Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : L'Islam en France

AZF : Larousse évoque la thèse de l’attentat islamiste

Lu ici :

"Le 21 septembre prochain marquera le septième anniversaire de la
mystérieuse explosion de l’usine AZF de Toulouse. Un drame qui s’était
soldé par un terrible bilan : 30 morts dont 21 salariés d’AZF, 35 000
logements endommagés, des dégâts matériels évalués par les assureurs à
2,3 milliards d’euros.
La thèse officielle explique cette catastrophe
par l’explosion d’un stock de nitrate d’ammonium… Les Editions
Larousse, dans un ouvrage paru cette année, Les grandes énigmes de l’histoire de France, développent une autre thèse, pour le moins politiquement incorrecte : celle de l’attentat islamiste".

Lahire

Partager cet article

13 commentaires

  1. Par le passé, Radio Courtoisie a reçu un ou plusieurs auteurs de rapports allant exactement dans le sens indiqué par le nouvel ouvrage Larousse.

  2. Déjà dans la première édition de ce livre (2004) on pouvait lire (excusez le style…c’est un ouvrage de vulgarisation):
    “Un attentat ? Rumeur, certes, mais fondée sur des faits avérés ! A commencer la veille de l’explosion par une altercation entre trois manutentionnaires intérimaires d’origine maghrébine et des chauffeurs-livreurs qui arborent un drapeau américain en berne. Le manutentionnaire le plus virulent, Hassan J., aurait menacé: “Rappelez-vous cela, les gars; demain, ce sera un grand jour.” Il est retrouvé mort à son poste le 21 septembre et le médecin légiste constate qu’il porte cinq couches de sous-vêtements…comme pour imiter certains kamikazes islamiques qui protègent ainsi symboliquement leur sexe pour profiter des vierges censées les accueillir au paradis des martyrs. Une heure après l’attentat, deux véhicules sont contrôlés à 100 km de Toulouse…alors que la circulation dans la ville était bloquée. La vitre arrière d’une des voitures est brisée, du fait du souffle de l’explosion explique son propriétaire…qui affirme se promener. Les occupants des véhicules sont membres d’un réseau islamique de tendance afghane. L’enquête des RG confirme que Hassan J. a des contacts avec cette mouvance islamique locale.”

  3. Depuis quand, ce livre est-il paru?
    Si c’est récemment, le gouvernement va le censurer?
    Attention à la fatwa sur les auteurs!
    Tout le monde sait, aujourd’hui, qu’il est interdire de dire la vérité, sous peine d’être accusé du crime capital d’incitation à la haine raciale!
    Ceci dit, cinq couches de vêtements pour cacher sa maigreur, faudra que j’essaie !

  4. C’était déjà un joli feu d’artifice AZF… mais imaginez la même chose avec une centrale… Le facteur humain, par définition le plus imprévisible… C’est le danger N°1 d’une centrale.

  5. Ce n’est pas une “explosion”! , C’est une détonation, ce qui n’est pas du tout pareil!
    Les conditions correspondantes non plus! (Cf cours de détonique de l’ENSTA)

  6. Je crois que l’hebdomadaire Valeurs Actuelles avait lui aussi soutenu cette hypothèse, mais avait été condamné par la suite… Désinformation?

  7. peut être pourriez vous nous expliquer la différence entre détonation et explosion?
    Je n’ai pas la chance d’avoir ces cours de détonique dont vous parlez!

  8. Au sujet de la catastrophe AZF, il faut rappeler le livre du Dr. J.P. Serbera paru au début de l’année 2002 et qui précisait cette phrase de Chirac débarquant à l’aéroport de Blagnac, l’après-midi de la catstrophe: “JE NE VEUX PAS ENTENDRE PARLER D’UN ATTENTAT” et cette déclaration du Procureur de la République, le 24 sept., qui était “certain à 99% de l’origine accidentelle de l’explosion”, alors que l’enquête n’avait pas commencé!

  9. pour info, le nitrate d’ammonium ne peut exploser (on peut y adjoindre d’autres substances pour cela avec le mécanisme qui va bien) (cours de chimie de base) ; ce produit sert essentiellement d’engrais azoté, il y en des centaines de milliers de tonnes dans les fermes du monde entier (dont en France bien sûr) depuis des décennies ; ce n’est pas du TNT, cela se saurait….
    2nd élément: si c’est accident, c’est Total qui paie ; si c’est un attentat, c’est l’Etat ; vite vu non ?
    3ièmer élément : je ne crois pas que V. Actuelles ait été condamné ; son dossier était impaccable (rédigé par un spécialiste mondial de l’ammonitrate, polytechnicien de son état)
    M.Sennert – ingénieur chimiste

  10. – Une déflagration (v 1000 m/s, la réaction chimique est plus rapide que le transfert thermique, d’oùl’apparition d’une onde de choc dans le produit lui-même.
    Par contre, il n’y a pas de différence fondamentale entre une combustion et une déflagration, ces phénomènes ne se distinguent couramment que par leur vitesse de propagation.
    Je n’indiquerai pas ici comment on obtient systématiquement ces phénomènes…

  11. – Une déflagration (v 1000 m/s, la réaction chimique est plus rapide que le transfert thermique, d’oùl’apparition d’une onde de choc dans le produit lui-même.
    Par contre, il n’y a pas de différence fondamentale entre une combustion et une déflagration, ces phénomènes ne se distinguent couramment que par leur vitesse de propagation.
    Je n’indiquerai pas ici comment on obtient systématiquement ces phénomènes…

  12. La déflagration et la détonation sont deux phénomènes différents, le régime de propagation est différent:
    – Dans la déflagration (v<1000 m/s la réaction chimique de décomposition est plus lente que le transfert thermique;
    - dans la détonation (>1000 m/s), la réaction chimique est plus rapide que le transfert thermique, d’où l’apparition d’une onde de choc dans le produit lui-même; Onde de choc qui peut d’ailleurs s’amplifier et s’accélérer. On peut arriver à plusieurs milliers de m/s dans certains cas.
    Par contre, il n’y a pas de différence fondamentale entre une combustion et une déflagration, ces phénomènes ne se distinguent couramment que par leur vitesse de propagation.
    Pour obtenir une détonation, il faut réaliser une série très particulière d’opérations que je n’exposerai pas!

  13. Lu sur Wikipedia a la reference Valeurs Actuelles:
    ” Condamnation [modifier]
    Le 9 janvier 2003, les journaux Valeurs actuelles et Le Figaro ont été condamnés pour un article jugé diffamatoire sur la catastrophe de l’usine AZF de Toulouse et publié fin 2001[2]. Le journal a notamment été condamné pour avoir mis en cause publiquement un ouvrier intérimaire de l’usine et d’origine tunisienne, et avoir soupçonné une association musulmane de la banlieue de Toulouse. L’article évoquait la possibilité d’un attentat comme origine de la catastrophe.”

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services