Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Avortement : le Sénat aura-t-il le courage de ne pas remettre ce texte aberrant à son ordre du jour ?

Avortement : le Sénat aura-t-il le courage de ne pas remettre ce texte aberrant à son ordre du jour ?

L’Assemblée nationale a adopté hier en deuxième lecture la proposition de loi pour allonger le délai pour un avortement de douze à quatorze semaines de grossesse. L’article 2 de la proposition, qui visait à supprimer la clause de conscience spécifique pour les médecins ne souhaitant pas pratiquer un avortement, a suscité davantage d’opposition. La clause de conscience a finalement été maintenue par un amendement vidant la mesure de sa substance. Quelques membres de la majorité se sont en effet joints à LR dans un vote à main levée que l’opposition de gauche a vivement déploré, évoquant le poids du “lobby des médecins”.

Le détail du vote final est accessible ici. 454 députés étaient absents.

Le député Marie-France Lohro écrit :

Hier soir, sans surprise, l’Assemblée adoptait la proposition de loi Gaillot visant à étendre l’avortement à quatorze semaines. Une proposition de loi qui fera date, tant le déshonneur de l’assemblée y fut remarquable : ce sont donc 79 députés qui ont décidé du sort de milliers de familles, condamnant mères et enfants à un destin funeste. « Un enfant à naître n’est pas un « droit », c’est un enfant. A trois mois, il pèse 100 grammes. Il mesure 14 centimètres », ai-je rappelé aux rapporteurs à l’occasion de cette discussion. J’ai voté contre ce texte inique, comme 35 de mes collègues.

L’acharnement avec lequel certains ont décidé, au nom du respect d’un « droit des femmes » factice, à octroyer la possibilité de mettre un terme à une vie de trois mois suscite une incompréhension mêlée d’effroi. Faut-il rappeler le caractère macabre de l’opération que le législateur a autorisé ? Faut-il rappeler qu’il s’agit de dilacérer un petit être de trois mois, littéralement de le mettre en pièces ? Un acte que refusent de pratiquer 72 % des médecins, se rappelant peut-être d’un serment d’Hippocrate qui dispose « Je ne provoquerai jamais la mort délibérément. » Un acte dont les sages-femmes, dont ce n’est pas le rôle, ne veulent pas davantage entendre parler.

Les rapporteurs, dont l’imagination mortifère n’a désormais plus de limites, ne se sont appuyés sur aucune source sérieuse ; elles ne remplissent que leur cahier des charges, aspirant à violer les derniers remparts des défenseurs de la vie plus qu’à satisfaire des droits supposés de femmes qui demeureront à jamais traumatisées par la nature de l’acte subi. A l’heure où la France compte en moyenne plus de 220 000 avortements par an, à l’heure où elle constitue l’un des premiers pays européens en la matière, il est urgent de résorber et non d’étendre encore un peu plus ce qui constitue un drame irréparable.

Avec l’avortement à 14 semaines, les rapporteurs ont réassuré leur volonté de ne matérialiser la vie de l’enfant à naître que par le projet parental qu’il représenterait pour ses géniteurs. Il n’y a désormais plus de limites : si demain, une mère décide que son enfant ne constitue plus un projet viable, va-t-elle pouvoir mettre un terme à sa vie jusqu’à la veille de sa naissance ? Cette extension misérable mérite d’être condamnée et il faut maintenant espérer que le Sénat aura le courage de ne pas remettre ce texte aberrant à son ordre du jour.

Et ce matin, le quotidien La Croix s’en prenait honteusement aux militants pro-vie américains :

On comprend que La Croix n’apprécie pas qu’un Etat américain lutte contre l’avortement.

Partager cet article

11 commentaires

  1. Plus rien ne nous étonne …

  2. Quelle honte , quelle horreur , quelle putréfaction politique et humaine !!!
    Macronjuda va visiter le pape ,macronpilate se lave les mains de ce que vont décider ses parlementaires playmobils ….c’est a vomir !!!

  3. L’avortement est un sacrifice humain adressé à la déesse liberté.

  4. A la libération, faites moi penser à retrouver les journalistes de “LaCroix”.
    J’ai dit “à la libération”? Je voulais dire à l’épuration.

    • A la suite d’une guerre civile, l’épuration survient, mais ce n’est pas joli, c’est horrible. En 1945 en France, l’épuration a fait 5000 (chiffre officiel lié au CNR, 45000 (Paxton) ou 100000 (ministre de l’intérieur de l’époque à l’Assemblée) victimes tuées sans procès. Combien de juifs français furent tués entre 40-45 ? de juifs étrangers en France ? de civils français tués par les bombardements aveugles américains en juin 1944 ? On ne peut pas l’histoire en mettant les chiffres à la cave.

  5. “…454 députés étaient absents”: dont Marine LE PEN, et pourtant:
    Grand Jury RTL/Le Monde – Mai 2020:
    “Je crois que l’on organise cela pour pouvoir obtenir ce que le PS réclame depuis longtemps. Donc évidemment, je m’y opposerai ”
    https://www.rtl.fr/actu/politique/deconfinement-le-pen-contre-l-allongement-du-delai-pour-avoir-recours-a-l-ivg-7800524267

  6. quelle honte pour le journal “la croix( avec un petit c)”, que l’on dit media officieux des évêques français. Prêtres et laics catholiques, desabonnez vous, et vite ! comme je l’ai fait il ya quelqes années.

  7. La Croix reste fidèle à sa ligne éditoriale.
    Il y a quelques années, la rédactrice en chef (Isabelle de Gaulmyn) s’était réjouie de l’autorisation (enfin !) de l’avortement en Irlande.

  8. exact, mais cette ligne éditoriale date de quelques années seulement. Il y a 10-15 ans , la Croix était de mon point de vue un journal “correct” d’un point de vue catholique.

  9. https://t.co/6sOA2VUCK3?amp=1
    Le Pr. Nisand explique que la clause de conscience spécifique oblige le médecin à orienter le patient vers un confrère ne soulevant pas cette clause.
    En quoi cette dernière est-elle bonne alors ?
    “Je ne tue pas, mais allez voir mon voisin, il le fera”
    Qu’on m’explique s’il vous plaît.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services