Archives de l’auteur : SalonBeige

Question : dans quel pays en guerre a été tournée cette vidéo la nuit dernière ?

Lire la suite de l'article

Patrick Buisson : “La droite paie le mépris dans lequel elle a toujours tenu la bataille des idées et le combat culturel.”

Patrick Buisson a été interrogé dans Valeurs Actuelles. Extraits :

Unknown-2Pourquoi la droite et le Front national se montrent-ils aujourd’hui incapables de faire émerger une véritable opposition ?

Parce que l’un et l’autre se dérobent au bon diagnostic. L’élection de 2017 aura mis à bas leurs vieux schémas. La droite et le FN ont fait la démonstration, chacun à leur tour, de leur incapacité à reconquérir ou à conquérir le pouvoir sur la base de leurs seules forces. Faute d’avoir su opérer la nécessaire clarification idéologique, la droite ne peut plus se prévaloir du bénéfice automatique de l’alternance. Elle a perdu l’élection imperdable et à moins qu’elle ne sache se réinventer, on ne voit pas pourquoi elle ne perdrait pas les élections qui viennent. Le FN, de son côté, faute d’avoir su construire une offre politique crédible, est resté ce qu’il a toujours été : le meilleur allié du système, son assurance vie. Englués dans des logiques d’appareils, Les Républicains comme le FN sont aujourd’hui dans une triple impasse : idéologique, stratégique, sociologique. Mais, pour rien au monde, ils ne voudront l’admettre. Je crains que cela ne débouche sur des désillusions encore plus cruelles.

Les Républicains ont entamé un véritable chantier de refondation. Par quoi doivent-ils commencer ?

Par tordre le cou aux incantations rituelles autour du “rassemblement”, mot-valise qui la leste comme un impedimentum. Le rassemblement appartient à l’ordre des moyens, ce n’est pas une fin en soi. Or, voici des lustres que, pour la droite,

Lire la suite de l'article

Marion Maréchal Le Pen : « Je leur manque à ce point-là ? »

ImagesAprès le JDD la semaine dernière, c'est au tour du Parisien de spéculer sur le retour de Marion Maréchal le Pen en politique :

"Sa nouvelle vie, Marion Maréchal-Le Pen la passe à Garches (Hauts-de-Seine), non loin du domaine familial de Montretout. Elle s'est inscrite en MBA à la prestigieuse école de commerce et de management de Lyon. Son projet ? Créer une structure passerelle entre le monde des étudiants et celui de l'entreprise. « Elle est en train de monter son business plan et cherche des partenaires pour créer cette école. Mais attention, ça ne sera pas non plus la Marion Maréchal Academy ! » explique l'un de ses proches. En tout cas, il n'y aura pas de rapprochement avec la société Eduniversal, spécialisée dans l'orientation des étudiants, comme mentionné la semaine dernière dans le JDD, et démenti par l'intéressée. Pas de recrutement, non plus, au sein d'une multinationale. […]

Olivier Bettati, son ancien numéro deux au conseil régional de Paca, qui vient de quitter le FN, déclare :

« Elle a un avenir. En 2022, Macron aura 45 ans et Marion seulement 32. Ce qui donnera un sacré coup de vieux à la classe politique ! »

Arnaud Stefan, son ancien bras droit, prévient :

« Mais elle ne reviendra jamais si c'est pour déclencher un conflit avec sa tante. C'est la ligne rouge ».

Et un autre :

« Tout dépendra de l'alignement des planètes. Si Marine se retrouvait, par exemple, inéligible à cause

Lire la suite de l'article

Toujours pas de veillée pour la vie

VV_affiches_Ostensoire2017-page-001Il n'y a toujours pas de veillée 

  • sur la ligne Strasbourg – Colmar- Haguenau
  • Dans les carrés : [Morlaix Lannion St Brieuc St Malo] et [Le Mans Angers Saumur Blois]
  • Dans les triangles :
    • Clermont-Ferrand Aurillac Vichy
    • Montpellier Narbonne Brive
    • La Roche/Yon Cholet Poitier
    • Caen StLo LE Havre
    • Dieppe Abbeville Amiens
    • Lille Boulogne/Mer Berk
    • Chalons en Champagne St Dizier Meaux
    • Troyes  Auxerre Chaumont
    • Dijon Dole Chalon / Saône (il faut sonner la fin du beaujolais nouveau…)

Il est encore temps d'organiser des Veillées pour la Vie, c'est un témoignage fort du renouveau de la culture de Vie dans notre société !  Un kit d'organisation prêt à l'emploi est sur le site, un nouveau système de cartographie est en place : il ne manque plus qu'un peu de bonne volonté pour voir germer une veillée dans chaque diocèse…

Lire la suite de l'article

Donald Trump a déjà nommé 59 juges fédéraux, très ancrés à droite

UnknownSelon Libération, Donald Trump est en train de transformer le système judiciaire des Etats-Unis en nommant des dizaines de juges très ancrés à droite. Cette transformation pourrait avoir des conséquences pendant des dizaines d’années. Carl Tobias, professeur de droit à l’université de Richmond, explique :

«La vitesse à laquelle Trump nomme des juges est peut-être l’aspect le plus réussi de sa présidence. En nombre de nominés, Trump a largement surpassé Obama, Bush et Clinton.» «Aucun élu républicain n’a voté contre un juge nommé par Trump, ni en commission ni en séance plénière»

Depuis le 20 janvier, il a nommé 59 juges fédéraux, dont une immense majorité pour des postes à vie. Au même stade de leur mandat, Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton en avaient respectivement nommé 22, 52 et 30. Si Trump a pu procéder à autant de nominations, c’est grâce au nombre inhabituellement élevé de postes vacants : près de 110 au moment de sa prise de fonction, en raison de l’obstructionnisme des Républicains, qui ont refusé d’entériner au Sénat les juges nommés par Obama dans les dernières années de sa présidence.

La nomination la plus notable reste celle du conservateur Neil Gorsuch, confirmé début avril comme neuvième juge à la Cour suprême. Au-delà de ce poste emblématique, les nominations de juges fédéraux par dizaines offrent encore davantage à Trump la possibilité d’imprimer durablement sa marque sur le système judiciaire. Parmi les nommés, on compte :

  • John Bush, 52 ans, confirmé en juillet par le Sénat, qui a comparé l’avortement à

Lire la suite de l'article

Saint Arnould de Metz et le miracle de la bière

Eh oui, il existe un miracle avec de la bière ! Il est attribué à saint Arnould de Metz, saint patron des brasseurs lorrains. Car oui, il existe aussi un saint patron pour les brasseurs ! Et même deux en réalité, avec saint Arnoult de Soissons, en lien avec les bières trappistes. Mais restons concentrés : qui est donc saint Arnould de Metz ?

00

Evêque, précepteur de Dagobert, puis moine !

Le petit Arnould naît en 582 en Lorraine, près de Nancy, dans une grande famille de la noblesse franque. Dès l’enfance, il mène une vie pieuse et tournée vers les autres, et songe rapidement à devenir ermite. Mais ses parents parviennent à le marier en 610. Trois ans plus tard seulement, il est nommé évêque de Metz, une fonction très importante à l’époque, aussi bien pour la vie de l’Eglise que pour la gestion du royaume ! On lui confie alors même l’éducation du futur roi Dagobert (qui a peut-être oublié la partie sur l’habillement… enfin bref). En 629, Arnould réalise finalement son rêve de toujours : il démissionne de sa fonction épiscopale, et crée un ermitage avec quelques autres frères, pour y prier et s’occuper des pauvres et des lépreux. Il y meurt en 640… Mais l’histoire ne fait que commencer !

Le miracle de la bière

L’année suivante, les habitants de Metz entreprennent une expédition pour rapatrier le corps de leur évêque défunt depuis son ermitage vers Metz. Imaginez la scène : 700 personnes en procession,

Lire la suite de l'article

Utrecht : une église rendue au culte

20161005_163847_0Le 12 novembre 2017, au lendemain de la Saint-Martin, fête patronale de l’archidiocèse d’Utrecht, Mgr Bernard Fellay, Supérieur général de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, a réconcilié l’église Saint-Willibrord, située dans le cœur historique de la ville d’Utrecht. Près de 600 fidèles venus des Pays-Bas, de Belgique, du Luxembourg et d’Allemagne, étaient présents. 

L’église a été construite dans les années 1870, au moment du rétablissement de la hiérarchie catholique aux Pays-Bas. Nichée dans le centre historique d’Utrecht, c’est l'une des plus belles églises néo-gothiques du pays. Très richement orné et en parfait état de conservation, le bâtiment restitue de manière unique l'esprit de l'art médiéval qui a précédé les destructions du calvinisme iconoclaste. De plus, les orgues monumentales, construites par Michaël Maarschalkerweerd, constituent l'un des attraits de l’édifice.

Dans la débâcle qui a suivi le concile Vatican II, il fut un temps question de détruire ce joyau. Sauvée du désastre par la ténacité du Père Winand Kotte, l'église a pu être classée monument historique et désignée comme projet-pilote pour la conservation du patrimoine architectural européen.

20161005_160513

Willibrordkerk_altaar

Lire la suite de l'article