriaux : Chroniques d’une Résistance.

Sa chronique de vendredi dernier, sur l’après-émeutes, peut encore être lue sur le site du Figaro :

Qui a mis la France dans cet «état d’urgence» ? Ceux qui ont laissé croire aux seuls bienfaits de la multiethnicité, du mélange des cultures, de la «citoyenneté du monde». Ceux qui ont, dans le même temps, ringardisé le patriotisme, relativisé la légitimité des lois, victimisé les minorités. Ceux qui ont dissimulé les réalités, bidonné les chiffres, nié les évidences. Ceux qui ont lynché les contradicteurs. Comment suivre encore ces faiseurs de désastre ?

ONU : encore une allégeance à la culture de mort

Le Comité pour les Droits de l’Homme de l’ONU a, le 17 novembre, jugé que le Pérou n’avait pas respecté lesdits droits en ne permettant pas à une jeune femme, mère d’un foetus très lourdement handicapé, d’avorter.

Les associations pro-avortement qui avaient appuyé la plainte de la jeune péruvienne jubilent :"Nous sommes ravis que l’UNHRC a jugé en faveur de la protection des droits humains les plus fondamentaux des femmes."

Ce jugement doit d’abord être relativisé :

Le Comité des Droits de l’Homme de l’ONU est une institution secondaire de l’organisation, dont les jugements n’ont pas de valeur contraignante. Il est composé de 18 "experts" qui se réunissent trois fois par an, pour trois semaines à chaque fois. Il ne doit pas être confondu avec la Commission des Droits de l’Homme, instance intergouvernementale, et dont l’autorité n’est déjà pas bien élevée. Les pro-avortement semblent jouer sur la confusion en utilisant les initiales communes aux deux instances, UNHRC.

Le jugement n’a pas la portée que lui accordent les pro-avortement : son principe est bien sûr horrifiant, mais le reproche fait au Pérou est que la jeune femme n’a pu avorter, alors qu’elle remplissait d’après le comité les conditions légales selon la loi péruvienne (à savoir un danger pour la santé de la mère).

Mais ce jugement reste inquiétant :

– L’ONU est certes "plurielle" : l’Assemblée Générale, le Secrétariat général, le PNUD, l’UNFPA, les comités et commissions innombrables répondent chacun à des dynamiques différentes. Mais, par contraste avec les instances inter-gouvernementales capables du pire comme, parfois, du meilleur, les structures bureaucratiques permanentes de l’ONU confirment qu’elles pèsent constamment du côté de la culture de mort.

Le choix d’associations pro-avortement d’appuyer la plainte d’une sud-américaine n’est pas un hasard, mais un effort concerté. L’Amérique du Sud est, d’après The Economist, le principal front de la lutte pour la légalisation : seuls le Guyana, la Guyane française et le Belize l’autorisent aujourd’hui largement.

Le Comité des Droits de l’Homme est d’ailleurs un récidiviste dans cette campagne : en mars 2004, le président de ce comité avait qualifié d’ "outrage" le fait que la loi colombienne interdise l’avortement en cas de viol; en 2001 il avait demandé des comptes au Venezuela à propos de "la traite des femmes, l’interdiction de tout avortement non thérapeutique, et la violence contre les femmes." On remarque l’enchaînement de la phrase, très pensé…

Henri Védas

Le Christ-Roi

…, fêté hier, a bien entendu été au centre de l’Angelus de Benoît XVI. Le Pape a rappelé que c’est à la lumière de la centralité du Christ que devaient être interprétés les différents domaines de la vie de l’homme contemporain : "la famille, la culture, l’économie, la politique, la communauté internationale." Puis le Pape a, en espagnol, évoqué la prochaine béatification de 13 martyrs Cristeros :

« En cette solennité de Jésus Christ, Roi de l’Univers, qu’ils ont invoqué au moment suprême de donner leur vie, ils sont pour nous un exemple permanent et un encouragement pour donner un témoignage cohérent de notre foi dans la société actuelle. »

Liberté politique nous livre, toujours à l’occasion du Christ-Roi, une belle réflexion du Père Michel Gitton sur la royauté du Christ. Le prêtre évoque la réticence à parler de cette royauté :

On croyait déjà en avoir fini avec le Père Tout Puissant et voilà qu’il revient dans les prières et les formules de la messe. Quand le christianisme aurait-il tourné le dos à ce modèle autoritaire que Jésus est venu précisément contester ? Dieu n’est qu’amour et sa seule puissance est la force désarmée du don de soi.

Je ne sais pas s’il y a encore beaucoup de gens pour reprendre à leur compte ce genre de réaction, mais elles ont incontestablement marqué une époque, qui correspondait en gros au refus de l’image paternelle dans les années qui précédèrent et suivirent mai 68.

Le Père Gitton rappelle que, pour n’être pas secondaire, l’humilité du Christ est seconde. C’est Sa royauté qui est première :

Car, disons-le franchement : la faiblesse à la quelle le Christ a consenti n’est pas une valeur en soi. […]

Non, notre Dieu est fort, c’est le "Dieu des victoires". Si sa force s’est déguisée en faiblesse pour s’insinuer dans la condition humaine, ce n’est pas pour la laisser comme elle est. Les Pères nous disent qu’il a réussi à tromper la ruse du Démon acharné à écraser l’homme et qu’en prenant incognito la place de celui-ci, il a pris sur lui toute la violence dont l’Ennemi se sert pour faire plier la volonté de l’homme et l’amener dans son camp. Seulement en mourant sans s’être un instant séparé de l’amour du Père, il a échappé au piège et les hommes peuvent maintenant passer par les mailles du filet. Ce ne sont pas que des images, c’est la réalité. La force paradoxale de Dieu a eu raison du malheur de l’homme.

On comprend qu’on puisse ensuite le représenter à cheval, comme un triomphateur et comme le Roi des rois !

Henri Védas

PS : Le Pape s’est également adressé aux pèlerins francophones, les invitant à la prudence au volant :

"Je salue cordialement les pèlerins francophones. En ce dimanche consacré aux victimes de la route, je confie à l’amour du Seigneur toutes les personnes décédées dans des accidents de la circulation, ainsi que les très nombreux blessés et leurs familles. J’invite tous les automobilistes à une conduite prudente et responsable, afin de lutter efficacement, avec les Autorités, contre ce mal social et de réduire le nombre des victimes."

Boom catholique au Vietnam

Un diocèse vient d’être créé dans le sud du Vietnam pour faire face au nombre important de fidèles. Le Vietnam compte la deuxième plus grande communauté catholique en Asie avec environ 8 millions de fidèles, juste après les Philippines (sachant qu’il n’existe pas de chiffres pour la Chine). Bien que le Vatican et le régime communiste du Vietnam n’entretiennent pas de relations diplomatiques officielles, la décision "avait été approuvée par le Premier ministre Phan Van Khai le 13 mai, à la demande du Vatican et du Conseil épiscopal de l’Eglise catholique du Vietnam".

Le diocèse de Xuan Loc, au sud-est du pays, a été divisé en deux pour donner naissance à celui de Ba Ria, sur la côte vietnamienne. Le pays compte désormais 26 diocèses. L’archevêché de Hanoï a annoncé que 57 diacres vietnamiens seront ordonnés prêtres le 29 novembre, en présence du cardinal Crescenzio Sepe, préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples. Le cardinal rencontrera "à titre personnel" le Premier ministre et des responsables religieux.

Ceci confirme l’idée des diplomates, qui estiment que l’établissement des relations n’est plus qu’une question de temps : "Il y a eu des visites de haut-niveau régulièrement par des délégations du Vatican" et "même les officiels vietnamiens évoquent d’éventuelles relations diplomatiques".

Michel Janva

Quand on reparle du Sida

Le constat est macabre : l’Afrique regroupe près des deux tiers des séropositifs et malades du sida de la planète et, en 2005, 3,2 millions d’Africains ont contracté l’infection et 2,4 millions sont morts du sida. L’Afrique subsaharienne abrite à peine plus de 10% de la population mondiale, mais regroupe plus de 60% des personnes vivant avec le VIH, soit 25,8 millions sur un total mondial de 40,3 millions, note le rapport Onusida-OMS.

Pourtant, tout n’a pas l’air de s’aggraver puisque une baisse de la proportion d’adultes infectés semble se produire au Kenya, au Zimbabwe et en Ouganda, ce dernier affichant une baisse régulière des niveaux d’infection. Penchons-nous sur le cas ougandais : Le Salon Beige en avait justement parlé en août dernier. En effet, le délégué des Nations unies sur le problème du sida, Stephen Lewis, s’en était alors pris aux Etats-Unis qui favorisent l’abstinence en Ouganda, et non le dogme du préservatif. Sur l’efficacité de ce dernier, cliquez ici et allez sur "la politique de prévention" du Sida…

Michel Janva

Percée en Italie sur le front de la vie ?

Le ministre Francesco Storace (dont l’hostilité à l’avortement est connue et qui tente d’empêcher l’introduction de la pilule abortive RU-486 en Italie), membre du parti de droite Alliance Nationale participant à la coalition gouvernementale de Silvio Berlusconi, a convoqué pour lundi une "réunion technique" sur "l’application intégrale de la loi 194" qui autorise l’avortement depuis 1978. "La loi doit être appliquée intégralement, à commencer par les disposition sur la prévention qui soulignent le droit à avorter, mais aussi à ne pas avorter". C’est pourquoi, il a souhaité une "présence culturelle pluraliste" aux consultations pré-IVG, en citant "par exemple le mouvement pour la vie", une association anti-avortement dont l’activité a été saluée par le pape Benoît XVI.

Les émeutes ou le règne de Narcisse

Aujourd’hui, dans Le Figaro, nous pouvons trouver l’analyse du Père Tony Anatrella, spécialiste en psychiatrie sociale. Pour lui, "la violence des délinquants qui empoisonne la vie des cités exprime le crépuscule des repères de base. (…) Le narcissisme contemporain (…) détricote le lien social et remet en question la plupart des solidarités humaines. Sous l’emprise de l’individu-roi, le législateur contribue à dévaloriser le sens du couple et de la famille au point de saper celui de l’autorité, de l’engagement et de l’éducation, à travers des lois qui créent de la pathologie sociale. (…) Le comportement de nombreux jeunes est le symptôme de la confusion du lien familial, d’un mépris du sens des lois, des références culturelles de la société et d’un désarroi délétère qu’on a laissé s’installer. (…)

1) En acceptant l’arbitraire de la subjectivité (homosexualité, PACS, etc. NDLR), le législateur favorise la désocialisation et dévalorise toutes les autres lois qui peuvent être de moins en moins respectées. (…)

2) Au nom de l’égalitarisme, la loi ne distingue plus entre l’essentiel et l’accidentel. Alors que les problèmes de nombreux jeunes révèlent de graves carences familiales, les élus sapent les fondements de la famille en légalisant tout ce qui existe. (…) La confusion première vient du manque de soutien de l’État à ce qui constitue réellement la famille issue de l’union d’un homme et d’une femme.

3) Le règne de Narcisse c’est aussi celui du transgresseur qui passe pour un héros et se trouve valorisé par les médias et encore davantage s’il utilise sa situation pour en appeler à réformer les lois de la société et les règles morales. (…) On crée une situation de fait pour ensuite demander sa légalisation (avortement, drogue, adoption par les couples homosexuels… NDLR). (…) Comment s’étonner que devant de telles mesures insidieuses, arbitraires et transgressives, des jeunes soient dans le mépris des lois ?

4) Le règne de Narcisse culmine enfin dans le négationnisme de la différence sexuelle et le révisionnisme des normes sexuelles de la société, qui fondent pourtant le lien social. (…) La plupart des enquêtes sur le «bien-être» des enfants vivant dans ces conditions (dans des couples homos, NDLR) sont limitées et faussées. Elles ne rendent pas compte des structures psychiques qui se mettent en place. (…) Les mots, les discours et les chiffres sont manipulés pour en appeler à «l’égalité» afin d’éviter la question de l’instrumentalisation des enfants qui servent d’étayage à ces adultes. (…)"

La société détruit la famille et s’étonne ensuite de rencontrer la violence.

Michel Janva

Gréviculture

La nouvelle grève à la SNCF est illégale, et la direction de l’entreprise et les pouvoirs publics devraient la faire interdire par la justice. Les syndicats ont assorti leur préavis de grève de 15 revendications, sans compter les revendications spécifiques de la Fgaac (Fédération générale autonome des agents de conduite). La multiplication des revendications, loin de camoufler le seul motif réel (le refus de la privatisation – n°8), ne fait que souligner le caractère artificiel du procédé.

Lâches, les pouvoirs publics n’osent jamais condamner et faire condamner une grève comme illégale. Cette fois-ci, le gouvernement avait pourtant le précédent de la RTM (transports marseillais), sur lequel il pouvait s’appuyer pour légitimer un procès face à ceux qui considèrent que les syndicats d’extrême gauche ont tous les droits. La justice a déclaré illégale la grève de la RTM au motif qu’il s’agissait d’une grève politique. Or, cette grève a été lancée pour lutter contre un projet de privatisation. Comme celle de la SNCF. A cela près qu’en l’occurrence il n’y a même pas de projet de privatisation : on proteste contre une "privatisation rampante". La grève à la SNCF est bien plus illégale que celle de la RTM. Et, la justice a détruit l’argument selon lequel la grève serait légale puisque le préavis comporte aussi des revendications professionnelles. Dans le préavis à la RTM, il y avait quatre revendications, dont deux au moins étaient purement professionnelles. La justice n’en a tenu aucun compte, mettant en avant le fait que le refus de la privatisation était le seul véritable motif de la grève.

Ainsi, l’ajout d’une kyrielle de revendications professionnelles ne change rien à l’illégalité d’une grève dont le seul vrai motif est politique. En outre, la CFTC, la CFDT, la CGC et surtout l’UNSA (3e syndicat de la SNCF) ne participent pas à la grève et en rejettent le principe même. "Parce que les solutions sont d’ordre politique, l’UNSA refuse que les cheminots supportent le coût d’une grève servant à masquer les erreurs des dirigeants SNCF et des gouvernements. C’est pourquoi l’UNSA Cheminots ne s’associera pas à ce mouvement national reconductible. Par ailleurs, dans la situation sociale des banlieues, un conflit majeur dans le service public de transport ajoutera encore à la souffrance des populations les plus touchées."

Les voyageurs comme moi sont du même avis. En laissant paralyser une fois de plus le réseau ferroviaire, le gouvernement se couche devant les gauchistes, qui ne cherchent au fond qu’à effectuer leur tapage médiatique de l’automne, retardé par les émeutes.

Michel Janva

Terre Sainte : combien de chrétiens ?

Artemio Vitores, franciscain de l’Ordre des Frères mineurs et vicaire de la custodie de Terre Sainte à Jérusalem lance un appel : "aidez-nous à ne pas perdre Bethléem, où la présence chrétienne diminue". Répondant aux questions de l’agence Fides à l’occasion de la visite au Vatican du président israélien Moshe Katsav, le père Vitores a attiré l’attention sur la situation actuelle à Bethléem.

"Il y a quelques jours, les autorités israéliennes ont rétabli une ligne de frontière avec Jérusalem, ce qui rend la liaison très difficile, en instaurant un check point et des contrôles qui créent de graves problèmes et des ennuis à la population locale, mais également aux communautés de frères, aux religieux et à tous les pèlerins. (…) Sans oublier la question non résolue du Sanctuaire du Cénacle : un accord avec les autorités israéliennes semblait proche, puis cette espérance s’est éloignée à l’improviste".

Le père Vitores a expliqué que si "en 1965 les chrétiens constituaient la majorité de la population, aujourd’hui ils sont moins de 12 %. Ces dernières années plus de 3000 chrétiens ont quitté la ville à cause d’un manque de perspectives d’avenir, à cause des difficultés économiques, sociales et religieuses.

"La présence chrétienne à Bethléem risque de disparaître complètement. (…) Bethléem est le lieu de la naissance du Christ, le lieu de l’Incarnation, l’un des mystères fondamentaux de notre foi. Bethléem est dans notre cœur, et dans le cœur de tous les chrétiens. Aidez-nous à le sauver !".

Michel Janva

Un mort dans les émeutes de cette nuit

On n’en parle plus, mais les incivilités, pour ne plus dire émeutes, se poursuivent et elles ont fait une nouvelle victime cette nuit :
"Le gardien du lycée de la Plaine-de-Neauphle à Trappes (Yvelines) est
décédé d’une crise cardiaque cette nuit alors qu’il tentait d’éteindre
un feu de voiture devant le lycée
" peut-on lire aujourd’hui à 12h07 sur le fil info de TF1.

La mésinformation volontaire se poursuit. Que se passe t-il dans les banlieues, puisqu’on nous cache même les morts pendant plusieurs heures? A moins que les morts fassent aussi désormais partie de la norme

Lahire

Aveu de désinformation

Jean-Claude Dassier, le directeur général de LCI a admis qu’il avait volontairement censuré la réalité des émeutes raciales de banlieues, et ce afin de, selon ses propres mots, "ne pas favoriser l’extrême droite". Selon le quotidien britannique The Guardian, le journaliste a déclaré "La politique française est en train de se droitiser, et je ne veux pas que des hommes politiques d’extrême droite soient à nouveau en deuxième position, ou même en première parce que nous aurons montré des voitures en feu à la télévision".

Un tel procédé – qui constitue purement et simplement une opération de désinformation – est contraire aux plus élémentaires règles déontologiques qui s’imposent à chaque journaliste. La Chaîne de l’Information devrait plutôt se nommer la Chaîne de la Désinformation… Selon la Charte des devoirs professionnels des journalistes français, "un journaliste, digne de ce nom tient (…) l’altération des documents, la déformation des faits, le mensonge pour les plus graves fautes professionnelles; (…) n’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée". La Déclaration des devoirs et des droits des journalistes de la Communauté européenne, impose de "respecter la vérité, quelles qu’en puissent être les conséquences pour [eux-mêmes], et ce, en raison du droit que le public a de connaître".

De la désinformation à la pensée unique, en passant par le matraquage médiatique, nos médias français ressemblent à La Pravda (‘la vérité’), le journal officiel en URSS chargé de véhiculer la vérité du jour…

Michel Janva

La Constitution européenne enseignée aux enfants

Le Daily Telegraph attire l’attention sur la diffusion, par la Commission et aux frais des contribuables de l’UE, de l’ouvrage "Europe, mon foyer". Destiné aux enfants, c’est un livre de propagande où deux enfants se font expliquer, de métaphore inepte en métaphore inepte, le fonctionnement et la nécessité de l’Europe fédérale.

Le livre comporte un passage sur la Constitution, que l’on croyait pourtant morte : "Avec cette nouvelle Constitution tout va aller comme sur des roulettes" !

D’après un représentant de la Commission, la Constitution "est toujours d’actualité. La seule chose qui a été décidée est qu’il y aurait une période de réfection."

L’ouvrage a déjà été diffusé à 128.000 exemplaires, dont de nombreux à destination des écoles françaises.

Henri Védas

Réunion de traditionalistes à la mutualité : derrière Benoît XVI

Le Centre Saint-Paul a organisé aujourd’hui à la Mutualité un rassemblement intitulé "Rome et la Tradition" : en présence des abbés de Tanoüarn, Laguérie, Héry et Aulagnier, qui ont tous été exclus, à des dates différentes, de la Fraternité Saint-Pie X; mais aussi d’une grande partie de l’ "intelligentsia" laïque traditionaliste (Jean Madiran, Michel De Jaeghere, Olivier Pichon, Philippe Maxence…); et même de prêtres "Ecclesiae Dei" venus simplement s’informer (l’abbé Pozzetto, le Père de Blignières).

Le message de la journée, délivré devant environ 800 participants, était celui d’une allégeance sans ambiguïté au Pape Benoît XVI. Et d’une remise en perspective de "la Tradition" :

"Nous ne sommes pas la Tradition; nous sommes les disciples de la Tradition. Nous ne sommes pas l’Eglise; nous sommes les fils de l’Eglise." (Michel De Jaeghere, très applaudi.)

L’abbé de Tanoüarn a par ailleurs annoncé que le Saint-Siège avait explicitement levé les sanctions, réelles ou éventuelles (la nature des sanctions étant sujette à débat), qu’il avait encourrues du fait de son apparenance à la Fraternité Saint-Pie X.

Henri Védas

Le “dessein intelligent” : deux critiques

Spontanément, on aurait bien sûr de la sympathie pour le mouvement en faveur de l’ "Intelligent Design" qui suscite une controverse importante aux Etats-Unis. Mû principalement par le Discovery Institute, ce mouvement se présente comme une contestation scientifique respectable du darwinisme, et veut profiter de failles dans la théorie darwinienne pour plaider la nécessité d’une intelligence créatrice, là où la simple sélection n’explique pas l’existant.

On aurait plutôt, donc, de la sympathie pour eux. Mais le débat est d’une extrême confusion : en fait, il se joue parallèlement et simultanément sur les fronts de la biologie, de l’épistémologie, de la métaphysique et de la théologie. Et à des arguments d’un ordre répondent parfois des objections d’un autre ordre. Les partisans de l’Intelligent Design ne font souvent rien pour clarifier le débat, leurs prétentions d’ordre scientique dissimulant souvent un fond néo-créationniste issu des milieux protestants fondamentalistes.

C’est pourquoi bien des intellectuels qui, pourtant, sont du bon côté des barricades dans la guerre culturelle éprouvent de la répulsion pour la théorie de "l’Intelligent Design" :

– Charles Krauthammer dans le Washington Post de ce week-end :

Le dessein intelligent est peut-être intéressant en tant que théologie, mais en tant que science c’est une escroquerie. C’est une "théorie" auto-suffisante et tautologique dont l’unique assertion est que quand il y a des trous dans un domaine de la connaissance scientifique – dans ce cas, l’évolution – il faut les remplir avec Dieu. C’est une "théorie" […] qui viole la condition la plus élémentaire pour quleque chose qui prétend être de la science : être empiriquement réfutable.

Le directeur de l’observatoire du Vatican s’est également prononcé contre : pour lui non plus, ce n’est pas de la science.

Le débat sur le "Dessein Intelligent" ne porte donc pas, en fait, sur l’existence d’un "dessein intelligent" : ces critiques sont bien sûr persuadés qu’il y a, derrière la création, un dessein intelligent. Il porte sur le domaine de la science, et celui de la foi.

Henri Védas

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Allons-nous laisser la culture de mort triompher ?

JAMAIS

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique