Benoît XVI : l’Eglise, la loi naturelle et les droits de l’homme

Un discours à l’Académie Pontificale des Sciences Sociales qui fera date, des réponses que beaucoup attendaient sur les raisons des Papes à défendre les "droits de l'homme". De Benoît XVI :

Bxvi "La loi naturelle est un guide reconnaissable par tous, et sur sa base,
tous peuvent se comprendre et s’aimer réciproquement. Les droits de
l’homme sont donc enracinés de manière définitive dans une
participation de Dieu, qui a créé chaque personne humaine avec
intelligence et liberté. Si l’on ignore cette solide base éthique et
politique, les droits de l’homme restent fragiles parce qu’ils sont
privés de leur fondement solide.
L’action de l’Eglise dans la promotion
des droits de l’homme est donc soutenue par la réflexion de la raison
de telle manière que ces droits peuvent se présenter à toutes les
personnes de bonne volonté, indépendamment de leur affiliation
religieuse". (…)

L’Eglise a toujours affirmé que les droits fondamentaux, au-delà de
leurs différents formulations, et des différents degrés d’importance
qu’ils peuvent avoir dans les différents contextes culturels, devaient
être soutenus et reconnus universellement, parce qu’ils sont inhérents
à la nature même de l’homme qui est créé à l’image et à la ressemblance
de Dieu. Si tous les êtres humains sont créés à l’image et à la
ressemblance de Dieu, alors, ils partagent une nature commune qui les
unit les uns aux autres, et qui requiert un respect universel
(…)

Les droits de l’homme sont devenus le point de référence d’un ‘ethos’
universel partagé
, au moins au plan de l’aspiration, par la plus grande
partie de l’humanité. Ces droits sont ratifiés par presque tous les États du monde. Le Concile Vatican II, dans la Déclaration ‘Dignitatis
Humanae’, et mes prédécesseurs Paul VI et Jean Paul II, se sont référés
avec vigueur aux droits à la liberté de conscience et de religion, qui
doivent être au centre de ces droits qui naissent de la nature humaine
elle-même
(…)
[Les droits de l'homme] reçoivent une nouvelle confirmation, de la foi… On ne peut nier que, en
vivant et en agissant dans le monde physique comme êtres spirituels,
les hommes et les femmes constatent la présence pénétrante d’un ‘logos’
qui leur permet de distinguer
non seulement entre le vrai et le faux,
mais aussi entre le bon et le mauvais, entre le meilleur et le pire,
entre la justice et l’injustice. Cette possibilité de discerner cette
intervention radicale, rend chaque personne en mesure d’accueillir la
‘loi naturelle’ qui n’est pas autre chose qu’une participation à la loi
éternelle
".

Lahire

Une réflexion au sujet de « Benoît XVI : l’Eglise, la loi naturelle et les droits de l’homme »

Laisser un commentaire