Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Avortement : revenir sur une loi mauvaise est un progrès, une avancée humaine

Très bon article de Sabine Faivre sur Liberté Politique :

Sabine-Faivre"Le récent projet de loi relatif à l'avortement déposé par le gouvernement espagnol, qui durcit les conditions d'accès à l'IVG, a fait voler un tabou en éclat : celui de la réversibilité des lois.

Cet événement tant décrié par l'intelligentsia de gauche, relayée abondamment par des médias partisans, constitue un revirement majeur dans l'histoire des démocraties, et dans l'histoire tout court. Pour la première fois, grâce à l'Espagne, il apparaît que nulle loi n'est écrite dans le marbre, que nulle loi n'est irréversible.

Dès lors les partisans de la libéralisation de l'IVG, ceux qui nous gouvernent, ainsi que les lobbies qui les soutiennent, ne pourront plus invoquer la fameuse « marche de l'histoire » pour justifier l'extension des lois en matière de santé reproductive. Ce fameux sens de l'histoire, jusque dans les débats récents, servait d'argument imparable aux partisans du mariage gay, de la PMA et de la GPA.

Il n'y a de sens de l'histoire que celui que nous construisons. L'Espagne nous donne une belle leçon de démocratie. Car revenir sur une loi mauvaise est un progrès, une avancée humaine.

La loi sur l'IVG fait partie de ces lois mauvaises que nul ne se serait aujourd'hui risqué à dénoncer ouvertement, à moins de passer pour d'obscur intégriste totalement déphasé avec son temps.

Car nous disait-on, la Modernité nous donne le droit de décider où et quand je veux un enfant. Ce en quoi les adversaires de l'avortement seraient d'accord, à la nuance près que cette phrase s'entend avant la conception d'un enfant, et non lorsque l'enfant est déjà conçu.

Cela nous oblige à nous pencher sur le système français, et sur les lois récentes qui ont conduit, encore récemment, à transformer l'IVG en un acte banal, courant, et dénué de toute connotation anxiogène.

Le gouvernement a pensé, comme pour le mariage gay, qu'en supprimant les mots, ils supprimeraient aussi la réalité vécue.

Ainsi nos dirigeants ont pensé qu'en effaçant les termes de « père » et de « mère » du Code civil, ils créeraient  une nouvelle notion de la « famille », étendue à la « parenté ». En effet, pensaient-ils, si l'on décide qu'il n'y a plus de père et de mère, mais simplement des « parents », alors il n' y a plus de père ni de mère, et il ne doit plus y en avoir (car c'est discriminatoire pour ceux qui ne peuvent enfanter).

C'est sur cette base qu'ils ont également décidé de supprimer, en catimini, la notion de « détresse » dans la loi sur l'IVG, pensant, par là même, supprimer la détresse des femmes. Car, pensent-ils probablement toujours dans la même logique, si l'on décide que la détresse n'existe pas, alors en effet elle n'existe plus. Belle leçon de réalisme !

Et la société semble s'enfoncer un peu plus dans le déni.

L’IVG, un drame pour tous

Car il apparaît que l'IVG n'est pas un acte anodin, et ce constat n'est ni un stéréotype véhiculé par une société imprégnée de l'« héritage judéo-chrétien », ni une manipulation destinée à culpabiliser les femmes ; mais la réalité même : celle dont témoignent les femmes, les hommes, et plus largement, les médecins, les soignants confrontés à la prise en charge des IVG. L'IVG est un drame, une blessure, qui s'étend à la fratrie, aux générations suivantes. Elle se ramifie au-delà du seul cercle  de la liberté individuelle. Elle nous concerne tous. Car une vie sacrifiée, et c'est toute l'humanité qui meurt à travers elle.

Deux options s'offrent alors à nous. Soit l'on décide de se confronter au principe de réalité et de l'assumer, avec la prise de risque que cela implique (y compris de décider que l'on a fait fausse route), soit on décide de passer outre, en minimisant ce qui se produit.

La tentation est grande de céder aux sirènes de l'individualisme et du matérialisme, et de se laisser persuader qu'« une vie en vaut bien une autre » ; la tentation est grande de véhiculer un discours qui dissout toute culpabilité et toute responsabilité, au risque de générer des traumatismes encore plus grands, car ils auront été niés par la société tout entière.

C'est sur cette voie que s'achemine la société française : vers un déni de plus en plus systématique des réalités. Or ce déni risque de s'avérer très coûteux pour la société.

Nul ne peut évaluer à ce jour les dégâts que ces lois successives provoqueront sur les générations à venir, parce que les repères auront été systématiquement piétinés, éradiqués ou minimisés.

Reste à espérer que subsiste dans la conscience collective un substrat de sens commun, une sagesse qui oblige à affronter avec détermination le principe de réalité, sans quoi nulle politique, mais et aussi et surtout nul humanisme digne de ce nom n'est possible." 

Partager cet article

9 commentaires

  1. Un parallèle intéressant peut être fait avec l’histoire de l’esclavage en France :
    – aboli par Louis XVI en 1776
    – rétabli par la révolution en 1790 (et ce n’est pas une blague !)
    – aboli en 1794, mais pour des raisons de circonstance ( émeutes à Saint Domingue)
    – rétabli par Napoléon Bonaparte en 1802
    – aboli par le même en 1815, mais sans effet
    – aboli à nouveau en 1845, en théorie de façon définitive
    – dans les faits, maintien du travail forcé des indigènes jusqu’ en 1946… et son abolition alors définitive !
    Au passage, on peut noter que Louis XVI et de Gaulle étaient abolitionnistes, alors que la révolution puis Napoléon étaient esclavagistes.

  2. “La loi sur l’IVG fait partie de ces lois mauvaises que nul ne se serait aujourd’hui risqué à dénoncer ouvertement, à moins de passer pour d’obscur intégriste totalement déphasé avec son temps.”
    J’AVOUE!! Je suis un obscur intégriste athée totalement déphasé avec mon temps, et je dénonce ouvertement la loi sur l’IVG!!

  3. Pour être plus exact, il faut préciser que la Pologne est “le premier pays qui a aboli l’avortement après des années sous régime communiste” et non “le dernier pays rétrograde à trainer des pieds sur l’avortement”
    En fait, la question n’est pas d’abolir l’avortement car aucune société ne survivra durablement si elle permet cette pratique mais de l’abolir le plus rapidement possible…
    Il faudra ensuite plusieurs décennies pour que ses promoteurs soient enfin vus comme des criminels contre l’humanité et que nos petits enfants demandent à cette génération : “à cette époque là, vous faisiez quoi ?”

  4. Un enfant meurt
    Une femme pleure
    Un homme regarde ailleurs
    AVORTEMENT – ABOLITION

  5. Belle et lucide analyse. Bravo et merci.

  6. Cet article oublie les succès américains, très largement antérieurs au projet de loi espagnol, non encore voté.
    Ne nous réjouissons pas trop rapidement : à Madrid le gouvernement subit de telles pressions que rien n’est fait. Aux Cortes, au sein de la la majorité PPE, des voix discordantes, sans doute instrumentalisées de l’extérieur, de la Commission de Bruxelles pour la nommer, commencent à se faire entendre.
    Donc rien n’est fait.

  7. Les lois sont “humaines”. De ce fait, elles peuvent être abrogées ou detruites.

  8. article 16 du Code Civil : « La loi assure la primauté de la personne, interdit toute atteinte à la dignité de celle-ci et garantit le respect de l’être humain dès le commencement de sa vie »
    L’IVG est en contradiction avec cela, c’est un assassinat, tant que cela ne sera pas reconnu comme tel, la contradiction restera. Pourrait-il y avoir un délit d’entrave à l’assassinat ?
    Nous sommes face à un pur délire.

  9. @ Nazleja
    Vous faites plusieurs confusions. D’abord, l’esclavage sous l’Ancien Régime n’existe que dans les colonies des Antilles.
    Ce que Louis XVI abolit en 1776, c’est la corvée (sorte d’impôt en nature dû par certaines communautés en France), presque aussitôt rétablie après la chute de Turgot et transformée en impôt à payer en numéraire par Calonne en 1786.
    En 1790, l’Assemblée nationale ne recrée pas l’esclavage, mais elle le maintient (décret du 8 mars).
    L’esclavage est effectivement aboli le 4 février 1794 (l’insurrection de Saint-Domingue date quand même d’août 1791), et rétabli en 1802 par Bonaparte, qui le regretta par la suite, à Sainte-Hélène.
    L’abolition de 1845 (loi Mackau) devait être progressive. Les choses étaient quasi restées en l’état quand la IIe République a définitivement aboli l’esclavage en mars 1848.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services