Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Banlieues : que va faire le gouvernement?

Pim
"Tout!" Comme d’habitude…
Après le drame de Marseille, Jacques Chirac a promis à la famille de la victime  que "tout serait mis en oeuvre pour retrouver et punir avec la plus extrême sévérité les auteurs".
Une réunion de crise se tiendra ce matin à Matignon.
Sarkozy a rajouté que "tous les moyens humains et techniques nécessaires" seraient déployés pour interpeller ce criminel.
Bien sûr, l’indignation est totale et normale, surtout le jour où certains commémoraient en trop petit nombre la mort de Jean-Claude Irvoas. Mais les refrains ne sont plus crédibles : trop entendus, rarement suivis…

Du Parti radical de gauche au Front National en passant par le PS, Nicolas Sarkozy est villipendé. L’attaque est directe et facile : le ministre est candidat à la présidentielle et celui-ci avait décidé de passer son week-end en Lozère pour célébrer la "France qui ne casse rien"… pas même des briques, comme lui?
La Lozère est une région magnifique : mais la "France qui ne casse rien" vit aussi et surtout à côté des assassins, des violeurs, des incendiaires, des voyous… Et celle-ci, Nicolas Sarkozy ne doit pas l’oublier : elle est sur les nerfs et surtout en danger et le gouvernement doit tout faire pour qu’elle ne le reste pas.

Lahire

Partager cet article

9 commentaires

  1. C’est vrai ça, Sarkozy ne casse rien. Comme Chirac d’ailleurs “bla, bla, bla…” “Parole, parole, parole” dit-on en italien, soit en français : “des mots, des mots, des mots”
    Sarkozy au moins, il fait rire, enfin, rire jaune, quand une personne se meurt dans d’atroces souffrances.
    Ces barratineurs tentant de fourguer leur camelote pendant que la France agonise, font horreur.

  2. Quand quelqu’un est vilipendé par tout le monde, j’ai tendance à le défendre!
    Je n’aime pas Sarko, et je n’ai aucune pitié pour lui: il récolte ce qu’il a semé!
    Mais maintenant, que peut-il faire ? Mettre un car de CRS derrière chaque « jeune » ?
    Va falloir drôlement embaucher, dans la police.
    Ceci dit, qui aujourd’hui pourrait mieux faire? Philippe de Villier, Jean-Marie Le Pen.
    Si le sujet n’était pas aussi sérieux, grave et dramatique, j’aurais envie de rire.
    Vous ou certain attendez, l’homme providentiel, le parfait démocrate républicain, pour arranger la situation.
    Réveillez-vous, bon sang !
    Il est trop tard !
    A ce stade de la situation, la subversion étant tellement rentrée dans les esprits, et dans les pratiques politiques sociales et religieuses, que la solution ne peut que venir de Dieu !
    Toute action politique, ne peut qu’être vouée à l’échec.
    Pire, si JMLP, par miracle(mais serait-ce un miracle ?) arrivait au pouvoir, la situation serait pire, et la révolution et les persécutions anti-catholiques seraient poussées à leur paroxysme !

  3. Mettre l’armée en oeuvre ? Je ne sais pas.
    De toute façon quoiqu’on puisse faire, il y aura toujours des “biens pensants” pour crier au fachisme ou au racisme.

  4. Moi, je n’ai pas de solution, d’homme providentiel.
    Il me semble que de Villiers pourrait mieux faire que Sarkozy. De l’expérience, de bonnes idées, un grand courage, de l’honnêteté, des références, ce n’est pas donné à tout le monde.
    Quant à attendre la solution de Dieu Lui-même, je ne pense pas que cela soit une solution théologiquement admissible.
    Dans la bible, sauf erreur, Dieu a agi par les hommes Moïse, Samson, David, Salomon, Judith, Esther et les autres, rien que des hommes.
    Dieu nous parle par les hommes, nous dirige par les hommes, nous instruit par les hommes, nous sauvera par les hommes.

  5. Quand je lis “Toute action politique, ne peut qu’être vouée à l’échec.” j’ai l’impression d’entrer dans la 4ème dimension…
    Ne vous inquiétez pas Henri, il y aura bien des hommes politiques prêts à retrousser leurs manches pour nous sortir de là quand nous aurons touché – encore plus – le fond. Seulement, si tous ceux qui pensent droit pensent que toute action politique est vouée à l’échec, j’ai peur que ces hommes politiques courageux ne viennent pas de notre bord… et qu’après avoir redressé un peu la barre par des mesures pragmatiques dictées par l’urgence de la situation, ils ne nous entrainent dans de nouvelles dérives encore insoupconnées…

  6. Bon, apportons des précisions manifestement nécessaires.
    Il est évident que PdV ou JMLP feront mieux que Sarko.
    Du moins ils essaieraient, mais seraient empêchés, par le système qui est très bien verrouillé.
    Ne faire confiance qu’a Dieu. Il est exact qu’il agira au travers d’hommes, que lui-même choisira le moment venu.
    Je ne crois pas que parmi les hommes politiques actuels on trouve l’équivalent de « Moïse, Samson, David, Salomon, Judith, Esther et les autres rien que des hommes » (et aussi des femmes aux quelles j’ajouterai Jehanne d’Arc 😉
    Pour finir par la quatrième dimension, j’avoue ne pas m’intéresser à la troisième, alors la quatrième…..
    Mais je suis d’accord quand vous dites : « il y aura des hommes politiques » Le : il y aura veut dire qu’il n’y a pas aujourd’hui.

  7. Bonjour,
    Pas de catastrophisme svp.
    Nous assistons à l’agonie du monde occidental relativiste; cette agonie peut encore être longue, connaître des moments d’accélération (maintenant) mais aussi de ralentissement (comme de 1945 à 1975); mais elle est inéluctable si l’on croît en Dieu. Il faut au contraire la laisser aller à son terme, tout en sauvant énergiquement ce qui doit l’être; afin que les hommes à venir s’en souviennent pendant des siècles et des siècles.
    Il ne peut pas y avoir selon moi de “contre-révolution” catholique telle que nos ancêtres la rêvent depuis plusieurs siècles – à savoir par la démocratie, le rapport de force public, la dialectique, le débat. En tous cas pas en France, ni dans la plupart des pays européens.
    Mais il DOIT y avoir une contre-culture catholique toujours vivante, même si elle devait finir par devenir minuscule, pour entretenir l’espoir. Les difficultés pour suivre fermement cette attitude contre-culturelle dans nos vies quotidiennes iront de pire en pire et peu les surmonteront. Mais cette contre-culture est en marche et elle triomphera. Il nous faut tenir bon et nous fortifier dans la foi, ne rien lâcher de nos certitudes vivantes sans se recroqueviller dans une bulle qui finirait par devenir sectaire. Le Christ c’est l’espoir du monde et son peuple doit être à la hauteur de cet espoir.
    En attendant la clé de sortie de cette situation pré-insurrectionnelle, et en dehors de notre point de vue catholique, se résume en un mot: VIOLENCE. Quiconque osera se ré-approprier le monopole et l’exercice de la violence dans ce pays et en Europe, au moment opportun, rétablira l’ordre et pourra re-bâtir (reste à savoir sur quelles bases…). Ceci n’est pas un souhait, ceci est à mon avis un fait. La question est: qui s’en emparera, où et quand?
    Mr Sarkozy a la posture de celui qui semble vouloir le faire; mais il est comme le Canada Dry, il n’ouvrira pas Pandore. Or il faudra bien le faire – et pire: plus cette violence sera arbitraire et implacable, plus elle apparaîtra comme salvatrice. Face à ça, nous devons continuer à prôner l’Evangile mais je crains que les hommes continuent encore longtemps à se moquer de nous…
    En Dieu,
    Lubac

  8. La violence n’est légitime que de la part de l’Etat, sauf rares exceptions comme la légitime défense.
    Rom, XIII,
    “4 car le prince est pour toi ministre de Dieu pour le bien. Mais si tu fais le mal,
    crains; car ce n’est pas en vain qu’il porte l’épée, étant ministre de Dieu pour
    tirer vengeance de celui qui fait le mal, et le punir.
    5 Il est nécessaire d’être soumis, non seulement par crainte du châtiment,
    mais aussi par motif de conscience.”
    1 Cor. XIII, 4
    “4 La charité est patiente, elle est bonne; la charité n’est pas envieuse, la
    charité n’est point inconsidérée, elle ne s’enfle point d’orgueil;
    5 elle ne fait rien d’inconvenant, elle ne cherche point son intérêt, elle ne
    s’irrite point, elle ne tient pas compte du mal;
    6 elle ne prend pas plaisir à l’injustice, mais elle se réjouit de la vérité;
    7 elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle supporte tout.
    8 La charité ne passera jamais. (…)”
    Patience, espérance, douceur.
    Rom. XII, 21
    “21 Ne te laisse pas vaincre par le mal, mais triomphe du mal par le bien.”

  9. jean-françois,
    La plupart des humains en France n’ont:
    1- aucune connaissance de ces vérités bibliques
    2- ni la vocation, ni la capacité à les comprendre et les mettre en pratique s’ils y tombent dessus par hasard
    Et pourtant j’en conviens, elles restent vraies. Pire: dans la situation qui s’annoncent elles sont les seules qui peuvent éviter le bain de sang, ce qui permet d’ailleurs de vérifier empiriquement leur véracité.
    Mais je reste sur mes positions: dans un pays dé-christianisé comme la France, la haine va attiser la haine, la rancoeur va attiser la rancoeur et la violence appellera à la violence. Sans le Christ Pantocrator, ces maux ne disparaissent pas sauf à avoir recours à la violence la plus implacable et la plus arbitraire (paradoxalement). Car il est une rage, une violence contenue dont on ne parle pas, qui ne se dit pas et pour l’instant ne s’exprime pas – celle des indigènes de ce pays, pour reprendre un terme actuel. Il m’étonnerait fort qu’un jour elle n’explose pas, ça serait presque légitime!
    Pour résumer je vois 2 moyens d’apaiser les banlieues:
    1/ les évangéliser; on peut essayer (et beaucoup le font) mais sans l’aide de la force publique (Etat) et vu d’où l’on part on peut raisonnablement estimer que les chances d’échouer sont grandes
    2/ la force brutale et arbitraire (peut-être islamisante d’ailleurs, mais peu importe en fait)
    Mais je suis convaincu que la ligne humaniste athée qui offre des carottes de plus en plus grandes (subventions, aides), pratique un laxisme aveugle, plie et ne manie que le bâton qu’à regret… ne fera qu’attiser les braises et augmenter la violence.
    En gros, plus on est gentil avec eux au sens moderne du mot, plus ils seront méchants.
    En Dieu,
    Lubac

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services