Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

Benoît XVI salue Léon XIII, le père de la doctrine sociale de l’Eglise

Benoît XVI visitait aujourd'hui Carpineto Romano, la ville natale du pape Léon XIII (1810-1903), le grand pionnier de la doctrine sociale de l'Eglise avec son encyclique « Rerum novarum » (1891). Dans son homélie, le pape a recueilli l'héritage doctrinal du pape Léon XIII en expliquant que les chrétiens agissent

Leon "en tant que citoyens individuels ou sous des formes associatives, [ils] constituent une force bénéfice et pacifique de changement profond, en favorisant le développement des potentialités internes de la réalité elle-même".

"C'est la forme de présence et d'action dans le monde qui est proposée par la doctrine sociale de l'Eglise [laquelle] vise toujours la maturation des consciences comme une condition pour des transformations valables et durables".

"A une époque de fort anticléricalisme et d'ardentes manifestations contre le pape, Léon XIII sut guider et soutenir les catholiques sur le chemin d'une participation constructive, riche de contenus, ferme sur les principes et capable d'ouverture. Un pape très âgé, mais sage et clairvoyant, put ainsi introduire dans le XXe siècle une Eglise rajeunie, avec l'attitude juste pour affronter les nouveaux défis".

Partager cet article

1 commentaire

  1. Si les encycliques de ce grand pape pouvaient revenir dans la formation des prêtres et des laïcs, quelle espérance… Citons aussi Arcanum divinae : “Or il n’y a rien de plus puissant pour détruire les familles et briser la force des Etats que la corruption des mœurs. Il n’y a donc rien de plus contraire à la prospérité des familles et des Etats que le divorce. Né de la perversion morale des peuples, le divorce, l’expérience l’atteste, ouvre la voie et la porte à une dépravation plus grande encore des mœurs privées et publiques”. Texte reprit ensuite par Pie XI dans Casti Connubii. Ces deux papes nous ont donné toute la grandeur du mariage chrétien et annoncé toute la dépravation à laquelle conduit le divorce. Une fois encore, sans jugement des personnes, il faudra un jour redire haut et fort la gravité de cet acte pour l’homme et la société.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services