Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Avortement : le pape appelle les pharmaciens à l’objection de conscience

Avortement : le pape appelle les pharmaciens à l’objection de conscience

Recevant en audience les participants au congrès organisé par la Société italienne de pharmacie hospitalière le 14 octobre, le pape leur a déclaré :

[…] A titre individuel, le pharmacien, chacun de vous, utilise des substances médicinales qui peuvent devenir des poisons. Il s’agit ici d’exercer une vigilance constante, afin que le but soit toujours la vie du patient dans son intégralité. Vous êtes toujours au service de la vie humaine. Dans certains cas, cela peut conduire à l’objection de conscience, qui n’est pas de la déloyauté, mais au contraire de la fidélité à votre profession, si elle est valablement motivée. Aujourd’hui, il y a une certaine tendance à penser que ce serait peut-être une bonne façon d’aborder l’objection de conscience. Mais c’est l’intimité éthique de chaque professionnel de la santé et cela ne devrait jamais être négocié, c’est la responsabilité ultime des professionnels de la santé. C’est aussi une dénonciation des injustices commises au détriment d’une vie innocente et sans défense. C’est une question très délicate, qui demande à la fois une grande compétence et une grande droiture. En particulier, j’ai eu l’occasion de revenir récemment sur le sujet de l’avortement. Vous savez que je suis très clair là-dessus : c’est un homicide et il n’est pas licite de devenir complice. Ceci dit, notre devoir est d’être proche des gens, notre devoir positif : d’être proche des situations, notamment des femmes, pour qu’elles n’en viennent pas à penser à la solution de l’avortement, car en réalité ce n’est pas la solution. Puis après dix, vingt, trente ans, la vie vous envoie la facture. Et il faut être dans un confessionnal pour comprendre le prix de cela, qui est si dur. […]

En revanche, le pape n’a pas parlé de l’avortement avec Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, lorsqu’il l’a reçue samedi dernier, alors qu’elle venait de faire voter par les députés américains une proposition de loi visant à permettre l’avortement jusqu’à la naissance sans conditions sur tout le territoire des Etats-Unis.

Partager cet article