Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Idéologie du genre / Pays : Etats-Unis

Autoriser des enfants à subir des opérations de changement de sexe constitue un abus d’enfant

Autoriser des enfants à subir des opérations de changement de sexe constitue un abus d’enfant

Dans un avis juridique officiel publié le 18 février 2022, le procureur général du Texas, Ken Paxton, a déclaré avec audace que le fait d’autoriser des enfants à subir des opérations de changement de sexe et à utiliser des bloqueurs de puberté et des hormones transsexuelles “peut légalement constituer un abus d’enfant” en vertu de la loi texane. Paxton énonce spécifiquement ces procédures :

  • peuvent causer “une atteinte à l’intégrité mentale ou affective d’un enfant qui se traduit par une altération observable et significative de sa croissance, de son développement ou de son fonctionnement psychologique”. TEX. FAM. CODE § 261.001(1)(A).
  • “peuvent causer ou permettre à l’enfant de se trouver dans une situation dans laquelle il subit un préjudice mental ou émotionnel qui entraîne une altération observable et matérielle de sa croissance, de son développement ou de son fonctionnement psychologique.” Id. § 261.001(1)(B).
  • peuvent causer une “blessure physique qui entraîne un préjudice important pour l’enfant”. Id. § 261.001(1)(C).
  • impliquent souvent un “manquement à l’obligation de faire un effort raisonnable pour empêcher l’action d’une autre personne qui entraîne une blessure physique causant un préjudice substantiel à l’enfant ” notamment de la part des parents, des conseillers et des médecins. Id. § 261.001(1)(D).”

Dans le communiqué de presse annonçant l’avis, Paxton a déclaré :

“Il ne fait aucun doute que ces procédures constituent des ‘abus’ au regard de la loi texane et qu’il faut donc y mettre fin. Le Département des Services Familiaux et de Protection du Texas (DFPS) a la responsabilité d’agir en conséquence. Je ferai tout ce que je peux pour protéger contre ceux qui profitent des jeunes Texans et leur font du mal.”

M. Paxton a également formulé quelques observations clés dans son article d’opinion. Tout d’abord, il a fait remarquer que, quels que soient les procédures ou les traitements de changement de sexe qu’une personne subit, elle ne peut jamais vraiment changer de sexe :

“Il est important de noter qu’il reste médicalement impossible de changer véritablement le sexe d’un individu car celui-ci est déterminé biologiquement dès la conception. Aucun médecin ne peut remplacer un organe sexuel masculin pleinement fonctionnel par un organe sexuel féminin pleinement fonctionnel (ou vice versa). En réalité, ces procédures de “changement de sexe” cherchent à détruire un organe sexuel pleinement fonctionnel afin de créer cosmétiquement l’illusion d’un changement de sexe.”

Deuxièmement, il a noté que toutes ces procédures et tous ces traitements peuvent causer des dommages substantiels au-delà des dommages causés par la stérilisation :

“Au-delà du préjudice évident que représente la stérilisation permanente d’un enfant, ces procédures et traitements peuvent entraîner des effets secondaires et des préjudices allant au-delà de la stérilité permanente, notamment de graves effets sur la santé mentale, la thrombose veineuse/thromboembolie, un risque accru de maladie cardiovasculaire, une prise de poids, une baisse de la libido, l’hypertriglycéridémie, l’hypertension artérielle, la diminution de la tolérance au glucose, la maladie de la vésicule biliaire, la prolactinome hypophysaire bénin, les triglycérides abaissés et élevés, l’augmentation du taux d’homocystéine, l’hépatotoxicité, polyglobulie, l’apnée du sommeil, la résistance à l’insuline, les douleurs pelviennes chroniques et l’augmentation du risque de cancer et d’accident vasculaire cérébral.”

Troisièmement, il a déclaré qu’il n’existe aucune preuve scientifique solide que les procédures et les traitements de changement de sexe apportent un quelconque bénéfice aux mineurs :

” Les preuves médicales ne démontrent pas que les enfants et les adolescents bénéficient de l’engagement dans ces procédures de stérilisation irréversibles. La prévalence de la dysphorie de genre chez les enfants et les adolescents n’a jamais été estimée, et il n’y a pas de consensus scientifique sur le fait que ces procédures et traitements de stérilisation soient même bénéfiques aux enfants mineurs confrontés à la dysphorie de genre… Il n’y a aucune preuve que les résultats de santé mentale à long terme soient améliorés ou que les taux de suicide soient réduits par une intervention hormonale ou chirurgicale. Il a été démontré que la dysphorie de genre de l’enfance a un taux élevé de résolution naturelle, 61 à 98 % des enfants se réidentifiant à leur sexe biologique à la puberté. Aucune étude à ce jour n’a évalué l’évolution naturelle et le taux de résolution de la dysphorie de genre dans la nouvelle cohorte présentant une dysphorie de genre à l’adolescence”.

Dans un geste courageux qui va à l’encontre du soutien massif que les militants de la cause des femmes accordent aux enfants qui subissent des opérations de changement de sexe et utilisent des bloqueurs de puberté et des hormones intersexes pour tenter de changer de sexe, le procureur général du Texas a adressé une sévère réprimande, qualifiant ces procédures et ces traitements de possibles abus sur les enfants. En effet, les mineurs n’ont pas la maturité nécessaire pour s’engager dans de telles procédures et traitements qui peuvent entraîner la stérilisation et d’autres changements dans la vie.

Partager cet article

2 commentaires

  1. Se doper aux hormones féminines et aux bloqueurs de testostérone pour gagner (de l’argent) aux compétitions sportives féminines, oui.
    Les opérations chirurgicales pour changer l’anatomie, oui.
    Vivre bio pour sauver la planète, oui.
    Les thérapies de conversion, non.
    Bonjour les esprits tordus.

  2. Décidément , ce monde devient de plus en plus fou ! C’est la porte ouverte à tous les abus possibles contre les enfants ! Qu’un adulte ( + de 18 ans ) veuille changer de sexe , c’est son affaire , mais oser envisager cela sur un enfant , c’est tout simplement criminel ! ! !

Publier une réponse