Bannière Salon Beige

Blogs

Bientôt, Hugo Clément va témoigner de l’euthanasie de Konbini…

Konbini et son journaliste phare Hugo Clément (il a quitté la société l’an passé), surnommé Ego Clément dans le milieu journalistique, aimait les reportages sordides. Exemple avec ce témoignage d’une mère qui avoue avoir tué son fils. Il semble que cela ne fasse pas beaucoup d’audiences…

La plateforme numérique a demandé au tribunal de commerce de nommer un mandataire ad hoc. La situation financière exacte de Konbini n’est pas connue, car la société ne dépose pas ses comptes, et a refusé de commenter ses résultats. Toutefois, selon les documents obtenus par Capital, Konbini SAS a perdu 4,7 millions d’euros en 2018, terminant l’année avec des fonds propres négatifs de 2 millions d’euros. Le site a avait ouvert des bureaux aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, en Suisse et au Nigéria. Les adresses web de ces sites montrent qu’ils sont désormais tous fermés.

Mgr Dominique Rey : vingt ans déjà

Un article d’Antoine Bordier pour Le Salon beige :

Il a été nommé par le Pape Jean-Paul II évêque de Fréjus-Toulon, le 16 mai 2000, avant d’être ordonné le 17 septembre à La Castille. Au sein de la Conférence des Evêques de France, il fait partie de ceux qui ont le plus d’expériences. Aimé, critiqué, ses proches disent que c’est un homme « libre », profondément « chaleureux et humain ». Pour tracer son portrait, nous sommes allés à la rencontre de cet évêque, qui a su faire le grand-écart entre le monde moderne, les mouvements charismatiques, dont il est issu, et l’Eglise traditionnelle. Nous avons, aussi, interrogé quelques-uns de ses proches. Immersion dans les eaux vives de Mgr Dominique Rey.

Sa poignée de main est chaleureuse et franche. Son sourire est large et généreux. Du haut de son 1,83 m, l’adoration et la prière, au fil des années, l’ont un peu voûté. Mais, il a gardé l’allure vive. Il impressionne et met à l’aise à la fois. Il sourit et répond avec beaucoup de sérénité. Il n’a pas de sujet tabou. Il sait parler aux grands de ce monde, comme aux personnes SDF, qu’il croise sur son chemin. Quand il se rend au Brésil, les médias locaux le reconnaissent et l’invitent sur leur plateau, hors-programmation, de façon inopinée. Depuis, quelques années, nous le suivons sur beaucoup de sujets. Les derniers en date : la question de l’Islam et l’avenir de l’Eglise de France confrontée à la chute de ses vocations sacerdotales et à sa déchristianisation. Son parcours est riche et teinté de rencontres, de projets, de réalisations. Récemment, à La Castille, le 19 septembre dernier, il ordonne les derniers prêtres et diacres du diocèse. L’année 2020 l’a comblé :

« Je suis heureux, car avec ces dernières ordinations ce sont, en tout, 9 prêtres et 7 diacres qui sont envoyés vers le peuple de Dieu. En juin, j’avais déjà officié les premières ordinations ».

La Castille, qui se situe à 13 km de Toulon, est un lieu privilégié, propice au bien-être humain et spirituel. On y trouve un château, un séminaire, une chapelle, un oratoire, une hôtellerie, et, un vignoble de près de 200 hectares. Il y fait bon vivre. Les séminaristes s’y épanouissent. Ils sont près de 80. C’est là que Mgr Joseph Madec, son prédécesseur, décédé en 2013 dans sa Bretagne natale, lui a légué les clefs de son diocèse le 17 septembre 2000.

« Mon père s’appelait Joseph »

Joseph, c’est un premier point commun entre les deux hommes. Comme Dominique l’explique :

« Mon père s’appelait Joseph, et, ma mère Marie. Je suis le petit dernier d’une fratrie de 7 enfants. J’ai 2 frères et 4 sœurs. J’ai reçu beaucoup d’affection de la part de mes parents, et, de mes frères et sœurs. Nous avions une vie de famille très modeste. Mon père était typographe, il travaillait comme contremaître dans une imprimerie de saint Etienne. Même si j’avais beaucoup d’écart d’âge avec mes frères et sœurs, nous avons été très heureux. Ce qui m’a beaucoup marqué dans mon enfance, c’est d’avoir vu mes parents prier, et, s’engager ensemble dans l’Eglise. Ils s’aimaient tendrement. Mon père était, en outre, engagé comme visiteur de prison, et, au Secours Catholique. Je me souviens, encore, le voir à genoux, dès l’aube, dans la cuisine, avant d’aller au travail. Il priait son chapelet. Ma mère était très prise par les charges familiales, et, s’investissait, malgré tout, dans la vie paroissiale. »

Dominique est né le 21 septembre 1952, à saint Etienne. Dans les années 50, cette ville est en pleine croissance.

« Saint Etienne, explique-t-il, est une ville industrielle marquée par l’activité d’exploitation du charbon, la manufacture d’armes, le pétrole et le textile. J’y ai fait toutes mes études. Puis, je suis allé à Lyon, où j’ai obtenu une maîtrise en économie. Ensuite, j’ai poursuivi jusqu’au doctorat à Clermont-Ferrand. »

Pendant son enfance, le jeune Dominique, s’investit, aussi, dans sa paroisse de Notre-Dame de Lourdes. Il pratique le scoutisme et participe aux activités du patronage de saint Joseph. Pudique, il parle peu de sa vocation. D’ailleurs, à l’époque, il n’y pense pas encore.

Des pères de famille viennent se confient à saint Joseph, lors du pèlerinage à Cotignac, le 5 juillet 2020

Les prémices de sa vocation : au Tchad !

A la fin de ses études en Economie, il part faire son service militaire. Il choisit de le faire en tant que vsn, volontaire du service national, à N’Djamena, la capitale. Là, une rencontre le marque à tout jamais : celle d’un pasteur évangélique.

« C’est la première fois que je quittais mon pays pour me rendre dans un pays que je ne connaissais pas. C’était fantastique. J’ai rencontré le pasteur Giraud, qui m’a touché par son zèle apostolique. Il m’a donné un nouveau regard sur la manière de vivre ma foi catholique. Je suis rentré à la fin de l’année 1977 à Paris, où je rencontre pour la première fois la Communauté de l’Emmanuel. »

C’est dans cette communauté qu’il reçoit l’appel à tout quitter, à suivre le Christ et à devenir prêtre. Cette communauté le fascine et le réjouit en même temps :

« J’ai compris que c’est là où Dieu m’appelait. Parce que j’y retrouvais l’esprit missionnaire, la vie fraternelle, et, l’attachement profond à l’Eglise catholique. C’était, en plus, une jeune communauté, remplit d’enthousiasme et de nouveautés apostoliques. Puis, j’ai quitté mon travail au Ministère des Finances, et, avec d’autres jeunes nous avons ouvert la branche sacerdotale de la communauté. »

La communauté est accueillie à Paris au sein du couvent Dominicain, au 222, rue du Faubourg Saint-Honoré.

« Doux et humble de cœur »

Au cours de ses années de formation, le désir de se consacrer totalement au Seigneur se fait de plus en plus fort. Rentré à l’âge de 28 ans, après une brève carrière à la Direction Générale des Impôts, Dominique est ordonné prêtre à Notre-Dame de Paris, par le cardinal Jean-Marie Lustiger, le 23 juin 1984. Il devient aumônier du lycée Stanislas de Paris, puis, vicaire à Sainte-Marie-des-Batignolles. Entre 1986 et 1988, il est supérieur des chapelains de Paray-le-Monial. De 1988 à 1995, il est prêtre-accompagnateur des séminaristes et des prêtres de l’Emmanuel. Il retrouve Paris en 1995, et devient curé de la paroisse de la Sainte-Trinité de 1995 à 2000. En 2000, il quitte, définitivement, Paris pour Toulon où il est nommé. C’est le cardinal Jean-Marie Lustiger qui le consacre. Sa devise, qui le définit bien également : « Doux et humble de cœur ». Parmi ses nombreux amis et proches, il y a, d’abord, des convertis. Des hommes et des femmes qui ont changé de vie en l’écoutant, en se laissant toucher par sa prière.

« Grâce à lui, j’ai retrouvé la foi »

Dominique Le Romain en fait partie. Elle s’est convertie, quand il était curé de la Sainte-Trinité à Paris. Elle témoigne :

« Il m’a impressionné lors de notre première rencontre. Dominique est un motard et cela m’a touché qu’il puisse à la fois être sur 2 roues, rouler à vive allure, et prendre le temps de vous écouter. Grâce à lui, j’ai rencontré le Seigneur. Si j’avais à le définir, je dirais qu’il est à la fois secret et public. C’est un grand frère. Il a une grande capacité d’écoute et d’empathie. Il vous regarde comme s’il vous connaissait depuis toujours. Il est humble et très spirituel. Et, c’est aussi un grand poète. »

Poète, le mot reviendra sans cesse dans la bouche de ses proches. Comme Hélène de Laage qui vit entre Paris et Toulon. A plus de 90 ans, elle parle de lui en gardant le souvenir intact de sa fidélité priante et sacramentelle au chevet de son mari malade. Elle l’a connu à Paray-le-Monial, lors du lancement du festival Magnificat dans les années 80. Puis, elle le retrouve quelques années plus tard, à la Sainte-Trinité, par l’intermédiaire de son fils Hilaire et de sa belle-fille Claire, engagés auprès de Dominique Rey, lors des Journées Mondiales de la Jeunesse en 1997, à Paris. Elle reste, aujourd’hui, « fascinée par lui, par son énergie ». Ce qu’elle aime chez lui, c’est « sa grande bienveillance. C’est aussi un poète, et, il a une vraie sensibilité artistique. Il aime beaucoup les jeunes. Il les comprend et c’est réciproque. » C’est ce que pense aussi Michael Lonsdale, le célèbre comédien, oscarisé en 2011 pour le film Des hommes et des dieux :

« Dominique est un ami toujours fidèle dans les bons et dans les mauvais moments de la vie. Il aime les artistes. Il a lancé des groupes de prières sur Paris. C’est comme cela que je l’ai connu. Il venait prier au milieu d’artistes que je réunissais chez moi à Paris ».

Michael n’en dira pas plus. Il est très fatigué. A l’approche de ses 90 ans (en 2021), il semble s’éteindre petit-à-petit. Dominique et lui se connaissent depuis une trentaine d’années. Ensemble, ils ont vécu de nombreux évènements artistiques, à Paray-le-Monial, à Lérins et à Toulon, notamment.

Hélène de Laage, Jean-Philippe Taslé d’Héliand, Claire de Laage et Agnès de Joigny

Un curé « sexy » ?

Revenons à Claire et Hilaire de Laage, qui ont « connu Dominique juste après les JMJ de Paris, en 1997. Les JMJ ont marqué fortement notre vie et nos relations. Nous y avons vu de grandes grâces et quelques conversions. Nous aimons Dominique parce qu’il donne gratuitement, continuellement. C’est un don de Dieu ». Aubry, ancien publicitaire, fait partie de ces personnes qui se sont convertis à ce moment-là

« Je l’ai rencontré au moment des JMJ, parce que la paroisse de La Trinité avait une problématique de communication. A l’invitation de Claire et d’Hilaire, je me retrouve à la paroisse pour les aider sur le sujet. Lors de cette soirée, j’étais à contre-courant de tous ces catholiques pratiquants que je trouvais vieux-jeux. Pour moi, Dominique n’était pas un curé sexy. J’avais des aprioris sur lui. Je le rencontre finalement. Nous avons un échange qui m’a mis sur le chemin de la conversion. Je lui présente un texte que j’avais écrit : 1000 raisons pour ne pas venir aux JMJ. Et, là au lieu de mal le prendre, il me challenge, devient encore plus iconoclaste que moi. C’est à ce moment que commence notre amitié et ma conversion. »

Aubry se lance à fond avec Dominique Rey, et, d’autres amis dans de nouveaux projets, comme les soirées Espérances, le groupe de prières Ephphata.

Le globe-trotter de Dieu

Paris-Toulon c’est près de 1000 kms. Ses amis l’y rejoignent, le suivent et l’encouragent. Ensemble, ils organisent des pèlerinages. Ils participent à des missions d’évangélisation. Dominique ne s’enferme pas dans son évêché. Ses amis sont unanimes sur un point : « Mgr Rey est un homme libre, profond, et, en mouvement ! » Jean de Puybaudet et Jean-Philippe Taslé d’Héliand le répètent chacun à leur façon :

« Dominique est un homme qui a une grâce particulière pour communiquer sa joie de vivre. Il est heureux. Quand je suis parti avec lui à Tamanrasset, au Brésil, en Ukraine, en Russie, en Thaïlande ou au Canada, je l’ai vu se pencher sur la misère humaine. C’est un homme très profond, animé par la compassion. Sa capacité à trouver Dieu chez les pauvres m’a beaucoup apporté. Il nous relie ensemble, à Dieu. »

Jean-Philippe, qui a rencontré le Seigneur grâce à Dominique Rey est aussi parti en voyage avec lui.

« Je lui dois ma conversion. Une amie m’avait invité à La Trinité. Je traînais les pieds. Dominique Rey m’a touché dans son homélie. J’ai eu l’impression qu’il me parlait personnellement. Il m’a dit : « laisse-toi aimer. Laisse-toi guider ». Dominique, c’est l’homme de la reliance. Il est pontife dans le sens où il crée des ponts entre les hommes, et, entre Dieu et les hommes. »

Lui-aussi est allé à Tamanrasset en 1999. Dans les années 2000 avec une trentaine de personnes, ils iront en Jordanie et en Turquie. Puis, Mgr Rey aura un coup de cœur pour les chrétiens d’Orient persécutés. Il s’y rend à plusieurs reprises au péril de sa vie. Il organise, notamment, le jumelage de son diocèse avec celui de Homs. Il accueille des réfugiés dans son diocèse. Il pleure, aujourd’hui, le Liban.

« Une vision prophétique de l’Eglise »

Laurent de Cherisey est connu pour avoir fait le tour du monde avec sa famille, en 2005-2006. Il en a écrit un livre, Passeurs d’Espoir. Il a, aussi, fondé Simon de Cyrène, une fédération d’associations qui anime des communautés où cohabitent des personnes valides et handicapées. Il rencontre Dominique en 1988, et, souhaite entrer au séminaire. Il lui en parle et celui-ci lui répond : « L’Eglise ne recrute pas, elle discerne ». De là, est née une amitié profonde. Au sujet du diocèse de Fréjus-Toulon et du séminaire de La Castille, Laurent répond que :

« Dominique a une vision prophétique de l’Eglise et d’un séminaire diocésain. Il doit rassembler des sensibilités aussi variées que celle des 12 apôtres. Et cela pour apprendre aux séminaristes à s’aimer dans la richesse de leurs différences. »

Benoît Rabourdin est l’un des plus anciens à connaître Dominique. Ce grand-père, start-upper (nouvelle entreprise à forte croissance), le connaît depuis 1980 ! Engagé, avec son épouse, dans la Communauté de l’Emmanuel, Dominique les a mariés. Pour le qualifier, il répète que « Dominique se définit par son audace missionnaire, et, son ouverture internationale légendaire ». C’est ce que pense, également, François Jusot, qui a rencontré Dominique à Pigalle, dans le fameux bistrot du curé. Pour lui, « Dominique, grâce à son audace, à sa créativité, et, à sa sensibilité, évangélise à temps et à contre-temps. Comme saint Paul. Grâce à sa vision prophétique, il représente pour nous laïcs, en ces temps très alarmants, où l’apostasie, le relativisme, les attaques contre la vie, la famille, le mariage, le sacerdoce et l’Eglise semblent triompher et la civilisation de mort l’emporter, une grande espérance. Heureusement, qu’il n’est pas le seul évêque dans ce cas ! » Avant de boucler ce reportage, nous échangeons quelques mots avec Stanislas Péronnet, qui est le responsable de la Marche de Saint Joseph à Paris. Il a rencontré Dominique la première fois, dans le Hoggar, en Algérie, en 2010. Il l’apprécie tout particulièrement parce qu’il sait « lancer sur la route et mettre en marche. On ne compte pas tous ceux qu’il a mis en route sur le chemin du Christ. » Il lui est reconnaissant de lui avoir « fait et donné tant de confiance ».

Laissons les derniers mots à Mgr Dominique Rey, l’auteur qui a écrit une dizaine d’ouvrages :

« L’amitié de Dieu est celle qui manque le plus à la plupart de nos contemporains. Celui qui n’a pas de passion pour la vérité et ne reste pas fidèle à son identité plus profonde, ne sera jamais capable de dialoguer. » Extraits de son ouvrage, Le temps des laïcs, paru en 2017. Le silence a tellement de choses à nous dire dans notre monde bavard et bruyant. Un homme nommé Joseph : méditations à Cotignac, paru en 2018.

Textes et photos réalisés par Antoine BORDIER

Face au séparatisme vestimentaire, Blanquer veut de la vêture républicaine

De Bernard Antony :

Nous l‘avons déjà écrit ici, le vocable « séparatisme » a été progressivement, largement substitué à celui de « communautarisme » lâchement utilisé pour ne pas dire « islamisation ».

Mais nous pouvons volontiers observer que s’il y a un domaine particulier où se manifeste certes une grandissante séparation de fait, c’est bien celui pour les jeunes personnes des façons d’être vêtues (ou dévêtues).

D’une part, souvent sous le contrôle des « grands frères », des jeunes filles islamiquement identifiables sous les différentes vêtures « musulmanement correctes », tchadors, hijabs et autres.

De l’autre, des gamines aux « jeans » troués avec des déchirures minutieusement effilochées ; beaucoup avec des jupes toujours plus rapetissées, leurs jambes sans vergogne toujours plus dévoilées, histoire pour certaines d’aguicher leurs profs et leurs petits camarades.

Un grand nombre, en jeans ou en mini-jupes, tiennent aussi à exhiber très ostentatoirement leur nombril. Sans crainte de prendre froid.

Jusqu’au faudra-t-il se vêtir pour les unes ? Jusqu’où se dévêtir pour les autres ?

Sur ce registre, qui n’est pas mineur, une séparation en effet ne cesse de s’approfondir. Le ministre, Monsieur Blanquer de l’Éducation Nationale où l’on éduque si peu, et si peu nationalement, s’est ému hier de cet état de fait. Il annonce donc vouloir agir pour qu’au moins les élèves des lycées et collèges soient habillés « républicainement ». Mais qu’entend-il exactement par là ?

On peut penser qu’il ne s’agirait pas de vouloir faire adopter à nos gamins les bonnets phrygiens et autres usages vestimentaires de la mode « sans-culotte » et aux gamines ceux de leurs sœurs et compagnes que chante notre hymne national.

Jean-Michel Blanquer veut sans doute simplement prôner un peu de « décence » chez les élèves dans la manière de s’habiller. Mais il n’a pas osé prononcer ce mot. Sans doute de peur d’être taxé de « vieux schnock » (pour être poli). Il s’est épargné aussi, heureusement, d’en appeler à la « vertu républicaine » tant brandie par tous les corrompus et guillotineurs de la Révolution.

Comme toujours, le diable est dans les détails. De quelles directives d’application va donc être suivie sa déclaration de principe ? Certes il y a un bien triste conformisme et à vrai dire de laide uniformité dans la mode du raccourci, du troué, et de l’effiloché. Et lui substituer le retour à l’usage égalitaire de tenue uniforme, variable selon les établissements et les niveaux, serait-il impensable ?

Pourtant c’est ce qui se fait dans des dizaines de pays et dans les meilleures écoles du monde. Toujours est-il que Blanquer ne peut en rester à sa déclaration de principe.

L’acteur Michael Lonsdale, 89 ans, est mort. RIP

Parmi ses réalisations récentes, l’acteur, qui ne cachait pas sa foi catholique, avait prêté sa voix à un film sur la Syrie, réalisé par SOS Chrétiens d’Orient, à la version française d’un film italien sur Padre Pio, à un spectacle sur sainte Bernadette, … Il avait aussi soutenu Alliance Vita, la Fondation Lejeune et s’était courageusement opposé à l’indécent spectacle Golgota picnic.

Une ancienne responsable du Planning familial raconte l’avortement qui l’a fait changer d’avis

Voici le témoignage, traduit en français, d’Abby Johnson, l’héroïne du film Unplanned (retrouvez les séances de ce film tout juste traduit en français).

Elle raconte un avortement guidé par sonde échographique : celui qui lui a fait réaliser la nature de cet acte, qui tue un bébé innocent.

Une église vandalisée dans l’Hérault

Si c’était une mosquée, Gérald Darmanin serait déjà sur place.

L’église Saint-Sixte II, à Pérols (Hérault), a été vandalisée, dimanche. Des excréments, de l’urine et des crachats ont été notamment retrouvés sur les lieux, et une croix a été jetée. Des départs de feu ont été constatés, des feuilles de chant ont été brûlées au sein de l’église.

Les faits ont été filmés par les caméras de vidéosurveillance. Une plainte va être déposée ce lundi au commissariat. Le présumé coupable est en garde à vue.

Ni les acheteurs ni la mère porteuse n’en veulent : Brigitte est l’enfant de personne

Nos libertaires sont bien capables de s’appuyer sur cette histoire dramatique pour réclamer la légalisation de la GPA (“pour l’encadrer”) :

Après les “valeurs” républicaines, voici les vêtements républicains

Invité de RTL lundi 21 septembre, Jean-Michel Blanquer a réagi au mouvement lancé sur les réseaux sociaux, visant à contester l’interdiction de certaines tenues jugées “indécentes” dans les établissements scolaires :

“L’école n’est pas un lieu comme les autres. Vous n’allez pas à l’école comme vous allez à la plage ou en boîte de nuit (…) Chacun peut comprendre qu’on vient à l’école habillé d’une façon républicaine.”

Tout le monde sans culotte ?

Neuvaine à saint Michel: prions pour la France!

A partir d’aujourd’hui, la plateforme de prières Hozana organise (avec le soutien du Salon beige) une neuvaine de prière à saint Michel (fêté le 29 septembre). L’archange étant le protecteur de notre patrie, c’est une belle occasion de prier pour la France – qui en a bien besoin!

Vous pouvez vous inscrire ici.

Agnès Thill dénonce le totalitarisme de LREM, la dictature de la pensée et la restriction de nos libertés

Dans un ouvrage sortant ces jours-ci, le député Agnès Thill retrace son parcours, des quartiers populaires du 93, issue d’un milieu ouvrier, à l’exclusion de LREM. Ignorante du jacobinisme intrinsèque aux milieux de gauche, elle a découvert brutalement la face cachée du « nouveau monde » et la réalité des relations au sein de La République En Marche, faites de mensonges, d’intolérance, d’insultes et d’exclusions au point qu’un des hauts responsables lui a jeté à la figure : « Démissionne, tu n’es pas des nôtres ! ».

Elevée en Seine Saint-Denis dans une famille modeste, catholique ancré à gauche, au travail dès 16 ans, institutrice puis directrice d’école à Paris et en banlieue, Agnès Thill, anticléricale (elle est revenue à l’Eglise depuis et confirmée en 2012) et franc-maçon au Grand-Orient (initiée en 2000 au Droit Humain), a été membre du Parti Socialiste. Ecoeurée par les magouilles et le totalitarisme du parti (elle ose estimer Michel Rocard et François Bayrou), elle quitte le PS au début des années 1990.

En 2017, désireuse de servir son pays, sensible aux paroles du candidat Emmanuel Macron qui disait vouloir renouveler la vieille politique, elle s’est engagée à sa suite. Séduite par les appels au rassemblement et à la bienveillance avec ceux qui n’ont pas les mêmes opinions, Agnès Thill croit en Emmanuel Macron, celui-là même qui déclarera aux Bernardins :

“J’appelle et j’attends de vous votre liberté de parole qui laisse libre et interpelle les consciences”.

Ce livre est l’aveu que La République En Marche a menti sur cette bienveillance, cette volonté de dialogue, sur le monde d’après et la politique autrement. Elle déclare que LREM, qui l’a exclue brutalement (la presse a été informée avant elle), est un parti totalitaire. Et elle appuie :

“je vais vous le montrer dans les pages de ce livre : nous subissons une véritable dictature de la pensée”.

Elue députée dans l’Oise, elle a soutenu la mise en place du programme du président. Jusqu’à l’examen du projet de loi de révision des lois de bioéthique. Là, elle décide d’exercer sa liberté de parole en alertant, à l’assemblée et ailleurs, contre ce projet qui prive délibérément des enfants de père. Quelle crime n’avait-elle pas commis. Cette mesure n’était pas dans le programme du parti et elle estime que, si l’extension de la PMA avait été dans le programme, elle n’aurait pas été élue.

A l’Assemblée ses collègues refusent désormais de lui parler, et même de lui dire bonjour. Si elle monte dans l’ascenseur, les autres en descendent. Quand elle croise Agnès Buzyn, celle-ci détourne la tête, tandis que Franck Riester fait demi-tour en l’apercevant ! Ce harcèlement moral s’est poursuivi sur les réseaux sociaux, où elle est devenue la cible du lobby LGBT, avec notamment le compte “Paris pas rose, Claire Underwood”, tenu par des assistants parlementaires et des gens des ministères.

Courageuse, elle appuie :

les états généraux de la bioéthique n’ont pas été entendus, l’Académie de la médecine n’a pas été entendue, le collectif de 2000 médecins n’est pas entendu, je dois porter la voix des Français qui pensent ce que je dis.

Le déroulement des “débats” sur la loi dite ‘bioéthique’, durant lesquels l’opposition a été ignorée et muselée, lui a ouvert les yeux sur la démocratie à la française :

Notre démocratie m’interpelle de plus en plus. La fabrique de la loi, que j’ai découverte avec mon élection, m’a amenée à découvrir que peu à peu, sans nous en rendre compte, on resserre toujours un peu plus autour de nous l’étau de notre espace vital d’oxygène et de liberté. On fait des lois “pour protéger”, “pour le bien”, “pour sécuriser”, “pour l’intérêt général”, qui n’autorisent qu’un seul choix. C’est là un étrange totalitarisme qui ne dit pas son nom. Au motif de nous protéger, nous sécuriser, on perd toute opposition, on perd toute liberté.

[…] Dans l’Oise, au motif de nous protéger, on nous retire toutes libertés : liberté de culte, liberté de s’instruire, liberté de se distraire, liberté de circuler. Je n’ai jamais vu cela auparavant ni pour le sida, ni pour la grippe aviaire. Peut-on retirer les libertés de l’Autre au motif de le protéger ? Peut-on l’empêcher de vivre au motif de l’empêcher de mourir ?

Le Liban au menu de l’émission En Quête d’esprit

Aymeric Pourbaix et ses invités Fouad Abou Nader​, Frédéric Pons, l’Abbé Nehmetallah HACHEM​​ et Veronique Jacquier, journaliste, s’interrogent sur l’avenir du Liban :

Amy Coney Barrett, la candidate de Donald Trump à la Cour Suprême ?

Amy Coney Barrett, professeur à la faculté de droit de l’université Notre-Dame (Indiana), mère de 7 enfants, avait été nommée par Donald Trump juge à la 7e cour d’appel fédérale (Chicago) en 2017. Cette mère de sept enfants (dont 2 adoptés) est catholique et pro-vie. Le choix de Trump avait été ratifié par le Sénat des États-Unis par 55 voix contre 43, alors que le Sénat ne comptait alors que 51 membres Républicains (ils sont 53 actuellement) : preuve que plusieurs sénateurs Démocrates avaient alors voté pour elle.

« Alliance pour la Justice » avait publié un tract contre cette nomination, vitupérant que Barret elle est une grave menace pour les « droits reproductifs » puisqu’elle croit que « la vie commence à la conception » et qu’elle a critiqué l’obligation pour les employeurs d’inclure la contraception dans la couverture maladie des salariés. Amy Coney Barrett est membre d’un mouvement chrétien appelé People of Praise, qui rassemble des catholiques et des protestants. Elle a toujours regretté l’arrêt Roe v. Wade, qui a légalisé l’avortement aux États-Unis en 1973.

Elle fut déjà pressentie à la Cour Suprême en 2018, pour remplacer Anthony Kennedy. Ce fut Brett Cavanaugh qui fut alors nommé. “Je réserve (Barrett) lorsqu’il faudra remplacer Ginsburg”, aurait alors dit Trump. De fait, pour remplacer Ruth Bader Ginsburg, Donald Trump a déjà évoqué de nommer une femme. Or, dans la liste de quarante noms que le président des États-Unis a rendue publique le 10 septembre, trois magistrates se détachent. Mais une a sa préférence : Amy Coney Barrett.

Si Donald Trump choisit Amy Coney Barrett, elle pourrait devenir, à 48 ans, la plus jeune juge de la cour suprême.

Deux autres femmes sont dans la course :

  • Barbara Lagoa, première femme hispano-américaine nommée à la Cour suprême de Floride que le Président a hissée à la onzième cour d’appel en 2019.
  • Allison Rushing, propulsée à l’âge de 35 ans à la quatrième cour d’appel de Richmond (Virginie), en 2018.

Les médias français pourraient se tourner vers des “spécialistes” des Etats-Unis un peu moins incompétents que Mme Bacharan

Selon Wikipedia, Nicole Bacharan (née le 25 janvier 1955) est une politologue franco-américaine, spécialiste de la société américaine et des relations franco-américaines. A l’occasion de la mort de Ruth Bader Ginsburg, elle a été interrogée dans Le Figaro Madame. Et elle a enchaîné les erreurs :

  • Aucun juge n’a jamais été nommé aussi près d’une élection présidentielle“: faux, le juge Taney avait été nommé 27 jours avant l’élection de 1864. Il reste 46 jours. 
  • Soit Donald Trump nomme un nouveau juge, le Sénat l’auditionne mais lors du vote, il manque des voix pour obtenir la majorité (les Républicains n’ont que trois voix de plus que les Démocrates).” faux, le GOP a 6 voix de plus (53 contre 47).
  • les Américaines avortent autant dans les États conservateurs que non-conservateurs, voire davantage puisqu’elles ont moins recours à la contraception.” Encore le mythe selon lequel il y aurait plus d’avortements dans les “Red States”, par manque d’accès à la contraception. On constate donc sur cette carte que New York, le New Jersey ou la Californie sont devenus des bastions conservateurs…

Elections législatives partielles : les candidats LREM éliminés dans les 6 circonscriptions

Suite aux élections municipales et au remaniement gouvernemental de juillet, six élections législatives partielles étaient organisées dimanche. L’abstention est la grande gagnante :

  • Val-de-Marne : 88%
  • La Réunion : 85%
  • Maine-et-Loire : 83%
  • Seine-Maritime : 82%
  • Haut-Rhin : 80%
  • Yvelines : 80%

1e circonscription du Haut-Rhin : Le candidat LR Yves Hemedinger remporte 45,39 % des votants. Il affrontera la semaine prochaine le candidat écologiste Frédéric Hilbert (23,53 %). Le candidat de la République en marche, qui avait obtenu 26% des voix en 2017, ne récolte que 3%. Christian Zimmermann du Rassemblement National a obtenu 14% des voix.

2e circonscription de la Réunion : Karine Lebon, candidate d’une coalition Parti libéral-radical, Parti socialiste et la France insoumise, obtient 52,15%. Elle devra affronter Audrey Fontaine (divers droite, 15,86%) car moins d’un quart des inscrits ont voté. La circonscription était déjà détenue par une personnalité de gauche, avec Huguette Bello.

11e circonscription des Yvelines : Le candidat LREM Pierre Luce est troisième avec 15,4 % des voix, dans cette circonscription que LREM avait remporté en 2017. Le candidat LR Philippe Benassaya termine en tête avec 36,7 %. Le maire et conseiller départemental de Bois-d’Arcy affrontera Sandrine Grandgambe (24,9 %), candidate de la gauche et des écologistes, soutenue notamment par Benoît Hamon. Le candidat RN, Laurent Morin, se hisse à la 4e place avec près de 7 % des voix.

3e circonscription du Maine-et-Loire : Anne-Laure Blin (LR), ex-attachée parlementaire du sortant Jean-Charles Taugourdeau, a récolté 25,2% des voix, devant l’EELV Daphnée Raveneau (22,8%). Le candidat LREM ne finit que quatrième (18,4%), alors qu’en 2017, le représentant LREM s’était hissé au second tour après avoir glané 29,96% des voix. Jean-Eudes Gannat obtient 1,4%.

9e circonscription du Val-de-Marne : Isabelle Santiago (PS) s’impose (33,7%) devant la candidate EELV Sandra Régol (17,4%). LREM ne réalise que 10% des suffrages – contre 29,25% pour le parti au premier tour en 2017.

5e circonscription de Seine-Maritime : Le Parti socialiste est en passe conserver cette circonscription. Gérard Leseul vire en tête au premier tour avec 39,94% des voix, devant le candidat du Rassemblement national Jean-Cyril Montier (18,01%). La candidate macroniste Patricia Lhoir finit troisième (10,72%).

Neuvaine à Georges Soros – jour 6

Rappel de la volonté de Dieu

«Vous avez appris qu’il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi. Eh bien ! moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent, afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est aux cieux, car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, il fait tomber la pluie sur les justes et
sur les injustes. En effet, si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains eux-mêmes n’en font-ils pas autant ? Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? Les païens eux-mêmes n’en font-ils pas autant ? Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait. »
– Evangile selon saint Matthieu 5, 43-48

Mettons-nous en présence de notre Père du Ciel.

Notre Père


Acte 1 :
le mal triomphant

Le récit difficile à entendre de la scène est bien nécessaire pour comprendre d’où la conversion est partie, et la force d’âme qu’il fallut à cette petite n’ayant pas 12 ans pour souhaiter le salut de son bourreau.

Les Serenelli, proches voisins de la famille Goretti, étaient des gens serviables et honnêtes, mais leur fils Alessandro se laissait entraîner par des camarades corrompus et des lectures pernicieuses. Il venait aider la famille Goretti pour des travaux agricoles trop pénibles. Maria l’accueillait, reconnaissante, trop pure pour se méfier. Ce jeune homme ne tarda pas à lui tenir des propos abjects, en lui défendant de les répéter. Sans bien comprendre le péril qui la menaçait et craignant d’être en faute, Maria avoua tout à sa mère. Avertie d’un danger qu’elle ignorait, elle promit de ne jamais céder.

Alessandro Serenelli devenait de plus en plus pressant, mais prudente, l’adolescente s’esquivait le plus possible de sa présence. Furieux de cette sourde résistance, le jeune homme guettait le départ de la mère pour pouvoir réaliser ses desseins pervers.

L’occasion tant attendue se présenta le matin du 6 juillet. Alessandro se précipita brutalement sur Maria, alors seule et sans défense. Brandissant sous ses yeux un poinçon dont la lame acérée mesurait 24 centimètres, il lui fit cette menace : « Si tu ne cèdes pas, je vais te tuer ! » La jeune chrétienne s’écria : « Non ! c’est un péché, Dieu le défend ! Vous iriez en enfer ! » Déchaîné par la passion, n’obéissant plus qu’à son instinct, l’assassin se jette sur sa proie et la laboure de quatorze coups de poinçon.

Vie de sainte Maria Goretti
(lien)

Invoquons la Vierge Marie avec confiance, même dans les situations les plus désespérées.

Récitation d’une dizaine de chapelet
(ou 3 Je vous salue Marie)


Acte 2 : l’intercession pour nos adversaires

Mais comme disait le Vénérable Pie XII, « Elle est le fruit mûr d’une famille où l’on a prié tous les jours, où les enfants furent élevés dans la crainte du Seigneur, l’obéissance aux parents, la sincérité et la pudeur, où ils furent habitués à se contenter de peu, toujours disposés à aider aux travaux des champs et à la maison, où les conditions naturelles de vie et l’atmosphère religieuse qui les entouraient les aidaient puissamment à s’unir à Dieu et à croître en vertu. ».

Lorsqu’Assunta (sa mère) est mise au courant du drame, Maria gît mourante à l’hôpital de Nettuno. Le prêtre au chevet de la martyre, lui rappelle la mort de Jésus en croix, le coup de lance et la conversion du bon larron : « Et toi, Maria, pardonnes-tu ? lui
demanda-t-il. — Oh, oui ! murmura sans hésitation la douce victime, pour l’amour de Jésus, qu’il vienne avec moi au Paradis. » Les dernières paroles que la Sainte prononça au milieu d’atroces douleurs, furent celles-ci : « Que fais-tu Alessandro ? Tu vas en enfer ! » et comme elle se détournait dans un ultime effort, son cœur cessa de battre
.

Vie de sainte Maria Goretti
 
(lien)

Récitons le Souvenez-vous, en mémoire de la magnifique conversion d’Alphonse Ratisbonne :

Prière de saint Bernard :

Souvenez-vous,
ô très miséricordieuse Vierge Marie, qu’on n’a jamais entendu dire
qu’aucun de ceux qui ont eu recours à votre protection, imploré votre
assistance, réclamé vos suffrages, ait été abandonné.

Animé d’une pareille confiance, ô Vierge des vierges, ô ma Mère, je
viens à vous et, gémissant sous le poids de mes péchés, je me prosterne
à vos pieds.

O Mère du Verbe incarné, ne méprisez pas mes prières, mais écoutez-les
favorablement et daignez les exaucer. Amen.


Acte 3 : le Bien triomphant

Et pourtant, avoir tué son amie ne l’a pas réveillé, et il a persévéré dans ses errances pendant près de 10 ans. Jusqu’à….

Serenelli est incarcéré au pénitencier de Noto en Sicile. C’est un prisonnier difficile, craint par ses codétenus et méprisé par les gardiens.

Une nuit de 1910, il fait un rêve : il voit Maria dans un jardin, toute vêtue de blanc […]

Peu de temps après, Mgr Blandini, l’évêque du diocèse, vient voir Alessandro en prison. Les gardiens tentent de le dissuader d’effectuer cette démarche :
-« Il n’y a rien à attendre de lui, Excellence.
-Je voudrais quand même le voir. »
Alessandro semble un peu étonné quand l’évêque se présente à lui, mais, comme à son habitude, il se tait. Il reste debout, distant.
L’évêque s’assied sur la chaise qu’on lui a apportée et lui parle simplement, amicalement, sans s’offusquer de son silence discourtois.

« Alessandro, il m’a semblé que peut-être, il y avait une chose que vous ignorez, une chose très importante. » L’homme – il a  maintenant presque trente ans – ne répond pas, mais manifeste un certain intérêt.

« Est-ce que vous savez, continue l’homme de Dieu, qu’avant de mourir, Maria vous a pardonné ? » Alessandro sursaute ; il vient
s’asseoir sur son lit en face de l’évêque :
-« Que dites-vous ?
-Avant de mourir, Maria a dit ces mots : « Pour l’amour de Jésus, je lui pardonne et je veux qu’il soit avec moi au Paradis. » »
Avant même qu’il ait fini de parler, le prisonnier s’est penché en avant, le visage dans les mains, et il se met à pleurer amèrement. L’évêque le laisse sangloter un moment, puis lui pose doucement la main sur la tête. Alessandro tombe à genoux sur le sol. L’évêque
l’écoute alors en confession, accueillant son sincère repentir avant de lui donner l’absolution :
– « Et moi, je vous absous de vos péchés, au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit.

Après cette visite, l’attitude d’Alessandro change du tout au tout. Non seulement il devient un prisonnier modèle, mais il se met à
prier et à lire la Bible. […]

Alessandro, devenu membre du tiers-ordre franciscain et jardinier du couvent des capucins à Ascoli Piceno, dans les Marches, mourut le 6 mai 1970, à 87 ans, au couvent de Macerata (Marches), après avoir laissé un testament très édifiant
.

Sainte Maria Goretti, l’impossible pardon 
(lien)

 

Louange
et supplication

Gloire au Père.

Devant tant de bonté de Notre Seigneur, nous ne pouvons que vouloir Le prier et Le supplier d’exercer une nouvelle fois Sa grande miséricorde dans le cas qui nous concerne. Et plutôt que juger, sachons nous reconnaître nous aussi pêcheurs, et être heureux d’avoir reçu l’insigne et gratuite grâce de goûter à la Foi catholique.

Prière à saint Joseph pour la conversion de George Soros :

Ô
glorieux patriarche, saint Joseph, qui méritez d’être appelé « juste »
par le Saint Esprit, je vous confie l’âme de George Soros, que Jésus a
racheté au prix de Son précieux sang.

Vous savez combien est déplorable et misérable la vie de ceux qui ont
banni le Sauveur aimant de leur cœur et combien ils sont exposés au
danger de perdre leur âme éternellement.

Ne permettez pas, je vous implore, qu’un être si influent et tant
égaré continue à marcher sur un autre chemin que celui de Votre très
sainte volonté. Préservez-le du danger qui le menace et guidez ses
actes pour son bien et le nôtre à tous. Touchez le cœur de cet enfant
prodigue et ramenez-le entre les bras aimants du Père.

Ne l’abandonnez pas, je vous en supplie, jusqu’à ce que vous lui
ouvriez les portes du Ciel, où il vous louera et bénira votre Fils
pour l’éternité, grâce à votre puissante intercession. Amen.

Retrouvez les jours précédents

La Manif Pour Tous sur le passage du Tour de France

A Versailles aujourd’hui :

Une dizaine de militants de Génération ONLR (les jeunes de la Manif Pour Tous) ont déployé un drapeau LMPT de 600 m2, à l’occasion du passage du Tour de France 2020 à Versailles, sur la place d’Armes.

Notre-Dame de Chrétienté appelle à la mobilisation

Message de l’aumônier général, l’abbé Alexis Garnier :

Amis pèlerins,

Notre prochain pèlerinage se prépare d’ores et déjà, en ce temps de rentrée.

Comme vous le savez, septembre est marqué par bien des incertitudes sur le contexte COVID, le climat de sécurité, la bienveillance des autorités civiles envers les grandes manifestations publiques, etc…

Céder à l’angoisse ou alimenter les « bruits de couloir et de trottoir » ne servirait de rien. Le réflexe des saints en pareille circonstance est de remuer ciel et terre. En bref, de prier.

Nous constatons la puissance d’attraction surnaturelle de l’adoration eucharistique chaque année… même sur nos marcheurs épuisés ! J’ai constaté pour ma part les grâces dont elle est la source, et l’effort consenti par bien des équipiers de vos services pour s’y rendre, y rester, veiller et prier en réponse à l’appel du Divin Maître.

Pouvons-nous faire moins pour lui demander de rester forts et unis devant les défis de cette année qui commence ? Pouvons-nous lui demander de nous donner, selon sa volonté, un beau pèlerinage en 2021 si nous ne lui donnons pas quelque chose en échange?

En filigranes, vous pouvez voir la grande colonne que nous aimons. Pas seulement grand rdv, happening enthousiasmant, sortie annuelle, ou « place to be »… Mais vivante image de l’Eglise militante et de la Chretienté ! Long fil de prières, d’efforts, de sacrifices, de grâces et de charité ! Nous esperons bien « renouer » ensemble les fils des pèlerinages locaux tenus l’an dernier, en ce grand fil reliant Paris à Chartres, et la terre au ciel… Alors ?

Alors, je vous propose le RDV suivant, à partir du mois d’octobre ;

1ER VENDREDI DU MOIS,

ADORATION EUCHARISTIQUE

devant le St Sacrement exposé (ou le tabernacle)

de 21h à 22 h,

pour la Chrétienté, la Tradition et la Mission,

aux intentions du pèlerinage 2021,

de l’Eglise catholique

de la France et des nations

et en priant les uns pour les autres.

Donnez-Lui votre temps, votre présence, vos intentions, vos soucis.

« Jetez en Lui tous vos soucis, car Il prend soin de vous ».

« Votre Père céleste sait de quoi vous avez besoin, Il vous l’accordera ».

Marche pour la vie et la famille à Varsovie

D’Olivier Bault, sur place :

Quelques milliers de personne venues manifester leur soutien à la famille traditionnelle et au droit à la vie dès la conception. Le président Andrzej Duda s’est joint un moment à la manifestation.

des slogans forts, comme “L’infanticide, un droit de l’homme?”, mais une ambiance joyeuse, calme et détendue. Le caractère catholique de la manifestation est visible, avec des prières au début et à la fin de la marche. Aucun message hostile à l’égard des personnes qui ne partagent pas les opinions ou le style de vie familial de la plupart des manifestants, on est très loin des messages haineux, sectaires et vulgaires que l’on voit souvent dans les manifestations pro-avortement ou pro-LGBT. Seules les idéologies sont attaquées, comme sur cette banderole “L’idéologie du genre est une déviance”. Mis à part le mot “Homophobe” aperçu sur un tee-shirt, en grosses lettres, mais cela ressemblait plus à une moquerie qu’à l’expression d’une phobie réelle. La plupart des messages sont toutefois des messages positifs, pour la vie, pour la famille et pour la Pologne.

Place de la Sainte-Croix, avec la figure du Christ qui avait été profanée par des militants LGBT fin juillet.

“L’infanticide un droit de l’homme”?
En arrière-plan: “Pour le PiS, la vie des visons plus importante que celle des enfants à naître” (allusion au projet de loi du PiS pour interdire l’élevage des animaux pour leur fourrure et au blocage du projet de loi citoyen qui voudrait interdire les avortements eugéniques).

“Stop à la sexualisation”

“L’idéologie du genre est une déviance”

Le bilan pro-vie de Donald Trump

Benoît-et-moi a traduit la lettre que le président Donald Trump a écrit aux militants pro-vie américains, pour souligner les résultats obtenus au cours des quatre années de son administration et pour renouveler publiquement son engagement contre l’avortement. S’il était possible d’être sceptique en 2016, en raison de ses précédentes positions pro-avortement, Trump a montré qu’il avait épousé la cause avec un engagement sans précédent :

Chers militants et leaders pro-vie,

Je me suis présenté à la présidence en 2016 en défendant la vie, et avec votre soutien, nous avons gagné la Maison Blanche. Depuis ma prise de fonction, je suis fier d’avoir gouverné comme le président le plus pro-vie de l’histoire de notre pays. Ensemble, au cours de mon premier mandat, nous avons accompli beaucoup de choses pour les enfants à naître et leurs mères:

  • en transformant le système judiciaire en nommant Neil Gorsuch et Brett Kavanaugh à la Cour suprême fédérale des États-Unis d’Amérique et plus de 200 autres juges de tribunaux subordonnés ;
  • en combattant pour les enfants à naître dans le monde entier par l’adoption de la législation « Protecting Life in Global Health Assistance« , qui empêche le financement de l’industrie internationale de l’avortement par les recettes fiscales et contrecarre les efforts des Nations unies pour faire de l’avortement une loi internationale ;
  • en bloquant le financement avec l’argent des contribuables de ceux qui contribuent à la grande industrie de l’avortement, par exemple Planned Parenthood, à travers la “Title X Protect Life Rule”.
  • en combattant pour l’objection de conscience des Petites Sœurs des Pauvres et des professionnels de la santé, comme les infirmières, qui ne peuvent être forcés à participer à des opérations d’avortement ;
  • en mettant un terme au financement public des nouvelles recherches médicales menées par les National Institutes of Health à partir de parties du corps d’enfants avortés ;
  • en étant le premier président à avoir personnellement assisté à la Marche pour la vie et au Gala pour la vie de Susan B. Anthony List.

Eh bien, je me présente à la réélection en novembre et j’ai besoin de votre aide pour opposer ma présidence, qui défend résolument la vie, contre l’extrémisme pro-avortement de Joe Biden.

Le Parti démocrate soutient ouvertement l’avortement libre, jusqu’à la naissance de l’enfant, et même l’infanticide, car il abandonnerait à la mort les survivants d’avortements ratés. La façon dont Biden soutient le financement public de l’avortement « à la demande » illustre parfaitement le soutien du candidat démocrate à ces extrémismes. Forcer les contribuables à payer pour l’avortement est une politique aberrante qui doit être rejetée dans les urnes. Et, en choisissant l’extrémiste pro-avortement Kemala Harris comme candidate à la vice-présidence, Biden a voulu doubler la mise sur cette question.

Avec votre aide, j’obtiendrai ma réélection et je nous garantirai ainsi à tous quatre années supplémentaires de combat dans les tranchées pour la défense des enfants à naître et de leurs mères. Ensemble, nous travaillerons pour

  • poursuivre la métamorphose du système judiciaire fédéral, en dotant la Cour suprême et les tribunaux subordonnés de juges qui respectent la Constitution au lieu de légiférer en faveur de l’avortement ;
  • surmonter l’obstruction systématique des démocrates au Congrès, en approuvant et en promulguant enfin le “Pain-Capable Unborn Child Protection Act” [loi sur la protection des enfants à naître capables de ressentir la douleur], le “No Taxpayer Funding for Abortion Act” [rendant permanente l’interdiction de financer l’avortement avec des fonds publics, une mesure qui doit aujourd’hui être approuvée chaque année] et le “Born-Alive Abortion Survivors Protection Act” [oblige les médecins à aider les enfants qui survivent à un avortement raté] ;
  • priver complètement la grande industrie de l’avortement, par exemple la planification familiale, de financement par les recettes fiscales.

Je remercie Marjorie Dannenfelser et Christina Bennett, qui président la coalition Pro-Life Voices for Trump. Et j’invite tous les Américains pro-vie à se joindre à cet effort en faisant leur part pour vaincre l’extrémisme pro-avortement en novembre, à la place duquel nous pouvons au contraire remporter une grande victoire historique pour les enfants à naître et leurs mères.

Donald J. Trump

Un bilan qui a fait dire à Sœur Deirdre Byrne lors de la Convention nationale du Parti républicain que Donald Trump est le « président le plus pro-vie que les États-Unis d’Amérique aient jamais eu ».

Le Parti Chrétien-Démocrate bientôt renommé Via ?

Les adhérents du PCD sont donc appelés à voter pour le président du parti ainsi que le changement de nom et des statuts :

Concernant les statuts, voici le changement proposé :

Le nouveau nom, Via, est justifié de la façon suivante :

Comment les européistes ont coulé l’industrie française

En 4mn, Guillaume Bigot sur Cnews explique comment les européistes ont coulé l’industrie française” :

La basilique sainte Sophie transformée en mosquée

Eglise universelle: La basilique sainte Sophie transformée en mosquée

Le 10 juillet le conseil d’Etat d’Ankara a autorisé le président Erdogan à transformer l’historique basilique sainte Sophie de Constantinople/ Istamboul en mosquée, alors que depuis 1934 elle était devenue un musée, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Monsieur l’abbé Pagès présente l’histoire tumultueuse de ce haut lieu de la chrétienté byzantine et analyse la signification du geste symbolique du “Petit Napoléon d’Anatolie”.

Eglise en France: Saint Thomas d’Aquin et la possibilité d’un monde créé sans commencement

Si saint Thomas d’Aquin, auteur de la Somme théologique, est surtout connu comme théologien, il fut aussi un philosophe averti, abordant les sujets philosophiques qui agitaient la chrétienté médiévale. Monsieur l’abbé Celier, après avoir présenté la personnalité et l’oeuvre de saint Thomas d’Aquin, expose le sujet de sa thèse de doctorat en philosophie, aujourd’hui publiée aux éditions Via Romana: “Saint Thomas d’Aquin et la possibilité d’un monde créé sans commencement”.

Eglise en Marche: Notre-Dame apparaît à Bargemon

Dans la nuit du 17 mars 1635 Notre-Dame apparaît à l’épouse d’un bourgeois de Bargemon, atteinte d’une maladie qui l’affligeait depuis 2 ans. La dame Caille est guérie et une statue de la Mère de Dieu est associée à l’événement. Tout au long du Moyen-Âge les miracles se multiplient mais au fil du temps la dévotion à Notre-Dame de Bargemon, à quelques kilomètres de Draguignan, tombe, peu à peu en désuétude. Depuis 2012 le père Philippe-Marie, curé de Bargemon, a redonné vie au sanctuaire et les miracles, de guérison et de conversion, se multiplient.

Chimay Rouge : 4 anecdotes que vous ignorez (probablement) sur cette bière trappiste

Connaissez-vous la Chimay Rouge ? C’est une bière trappiste belge, brassée par l’abbaye Notre-Dame de Scourmont depuis 1863.  Avec sa belle robe brune et ses arômes naturels, on a bien envie d’y goûter ! La Chimay Rouge porte aussi le précieux label « Authentic Trappist Product », garantie de son authenticité monastique.

Mais la Chimay Rouge garde bien des secrets… Quels sont ses petits surnoms ? Pourquoi sa capsule est-elle rouge ? Qu’est-ce qui en fait une authentique bière trappiste ? Quelles sont ses répercussions sur l’emploi ?

Allez hop, Divine Box vous dit tout sur la Chimay Rouge en 4 infos que vous ignorez probablement !

  • La Chimay Rouge est la toute première bière des moines de Scourmont !

La Chimay Rouge est la toute première bière de l’abbaye Notre-Dame de Scourmont. Les moines la brassent depuis 1863 ! À la même époque, les moines commencent également à brasser sa soeur jumelle, la Chimay Dorée ! Cette dernière était destinée à leur consommation personnelle tandis que la Chimay Rouge, plus forte, a directement été commercialisée. C’est donc officiellement la première Chimay !

C’est d’ailleurs pour cela qu’on la surnomme habituellement “Première”. Par ailleurs, ce nom de “Première” est le nom officielle de la Chimay Rouge en format 75cL. Quel bel hommage !

Bouteille de Première (Chimay Rouge) servie avec du fromage “Grand Chimay”

  • La Chimay Rouge était une “boisson hygiénique”

À ses débuts, en plus de “Première”, on surnommait aussi la Chimay Rouge « bière de santé » ou « boisson hygiénique », pour ses effets apparemment médicaux. En effet, des écrits précisent que « certains doivent leur guérison à cette bière » !

En fait, si l’on donne à cette bière un petit côté médicinal à l’époque, c’est surement à cause du processus même de fabrication de la bière. En effet, l’eau utilisée passe par plusieurs étapes d’ébullition, tuant ainsi les microbes et donc rendant la boisson saine. Comparée à l’eau parfois polluée des rivières que l’on buvait au XIXe siècle, cela semblait donc très fort !

C’est donc sans doute un amalgame des moines de l’époque, mais c’est tout de même très rigolo ! À ne pas essayer en médicament, bien évidemment…

  • La Chimay Rouge tire son nom de sa capsule

Malheureusement pour ceux qui y croyaient dur comme fer, le nom de Chimay Rouge ne vient pas de la couleur de sa belle robe acajou ! Même si à la lumière du jour la Chimay Rouge dévoile de jolis reflets rubis, ce n’est pas de là qu’elle tire son nom !

En fait, comme pour les autres Chimay, à ses débuts, la bière des moines n’était pas commercialisée, et n’avait donc pas d’étiquette. Mais il fallait bien un moyen de la distinguer des autres… Alors les moines choisirent le nom simple, mais pratique de “Chimay Rouge”, en référence à la couleur de sa capsule utilisée alors. Habile !

Le nom de la Chimay “rouge” vient de la couleur de sa capsule – Divine Box

  • La Chimay Rouge est labellisée “Authentic Trappist Product”

La Chimay Rouge est une authentique bière trappiste labellisée “ATP” (Authentic Trappist Product). Le saviez-vous ? dans le monde, seules 12 abbayes peuvent se targuer de détenir ce précieux label ! Il faut trois conditions pour l’obtenir :

  1. La bière doit être brassée au sein de l’abbaye

Pour acquérir le logo “ Authentic Trappist Product ”, la bière doit être brassée au sein même de l’abbaye. La Chimay Rouge est bien brassée dans des cuves situées en plein coeur de l’abbaye de Scourmont ! En tant que bonne élève elle respecte donc bien cette première condition.

Les Chimay Rouge sont brassées au sein même de l’abbaye de Scourmont – Divine Box

  1. La bière doit être brassée par les moines ou sous leur strict contrôle

Pour remplir la deuxième condition du label “Authentic Trappist Product”, ce sont les moines eux-mêmes, ou si leurs forces ne le permettent plus, des employés, sous leur stricte contrôle, qui doivent brasser directement la bière.

Faute de moines pour assurer toutes les étapes assez physiques du brassage, des laïcs assurent la production de bière à Chimay. Cependant, les moines gardent un contrôle permanent sur la recette, les différentes étapes de production, la qualité, les volumes de production, le nombre d’employés…La deuxième condition est donc bien respectée.

Et pour la petite histoire sur l’abbaye de Scourmont : un système informatique qui a été mis au point par l’un des frères de l’abbaye contrôle les brassins !

Les moines de l’abbaye de Scourmont gardent un oeil sur la production des Chimay !

  1. Les bénéfices de la brasserie doivent être versés à l’abbaye, et les excédents reversés à des oeuvres à caractère social.

Dernière condition pour l’obtention du logo “Authentic Trappist Product” : les bénéfices générés par les ventes doivent être reversés directement à l’abbaye. Cela permet aux moines de subvenir à leurs besoins. En cas d’excédents, les bénéfices sont reversés à d’autres abbayes dans le besoin ou à des oeuvres caritatives.

Concrètement, il est difficile de savoir qui les moines aident précisément :

  • d’une part car c’est à la discrétion de chaque abbaye
  • d’autre part car c’est un facteur qui change en fonction des besoins et des époques

En revanche, on sait que par “oeuvres à caractère social”, on entend en partie l’entraide entre monastères. Les abbayes belges, dont l’abbaye de Scourmont, abondent en effet les monastères installés dans les pays en développement où le climat économique est nettement moins favorable. Chouette non ? Alors oui, boire une Chimay Rouge est un (petit) acte solidaire !

De la Chimay Dorée à la Chimay Bleue, toutes les Chimay sont garanties ATP : Authentic Trappist Product

Ah, et comment déguster la Chimay Rouge ?

  1. Découvrons les arômes légers et fruités de la Chimay Rouge
  • À l’oeil : la Chimay Rouge brille sous sa mousse épaisse blanc cassé et sa belle robe brune aux reflets cuivre/rubis
  • Au nez : elle dégage des notes de caramel, d’abricot, de muscade et de fruits noirs.
  • En bouche : la Chimay Rouge vous chatouillera les papilles avec son goût fruité (abricots, fruits noirs), ses arômes caramel, d’épices (muscade, clou de girofle) et de torréfaction (banane mûre, pain grillé).

À déguster avec modération et santé !

  1. Comment déguster la Chimay Rouge

Trois conseils des moines pour déguster une Chimay Rouge dans les règles de l’art :

  • avoir un verre “calice” de Chimay
  • servir la bière entre 10°C et 12°C (donc un peu fraîche)
  • l’accompagner d’un fromage trappiste de l’abbaye “Grand Chimay” !
  1. Où acheter / déguster de la Chimay Rouge ?

Rendez-vous sur place à l’abbaye ou à sa taverne juste à côté du monastère : Abbaye de Scourmont, 6464 Chimay, Belgique ! Ou sinon vous pouvez cliquer ici pour acheter en ligne les bières de Chimay

Pour aller plus loin, vous pouvez cliquer là pour en savoir plus sur la Chimay Rouge, et découvrir ainsi l’impact positif sur l’emploi local que possède cette bière !

Chimay Rouge servie sur un plateau, accompagnée d’un “Grand Chimay”, pour une dégustation parfaite !

Neuvaine pour la conversion de George Soros – Jour 5

Rappel de la volonté de Dieu

Vous avez appris qu’il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi. Eh bien ! moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent, afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est aux cieux, car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, il fait tomber la pluie sur les justes et
sur les injustes. En effet, si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains eux-mêmes n’en font-ils pas autant ? Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? Les païens eux-mêmes n’en font-ils pas autant ? Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait. »
– Evangile selon saint Matthieu 5, 43-48

Mettons-nous en présence de notre Père du Ciel.

Notre Père


Acte 1 :
le mal triomphant

Une des perles de l’autobiographique de sainte Thérèse de Lisieux est celle de l’épisode où elle exerce sa charité à souhaiter sauver les âmes des grands pécheurs. Puissions-nous exciter notre coeur à devenir comme elle “un pếcheur d’âmes”.

Entré à 17 ans dans l’administration des postes, il est condamné une première fois en 1877 pour vol de lettres. […] Celui qui a
commis une première fois une infraction ne peut plus s’amender.

Pranzini est présenté dans le Larousse comme un « aventurier de la pire espèce, né en Egypte de parents italiens. ».

L’affaire commence par la découverte des corps étendus des victimes. Les trois cadavres sont presque décapités [dont une enfant]. La
violence inouïe des coups portés a même vivement affecté les policiers arrivés sur place : « Le commissaire de police, ses agents
regardaient cette scène avec horreur. »

Le triple assassinat de la rue Montaigne

(lien)

Invoquons la Vierge Marie avec confiance, même dans les situations les plus désespérées.

Récitation d’une dizaine de chapelet
(ou 3 Je vous salue Marie)


Acte 2 :
l’intercession pour nos adversaires

Que peut-on espérer d’une âme sournoise, pourtant finement éduquée, qui a laissé son être dériver du vol à l’assassinat sauvage d’enfant ? Sainte Thérèse avait compris que la Miséricorde de Dieu consistait en une source intarissable dans laquelle nous étions encouragés à aller toujours puiser, contre le bon sens.

Je voulais donner à boire à mon Bien-Aimé et je me sentais moi-même dévorée de la soif des âmes… (Jn 19,28) Ce n’était pas encore
les âmes de prêtres qui m’attiraient, mais celles des grands pécheurs, je brûlais du désir de les arracher aux flammes éternelles… Afin d’exciter mon zèle le Bon Dieu me montra qu’il avait mes désirs pour agréables. J’entendis parler d’un grand criminel qui venait d’être condamné à mort pour des crimes horribles Tout portait à croire qu’il mourrait dans l’impénitence. Je voulus à tout prix l’empêcher de tomber en enfer, afin d’y parvenir j’employai tous les moyens imaginables ; sentant que de moi-même je ne pouvais rien, j’offris au Bon Dieu tous les mérites infinis de Notre-Seigneur, les trésors de la Sainte Eglise, enfin je priai Céline de faire dire une messe dans mes intentions, n’osant pas la demander moi-même dans la crainte d’être obligée d’avouer que c’était pour Pranzini, Ie grand criminel. Je ne voulais pas non plus le dire à Céline, mais elle me fit de si tendres et si pressantes questions que je lui confiai mon secret ; bien loin de se moquer de moi, elle me demanda de m’aider convertir mon pécheur, j’acceptai avec reconnaissance, car
j’aurais voulu que toutes les créatures s’unissent à moi pour implorer la grâce du coupable
. Je sentais au fond de mon coeur la certitude que nos désirs seraient satisfaits, mais afin de me donner du courage pour continuer à prier pour les pécheurs, je dis au Bon Dieu que j’étais bien sûre qu’Il pardonnerait au pauvre malheureux Pranzini, que je le croirais même s’il ne se confessait pas et ne donnait aucune parole de repentir, tant j’avais de confiance en la miséricorde infinie de Jésus, mais que je lui demandais seulement ” un signe ” de repentir pour ma simple consolation
.

Histoire d’une âme
(lien)

Récitons le Souvenez-vous, en mémoire de la magnifique conversion d’Alphonse Ratisbonne :

Prière de saint Bernard :

Souvenez-vous,
ô très miséricordieuse Vierge Marie, qu’on n’a jamais entendu dire
qu’aucun de ceux qui ont eu recours à votre protection, imploré votre
assistance, réclamé vos suffrages, ait été abandonné.

Animé d’une pareille confiance, ô Vierge des vierges, ô ma Mère, je
viens à vous et, gémissant sous le poids de mes péchés, je me prosterne
à vos pieds.

O Mère du Verbe incarné, ne méprisez pas mes prières, mais écoutez-les
favorablement et daignez les exaucer. Amen.


Acte 3 :
le Bien triomphant

Chez celui qui est haïssable, demeure toujours la substance divine qui lui permet de faire tomber les écailles du mal. La première proie de sainte Thèrèse était attrapée.

Ma prière fut exaucée à la lettre ! Malgré la défense que Papa nous avait faite de lire aucun journal, je ne croyais pas désobéir en lisant les passages qui parlaient de Pranzini. Le lendemain de son exécution je trouve sous ma main le journal ” La Croix “. Je l’ouvre avec empressement et que vois-je ?… Ah ! mes larmes trahirent muon émotion et je fus obligée de me cacher… Pranzini ne s’était pas confessé, il était monté sur l’échafaud et s’apprêtait à passer sa tête dans le lugubre trou, quand tout à coup, saisi d’une inspiration subite, il se retourne, saisit un Crucifix que lui présentait le prêtre et baise par trois fois ses plaies sacrées !… Puis son âme alla recevoir la sentence miséricordieuse de Celui qui déclare qu’au Ciel il y aura plus de joie pour un seul pécheur qui fait pénitence que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de pénitence !… (Lc 15,7) J’avais obtenu ” le signe ” demandé et ce signe était la reproduction fidèle de grâces que Jésus m’avait faites pour m’attirer à prier pour les pécheurs.

Histoire d’une âme 
(lien)


Louange et supplication

Gloire au Père.

Devant tant de bonté de Notre Seigneur, nous ne pouvons que vouloir Le prier et Le supplier d’exercer une nouvelle fois Sa grande miséricorde dans le cas qui nous concerne. Et plutôt que juger, sachons nous reconnaître nous aussi pêcheurs, et être heureux d’avoir reçu l’insigne et gratuite grâce de goûter à la Foi catholique.

Prière à saint Joseph pour la conversion de George Soros :

Ô
glorieux patriarche, saint Joseph, qui méritez d’être appelé « juste »
par le Saint Esprit, je vous confie l’âme de George Soros, que Jésus a
racheté au prix de Son précieux sang.

Vous savez combien est déplorable et misérable la vie de ceux qui ont
banni le Sauveur aimant de leur cœur et combien ils sont exposés au
danger de perdre leur âme éternellement.

Ne permettez pas, je vous implore, qu’un être si influent et tant
égaré continue à marcher sur un autre chemin que celui de Votre très
sainte volonté. Préservez-le du danger qui le menace et guidez ses
actes pour son bien et le nôtre à tous. Touchez le cœur de cet enfant
prodigue et ramenez-le entre les bras aimants du Père.

Ne l’abandonnez pas, je vous en supplie, jusqu’à ce que vous lui
ouvriez les portes du Ciel, où il vous louera et bénira votre Fils
pour l’éternité, grâce à votre puissante intercession. Amen.

 

“Il faut prendre conscience de l’importance des enjeux à Saint Pierre de Colombier”

Radio Maria a consacré son émission Sanctuaires du monde du 18 septembre au projet de construction du site Notre-Dame des Neiges à Saint-Pierre de Colombier en Ardèche. Ce projet rencontre une violente opposition anticléricale de la part des milieux radicaux écologistes, anarchistes et de l’extrême gauche locale.

Radio Maria a voulu en savoir plus sur le projet en interrogeant le modérateur de la communauté de la Famille Missionnaire de Notre-Dame, le père Bernard Domini, mais aussi un laïc, membre du collectif “Pour notre vallée, la Bourges“, engagé dans la défense économique du projet et porte parole de la majorité silencieuse des habitants du village.

 

Si vous souhaitez soutenir ce projet, vous pouvez le faire de plusieurs manières :

La Slovaquie dira-t-elle “oui” à la vie ?

Emission de l’ECLJ sur RCF sur l’avortement, avec deux sujets :

  • un projet de loi pro-vie actuellement discuté au Parlement slovaque, grâce à un courageux député, Mme Anna Záborská ;
  • la sortie du film Unplanned en France en octobre 2020, sur l’histoire d’Abby Johnson, ancienne directrice d’une clinique du Planning familial et convertie au Christ (à partir de 13’00).

Le combat pro-vie n’est pas perdu !

Geoffroy Lejeune n’a reçu aucun message de soutien venant d’élus du RN

Est-ce une consignes données par Marine Le Pen ? Soutenir Valeurs Actuelles ne fait pas partie du plan de dédiabolisation, qui dure depuis près de 10 ans… Dans un article de L’Obs, on découvre que d’autres venant de LREM ou de LR ont moins de complexes :

La répression pour tous

Le schéma national du maintien de l’ordre (SNMO), paru jeudi, est un document publié par le ministère de l’Intérieur. On y lit :

«Concomitamment, il sera proposé aux journalistes des sensibilisations au cadre juridique des manifestations, aux cas d’emploi de la force et notamment aux conduites à tenir lorsque les sommations sont prononcées, ainsi qu’aux dispositions du SNMO. Il importe à cet égard de rappeler que le délit constitué par le fait de se maintenir dans un attroupement après sommation ne comporte aucune exception, y compris au profit des journalistes ou de membres d’associations. Dès lors qu’ils sont au cœur d’un attroupement, ils doivent comme n’importe quel citoyen obtempérer aux injonctions des représentants des forces de l’ordre en se positionnant en dehors des manifestants appelés à se disperser.»

Dominique Pradalié, secrétaire générale du Syndicat national des journalistes (SNJ), s’insurge :

«La philosophie de ce texte, c’est “hors de nos rangs, point de salut”. Mais pourquoi ne pas donner d’uniformes aux journalistes aussi tant qu’on y est ? Je pense que le ministre méconnaît la liberté de la presse, il est dans le déni. Notre confrère David Dufresne a effectué un travail très sérieux en documentant 117 cas de journalistes empêchés de travailler par les forces de l’ordre depuis un an et demi. Pour le SNJ, c’est 200 journalistes qui sont concernés. Ce texte n’essaie pas de comprendre notre métier, il est fait pour restreindre la liberté d’informer. On veut transformer les journalistes en propagandistes, comme les Etats-Unis l’ont éprouvé pendant la guerre du Golfe. Nous allons donc réaffirmer la liberté des journalistes, qui est de pouvoir être témoin de tout, partout et en tout moment.»

Contacté, le ministère de l’Intérieur n’en démord pas :

«Le SNMO prévoit par ailleurs que les journalistes puissent conserver des équipements de protection. En revanche, la loi ne prévoit aucune exception. L’opération d’évacuation (tir de grenades, vague de refoulement, charge) ne peut discriminer, notamment lorsque journalistes et manifestants sont imbriqués. La présence de journalistes ne doit pas venir gêner la manœuvre de maintien de l’ordre. Il n’y a donc pas de garanties permettant aux journalistes de se maintenir en place.»

Mais surtout, que les journalistes n’oublient pas de dénoncer le traitement infligé aux journalistes en Russie, Biélorussie, Hongrie… ou chez Donald Trump.

La pro-mort Ruth Bader Ginsburg meurt : une place se libère à la Cour suprême des Etats-Unis

Ruth Bader Ginsburg a été nommée juge (à vie) à la Cour Suprême des Etats-Unis en 1993 par le président Bill Clinton. Plus progressiste des juges, fanatique de la lutte pour l’émancipation des femmes, de l’avortement à la dénaturation du mariage, elle vient de décéder, à 87 ans, des suites d’un cancer du pancréas. Elle est désormais devant le Juge Suprême. RIP.

Ardente opposante à Donald Trump et à toute mesure pro-vie (elle avait même voté contre un recours permettant d’exempter les Petites Sœurs des Pauvres de mesures abortives de l’Obamacare), elle avait refusé de démissionner, malgré son cancer et un accident il y a 3 ans.

Donald Trump a déjà nommé à vie deux juges conservateurs, mais le juge Roberts (nommé par George W. Bush), considéré comme conservateur, a eu parfois tendance à faire pencher la balance vers le progressisme (récemment contre une loi de Louisiane restreignant l’avortement et sur l’extension du bénéfice des lois anti-discrimination à l’“orientation sexuelle” et à l’“identité de genre”).

L’élection présidentielle ayant lieu le 3 novembre, Donald Trump aura-t-il le temps de nommer un 3e juge, qui doit ensuite être auditionné par le Sénat ? Au début du mois il a publié une liste de 21 noms de candidats, dont plusieurs vrais militants provie, mais c’est une liste pour son prochain mandat. Toutefois le chef de la majorité du Sénat Mitch McConnell a rappelé qu’il avait promis que si, un siège devenait vacant avant l’élection présidentielle, il y pourvoirait. Et il affirme que si Donald Trump nomme un candidat avant le 3 novembre il organisera la séance.

Ce dernier a tweeté qu’il avait l’obligation de nommer sans tarder les juges à la Cour Suprême :

Avec une faible majorité du GOP, 53 sièges sur 100 membres, Donald Trump ne peut se permettre de perdre quelques voix dans cette nomination. Or certains sénateurs craignant pour leur réélection pourraient se montrer timides.

Le prochain juge pourrait influencer des décisions importantes, y compris sur l’avortement, ainsi que toute contestation judiciaire pouvant découler des élections de 2020. Biden a promis de nommer une femme noire. Il a dit qu’il travaillait également sur une liste de candidats potentiels, mais il n’a donné aucun nom.

Le film Unplanned – Non planifié sortira en E-Cinéma en octobre

Sorti aux États-Unis en 2019, le film Unplanned – Non planifié de Cary Solomon & Chuck Konzelman, sortira en France en exclusivité E-Cinéma sur la plateforme ecinema.lefilmchretien.fr durant le mois d’octobre, puis en DVD/VOD en novembre. Déconseillé aux moins de 16 ans, à moins d’être accompagné par un adulte (certaines scènes du film peuvent heurter la sensibilité du public : une scène d’avortement par aspiration d’un embryon de 13 semaines et une scène d’avortement médicamenteux dans une salle de bain).

Un film de Cary Solomon & Chuck Konzelman, d’après le récit autobiographique d’Abby Johnson. Avec Ashley Bratcher, Emma Elle Roberts.

Retrouvez le détail des séances sur ce lien.

La seule chose qui importe pour Abby Johnson, c’est d’aider les femmes. Touchée par la souffrance de beaucoup d’entre elles, elle est convaincue des bienfaits du droit à l’avortement. Elle s’engage comme bénévole au planning familial américain puis devient l’une de ses plus jeunes et brillantes directrices de clinique. Jusqu’au jour où ce qu’elle voit va tout bouleverser.

Basé sur le récit autobiographique d’Abby Johnson, dont le témoignage « Unplanned » a été publié aux Etats-Unis et traduit en français (Editions du Livre Ouvert, Novembre 2020).

Jeune étudiante, Abby Johnson s’engage comme bénévole dans le Planning Familial américain pour aider les femmes en détresse et défendre leurs droits. Quelques années plus tard, elle devient l’une des plus jeunes directrice de clinique du Planning Familial. Grâce à son ardeur, son professionnalisme et sa détermination, elle est nommée “employée de l’année” et devient l’une des porte-paroles du mouvement. Durant cette période, elle accompagne de très nombreuses femmes et près de 22000 avortements sont pratiqués dans la clinique où elle travaille. Mais différents événements la conduisent à un revirement brutal jusqu’à rejoindre ses anciens opposants et à devenir l’une des militantes « pro-life » les plus connues aux Etats-Unis. L’histoire d’Abby Johnson montre les dilemmes éthiques auxquels elle a dû faire face, ses conflits avec les organisations pro- vie, et les tensions que son travail faisait peser sur sa vie de famille.

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services