Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Avortement : le président argentin se prend pour Ponce Pilate

Presidente_Macri_en_el_Sillon_de_Rivadavia_(cropped)Alors que la bataille pour la défense de l’enfant à naître fait rage en Argentine, le président de la République Mauricio Macri a déclaré qu’il ne s’opposerait pas à un vote du Congrès légalisant l’avortement dans le pays.

Au pays du pape François, l’avortement est légal dans les seuls cas de viol, de difformité du fœtus ou lorsque la vie de la mère est en danger : c’est le juge qui décide au cas par cas. Mais le 20 mars, le Congrès – équivalent de l’Assemblée nationale – va peut-être changer ces dispositions et proposer d’élargir l’avortement à toute femme qui le désire, dans les 14 premières semaines de la grossesse.

Pourtant connu pour être hostile à l'avortement, le président de la République, Mauricio Macri, a annoncé qu’il ne s’opposerait pas au vote des députés.

Si le projet de loi devrait être adopté par le Congrès, sans grande surprise, il n’en sera peut-être pas de même au Sénat, plus conservateur, auquel le texte devra être ensuite soumis. Le chef de cabinet des ministres d'Argentine, Marcos Peña, a déclaré pour sa part que le gouvernement étudiait l’idée d’un référendum sur l’avortement, en cas de blocage.

Partager cet article

3 commentaires

  1. Diversité, laïcité, citoyenneté, charlicité, grande cécité.

  2. La “droite” molle, ça existe donc aussi en Argentine !

  3. Son évêque pourra alors l’excommunier s’il ne s’y oppose pas, n’est-ce pas évident?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.