Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Euthanasie / France : Société

Bioéthique : le corps humain est-il une réserve publique?

Etrange histoire que celle de Daniele Franceschi, condamné en France, emprisonné pour fraude à la carte bleue et mort dans sa cellule d'un malaise cardiaque quelques heures après un électrocardiogramme qui ne décelait aucune anomalie. On lit dans la presse (Radio-France, radio Vatican ce matin ou encore Nice-Matin) :

"Les procédures trainent et il faut l’intervention du ministre italien des affaires étrangères, Franco Frattini (qui va même jusqu’à demander officiellement une deuxième autopsie) pour voir enfin le cercueil arriver à Viareggio en Toscane, 55 jours après la mort de Daniele Franceschi.

Sauf que la deuxième autopsie n’est, techniquement, pas réalisable. Les autorités françaises rendent un corps en décomposition avancée et privé d’organes, les yeux et le foie ont été prélevés."

Cer On pourrait peut-être rétorquer qu'il est légal en France de ponctionner des organes sur les corps encore chauds des malfrats. On pourrait peut-être aussi supposer que le don était consenti du vivant du condamné, ce qui paraît très peu crédible au vu des circonstances de sa vie et sa mort.

Mais la loi ne saurait être un paravent à la morale, la morale doit être le garde-fou du légal. Et on lit dans le catéchisme de l'Eglise catholique que "le don gratuit d’organes après la mort est légitime et peut être méritoire" (par 2301) et aussi que "les corps des défunts doivent être traités avec respect et charité dans la foi et l’espérance de la résurrection" (par 2300).

Ce fait public et connu permet de reposer des bases de réflexion en plein débat sur la bioéthique sur la réalité française coupée désormais de toute espérance en la Résurrection.

Partager cet article

3 commentaires

  1. En France : le corps des morts appartient à la science (vous retrouverez la phrase exacte dans je ne sais plus quel code).
    Je crois que c’est clair !
    La loi a privé chacun de son corps après la mort.
    On est pire que chez les fous : chez les pires tyrans qu’on n’ait jamais vus sur terre.

  2. L’ECG normal n’a rien de choquant. C’est bien pour ça que les cardiaques font des ECG d’effort chez le cardiologue pour démasquer les anomalies.
    Bref rien à voir avec la Chine où l’on exécute officiellement les gens pour leur prélever leurs organes, contre leur gré.

  3. La loi présume le consentement du donneur chez nous autres.

Publier une réponse